Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Journaux et magazines français et internationaux

  • CHARLTON HESTON : "SA RENCONTRE" AVEC MOÏSE...L'HOMME

    PUBLIE LE 1er FEVRIER 2016 - MAJ le 1er FEVRIER 2017 - MAJ le 11 AVRIL 2019

    unnamed.gif

     (Merci à ma soeur Marcelle qui a réalisé cette belle image animée.)

    Toujours en quête d'informations sur Charlton Heston, j'ai découvert ce texte écrit par Chuck pour "GUIDEPOSTS_CLASSIC". Je l'ai trouvé intéressant, passionnant, aussi je l'ai traduit pour en connaître la teneur exacte. Je ne suis pas déçue, j'ai été très émue en découvrant les impressions de notre grand Chuck, sur son rôle bien particulier de Moïse et ses réflexions sur le personnage auquel nous l'avons tous identifié. 

    CE TEXTE A ETE ECRIT PAR CHARLTON HESTON. Dans ce récit d’octobre 1958, le célèbre acteur révèle comment il a connu Moses, l’homme. 

     

    https://www.guideposts.org/guideposts-classics-charlton-hestons-meetings-with-moses?nopaging=1

     

    Pour Guideposts Classic, Charlton Heston révèle comment il a rencontré  Moïse,  l'homme.

     

     CHARLTON HESTON :  "SA RENCONTRE" AVEC MOÏSE...L'HOMME

     
    Si vous êtes comme moi, le nom de  "Moïse" évoque immédiatement, un visage semblable à Dieu, sévère, avec une longue barbe blanche. Au moins, c'est ainsi que j'ai eu l'habitude de penser à Moïse. Alors quelque chose m'est arrivé qui, pendant un instant a effacé brusquement la barbe blanche et m'a laissé regarder fixement le visage d'un homme de chair et de sang.

    Ce n'est pas arrivé  une fois, mais trois fois. Je voudrais vous parler de l'homme que j'ai rencontré en ces trois occasions extraordinaires.

    Ma première vision de Moïse vint sur le mont Sinaï, où nous sommes allés filmer des scènes pour le film  " Les Dix Commandements ". Il nous a fallu deux jours pour nous rendre du Caire jusqu'à la montagne,  dans un paysage si désolé, qu'il a perdu toute prétention d'avoir une route et que les guides  ont dû faire la moitié du chemin parmi les rochers.

    Puis, soudain, il était là à l'horizon :  le Mont Sinaï  - pour nos guides arabes  " Djebel Musa " : " la montagne de Moïse ".

    Qu'y avait-il à propos de cette "forme menaçante " qui a soudainement refroidi le jour étouffant ? Certes, c'était la montagne solitaire, je ne l'avais jamais vue : un vaste rocher contre le ciel du désert.

    Mais il y avait autre chose à ce sujet, quelque chose qui m'a fait une demi-peur d'aller plus près. À l'époque de Moïse, les hommes ont cru qu'il était mort certainement  d'avoir mis  les pieds sur le Sinaï - parce que, disaient-ils, c'était le lieu d'habitation de Dieu.

    Je me suis dit que les hommes modernes savaient mieux. Mais comme nous avions bifurqué vers le pied du Djebel Musa, je ne pouvais pas me débarrasser de l'impression que d'une certaine façon mystérieuse, cette montagne appartenait à Dieu et non aux hommes.

    Nous avons campé cette nuit-là  à sa base et le lendemain matin nous partions à pied pour le sommet. Après quelques minutes de montée, mon souffle état court et mon coeur cognait.

    Les pentes étaient encore plus raides et plus sauvages que ce que l'on pouvait voir d'en bas. abîmes soudains, venus de nulle part, des cendres volcaniques réduisant mes bottes en lambeaux  et le vent brûlant du désert remplissant mes poumons.

    Et pendant tout ce temps, j'avais la conviction obsédante que j'étais seul. C'était des absurdités bien sûr ; il y avait une douzaine d'hommes travaillant dur en haut de la montagne avec moi. Mais la montagne était tout autour de nous maintenant, jusqu'à ce que je réalise que j'étais seul ici avec les rochers s'effondrant.

    C'était à proximité de l'un d'eux qu'eut lieu ma première rencontre avec Moïse.

    Je l'ai vu en difficulté en haut de ces mêmes falaises, sandales déchirées, cheveux soufflés par le vent du désert, les yeux écarquillés par la peur. Oui, Moïse avait peur quand il a grimpé cette montagne ; si elle me remplit d'une terreur indéfinissable dans ce siècle incrédule, qu'a t'elle pu faire pour l'homme qui savait qu'il commettait une violation du lieu saint de Dieu Lui-même ? 

    A cet instant, le Législateur Majestueux avec sa longue barbe blanche avait disparu, et Moïse était un homme comme je l'étais, haletant , cœur battant et martelant de la cruelle montée, avec quelque chose de plus terrible encore.

    Pour Moïse, alors qu'il montait, il a été pris dans la présence étrange qui entoure encore cette montagne. Et soudain, je savais qu'il avait grimpé dans la terreur.

    Ce fut ma première vision de Moïse. Une semaine plus tard, je l'imaginais, je l'ai revu, à un autre moment de sa vie.

    Une des choses les plus difficiles à faire au cinéma je pense, est que vous n'interprétez pas votre rôle directement du début à la fin, de la même façon que cela s'est réellement passé.

    Dans ce film, les premières scènes que j'ai jouées étaient celles sur le  Mont Sinaï. Maintenant, une semaine plus tard, je devais interpréter une séquence qui avait eu lieu de nombreuses années plus tôt dans la vie de Moïse : les scènes qui le montrent fuyant l'Egypte à travers le désert.

    Pendant trois jours, j'ai marché, trébuché et rampé à travers ce désert tandis que les caméras tournaient et les couches de poussière sur moi me maculaient d'une croûte solide.

    Nos guides arabes étaient abasourdis par cette nouvelle tournure des événements. L'un d'eux, en particulier, me regardait avec anxiété quand  je me suis effondré sur mes genoux dans le sable.

    C'était une scène où Moïse déracine une plante verte minuscule et gratte dessous dans le sol à la recherche d'eau. Il  nous a vu tourner plusieurs prises, jusqu'à ce qu'il ne puisse plus le supporter.

     " Pourquoi  ne donnons-nous pas un peu d'eau à cet homme triste ? — s'écria t'il avec une grande compassion — "Alors retournez tous au Caire !"

    Mais, sur le rocher rouge flamboyant, et ici dans le désert, j'ai rencontré Moïse pour la deuxième fois.

    Ce n'était pas une réunion soudaine, à couper le souffle, comme au moment où  j'avais contourné un rocher sur le Mont Sinaï. Ceci était une connaissance graduelle, une connaissance qui a grandi en moi quand je marchais, heure après heure, dans le paysage le plus désespéré que j'ai jamais vu. 

    C'était tout simplement ceci : Moïse savait ce que signifiait l'échec. Sa fuite à travers ce désert est venu à un moment de sa vie où il n'avait pas la foi ; il n'a pas encore rencontré Dieu et reçu sa Mission divine. Il était juste un homme qui court pour sa vie.

    Il fuyait la condamnation à mort du Pharaon, seulement pour trouver une mort bien plus hideuse qui l'attendait sous le soleil impitoyable.

    Il a continué à aller tout simplement parce que il y avait une chose plus horrible que de marcher dans ce désert, et cette chose c'est d'arrêter là, où la chaleur se referme autour de lui comme un linceul. Il a continué à marcher, mais il ne pouvait pas espérer traverser ce désert,  vivant.

    Il suffit simplement de regarder et d'oublier tout espoir. Comme la chaleur ondulante, le désespoir monte des oueds secs (cours d'eau qui coulent seulement pendant les pluies), et même les collines sont construites de poussière. 

    Ici encore, le patriarche Moïse était nulle part. Ici, il  était seulement un homme épuisé, un homme qui, une fois au moins, avait touché le fond.

    Ma dernière vision de lui est venue près de deux semaines plus tard. A l'orée du désert, non loin du Caire, notre équipe de tournage avait reconstitué les portes d'une ville et là, un samedi matin, 7.000 figurants égyptiens étaient rassemblés pour la scène de l'Exode.

    J'étais arrivé tôt, pour des heures de maquillage et d'essayage et je suis sorti sur le tournage. Là, je me suis arrêté brusquement. Je savais  qu'il y aurait 7.000 personnes là-bas, mais je ne l'imaginais pas jusqu'à ce que je les vois.

    Sur un mile (environ 1 km 610) en face de moi,  s'étirait une masse solide de personnes et d'animaux. Ils ont rempli l'avenue des Sphinx qui conduit dans le désert et ils se répandirent sur le sable de chaque côté. 

    Quelques temps après, je commençais à remarquer des individus. Juste en face de moi six chameaux poussiéreux, vomissant, que leur guide plaçait en position. À côté de lui,  une petite fille entourée de mouches, gardait  quelques oies décharnées.

    Un vieux bédouin à côté d'elle tirait la carcasse d'un âne mort. Un nouveau poulain brillant et un enfant âgé d'une semaine tétaient le lait de leur mère. Peu de ces personnes avaient déjà vu un film ; aucun d'eux n'avait la moindre idée pourquoi ils étaient payés pour être ensemble ici.

    Pendant deux heures, je marchais,  avançant petit à petit, à travers l'essaim de personnes en sueur et des animaux, répétant  avec hésitation  mes deux phrases en arabe : "Salutations" et "Comme Dieu le veut."

    Et partout où j'ai marché, les gens reconnaissaient  la grande Figure et  la robe Levite. Moïse est une aussi grande figure pour les Musulmans que pour les  Chrétiens et les Juifs. Partout leurs murmures chaleureux m'ont suivi : "Musa! Musa!" (Moïse ! Moïse)

    Je suis perdu maintenant, pas dans l'espace, mais au travers des siècles. Sûrement que le matin de cet Exode, il y a longtemps, ce sont les mêmes yeux qui ont suivi Moïse. Les mêmes animaux maigres, les vêtements en lambeaux, la puanteur de la pauvreté.

    Je me suis dirigé en tête à travers la foule en direction du désert. Infini et sans vie,  il s'étire à l'horizon, tandis que derrière moi les voix affaiblies se gonflent : "Musa, Musa".

     CHARLTON HESTON :  "SA RENCONTRE" AVEC MOÏSE...L'HOMME

     Ces gens avaient eu confiance en  Moïse, ils l'avaient suivi où il les dirigeait et,  où les avait-il conduits ? Dans cette aride désert ? Dans ce désert indicible ?

    Je me suis retourné et j'ai regardé derrière moi cette marée d'hommes âgés, des femmes affamées, des enfants minuscules. Moïse ne pouvait pas les avoir menés dans ce désert !

    Pas Moïse ! Je l'avais vu, pas l'homme qui avait rampé sur ses genoux à travers le désert. Pas l'homme qui avait lutté, haletant et qui était terrifié, en haut des pentes du Mont Sinaï ; cet homme était capable de doute. Pourrait-il maintenant marcher dans ce désert avec la petite fille et ses oies?

    Le moment était venu pour Moïse de donner le signal  du départ et d'emmener la foule vers l'Exode. Je marchais lentement vers l'endroit tortueux où ils avaient attendu, groupés en arrière, entre les sphinx "cools". Qu'est-ce que Moïse a ressenti quand leurs yeux se tournèrent vers lui en confiance ? L'homme que j'avais entrevu sur le mont Sinaï avait eu peur.

     CHARLTON HESTON :  "SA RENCONTRE" AVEC MOÏSE...L'HOMME

    J'avais rencontré Moïse sur le Sinaï, oui, mais Moïse avait rencontré Dieu. Et ensuite je savais ce que Moïse avait ressenti, il avait été confiant, joyeux, spontané.

    Bien sûr Moïse ne pouvait pas mener ces milliers de gens à travers le désert. Il n'aurait jamais essayé. Mais Dieu pouvait le faire. Et Moïse, cet homme " bien-trop-humain ", cet homme tellement comme les autres, s'était simplement transformé en instrument par lequel la force de Dieu s'est déplacée.

    Avec joie, j'ai crié les mots que Moïse cria :

    "Aidez-nous à sortir d'Égypte, Seigneur,

    Comme l'aigle porte son jeune sur ses ailes ... "

     CHARLTON HESTON :  "SA RENCONTRE" AVEC MOÏSE...L'HOMME

    Alors j'ai levé le bâton de Moïse et j'ai vu la multitude se soulever en un vaste frisson en mouvement, sortir de l'esclavage.

    CHARLTON HESTON

     

  • HOLLYWOOD : QUI EST-CE QUI A MARCHE AVEC KING EN "63" par Carl M. Cannon

    Un article datant de 2013 sur le 50ème anniversaire de la Marche pour les Droits Civiques, porté ce jour à notre connaissance par Hector Meana.

    Eb voici une petite traduction "Google translate et Reverso" que je pense assez fidèle à ce que voulait exprimer le journaliste Carl M. Cannon.

    Je fais cette publication qui n'apporte rien de nouveau en soi, mais qui met en évidence la participation active de Charlton Heston dans l'organisation de la Marche. 

    Pour ceux qui ont oublié Charlton Heston et qui se sont acharnés à effacer non seulement le souvenir de sa personnalité mais avec lui toutes ses actions humanitaires et désintéressées, il est bon parfois de remettre les pendules à l'heure, c'est ce qui ressort dans cet article.  

     

    Hollywood Who's Who Marched With King in '63

    By Carl M. Cannon - August 29, 2013

    https://www.realclearpolitics.com/articles/2013/08/29/hollywood_whos_who_marched_with_king_in_63__119762.html?fbclid=IwAR0iRvmOZDk_0B14A4B3AQepYVJco5qxSPB4utsCCJ2jLnNusZbdMqeSxTw

      

    Les discours de mercredi commémorant le 50e anniversaire de la Marche sur Washington s'effacent déjà des mémoires, les barrières de sécurité du National Mall ont été supprimées, Oprah Winfrey et les autres personnalités qui ont pris la parole ont repris leur travail du jour.

    Sans vouloir manquer de respect à Oprah, à Jamie Foxx, à Forest Whitaker ou à quiconque ayant pris part à cette semaine, le contingent d'étoiles qui est arrivé à D.C. en 1963 devait être vu pour être cru.
     

    À notre époque, les personnalités hollywoodiennes, les acteurs de la télé-réalité et les célébrités sont des présences incontournables dans la vie politique américaine. Parfois, ils sont cohérents et, de temps en temps, courageux. Habituellement, ils suivent le troupeau. Ce n'était pas le cas en 1963, lorsqu'une coterie d'étoiles de la liste A monta à bord d'un «avion de célébrités» à Los Angeles et vint à Washington défendre les droits civiques.

    Harry Belafonte, agissant de concert avec Martin Luther King, a contribué à son organisation et la participation multiraciale de musiciens, acteurs, réalisateurs de films et autres interprètes qui ont répondu à l'appel a constitué un Temple de la renommée des arts américains.

    La chanteuse folk Joan Baez a lancé le programme avec une interprétation inspirée de «We Shall Overcome», l'hymne non officiel du mouvement des droits civiques. Peter, Paul et Mary ont demandé : «Combien de fois un homme doit-il lever les yeux avant de pouvoir voir le ciel ? » Et Odetta Holmes, une star de la musique maintenant presque oubliée, a ému les spectateurs aux larmes avec son hymne flamboyant : «O Freedom».

    «S'ils vous demandent qui vous êtes, leur dit-elle, dites-leur que vous êtes un enfant de Dieu

    Joséphine Baker, qui venait de sa France d'adoption, s'est également produite au Lincoln Memorial. Dans son article du lendemain, publié à cette date il y a 50 ans, le New York Times l'a citée avant de citer Martin Luther King.

    «Vous êtes à la veille d'une victoire complète. Vous ne pouvez pas vous tromper. Le monde est derrière vous! »A déclaré Baker à la foule de 200 000 personnes. Elle a ajouté qu'elle sentait qu'elle voyait un rêve se réaliser sous ses yeux. "Ceci", at-elle ajouté, "est le jour le plus heureux de ma vie."

    Après que Joan Baez ait chanté, Bob Dylan a fait de même. Il était profondément engagé dans le mouvement et avait récemment écrit une ballade intitulée «La mort d'Emmett Till». Ossie Davis s'est également produit au Lincoln Memorial en 1963, aux côtés de la chanteuse de gospel Mahalia Jackson. James Garner, qui avait rencontré son épouse lors d'un rassemblement Adlai Stevenson sept ans plus tôt, a également défilé - tenant la main ce jour-là en solidarité à Diahann Carroll.

    Il suffit de citer tous les noms des célébrités qui sont venues à Washington pour la marche des droits civiques de 1963. L’écrivain James Baldwin est venu avec le pionnier du baseball Jackie Robinson, le producteur hollywoodien Frank Mankiewicz, le chanteur et danseur Sammy Davis Jr. et l’actrice Ruby Dee.

    De nombreux membres afro-américains de la bande de Harry Belafonte, y compris le grand chanteur de calypso, ont été politiquement actifs dans le domaine des droits civiques pendant des années. Parmi cette équipe se trouvaient Lena Horne, Marian Anderson, le célèbre bluesman Josh White et Sidney Poitier, qui fut cette année-là première star de cinéma afro-américaine à remporter un Oscar du meilleur acteur.

    Poitier était à peine le seul homme dirigeant (ou lauréat d'un Oscar) dans l'avion loué par Belafonte. Marlon Brando, Burt Lancaster, Paul Newman et Joanne Woodward sont tous venus, tout comme Charlton Heston, qui a brillé un peu plus fort que le reste de la foule hollywoodienne. Il était plus grand que les autres, bien sûr, et il avait joué Moïse au cinéma - mais ce n'était pas vraiment cela.

    Heston avait fait campagne en 1956 pour Stevenson et en 1960 pour Kennedy. C'était assez sûr. Mais pour ceux qui gagnaient leur vie dans l’industrie cinématographique, les auditions anticommunistes du Congrès à Washington et l’épuration des membres présumés du parti à Hollywood avaient un effet dissuasif sur les activités politiques des cinéastes et des acteurs. Pourtant, au même moment, un grand mouvement se construisait à la fin des années 50 et au début des années 60 - et bon nombre des plus grandes stars du cinéma du pays voulaient donner leur renommée et leurs visages à la cause.

    Charlton Heston était l'un des premiers.

     

    En mai 1961, Heston avait fait du piquetage devant un comptoir-repas ségrégé d'Oklahoma City lors d'une manifestation aujourd'hui oubliée, l'une des centaines d'actions de ce type se préparant jusqu'à la marche de Washington. Un jour de mars 1963, la US Information Agency a filmé une table ronde avec Heston, Belafonte, Poitier, Brando et Baldwin. Cela vaut la peine d'être vu, malgré la lenteur de Belafonte (et peut être vu ici (1) , grâce à C-SPAN).

    ¹ en raison de la date de l'article, la video n'est plus sur ce site, mais elle est visible sur YT et sur le blog.

    Quand on lui demande pourquoi il marche, Heston vole la scène.

    L’image contient peut-être : 1 personne, sourit, chaussures et plein air

    «Il y a deux ans, j'ai fait du piquetage dans certains restaurants de l'Oklahoma, mais à cette exception près - comme tout à fait récemment - comme la plupart des Américains, j'ai exprimé mon soutien aux droits civils principalement en en parlant lors de cocktails», dit-il. «Mais, comme beaucoup d’Américains cet été, je ne pouvais plus me contenter de parler de vive-voix d'une cause aussi urgente plus que jamais et à une époque aussi pressante à l’heure actuelle

    Dans les années qui suivirent, «Chuck» Heston, comme l'appelaient ses proches, rompait avec le parti démocrate pour ce qu'il considérait comme ses excès libéraux. Il ferait campagne pour son ami Ronald Reagan et deviendrait un partisan de premier plan des droits du 2e amendement. En cours de route, il serait boudé et méprisé par les «libéraux», dont certains n'étaient pas encore nés lorsque Heston marchait pour la liberté.

    Heston lui-même aimait dire qu'il soutenait les droits des minorités raciales avant que ce ne soit à la mode à Hollywood - et à sa mort en 2008, Earl Ofari Hutchinson, érudit afro-américain, s'accorda: «Il l'a fait, a déclaré Hutchinson, au mouvement des droits civiques. "

    Des funérailles fantaisistes ont eu lieu dans une église pittoresque de Pacific Palisades, auxquelles ont assisté environ 300 personnes, dont de nombreuses personnalités de la Californie. Une petite veillée a également été organisée dans le centre-sud de Los Angeles, au coin de Crenshaw et Martin Luther King Boulevards. 

    Carl M. Cannon est le chef du bureau de Washington pour RealClearPolitics. Contactez-le sur Twitter @CarlCannon .

  • CHARLTON HESTON LE SAUVAGE, LE BRUTAL EST AUSSI...(Cinémonde du 2 août 1956)

    Il est toujours amusant de redécouvrir et relire certains magazines de cinéma auxquels j'étais abonnée dans ma jeunesse.

    C'est le cas avec ceux que je publie et nous pouvons y lire parfois pas mal d'erreurs et surtout une somme d'âneries écrites sur l'acteur, sa carrière et sa vie privée. Que ne fallait-il pas faire ou écrire pour la publicité d'un artiste pour séduire les fans, qu'il soit français ou d'un autre pays, notamment les Etats-Unis, puisque dans le cas qui nous intéresse il s'agit de Charlton Heston. 

    Je vous laisse le soin d'apprécier et de relever les idioties qui étaient écrites dans cet article par ailleurs très flatteur pour Chuck ....

     

    img27012019_9531.jpg

    img27012019_947 2.jpg

    img27012019_948 3.jpg

    img27012019_949 4.jpg

    img27012019_951 5.jpg

    img27012019_946 6.jpg

    img27012019_952 7.jpg