Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

  • 19 - "Charlton Heston une biographie " de Michael Munn - (traduction par Adrien P.)

     

    51Db8nugfnL._SX350_BO1,204,203,200_.jpg

    Il s'avance courageusement

    IL VIT LES BUS A IMPERIALE CINEMATOGRAPHIQUES enfin arriver à Almeria comme des renforts longtemps attendus. Il se sentit un peu comme un général guidant son bataillon de tanks, et ce fut d'autant plus frustrant quand il devint clair que les bus ne pourraient pas suffisamment s'approcher du château de l'Alcazaba1 à cause des fils aériens trop bas. Au moins, ils étaient là, de sorte que Charlton pourrait bien assister à la séance de montage d'Antoine et Cléopâtre tout en restant au milieu des dunes de sable du petit mais néanmoins caniculaire désert d'Alméria.

    Résultat de recherche d'images pour "alcazaba d'alméria"

    https://fr.wikipedia.org/wiki/Alcazaba_(Almer%C3%ADa)

     

    Ça commençait enfin à prendre forme. Depuis qu'il avait joué Antoine et Cléopâtre à Broadway, cette pièce était passée des millions de fois dans son moviola2 mental. Depuis qu'il avait gagné son Oscar pour Ben-Hur il y a onze ans, il avait accompli la prophétie qu'annonçait l'affiche de La Main qui venge ; il était devenu une figure forte à l'écran et jamais autant que maintenant, en 1971, où il dirigeait le projet le plus palpitant, le plus créatif de sa carrière : l'adaptation au cinéma d'Antoine et Cléopâtre. Il avait mis son propre argent en jeu. C'était un risque qu'il devait prendre – un risque qu'il voulait prendre.

    Il avait déjà été impliqué dans la préparation d'un film même si son travail d'acteur avait toujours été prépondérant jusque là. Maintenant qu'il coproduisait avec Peter Snell, il sentait tout le poids des énormes responsabilités qu'implique un film. Depuis son arrivée en Espagne avant tous ses acteurs, il avait fait face aux difficultés l'une après l'autre et les avait surmontées. Le toit du plus grand studio d'Espagne, à Sevilla Studio, s'était effondré, les laissant sans studio suffisamment grand pour filmer l'intérieur du palais. Il fallut faire des compromis impliquant des coûts supplémentaires. Et après ça, les bus cinématographiques furent retenus à Bilbao par la douane et ne furent relâchés qu'une fois qu'Heston se fut acquitté d'une caution. Ils arrivèrent juste le jour où le tournage devait commencer.

    Maintenant, ils ne pouvaient pas faire rentrer les bus dans l'Alcazaba, le château où le style romain du toit et des bâtiments blancs imitaient parfaitement Rome et l’Égypte et où Charlton avait découvert une arène parfaite pour les combats de gladiateurs. Il savait cependant que tout serait prêt et en ordre dès le lendemain. Il inspecta encore une fois les lieux de tournage dans le château. Ici s'élevaient des parties du palais de César, et à l'arrière une porte pour la scène d'adieu entre Antoine et César. Il inspecta son équipe d'acteurs. Tout le monde était là,  sauf Carmen Sevilla qui devait jouer Octavia – Sevilla n'arriverait pas avant quatre jours. Il y avait eu tant de choses à planifier, tant à reporter.

    Il n'y avait pas si longtemps de cela, il passait la soirée avec son ami réalisateur Frank Schaffner autour d'un verre de whisky. Charlton dit alors : « Frank, je crois que je vais réaliser ce film. »

    « pourquoi pas ? » répondit Frank. « Rien ne s'y oppose. »

    Maintenant tout était en place et Charlton était sur le point de réaliser son premier long métrage. Il a déclaré depuis lors que réaliser un film, c'était comme diriger une opération militaire. Si c'était le cas, il était prêt pour la grande bataille.

     

    Il va d'un pas vaillant, car lui comme César

    Peuvent régler cette guerre en une victoire !

    Antoine autrefois favori – mais aujourd'hui… –. 3

    Retour au pays de l'acteur

    CHARLTON N'AVAIT JAMAIS RECU UNE OFFRE AUSSI RADICALE : réaliser un film sur la vie du Christ ! Ben-Hur venait juste de commencer à être distribué, Les Dix Commandements était encore à l'affiche, et Charlton était déjà considéré comme une autorité pour les films bibliques. Il n'était pas surprenant que lui soient soudainement envoyés des scripts épiques, mais en réaliser un ?

    Cette course de char avait certainement soulevé de la poussière. En 1960, son statut dans l'industrie du cinéma était tel qu'il était considéré comme deux fois plus important et digne d'autorité qu'aucun autre acteur à Hollywood. Et les acteurs étaient soudainement en vogue aussi en tant que réalisateurs. John Wayne était à la fois devant et derrière la caméra pour Alamo1, Marlon Brando avait un sentiment de satisfaction en dirigeant La Vengeance aux deux visages2, et Laurence Olivier avait prouvé qu'il était le meilleur réalisateur de films shakespeariens au monde.

    Heston n'aurait donc pas dû être surpris lorsque juste deux mois après avoir reçu la proposition de réaliser un film sur le Christ, MCA arriverait avec une autre offre de réalisation, en lui promettant deux millions de dollars !

    Il rejeta cependant cette offre tout comme la précédente. Il avait le sentiment qu'il ne pouvait pas réaliser un film, et il n'en avait tout simplement pas l'envie. Un avis qu'il maintiendrait durant des années jusqu'à ce moment où il sentit qu'il ne pouvait pas se permettre de voir lui passer sous le nez le projet de toute une vie.

    En tant qu'acteur, Il était désormais dans une position plus forte que jamais auparavant. Souhaitant faire quelque chose de plus modeste après Ben-Hur, Heston choisit de faire Cargaison dangereuse3 avec Gary Cooper. Le film restait vraiment celui de Cooper avec Heston jouant un rôle secondaire. Ce fut le pénultième4 film de Cooper avant que le cancer ne l'emporte, mais durant le tournage, lui et Heston développèrent une amitié qui dura jusqu'à la mort de Cooper.

    La scène la plus palpitante du film était celle d'ouverture, dans laquelle Heston, jouant un sauveteur, découvre par hasard un bateau à la dérive, le Mary Deare, en train de brûler, mystérieusement abandonné dans la tempête.

    PDVD_000.png

    Cette scène fut tournée dans le réservoir d'eau de la MGM, et le réalisateur Michael Anderson envisagea d'utiliser une doublure pour remplacer Heston qui devait se hisser sur le côté d'un bateau tanguant tandis que des vagues artificielles projetaient l'embarcation plus petite du sauveteur contre la coque du vaisseau et que des ventilateurs fouettaient  tout le décor avec un jet d'eau brûlante. 

    Anderson m'a dit :

    « C'était très dangereux. J'ai proposé une doublure à Heston, il pesa le pour et le contre et il estima que je pouvais tourner des plans rapprochés ; et que si je voulais m'approcher suffisamment pour que l'on voit de qui il s'agissait, alors il préférait le faire lui-même. Il l'a donc fait lui-même, et l'on a pu voir que c'était lui, ce qui en valait la peine

    PDVD_102.pngPDVD_110.png

    PDVD_096.pngPDVD_099.png

    PDVD_121.png

    Ce n'était cependant pas aussi simple que s'y attendait Chuck. Il s'était entraîné à grimper à la corde dans la salle de sport du studio, mais c'était tout autre chose avec le vent, les gouttelettes et le décor mouvant. Dépassant ses limites, il sentit soudain une douleur foudroyante à la jambe qui l'affaiblit considérablement. Tout ceci pendant que les caméras tournaient et qu'il savait qu'il ne pouvait pas abandonner au milieu de la scène. Il y avait encore trois mètres5 à faire, et il continua de se dépasser, se hissant au-dessus de la rambarde et se laissant rouler sur le pont, gémissant de douleur. Ne s'étant pas rendu compte qu'il s'était blessé, Anderson lui dit alors : « allez, encore une fois. »

    « Pardon Mike, lui répondit Heston, mais tu ferais mieux de garder celle-là. ».

    Ce n'est qu'alors que le réalisateur se rendit compte que Charlton s'était blessé. Il fut transporté à l'infirmerie du studio où on lui prescrivit une thermothérapie pour ce qu'on soupçonnait être un tendon déchiré. Quand la douleur diminua, il retourna travailler le même jour, et bien qu'il n'ait vraiment jamais manqué une journée de tournage, même s'il s'avéra que le tendon n'était pas endommagé, il n'était pas en état de rejouer la scène d'escalade. Fort heureusement, la prise qu'avait faite Anderson était plus que suffisante, annonçant la couleur du film quand Heston découvre le capitaine, Gary Cooper, dirigeant le navire en direction des récifs pour le couler, enflammant ainsi le mystère qui va occuper tout le reste du film.

    PDVD_255.pngPDVD_254.png

     

    À mi-chemin durant le tournage, Heston eut droit à un congé pour aller jouer Macbeth à Ann Arbor, dans le Michigan. En fait, MGM avait reporté leur film afin qu'Heston puisse de nouveau jouer son rôle de « casse-cou ».

    Bien que John O'Shaughnessy soit le metteur en scène, Heston découpa et adapta lui-même la pièce. Ça lui faisait du bien de retourner au "pays de l'acteur" même si la pièce fut montée si rapidement et la tournée fut si courte qu'il aurait voulu continuer encore un peu. Il avait clairement laissé sa marque sur l'oeuvre. Grâce au contrôle qu'il exerça sur le découpage de la pièce, il avait inclus comme toujours l'horrible scène de décapitation si souvent laissée de côté par les autres productions à cause de son côté gore. Heston fait remarquer que la décapitation est « un des rares choix de mise en scène de Shakespeare qui soit vraiment Shakespearien. » Il soutient également que « c'est la catharsis6 tragique à la fin des 4 actes d'une des plus grandes pièces qui soit. »

    Bien qu'il ne soit en aucun cas le seul acteur américain à avoir interprété Shakespeare, c'est sa compréhension aiguë qui fit de lui l'un des rares et probablement l'un des plus remarquables Américains à avoir joué Shakespeare avec succès.

    Il retourna à Hollywood pour continuer Cargaison dangereuse et passa même quelques temps en Angleterre pour jouer quelques scènes chez Elstree Studios. Le travail en lui-même n'était pas particulièrement stimulant, surtout après Macbeth, mais il fit naître une amitié avec Gary Cooper avec qui il allait souvent dîner.

    Cargaison dangereuse ne fut pas vraiment un film valorisant à faire, et Charlton n'était pas vraiment pressé de devoir travailler sur un nouveau film. Il avait le mal du "pays de l'acteur", surtout après la courte et attrayante tournée de Macbeth qui lui donnait envie de retourner sur la scène. Les scenarios de films continuaient d'affluer, mais Chuck choisit de faire State of the Union à Santa Barbara en Californie – et Lydia allait jouer dedans avec lui. Ils avaient déjà joué cette pièce dans le Thomas Wolfe Memorial Theater en Caroline du Nord,  donc ils n'étaient pas en terrain inconnu.

    Ils n'avaient qu'une semaine pour monter le spectacle. Les quelques premiers jours furent chaotiques et l'équipe d'acteurs avait à peine assez d'expérience pour travailler au rythme qu'exigeait le planning. Heston était frustré par l'avancement de la pièce et prit une part active dans la mise en scène. Ce fut un désastre à l'ouverture. Quand elle s'arrêta après les cinq représentations prévues, c'était mieux qu'à la première  mais ce n'était pas une expérience théatrale à retenir. Charlton ne pouvait pas prévoir le désastre encore plus grand et douloureux à venir : The Tumbler.

     

    La construction de la maison de Coldwater Canyon était enfin finie. Suivant les indications spécifiques de Charlton, elle semblait faite d'un peu plus que du verre. Sa caractéristique la plus remarquable était la terrasse à l'extérieur de la chambre du deuxième étage au-dessus du canyon. C'était à donner le vertige ; fait architectural étonnant quand on sait qu'Heston craignait l'altitude. Il se sentait tout de même loin du tohu-bohu de Los Angeles sous ses pieds ; le lieu semblait tout à fait imprenable. Jolly West, un bon ami d'Heston, lui dit une fois : « Tu sais Chuck, c'est idéal pour lancer de l'huile brûlante sur les envahisseurs. »

    « et comment ! Répondit Heston. Ils ne peuvent pas m'atteindre ici. »

    Malheureusement, la maison n’était pas à l’abri des dangers parfois extrêmes causés par les éléments californiens. Avant même qu'ils puissent s'y installer, la maison fut endommagée par un incendie de forêt qui s'était étendu dans Bel Air, quoique les dégâts étaient superficiels comparés à ce qui arriva aux autres constructions alentours. Depuis ce temps-là, la maison réussit à résister à tout ce que la Nature lui envoyait, et finit par être connue sous le nom de « la maison que construisit Ben-Hur, » car les Heston finirent de la payer grâce à l'argent gagné avec ce film, et c'est peu dire que c'était une somme considérable.

    La maison portait encore quelques traces de l'incendie quand ils s'y installèrent – plutôt précipitamment parce que Charlton devait prendre l'avion pour New-York pour jouer une autre pièce, The Tumbler. Elle devait être mise en scène par Laurence Olivier, et quand il fallut choisir entre jouer avec Olivier ou bien accepter l'offre de Twentieth Century-Fox de faire un film avec Marilyn Monroe, Olivier gagna haut-la-main.

    The Tumbler fut écrit en vers blancs5 par Benn Levy et racontait l'étrange histoire d'un fermier joué par Heston qui devient obsédé par une jeune fille qui découvre plus tard qu'il est en fait son beau-père et elle le soupçonne d'avoir tué son vrai père. Elle finit par le pousser à se pendre. Rosemary Harris eut le rôle de la jeune fille tandis qu'Hermione Baddeley jouait la vieille femme hagarde du fermier.

    Les répétitions commencèrent plutôt vite à New-York avec Olivier rassemblant les acteurs dans sa suite à l'hôtel et jouant lui-même tous les rôles. Au fil des répétitions, Heston commença à se rendre compte que ce ne serait pas facile de faire un succès de cette pièce. Sa plus grande motivation était d'être dirigé par Olivier. Travailler avec lui sur une pièce était aussi épanouissant que de travailler avec Orson Welles sur un film. Pour la première fois de sa carrière, cependant, il se sentit intimidé par son rôle. Il se sentait à peine à la hauteur, n'arrivait pas à être convainquant un seul instant et sollicita beaucoup Olivier pour l'aider à faire ressortir l'interprétation qui devait être quelque part à l'intérieur de lui-même.

    Ils ouvrirent la pièce à Boston où les défauts d'interprétation et d'écriture devinrent douloureusement évidents. La scène d'ouverture fut entièrement réécrite et Olivier commença à couper la pièce, au grand dam de Benn Levy. Ils n'avaient aucun autre recours que de la resserrer et de l'amputer d'une grosse partie de ses dialogues. Il devint également visible qu'Hermione Baddeley ne correspondait pas au rôle et fut remplacée par Martha Scott pour le rôle de l'épouse, pour le plus grand plaisir de Charlton. Elle avait joué la mère d'Heston à deux reprises, Ben-Hur et Les Dix Commandements. C'était maintenant sa femme ! La pièce s'améliora grâce au nouveau casting et à la réédition, mais au fil de la tournée, Olivier y ajouta des morceaux, en retira d'anciens, réintroduisit des scènes et des dialogues qu'il avait laissé tomber auparavant, façonnant désespérément pour la tournée à Broadway.

    Aussi intéressant fut-il de travailler avec Olivier, faire partie de ce projet fut profondément difficile et parfois sans aucune joie. Olivier avait des problèmes personnels à cause de son mariage avec Vivien Leigh qui partait à vau-l’eau, mais il continua à consacrer son énergie à cette pièce et adora tellement travailler avec Heston qu'il espéra trouver plus de projets pour lesquels ils pourraient collaborer. Il alla jusqu'à dire à Heston : « Tu pourrais bien être le plus grand acteur américain que je rencontrerai de mon vivant. »

    Même tous les efforts héroïques de tous ceux impliqués ne purent sauver la pièce. Les revues journalistiques écrites le lendemain de l'ouverture à Broadway déprimèrent profondément toute l'équipe. Toutes étaient cinglantes sauf deux. Parmi les positives, The New York Times décrivit l'interprétation d'Heston comme « massive, masculine et fluide » tandis que The New Yorker écrivit qu'Heston était « ironique, verbeux et sexy… délivrant ses répliques avec une force écrasante. »De telles remarques personnelles ne suffirent pas à apaiser Heston qui avait l'impression qu'il n'avait pas donné une seule interprétation ne serait-ce que convenablement. Parfois, il était vraiment bon dans la première partie et mauvais dans la suivante. Parfois il tombait à plat dans la première partie mais se relevait pour les scènes finales.

    Les autres critiques étaient littéralement meurtrières. Elles tuèrent la pièce et l'annonce de sa fermeture arriva le soir-même. Ils ne donnèrent qu'une seule représentation supplémentaire qui fut la meilleure de toutes.

    Heston dit à propos de The Tumbler :

    «Je suis le seul qui réussit à tirer un quelconque profit de cette pièce. Les producteurs perdirent de l'argent et Benn Levy perdit des mois de travail. Larry Olivier y perdit également, mais j'en tirais exactement ce que je voulais : une chance de travailler avec Olivier. J'ai plus appris de lui en six semaines que je n'avais jamais appris. Je crois que j'en suis sorti meilleur acteur et avec plus de responsabilité

     

    The-Tumbler-02-60-1.jpg

    VOIR EGALEMENT L'ARTICLE QUE J'AVAIS PUBLIE LE 27 AOUT 2017

    http://charltonheston.blogspirit.com/archive/2017/08/27/the-tumbler-3095710.html

    81z4ECMnqYL._SL1500_ 1960.jpg

    http://www.playbill.com/production/the-tumbler-helen-hayes-theatre-vault-0000004507 

     1 En Espagne, citadelle d'une ville fortifiée (larousse.fr)

    2 « visionneuse sonore professionnelle, utilisée pour le montage. » (Larousse.fr)

    3 Une réplique dite par Cléopâtre dans la scène 4 de l'acte IV

    4 l'avant-dernier

    Le vers blanc est un vers qui ne rime pas. En anglais, il s'agit du pentamètre iambique : un vers comprenant cinq accents toniques

    Catharsis signifie (selon Aristote), la purification de l'âme délivrée de ses passions chez le spectateur d'une pièce de théâtre dramatique.(référence L'INTERNAUTE)