Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Renaud Vallon : Le grain de sel de Renaud

  • « EL CID » l’acteur face à la légende… partie 1

    Résultat de recherche d'images pour "el cid rodrigo diaz de vivar"

    photo : https://historiaespana.es/biografia/rodrigo-diaz-vivar-cid-campeador

    LE 7 mars 1960, se produit  aux USA la première  grève d’acteurs dans l’histoire de la « Screen Actors Guild », impliquant 14000 comédiens, soucieux d’obtenir une part des profits engendrés pour les studios par la vente de leurs films aux chaînes de télévision américaines, un mouvement sans précédent, qui paralyse complétement HOLLYWOOD , provoquant un véritable bras de fer entre le syndicat et les studios, dont les comédiens et leurs représentants sortiront vainqueurs.

    Charlton HESTON, qui va devenir plus tard le leader de la SAG pendant sept ans, ne peut, on s’en doute, que faire partie du mouvement et lui apporter tout son soutien, même s’il se considère alors déjà comme un privilégié du système, vu le succès triomphal de «  BEN-HUR » et surtout l’Oscar du meilleur acteur qu’il lui a apporté.

    Le principal sujet d’étonnement à ce jour est plutôt le rôle majeur de Ronald REAGAN, futur président des USA, peu connu pour ses opinions progressistes et pourtant engagé à fond dans la défense des « petits » comédiens contre les « gros » de la hiérarchie des pontes d’HOLLYWOOD , une prise de position courageuse à l’époque…

    En tout cas, cette situation de crise dans le métier va amener HESTON à réfléchir posément à ses futurs projets en prenant le temps de lire de nombreux scripts, qu’il va d’ailleurs tous refuser, perdant du coup un peu de sa motivation bien connue, jusqu’à ce que lui parvienne un « pitch » du fameux Phil YORDAN au sujet d’un héros de l’Espagne médiévale, totalement inconnu aux USA, mais qui va grandement titiller sa passion pour l’Histoire et ces «  extraordinary men » qui n’ont de cesse de le fasciner ; ce chevalier, surnommé par les Maures « EL CID » en vertu de son courage et de sa générosité, appartenant en partie à l’Histoire mais tout autant à la Légende, a en effet de quoi fasciner l’artiste en quête d’un projet qui lui demande autant d’investissement que « BEN-HUR » auparavant !

    Résultat de recherche d'images pour "philip yordan"

    Phil Yordan (photo Google)

    De plus, il se retrouve sans perspective immédiate de faire son métier, c’est-à-dire JOUER, car le fait d’être devenu une STAR ne l’intéresse pas plus que ça, vu que ce qu’il veut vraiment, c’est être un ACTEUR, et pour cela, il faut de la pratique ! son ami Orson WELLES l’ayant embarqué dans un projet autour de JULIUS CAESAR, mais sans obtenir les garanties voulues de la part de CBS pour lesquelles il aurait mis en scène, Chuck, sans en vouloir aucunement au magicien Orson, se retourne donc vers le « pitch » YORDAN .

    « Pitch » et non scénario, car la technique de ce rusé filou qu’était YORDAN consiste à ne surtout rien écrire, vu qu’il paye à bas prix des auteurs « blacklistés » pour faire le travail à sa place, mais à proposer quelques idées fulgurantes dans le but d’accrocher acteurs ou producteurs !

    C’est cette tactique qu’il va employer, mais elle s’avère un peu mince au début, car HESTON ne se contente pas d’un « first draft » aussi prometteur soit-il, et fait savoir au producteur BRONSTON, par le biais de son agent CITRON, qu’il n’est pas intéressé…

    Résultat de recherche d'images pour "samuel bronston"

    Samuel Bronston (photo Google)

    Or, Samuel BRONSTON, qui vient de monter son studio en Espagne grâce à des manœuvres et spéculations diverses avantageuses pour l’état franquiste, considère la présence d’HESTON comme indispensable, il est pour lui le SEUL acteur au monde qui puisse donner au personnage du CID la dimension légendaire requise, car il a vu BEN-HUR et  TEN COMMANDMENTS comme  tout le monde et sait reconnaître un talent qui crève «  l’écran », donc, soutenu par son director Anthony MANN qui pense à peu près la même chose, il va insister….

    Résultat de recherche d'images pour "anthony mann charlton heston"

    Charlton Heston et Anthony Mann (photo Google)

    A force, HESTON accepte de reconsidérer le projet si une «  major rewrite » est opérée par YORDAN, c’est-à-dire en fait son auteur, Ben BARZMAN, au sujet duquel il convient de dire quelques mots…

    Scénariste et écrivain, BARZMAN est un humaniste généreux, accusé en 1947 par la fameuse commission des affaires anti-américaines de sinistre mémoire, d’avoir été affilié au parti communiste ; après avoir écrit de beaux scripts pour LOSEY, comme « THE BOY WITH GREEN HAIR » il se réfugie à LONDRES en 1949 avec son épouse Norma, puis recommence à écrire, notamment pour YORDAN, sans que son nom apparaisse au générique  des films, se voyant même retirer la nationalité américaine en 1954 ; il est donc un paria, mais un paria talentueux, et c’est son point de vue modéré et humaniste sur l’Histoire qui va donner en partie à EL CID une originalité qui le distinguera d’autres productions épiques de l’époque.

    En effet, s'il joue à fond la carte du héros légendaire, dévoué à son roi et à son pays, ce qui flatte la «psyché» hispanique, il va refuser de faire de ce film un western puéril opposant les «bons» chrétiens aux «mauvais» maures, insistant sur la compréhension entre les peuples et la nécessité d'un rapprochement entre Espagnols et Arabes malgré les différences religieuses ; il refuse de faire du CID un combattant magnifique  mais obtus, et dresse le portrait d'un «héros par accident», un être généreux qui devient un mythe sans le vouloir, mais surtout un homme tolérant et qui ne fait la guerre que par nécessité, un personnage aux valeurs humanistes, dans lequel BARZMAN, de par son passé de victime de la bêtise et du sectarisme, a sûrement mis beaucoup de lui-même ! 

         Résultat de recherche d'images pour "ben barzman"

    Ben Barzman (photo Google)

    On peut penser sans trop s’avancer que cette vision du personnage et du contexte historique dans lequel il évolua a pesé dans le choix positif de HESTON d’accepter le rôle ; il va d’ailleurs, selon son habitude, mener des recherches approfondies sur le personnage, sans obtenir beaucoup d’informations sur ce héros peu connu aux USA ce qui l’amènera à poursuivre ses recherches sur le terrain, grâce à l’aide du docteur PIDAL, autorité reconnue sur le sujet de l’Espagne médiévale et qui lui donnera accès à toute une documentation cruciale pour lui.

    CID 1.JPG

    (Dr. PIDAL)

    En attendant , HESTON se retrouve invité par la production en plein été 1960 dans la chaleur madrilène, armé de son seul instinct concernant la valeur du sujet, reçu comme un roi par BRONSTON qui va tout mettre en œuvre pour qu’il se sente indispensable, un homme qu’il décrit dans son autobiographie «  IN THE ARENA » comme « un être dédié à faire de beaux projets, qui sait dépenser d’énormes sommes ne lui appartenant pas, pour réunir les gens les plus talentueux afin de les mettre à bien »

    Parmi ces hommes talentueux, HESTON va être impressionné par les «  production designers » COLASANTI et MOORE, qui ont la particularité de concevoir à la fois les costumes et les décors, une bonne idée selon lui, et la manière dont ils vont recréer les intérieurs du 11ème siècle avec un soin et un professionnalisme méticuleux va contribuer à le convaincre, lui le perfectionniste compulsif, que le film est sur la bonne voie .

    Le fait que Yak CANUTT, son mentor sur «  BEN-HUR » ait été choisi pour diriger la seconde équipe, élément essentiel dans un film de cette importance, va également rassurer le Chuck, même si lors du tournage, les choses ne seront pas si simples ; il rencontre bien sûr Tony MANN, sur lequel son opinion au début, sans doute grâce à la réputation du cinéaste comme auteur de westerns, est plutôt bonne, mais nous savons tous maintenant qu’il fera plus que la réviser dans le futur…

    Nanti de ces éléments positifs, il va donc retourner à Los Angeles, car il n’a donné qu’un accord de principe ! envahi de documents concernant EL CID envoyés avec habileté par BRONSTON pour qu’il puisse patienter avant que le script soit révisé et approuvé par lui, il s’y plonge avec la délectation de l'amateur d’Histoire qu’il a toujours été, décryptant davantage la part de légende et la part de réalité concernant ce Campeador «  bigger than life » ; il découvre un homme qui n’est ni un mercenaire impitoyable ni un saint irréprochable et vertueux, mais plutôt un mélange captivant des deux aspects, à partir d’un ouvrage écrit plus de deux cent ans après sa mort, «  El cantor de mio Cid » une des premières œuvres conservées de la littérature hispanique, et selon HESTON, la plus importante avant CERVANTES …

    A l’appui de toutes ces recherches, HESTON finit par définir peu à peu, loin du mythe médiéval et des excès de la légende, le portrait d’un homme ordinaire transformé par des évènements extraordinaires, obstinément loyal envers un roi qui pourtant a emprisonné sa femme et ses enfants, et ce Rodrigo Diaz de Bivar va peu à peu l’ensorceler et lui donner envie de tenter l’aventure…

    « J’étais celui qui avait insisté pour que le scénario soit réécrit, YORDAN m’avait envoyé 40 nouvelles pages plus convaincantes, et je n’allais pas rester chez moi, assis sur mon postérieur à bouder comme Achille sous sa tente ! je dis donc à Herman de conclure le deal pour que je puisse me préparer à la rude partie qui m’attendait, et deux semaines plus tard, nous faisions route pour l’Europe à bord du « Leonard de Vinci » ( IN THE ARENA)

    Voila donc notre héros en route pour six mois de gros labeur dans la fournaise espagnole, toujours pas rassuré par ces nouvelles pages qu’il trouve « meilleures que les précédentes, mais meilleures ne veut pas forcément dire bonnes », prêt à affronter un nouveau défi, des conditions logistiques complexes, des centaines de figurants de l’armée espagnole grimés en Sarrasins patibulaires…

    Et Sophia LOREN .

    signature_2 rv.gif

    A SUIVRE, bien sûr…

    A ma chère CECILE 

     

     

    ¹ PHOTOS PROVENANT DU SITE :

    https://docplayer.es/57033493-El-cid-del-cantar-a-la-gran-pantalla.html

     

  • KHARTOUM : un additif aux billets de Maria et Renaud

    "KHARTOUM" est de nouveau d'actualité puisque sa réédition améliorée en  DVD et BLU-RAY, sort le 1er octobre prochain. Une bonne raison de relire les excellents billets que nos deux amis, Maria et Renaud avaient consacrés à ce film.

    Je les ai donc relus ainsi que les commentaires qui les accompagnent.

    Bien m'en a prise de les relire, notamment celui de Maria, puisque je me suis rendue compte que j'avais laissé passer trois commentaires de Maria et de Renaud qui lui répondait.

    Je les prie de m'en excuser et je répare ce vilain oubli en les publiant ici, aujourd'hui. 

     

     

    1 - KHARTOUM : HISTOIRE D'UN HOMME HORS DU COMMUN du 17 janvier 2017 par Renaud (commentaire de Maria)

    http://charltonheston.blogspirit.com/archive/2017/01/30/khartoum-histoire-d-un-homme-hors-du-commun-3087104.html

    Bravo il nostro Renaud
    siamo perfettamente d'accordo su questo film e questa interpretazione. Effettivamente Chuck non si contentò di acquisire la pronuncia britannica dell'inglese, quello che in genere viene definito "King's English", ma cercò di riprodurre la cadenza dell'inglese alla fine del XIX secolo.
    il film è certamente un gran bel film e come al solito si avvale di una grande interpretazione da parte di Chuck come anche da parte di Richard Johnson. Quello che invece mi convince di meno è proprio Laurence Olivier, convinto forse che il Mahdi doveva parlare inglese come un suddito dell'impero britannico, esagerando sul versante esotico del linguaggio.
    E' un po' di tempo che non rivedo "Khartoum", ma mi sembra di ricordare come una certa rigidezza e un tono un po' gelido, per cui sembra che il povero Gordon, nonostante il suo viaggio all'inferno dell'autodistruzione, non riesca a coinvolgere lo spettatore. Gordon il Cinese, come lo chiamavano i suoi contemporanei, era un bel mistero. Credente sino all'autoimmolazione o fanatico del suo status militare da non accorgersi che per i politici come Gladstone la sua vita era del tutto sacrificabile, visto che altro non era se non un gesto?
    Rivedrò Khartoum e cercherò di capire se nella interpretazione Heston è riuscito a far filtrare quella disperazione del tutto umana che pure deve aver toccato l'animo del "Cinese" quando capì di essere solo contro il suo nemico, come un martire cristiano davanti ai leoni del Colosseo (lo so che non ci sono mai stati martiri cristiani al Colosseo, era per fare un esempio). Grazie comunque Renaud per le gentili parole che hai speso per il mio racconto degli Anni della Crisi (1965-1968). A seguire un analisi di 3 piccoli grandi film 1968-1973 : gli anni della lucidità.
    Maria Russo Dixon
    Écrit par : maria russo dixon 21h29 - jeudi 09 février 2017 

    TRADUCTION

    Bravo à notre Renaud.
    Nous sommes entièrement d'accord sur ce film et cette interprétation. En fait, Chuck ne se contente pas d'acquérir la prononciation britannique de l'anglais, ce qui est généralement appelé "Inglese du Roi», mais il a essayé de reproduire la cadence de l'anglais à la fin du XIXe siècle.

    Le film est certainement un grand et beau film servi comme d'habitude, par une grande interprétation de Chuck et aussi celle de Richard Johnson. Ce qui me convainc bien moins par contre, est vraiment celle de Laurence Olivier, convaincu peut-être que le Mahdi devait parler anglais comme un sujet de l'Empire britannique, en exagérant sur le côté exotique du langage.

    Il y a longtemps que j'ai vu "Khartoum", mais il me semble me souvenir d' une certaine rigidité et d'un ton un peu glacial, il semble donc que le pauvre Gordon en dépit de son voyage dans l'enfer de l'autodestruction, ne réussit pas à impliquer le spectateur.

    Gordon le Chinois, comme il était appelé par ses contemporains, était un beau mystère. Croyant même à l'auto-immolation ou fanatisme de son statut militaire, il n'a pas remarqué que pour des politiciens comme Gladstone sa vie était entièrement sacrifiable, vu qu'il n'y avait rien d'autre à faire, sinon un geste?

    Je dois revoir " Khartoum " et essayer de comprendre si dans son interprétation, Heston a réussi à faire filtrer le désespoir de tout humain qui doit aussi avoir touché l'âme du «Chinois» quand il savait qu'il était seul contre son ennemi, comme un martyr chrétien devant les lions du Colisée (je sais qu'il n'y a jamais eu de martyrs chrétiens au Colisée, c'était juste un exemple).

    Renaud merci quand même pour les paroles aimables que vous avez écrites sur mon histoire des années de crise (1965-1968). Après une analyse des 3 grands petits films 1968-1973: les années de lucidité.

    500525983.jpg

    2 - ANALYSE DU LIVRE DE MARC ELIOT du 19 septembre 2018 par Maria

    (commentaires de Renaud et de Maria)

    http://charltonheston.blogspirit.com/archive/2018/09/14/analyse-du-livre-de-marc-eliot-par-maria-russo-dixon-a-tradu-3119892.html

    UN très grand " BRAVO" à MARIA pour son billet concernant les derniers chapitres du livre de MARC consacré à la fin de carrière difficile de l'artiste; avec sa modestie coutumière, elle nous fait croire qu'elle se contente de commenter, mais son analyse est pleine de passion ET de méthode, et cerne parfaitement les doutes et la vraie souffrance de l'homme HESTON à cette époque.
    EN mettant l'accent sur ses difficultés à rester " bankable" après l'échec si douloureux de " ANTONY" elle nous rappelle que tout artiste est partagé entre son désir de continuer à plaire et ses exigences artistiques, un duel de tous les instants pour HESTON, dont on ne sait quelle partie de lui-même est sortie victorieuse! elle souligne fort bien son besoin de rester actif dans le monde culturel ( la période NEA) ainsi que l'épisode peu connu, et surtout bien oublié par ses détracteurs, de son opposition à REAGAN quand à l'aide de l'état aux arts et au cinéma, c'est remarquable de sa part.
    Sans tomber dans la polémique, elle nous rappelle aussi la période, douloureuse pour tous ceux qui idéalisent leur héros, de sa présidence de la NRA, et l'écroulement de son statut " héroïque" dans le monde tout-puissant des médias..
    ENFIN et surtout, elle écrit avec une passion toute latine au sujet d'un homme qui lui importe malgré ses contradictions et ses erreurs, ce que MARC, limité par son éducation anglo-saxonne sans doute, n'a peut-ête pas su transmettre, malgré ses recherches plus que documentées;
    J'espère sincérement que tu seras LUE chère MARIA, car l'image ternie de l'artiste a vraiment besoin d'analyses aussi justes et bien pesées que les tiennes...
    GRAZIE MILLE VOLTA, MARIA, PER QUESTA MERAVIGLIO

    signature_2 rv.gif

    Grazie a tutti per i vostri apprezzamenti e grazie in particolar modo a Renaud che ha compreso il mio stato d'animo nel descrivere gli ultimi anni di Chuck . A chi lo ha amato e ammirato ho risparmiato l'infelice descrizione degli ultimi giorni di vita, ricordando che anche mia madre è morta di quell'orribile malattia che colpisce la vittima e soprattutto chi gli sta intorno.
    Ieri sera ho rivisto "Khartoum" e ho notato come nella scena finale Heston/Gordon scende con un tenue sorriso sulle labbra i gradini del palazzo che ospita il Governatorato inglese. In basso lo attendono gli uomini del Mahdi, armi alla mano. Heston/Gordon si mostra appunto quasi sorridendo, come se la Morte fosse l'ospite atteso e benvenuto. E' una scena da guardare con particolare attenzione e partecipazione. E del resto tutto il film non sembra altro che la preparazione di Gordon ad affrontare la morte.
    Chuck non era naturalmente contento neppure di questa interpretazione eppure come naturale e umano appare il generale -eroe nel film. Umano e partecipe dell'infelice destino che attende i cittadini di Khartum. Ne' epico nè iconico Heston/Gordon da una splendida interpretazione di un uomo che credeva di lasciare un'impronta indelebile nella storia e di cui non si ricordano più nemmeno i libri di scuola. Chuck credo che attraverso Gordon interpreti la fragilità dell'essere umano di fronte all'inevitabile fine della vita, sua come di ogni altro mortale. Sarebbe bene rivedere questo film dicendosi "Quest'uomo sa di star vivendo gli ultimi mesi della sua vita" e magari ricordare la sua ultima intervista quando rispondendo a come intendeva affrontare la consapevolezza di essere affetto da un male inguaribile dice"What cannot be cured must be endured" Quello a cui non vi è cura o rimedio deve essere sofferto. Fino alla fine, aggiungo io.
    Grazie a tutti voi

    TRADUCTION 

    Merci à tous pour votre appréciation et en particulier à Renaud qui a compris mon état d'esprit en décrivant les dernières années de Chuck. Pour ceux qui l'aimaient et l'admiraient, j'ai épargné la description malheureuse des derniers jours de la vie, en me rappelant que même ma mère était morte de cette maladie horrible qui affecte la victime et particulièrement son entourage.
    La nuit dernière, j'ai vu "Khartoum" et remarqué comment, dans la scène finale, Heston / Gordon descend les marches du bâtiment qui abrite le gouvernorat anglais avec un léger sourire. Au fond, les hommes du Mahdi attendent les armes à la main. Heston / Gordon se montre presque souriant, comme si la Mort était l'invitée attendue et bienvenue. C'est une scène à regarder avec une attention et une participation particulières. Et le reste du film ne semble pas être autre chose que la préparation de Gordon à la mort.
    Naturellement, Chuck n’était même pas content de cette interprétation et pourtant le héros naturel apparaît dans le film comme humain et normal. Humain et participant au destin malheureux qui attend les citoyens de Khartoum. Heston / Gordon, épique et emblématique, ne donne pas une interprétation splendide d’un homme qui croyait laisser une marque indélébile dans l’Histoire et dont on ne se souvient plus dans les livres scolaires. Chuck croit qu’à travers Gordon, il interprète la fragilité de l’être humain face à la fin inévitable de sa vie comme de celle de tout autre mortel. Il serait bon de revoir ce film en se disant: "Cet homme sait qu'il vit les derniers mois de sa vie" et peut-être vous souviendrez-vous de sa dernière interview quand il dit comment il avait l'intention de faire face à la prise de conscience du fait de souffrir d'une maladie incurable.
    Ce serait bien de revoir ce film en se disant : "Cet homme sait qu’il vit les derniers mois de sa vie." et peut-être se rappeler sa dernière interview quand répondant à la façon dont il voulait faire face à la conscience d’être touché par un mal incurable, il dit : "What cannot be cured must be endured" -" Ce qui n’a pas de traitement ou de remède doit être enduré "... jusqu'à la fin, j'ajoute.
    Je vous remercie tous

     

    signature_2.gif

     

  • LA PLANETE DES SINGES : HISTOIRE D’UN RETOUR AU SOMMET ( 3ème partie & fin )

    PDVD_019.png

    « JE ne pense pas que le film aurait pu être aussi puissant et en même temps drôle, s’il n’était pas porté par les musculeuses épaules de Charlton HESTON , car il représente l’archétype de l’Amérique qui gagne et de sa puissance, mais il est aussi cet Adam américain parfait qui peut permettre d’exprimer une forme de culpabilité propre à notre peuple ».

    Cet article de Pauline KAEL, redoutable critique du NEW YORKER, paru en février 1968 au moment de la sortie du film, met bien en valeur, en quelques mots, à la fois l’image classique (mais partiellement fausse) que les Américains peuvent à l’époque avoir d’une de leurs « icones », mais aussi les questionnements que le film de SCHAFFNER fait plus que sous-entendre, et que la critique américaine « intellectuelle » va spectaculairement prendre à son compte, surtout quand PLANET OF THE APES va, à la surprise générale, faire un triomphe !

    Pourtant, quand le «  CHUCK » se rend à la première du film à New York, il est loin de se douter du triomphe qui attend l’ouvrage, et sa première préoccupation est de savoir si les spectateurs ne vont pas rire un bon coup devant les malheurs de son Taylor martyrisé par des singes ! Lui qui n’a pas eu de « hit » majeur depuis finalement EL CID et moindrement FIFTY FIVE DAYS IN PEKING, qui vient de passer sept ans à incarner des personnages tourmentés et difficiles ( ce qui contredit d’ailleurs le point de vue premier de Miss KAEL) sans que son Michel-Ange, son Gordon ou son Chrysagon aient beaucoup ému le public américain, en est à un point de sa carrière où, disons- le, l’erreur n’est plus tellement possible s’il souhaite conserver son statut de « mégastar » !

    Il sait déjà que son WILL PENNY tant chéri ne risque pas de faire un malheur au box-office, et NUMBER ONE, mis un peu de côté pour privilégier la sortie de APES, ne s’annonce pas non plus comme un film à grand public, tout repose donc sur ce curieux « space-opera » ou son image de héros en prend un sacré coup pendant une heure quarante, sans aucune «  happy-end » pour rétablir la balance, et c’est même le contraire, du fait d’une fin parfaitement négative qui ne caresse vraiment pas le public « pop’corn » dans le sens du poil…

    Mais le public «  pop », oui !

            PDVD_194.png   

           PDVD_216.png

                                      Car PLANET OF THE APES, par l’étrangeté de son propos, les allusions philosophiques, le point de vue progressiste sur les dangers que court la planète, et l ’utilisation de HESTON à contre-emploi,( « hero turned to zero » selon Renata ADLER du New-York Times) va justement déclencher une véritable passion collective, touchant certes les spectateurs déjà sensibles au travail de l’acteur, donc plutôt la «  middle class » américaine à tendance démocrate, mais aussi et surtout, la masse de jeunes, les collégiens et étudiants, et tous les opposants, hippies ou autres, à un système dont, pour eux, HESTON n’était pas tout à fait l’incarnation comme un John WAYNE abhorré par les pacifistes et libéraux, mais quand même partie prenante !

    Et ce sont ces mêmes jeunes, représentants d’une très grosse partie de la jeunesse américaine, ceux qui ne croient plus dans les valeurs de l’oncle Sam, ceux qui militent contre la guerre du Vietnam, ceux qui dans un an feront du festival de WOODSTOCK un évènement planétaire, ce sont les non-violents et les marginaux qui vont se retrouver dans ce film généreux et clairvoyant, mais pas marginal ou subversif pour autant, et faire de HESTON, à son corps défendant ( si j’ose dire) un symbole de leur «  contre-culture » !

    Richard ZANUCK avait cru bon de se voiler la face en niant tout contenu politique à ce qu’il considérait au départ comme un pur divertissement, mais ce sont bel et bien le côté insolite et la parabole philosophique du scénario de WILSON, appuyant l’idée que si l’homme se retrouve en bas de l’échelle, c’est parce qu’il l’a bien cherché, qui vont en quelques mois, faire de APES un triomphe local puis planétaire, et redorer le blason de sa vedette…

    img05082019_270.jpg

    A l’âge de quarante-cinq ans, donc à un moment ou en général, la plupart des acteurs se disent qu’ils ont mangé leur pain blanc, voici donc HESTON redevenu un « hot box-office darling », le tout vêtu d’un simple pagne pendant la majeure partie de l’opus, flanqué d’une partenaire féminine qui ne dit pas ( et pour cause ) un seul mot, avec pour seule victoire au final, le fait d’avoir toujours eu raison quand à sa vision cynique de l’humanité !

     

    On ne saura d’ailleurs jamais vraiment à quel point l’homme HESTON, même s’il est encore un démocrate convaincu à l’époque, aura pu apprécier le fait de se retrouver propulsé au rang d’icône de la contre-culture, et ce serait pousser le bouchon un peu loin que de penser qu’il a pu approuver les critiques délirantes du moment au sujet du film, notamment celle de ADLER dans le « New York Times » écrivant en substance que le film de SCHAFFNER  «  est un ouvrage anti-guerre » et un tract libéral de science-fiction, inspiré d’un roman du français BOULLE, pas un grand film du tout, mais une œuvre amusante et caustique, visiblement opposée à toute forme d’establishment » !

    Quoiqu’il en soit, dans un pays ou le commerce et l’image, même fausse, sont rois, CHUCK va profiter sans sourciller de ce regain de popularité, et franchement, après la longue traversée du désert de ce moderne MOISE, qui pourrait bien lui en vouloir ? après tout, il s’est battu deux ans pour ce projet, et même s’il n’y perçoit pas toutes les idées progressistes dont beaucoup se régalent, il sait que l’idée première d’un irrémédiable déclin de l’humanité si on n’y prend pas garde, lui reste chère et c’est tout ce qui importe !

              PDVD_325.png       

    PDVD_382.png

    Il va donc enchainer les émissions TV et radio, apparaitre sur de nombreuses couvertures de magazines, passer au fameux Johnny CARSON SHOW en mars, puis au non moins notoire Ed SULLIVAN SHOW, accepter une tournée de promotion en EUROPE alors que Lydia subit de récurrentes migraines, et constater avec bonheur que le film bat des records d’affluence partout sur le continent, notamment en FRANCE …

    Il y aura pourtant un revers à la médaille, c’est que devant le succès incroyable du film, Richard ZANUCK qui est avant tout un homme d’affaires, va bien sûr flairer la bonne occase et échafauder rapidement un nouveau projet, «  BENEATH THE PLANET OF THE APES » destiné , avec des moyens inférieurs, à profiter des retombées financières du premier volet ! Il se heurtera d’abord au refus de l’acteur de participer à une suite qui selon ses termes, « n’a aucune valeur créative »,alors que la présence du personnage TAYLOR est évidemment indispensable pour assurer le liant entre les deux épisodes…

    On connait la suite : reconnaissant que sans le concours de ZANUCK, il n’y aurait pas eu de film du tout, HESTON acceptera finalement de participer à cette réalisation de son ami Ted POST pour témoigner à Dick de sa gratitude, mais à la condition expresse que son personnage meure dès le début ; en fait, cajolé par le décideur, Chuck, garçon généreux et influençable, jouera au bout du compte trois scènes importantes, dont sa mort à la fin ,mais en y ajoutant une idée personnelle, celle de l’ultime explosion atomique, croyant du coup supprimer toute possibilité de séquelle…

                PDVD_385.png

    PDVD_396.png

                                                                              

     

    Mais nous savons maintenant qu’il n’en sera rien, et que l’original donnera lieu à trois autres suites de qualité plus que discutable, les scénaristes hollywoodiens ne manquant jamais d’imagination quand il s’agit d’exploiter un filon !

    Le triomphe de APES, conjugué avec celui du très sérieux et surtout moins « lisible » 2001 de KUBRICK, va d’ailleurs provoquer un retour en grâce de la science-fiction au cinéma, mais cette fois sur l’échelle des « big budgets » et non celle de la série B dans laquelle le genre s’étiolait depuis des années ; c’est en effet, finalement, à ces deux films fort différents mais passionnants, que l’on doit, avec ses bons et moins bons côtés, le renouveau d’un genre méprisé par les décideurs, qui donnera lieu dans un proche avenir à la série des STARS WARS et aux divers ALIEN de Ridley SCOTT .

    A la différence que, contrairement à PLANET OF THE APES qui ne se contente pas d’être un divertissement, la plupart des nouveaux produits du genre seront avant tout des œuvres destinées à distraire et procurer de l’évasion à leur public, mais très peu d’entre eux dépasseront le stade du «  good time movie » pour proposer une vision du monde, ou à tout le moins une réflexion sur le devenir de notre planète…

    Et c’est là que l’on prend pleinement conscience de l’importance du film de Messieurs SCHAFFNER, HESTON et JACOBS, car on ne peut qu’associer, avec le recul, les trois personnages ; même si certains effets spéciaux ou décors peuvent paraitre aujourd’hui un peu «  démodés », la puissance, l’intelligence et la beauté plastique de ce film « différent » restent intactes et continuent à nous interpeller avec force, cinquante ans plus tard ; peu importe que les tendances de l’époque aient pu récupérer à bon compte le propos du film sans que ce soit vraiment justifié, l’essentiel n’est pas là !

       L’essentiel, c’est l’image d’un homme à demi-nu, interprété par un des plus grands comédiens de ce siècle, pleurant de rage devant une statue enlisée dans le sable, comme un rêve américain échoué sur le rivage ,par la faute de la folie meurtrière des hommes, sans espoir de rédemption pour toutes les erreurs commises.

    PDVD_091.png

    Comment, en ce début ô combien difficile du 21ème siècle, ne pas s’identifier à la colère désespérée de George TAYLOR ?

     

     

    signature_2 rv.gif

     

     

    A CECILE, plus que jamais.

     

     

     

     

     

     

     

     

     

  • KHARTOUM : HISTOIRE D'UN HOMME HORS DU COMMUN

    Publié le 31 janvier 2017

    MAJ le 13 août 2019

    A l'occasion de la sortie prochaine en DVD et BLU-RAY très attendus du film KHARTOUM, j'actualise la publication du très bon Grain de sel sur le film que Renaud avait écrit et dont la publication avait été faite le 31 janvier 2017.

    Une petite relecture n'est pas inutile. 

    karthoum 1.jpg

    L’affiche française du film, telle que les spectateurs la découvrirent en 1966 !

    Dans le cœur de nombreux admirateurs de l’acteur-artiste qu’est Charlton HESTON, un film comme Khartoum semble occuper une place particulière car il est le premier rôle de britannique dans sa pourtant déjà longue carrière, et c’est également son premier film à disposer d’un casting totalement anglais : on y trouve en effet Laurence OLIVIER, Ralph RICHARDSONNigel GREEN, Richard JOHNSON (rien que ça !), pour encadrer CHUCK dans le rôle de Charles GORDON, dit " le chinois ", figure historique légendaire pour les Anglais, au même titre que Laurence d’Arabie plus tard. Ce Charles GORDON, qui avait servi en Crimée, bataillé pour l’empereur de Chine, réussi à supprimer l’esclavage au Soudan et, en général obéi pendant toute sa carrière à ses propres règles plutôt qu’à celles de l’establishment militaire britannique, ne pouvait qu’intéresser l’homme HESTON, lui-même admirateur de ces fortes individualités qu’il appelle « the extraordinary men ».

    khartoum 4.jpg

    L’excellent Richard JOHNSON dans le rôle du colonel STEWART, adjoint de GORDON. Ce fut le début d’une grande amitié avec CHUCK, et ils tournèrent encore quatre fois ensemble.

    Quand il reçoit le script de Khartoum, il pense d’abord refuser ce nouveau projet épique car il sort d’une longue période en costumes et ne veut pas replonger dans un énième film spectaculaire. C’est le scénario extrêmement précis et documenté de Robert ARDREY qui va le décider à changer d’avis. Il découvre peu à peu derrière la façade de l’officier rigide et loyal, un personnage plein de profondeur et d’humanité, un chrétien mystique pour qui la solution militaire ne suffit pas, et que n’effraie aucunement la peur de la mort, mais celle de l’échec. Mieux informé sur l’homme GORDON et fasciné par le courage d’un homme capable de se sacrifier pour une cause qu’il trouve juste, CHUCK va, avec le professionnalisme qu’on lui connaît, totalement s’approprier l’allure, le visage et la voix d’un officier anglais de la fin du XIXème siècle, s’astreignant à un coaching vocal très pointu pour que son accent anglais, et non celui d’un américain, se rapproche de la perfection. Ce souci d’authenticité sera d’ailleurs très apprécié en Angleterre, où le film fera plus tard un très gros succès.

    Cependant, si GORDON est la figure principale de son scénario, Robert ARDREY a eu l’excellente idée de lui opposer un protagoniste à sa mesure, choix dicté par le simple respect de la vérité historique, puisque GORDON ne fut envoyé à Khartoum que pour contrer la révolte locale menée par un « fou de Dieu » très en avance sur ceux de notre époque, un homme du désert qui se faisait appeler le « Mahdi » (celui qu’on attendait), et qui projetait de porter la parole du prophète dans toutes les mosquées d’Orient. Pour jouer ce personnage tout aussi habité par sa foi que l’était GORDON, le plus grand acteur anglais de l’époque, Laurence OLIVIER, s’imposait comme un choix évident. Barbu, grimé, et s’étant pourvu d’une diction arabisante totalement différente de son phrasé habituel, OLIVIER sera un adversaire et un concurrent de premier choix pour CHUCK, qui dira avoir beaucoup appris de leur rencontre.

    khartoum 3.jpg

    « Le jour où l’empereur de Chine cessera d’être un infidèle, j’accepterai ce cadeau somptueux. » Voilà ce que dit le « Mahdi » (Laurence OLIVIER) à GORDON (Charlton HESTON), lors de leur première entrevue. Dans la réalité, les deux hommes ne se rencontrèrent jamais.

    Un autre aspect important du scénario est le refus absolu de ARDREY de tomber dans le piège du film de prestige à la gloire de l’empire britannique. Il dénonce au contraire l’hypocrisie d’un système prêt à tout pour défendre ses intérêts dans le canal de Suez, mais surtout pas à secourir une population en danger, quitte à sacrifier GORDON sur l’Autel de leurs bonnes intentions. Vision clairvoyante et très avant-gardiste, surtout pour un film destiné à un grand public. Ralph RICHARDSON, parfait dans le rôle de GLADSTONE, incarne avec brio les contradictions de l’homme politique tiraillé entre ses sentiments personnels et la raison d’Etat.

    khartoum 2.jpg

    Arrivée de GORDON à Khartoum, accueilli comme un sauveur. Cette scène émut grandement CHUCK et lui rappela l’entrée dans Valence lors du tournage de « EL CID ».

    Tous les ingrédients sont donc réunis pour faire de KHARTOUM un grand film : le sujet, le scénario, les interprètes et, pourtant, une légère frustration demeure quant au résultat final. La cohérence et la rigueur ne font jamais défaut à ce film, la reconstitution est de qualité, la musique de Franck CORDELL est envoûtante… On peut juste regretter qu’avec un tel projet, un metteur en scène comme Anthony MANN ou David LEAN n’ait pas été aux commandes plutôt que le trop sage Basil DEARDEN. Ce cinéaste de la qualité anglaise (1911-1971), n’était peut-être pas l’homme qu’il fallait pour donner à Khartoum le souffle épique nécessaire. Très à l’aise dans les scènes d’intérieur et la direction d’acteurs, il l’est moins quand il s’agit d’animer l’écran par du mouvement et du rythme, même si la seconde équipe menée par Yakima CANUTT fait plus que le job. D’ailleurs, CHUCK dira lui-même de son travail : « je crois pouvoir dire que c’est le seul film que je considère comme très bon, dont je pense que la réalisation n’est pas la qualité principale ». On ne peut qu’approuver cette lucidité, surtout quand on connaît le degré d’exigence du personnage.

    khartoum 5.jpg

    Dénouement tragique du film : fidèle à ses convictions, GORDON refuse de se défendre et fait face aux fanatiques, armé de sa badine et de son seul courage.

     

    Tourné de manière logistiquement complexe mais sans réelles difficultés, en partie en Egypte, puis en Angleterre, KHARTOUM sera un très grand succès en Grande-Bretagne (ce qui suffira d’ailleurs à couvrir les frais de production), mais fera un score moyen aux USA, où le public habituel de CHUCK sera désemparé par ce personnage. Déçu par le résultat commercial global, CHUCK n’en conservera pas moins une affection sincère à ce film tout sa vie. On peut le comprendre, car c’est un de ses plus beaux rôles, où il fait preuve d’une finesse de jeu exemplaire pour camper cet être complexe à la fois orgueilleux, généreux, et habité par une foi inébranlable.

    Auteur : Renaud
    Script-girl : Cécile

     

  • LA PLANETE DES SINGES Histoire d’un retour au sommet ( 2ème partie)

    «  Je viens d’apprendre que la FOX a décidé de donner le job de chef opérateur à Leon SHAMROY pour “APES” , pendant que de son côté UNIVERSAL a retiré à Ralph NELSON le montage de «COUNTERPOINT », les deux choix me semblent être de grossières erreurs, j’ai appelé Herman ( CITRON) à ce sujet et il m’a entendu ! »

    img05082019_268.png

    En date du 6 mars 1967 dans ses «  Journals » cette petite «  entry » de l’artiste, qui arrive toujours à policer par écrit ses moments de colère noire, indique clairement à quel point il est à l’époque engagé dans tous les aspects du «  processus créatif » autour d’un film, et même dans le cas présent, de plusieurs à la fois ! Comme nous l’avons déjà souligné, l’acteur est dans une période difficile ou peu de ses projets, en gros depuis 63 , ont rencontré la faveur du public, et c’est pourquoi il attache de l’importance à tous les aspects de la production ! la mise à l’écart de son ami NELSON le scandalise d’autant plus qu’il n’est pas vraiment persuadé de la valeur du film, et l’arrivée de SHAMROY aux commandes de la photo de APES l’inquiète au plus haut point parce que cet ancien d’HOLLYWOOD a selon lui en partie ruiné le travail sur «  THE AGONY AND THE ECSTASY » en prenant un temps considérable à éclairer le plateau, enlevant du coup aux comédiens beaucoup de temps de travail …

    img05082019_270.png

    On en est en effet arrivé au moment tant attendu par JACOBS et HESTON de la concrétisation d’un rêve, et la distribution des rôles à tous les niveaux de la production est donc capitale ! sur ce point, à part le triste abandon du « space ship » par Eddie ROBINSON pour raisons de santé, tous les signaux sont au vert ; HESTON , toujours ravi d’être entouré de comédiens de talent, se réjouit de la présence de Roddy Mac DOWALL, ex-enfant prodige d’HOLLYWOOD, au palmarès impressionnant vu qu’il a commencé sous la férule de John FORD, de celle de Kim HUNTER, grande spécialiste de Tennessee WILLIAMS, et aussi de celle de Maurice EVANS, qui l’avait impressionné en prêtre déluré dans «  THE WAR LORD » … Le point commun entre ces acteurs brillants étant qu’ils jouent tous des singes, et seront donc grimés au moyen de maquillages époustouflants de John CHAMBERS, à tel point qu’un cadre de la FOX déclarera non sans ironie : «  à quoi bon payer une fortune pour des acteurs dont on ne va jamais voir le visage ! »

    img05082019_271.jpg

    (Photo extraite du livre : " La Planète des singes " toute l'histoire d'une saga culte de Joe Fordham et Jeff Bond)

    https://www.ebay.fr/sch/i.html?_from=R40&_trksid=m570.l1313&_nkw=toute+l%27histoire+d%27une+saga+culte+la+plan%C3%A8te+des+singes+de+Joe+Fordham+et+Jeff+bond&_sacat=267

    Celui dont par contre on va voir constamment l’auguste faciès sait parfaitement, et ce depuis qu’il a pris la mesures du scénario cette fois bien défini avant tournage de STERLING et WILSON, à quel point ce « APES » peut être un véritable «  turning point » pour son image et sa carrière ; il a accepté le projet parce que ce n’est pas un simple « space opera » de plus, mais bel et bien un conte philosophique sur le devenir de l’humanité, une « satire à commentaire social » selon ses propres termes, qu’il comparera pertinemment aux « VOYAGES DE GULLIVER » de Jonathan SWIFT, et il entend bien que cet aspect de l’histoire reste présent dans le résultat final ! de même qu’il se retrouve à endosser le costume d’un personnage totalement différent de ceux qu’il a pu interpréter auparavant, et c’est ce qui le captive au plus haut point ; ce Georges TAYLOR, astronaute et scientifique américain qui se retrouve sur une planète inconnue après avoir quitté la Terre en 1972, a certes quelques points communs avec d’autres « characters » joués par lui avant, et il a effectivement souvent joué des individus complexes, cyniques, parfois antipathiques ( DIAMOND HEAD, DUNDEE, COUNTERPOINT récemment) mais aucun d’entre eux ne se rapproche de ce savant désabusé et disons-le, totalement misanthrope qu’il va incarner…

     

    PDVD_026.png

    La première scène, un monologue de TAYLOR sur le point de quitter la Terre, va donner le ton du film et situer le personnage, puisqu’il évoque avec noirceur l’état de la planète qu’il laisse sans regret, une planète ou l’homme laisse mourir de faim les enfants de son prochain tout en continuant à faire la guerre, propos que l’acteur nuance avec maestria, se demandant pour finir s’il n’y a pas, quelque part dans l’univers, une forme de vie meilleure… mais cette introduction, qui aurait pu se limiter à n’être qu’un «  pitch » racoleur, va être développée avec rigueur tout au long du film, sans perdre de vue que TAYLOR reste un « outcast » un paria qui a renoncé à l’humanité parce qu’il ne croit plus en elle…Le héros de BEN-HUR, de EL CID ou le prophète éclairé de TEN COMMANDMENTS, porteur de valeurs humaines ou religieuses rassurantes, est devenu ce philosopheur barbu, moqueur et sans pitié pour l’establishment qui l’a pourtant façonné : il est celui qui se gausse de son collègue LANDON et de la statue qu’on a bien pu construire pour lui « back home » en son honneur, celui qui rit à gorge déployée devant le spectacle dérisoire d’un petit drapeau américain en papier planté par ce même astronaute, il est celui qui ne supporte pas ses « frères » humains, et donc pour HESTON un vrai challenge, incarner ce qu’il n’est pas !

    PDVD_112.png

    Il va donc s’y employer le mieux possible, effectuant des variations sur son timbre de voix basse habituel pour exprimer au mieux l’ironie et la méchanceté du personnage lors de la ( capitale) première demi-heure du film, ce passage clé de l’ouvrage, essentiel pour SCHAFFNER ! Contrarié par l’attitude de ZANUCK qui à ce moment précis envisage de réduire le budget, le «  metteur » défend bec et ongles son point de vue, selon lequel il faut absolument soigner ce long préambule.

    «  si ça ne fonctionne pas, le film est mort » dira t’il pour justifier le temps consacré à ces séquences merveilleuses de découverte d’une planète «  inconnue » par les trois astronautes, que l’on revoit toujours avec la même fascination cinquante ans plus tard, à coup sûr le travail d’un « grand » que HESTON avait bien fait d’imposer …

    Cela étant, il s’agira bien du seul véritable «  accrochage » pendant ce tournage de deux mois ( mai-août 1967) où HESTON se verra par ailleurs soumis à un déluge de « violences » physiques tout à fait supérieur à tout ce qu’il aura pu expérimenter jusqu’ici ; fait prisonnier par les singes, maitres de la planète, le voilà considéré comme un animal au même titre que les « humains » qui sont devenus les esclaves et les souffre-douleurs d’une nouvelle race dominante, et là c’est l’image classique du HESTON héros américain idéal, qui va en prendre un coup ; battu, lapidé, mis en laisse, dénudé devant la cour de justice et d’une façon générale, toujours mis en infériorité, il redevient peu à peu, le seul garant du savoir et de la culture humaine qu’il avait pourtant reniés au départ, subtile nuance qui aura, également, plus qu’échappé aux décideurs …

                                                                                           

    PDVD_032.pngPDVD_328.pngPDVD_104.png

    «  Il me semble qu’il y a rarement eu une scène dans ce foutu film où je ne me suis pas retrouvé traîné par les pieds, lapidé, étouffé, fouetté, piétiné, pourchassé, matraqué, arrosé, mis dans un filet, bref généralement maltraité ! comme me le soulignait Joe CANUTT tout en réglant une scène de combat : » tu sais Chuck , je me souviens qu’à une époque, ou avait l’habitude d’en sortir vainqueurs ! »( JOURNALS, 19 juillet 67)

    PDVD_026.png

    Un autre aspect intéressant du tournage sera l’importance donnée, contre l’avis de SCHAFFNER, au personnage de NOVA, la jeune « subhumaine » rencontrée par TAYLOR et qui le suivra pendant toute l’aventure, sans prononcer une seule parole, ce qui n’est pas plus mal car la jeune Linda HARRISON, à la plastique irréprochable, est davantage mannequin que comédienne et doit sa participation au film à deux facteurs de taille : elle est la petite amie de Dick ZANUCK ( ça peut aider) et Raquel WELCH et Ursula ANDRESS ont refusé le rôle, ce qui est aussi bien, vu le froncement de sourcils qu’une telle perspective aurait pu provoquer chez Lydia HESTON …

    « J’aime toutes les idées de Frank , on peut dire que tout cela est «  vraiment intéressant » ;Je pense que Roddy, Kim et Maurice sont formidables ;James WHITMORE en particulier est un orang-outan remarquable ( je ne sais pas à quel point il apprécierait ce compliment) ; Linda H a ses problèmes, mais Frank s’arrange pour qu’elle reste presque immobile dans ses scènes, ce qui semble fonctionner »  (JOURNALS, 16 et 20 juin 67)

    Et on va donc en arriver tranquillement au «  climax » du film, qui a toujours été la motivation première de JACOBS et d’HESTON, à savoir la découverte par TAYLOR de ce qui a été sous-entendu tout au long du film, et ne saurait être un « spoiler »pour celles et ceux qui vont nous lire et connaissent bien le sujet ; en effet, cette planète ou le singe semble descendre de l’homme et non l’inverse, c’est bien sûr notre bonne vieille Terre finalement ravagée par un conflit atomique de trop, et qui aura permis par sa destruction d’en arriver à ce cauchemar anthropologique …deux mille ans plus tard, le misanthrope TAYLOR , aux pieds de la statue de la Liberté à demi-enfouie sur une plage ne peut que clamer son dégoût et sa colère devant ce que l’homme a bien pu faire pour en arriver là, ce qui nous renvoie en toute logique à son monologue du début évoquant la bassesse et la profonde bêtise de ses contemporains…

    «  Mort ABRAHAMS ( producteur exécutif pour JACOBS) m’a entrainé dans une discussion peu constructive sur ce que je devrais dire ou pas dans mon dernier discours devant la statue de la Liberté.Je préfère dire le discours que j’ai écrit moi-même, et c’est ma seule chance de mettre du poids derrière ce choix,en plus, c’est la meilleure version possible sur les trois proposées ; je ne peux pas croire que le Code interdise de nos jours d’utiliser la phrase «  Dieu vous maudisse », alors qu’elle est plus qu’acceptable dans le contexte du discours, vu que TAYLOR en appelle littéralement à Dieu pour punir ceux qui ont détruit la civilisation ! » ( JOURLNALS, 3 aout 67)

    PDVD_091.png

    Et oui, vous l’avez bien lu, c’est donc HESTON himself qui a construit ce fameux texte final, qui ne serait certes pas aussi déterminant si la mise en scène de SCHAFFNER sur la plage de ZUMA n’atteignait pas là son sommet d’inventivité, mais il n’en résume pas moins l’état d’esprit du comédien au moment de conclure ce passage important dans sa carrière ; toujours conscient du fait que l’Homme est finalement son unique ennemi sur cette terre, mais toujours animé d’une authentique foi religieuse, le citoyen HESTON pose là un point de vue fort et sans concessions, et ce à une époque de doutes et de violence qui menacent gravement l’équilibre fragile de la planète…

    On comprend d’autant mieux la passion qu’il a mis dans ce projet, où tout ce qui a été mis en œuvre allait dans le sens de ce « finale » époustouflant, et qui depuis est entré fort justement au Panthéon des mythes du 7ème art !

    Reste à découvrir , après deux ans de travail autour de cet OVNI filmique, comment justement il va être accueilli, et quelle sera son influence dans l’évolution du cinéma américain et dans la carrière de Chuck HESTON …

    «  je pense que c’est du bon travail, que ce film sera forcément, différent, et si le commentaire social a autant d’impact que le côté «  aventure exotique », il se peut que nous arrivions à retenir l’attention d’un vaste public » ( JOURNALS, 10 aout 1967)

    A Cécile ...

    signature_2 rv.gif

    A SUIVRE...