Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

FERNANDO ALONSO BARAHONA

  • " LOS DIEZ MANDAMIENTOS " EN SEMANA SANTA - par Fernando Alonso Barahona

     

    J'ai traduit ce matin, ce bel article écrit par Fernando que vous pouvez retrouver sur son blog RITMOS 21

     

    23708_diez-mandamientos-semana-santa-pelicula.png

    •  
    •  
    •  

       

       
       

     

    1497524_688136404550981_59120609_n.jpgFERNANDO ALONSO BARAHONA 

    11  avril 2017


     

    http://www.ritmos21.com/514416472/diez-mandamientos-semana-santa-pelicula.html

     

    Le film a battu tous les records du box-office et est devenu le deuxième film le plus populaire dans l'histoire du cinéma.

     

    En Octobre 1954, Cecil B. De Mille (1881-1959) et son équipe embarquent à destination du Caire pour commencer le tournage de l'une des grandes œuvres de l'histoire du cinéma, qui serait toujours et en tous lieux du monde de manière indélébile liée à son nom : Les Dix Commandements  (The Ten Commandments). 

     

    De Mille, pionnier et fondateur de Hollywood avec son film Le mari de l'indienne , tourné en 1913, avait montré son talent fabuleux comme narrateur dans des chefs-d'œuvre comme Forfaiture, 1915, le Roi de Rois, 1927, Le signe de la Croix, 1932, Cléopâtre, 1934, Les Croisades, 1935, Une aventure de Buffalo Bill, 1936, Pacific Express, 1939, les naufrageurs des mers du sud, 1942, Les conquérants du nouveau monde, 1947, Sanson et Dalila, 1949 et Sous le plus grand chapiteau du monde, 1952. De plus, son nom  allait passer devant celui des Stars de ses films les plus importants,  grâce à sa popularité personnelle et le succès extraordinaire de ses œuvres.


    Les Dix Commandements deviendra son chef-d'œuvre et l'un des films emblématiques de l'histoire du cinéma.  En Semaine Sainte, près de Ben Hur de William Wyler ou tout autre film sur le Christ, revoir ou découvrir le travail de De Mille est une expérience cinématographique de premier ordre. Bien que littéralement, il puisse être reconnu que le film  n'a jamais cessé d'être projeté ou diffusé  quelque part à la télévision dans le monde entier au cours des 60 dernières années. Le chercheur Henry Noerdlinger a enquêté pendant  des années, il a consulté des milliers de livres, de magazines et de photographies, le résultat a été un livre scientifique publié par l'Université de Californie du Sud :  Moïse et l'Egypte.





    Le premier miracle des Dix Commandements est sa capacité à unir la rigueur et l'aventure, la religion et le théâtre, la passion et l'Histoire. Chacune et chacun des éléments du film sont reconstruits en fonction de la documentation historique la plus rigoureuse, y compris les Tables de la Loi et les gravures qui y figuraient (les tables avec les commandements ont été construits en pierre authentique du Sinaï avec les mesures définies dans le Midrash Raba ainsi que les caractères des lettres cananéennes archaïques). Peu de personnes allaient comprendre cet effort, mais l'esprit de De Mille, en faisant le film était la même qui a inspiré les auteurs des grandes cathédrales : utiliser l'art pour témoigner de la grandeur de leur foi. Des mois de tournage, un casting fabuleux mené par Charlton Heston (dont la ressemblance avec la célèbre statue de Moïse, créée par Michel-Ange, lui a donné le rôle dans l'un des sommets d'interprétation les plus forts de sa brillante carrière), une crise cardiaque subie par De Mille au printemps 1955 ... le tournage a pris fin le 13 Août,1955, mais le montage final ne fut pas prêt avant Février 1956. J'ai pu raconter tout cela en détail dans mes livres sur De Mille (Cecil B. de Mille, Cileh, 1991) et Heston (Charlton Heston,  la épica de un héroe. Eiunsa. 1999).


    Les intérieurs ont été filmés à Paramount Studios, mais toutes les scènes de l'Exode ont été signées en Egypte et le mont Sinaï. La séquence spectaculaire de la libération des esclaves hébreux, l'un des moments magiques du cinéma épique a réuni 20.000 figurants, tout un effort pour le réalisateur qui a le mieux su  déplacer les masses dans l'histoire du cinéma. Le décor de la ville du Pharaon  a été inspiré  par celui qui avait été utilisé pour la version 1923 dirigée par De Mille lui-même. L'histoire de cette ville  fantôme et fabuleuse est une révélation en soi.


     Après avoir terminé le tournage des Dix Commandements (1923), l'ensemble architectural créé était trop cher à transporter. La Ville du Pharaon a été le décor le plus grand jamais construit sur un plateau de cinéma,  avec ses statues du dieu-roi de 11 mètres, ses 21 sphinx et ses murs de plus de 30 mètres. Ensuite il a été décidé de creuser une tranchée et de l'enterrer dans le désert. L'équipe Paramount a gardé secret où les restes sont enterrés. « Si dans mille ans,  les archéologues déterrent les dunes de Guadalupe, j'espère qu'ils ne vendront pas aux journaux, la nouvelle étonnante que la civilisation égyptienne s'étendait de la vallée du Nil à la côte Pacifique de l'Amérique du Nord », a écrit Cecil B . DeMille dans son autobiographie de 1959. 
     
    En 1983, les archéologues ont découvert la ville du Pharaon dans le désert californien. Bien que les fouilles archéologiques aient commencé en 2012, elles ont dû être abandonnés faute de moyens financiers et n'ont été reprises qu'en 2014 sous la direction de l'archéologue Klolood Abdo Hintzman.


     La première des Dix Commandements (1956) aura lieu le 9 Novembre 1956. Le film a battu tous les records du box-office et est devenu le deuxième film le plus populaire dans l'histoire du cinéma, juste derrière Autant en emporte le vent . Aujourd'hui, 61 ans plus tard, le film a été projeté en continu dans toutes les régions du monde, a réalisé d'énormes audiences sur différentes télévisions et a été édité plusieurs fois en vidéo et DVD. Les Dix Commandements est le point culminant de la grandeur d'Hollywood, un spectacle formidable de la culture populaire, un film narratif de leçon et un film engagé constituant -dans l'expression de Carlos M. Stahelin - le film de tous les efforts pour répandre la parole de Dieu.




     
    Pour commémorer le 50e anniversaire, Paramount a lancé un DVD,  édition spectaculaire avec quatre disques pleins d'extras, y compris la première version des Dix commandements faits par  De Mille lui-même  en 1923 (dans lequel  l'histoire biblique est un prologue de 45 minutes et le reste de la séquence correspond à une histoire moderne d'une famille, l'un des frères qui représentent le bien, et l'autre  le mal).

     
    Homme intègre, indépendant, déterminé, Cecil B. De Mille engagé à la cause de la liberté, a porté le cinéma dans son sang, s'est déclaré conservateur dans un monde qui commençait à briser ses principes fondamentaux et a été fidèle à son style jusqu'à sa mort . Etant le réalisateur le plus populaire avec Alfred Hitchcock, il  était un auteur dans le sens le plus profond du terme. Aujourd'hui, la vision du grand  Les Dix Commandements est la meilleure preuve de son immense talent, en particulier surtout,  dans les séquences aussi magistrales que l'Exode, l'ouverture des eaux de la Mer Rouge par Moïse - un autre instant mythique - ou ce moment de tension profonde dans lequel  Yul Brynner conduit Anne Baxter devant  Moïse (Charlton Heston) attaché et prisonnier pour qu'il contemple le désir qu'il ne pourra jamais satisfaire. Vengeance sadique dans cette scène magistrale tournée en une fois, un chef-d'œuvre pour un moment magique et inoubliable.
     
    En cette Semaine Sainte, et à tout moment de l'année, cela vaut la peine de sentir la magie d'une œuvre qui fait déjà partie de la mémoire culturelle du XXe siècle et dont l'attrait est destiné à perdurer tandis que  quelque part dans le monde sont émis ou projetés des films de cinéma.