Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

JAMES BYRNE - NICOLE MAUREY - CHARLTON HESTON

  • NICOLE MAUREY DANS "MON FILM N° 399" du 14 avril 1954

     

    Publié le 07/09/2016

    MAJ le 29/05/2017

     

    Spécialement pour vous Cher James, j'ai trouvé cette page dans un ancien " MON FILM " que je viens d'acquérir sur EBAY.

    Cet article se trouve dans un MON FILM retraçant en ciné-roman, le film "LE VOL DU SECRET DE L'ATOME" avec Lydia Clarke Heston et Gene Barry. Je crois que l'on peut dire, que c'est un document rare.

    img435.jpg

     

     THE LOVES OF OURS STARS

     

    NICOLE MAUREY

     

    And his Franco-American memories

     

    You know, Nicole Maurey has everything for her: youth, beauty, elegance, vivacity of spirit, kindness ... She also has happiness, since she is progressing in the profession she has chosen And that she remains the wife of him whom she loves.

     

    SATISFACTIONS AND DESIRES

     PCM - You had come to see me at the Antoine theater, "she said. I used to play Harvey

     PCM - You've been working hard since …

     NM - I played at the theater, Manouche, with Denise Gray. She is extraordinary. She was ill; She was stretched out in her dressing-room, and suddenly, as soon as she set foot on the stage, she became radiant with balance and dynamism, aroused Our own admiration and the enthusiasm of its partners!

     PCM - And after Manouche?

     NM : - Vogue the galley, at the Madeleine theater; The last Outrages, at the theater of Vieux-Colombier, with Michel Salinat.

    PCM : - Movies now?

    NM : - See you in Granada, with Luis Mariano; Operation "Magali"; The last Robin Wood with Roger Nicolas. That means I did not get bored! Little Lost Boy, with Bing Crosby in Hollywood for interiors. We toured outdoors in France, with Claude Dauphin, Gabrielle Dorziat, Georgette Anys, and, of course, little Christian Fourcade, in

    the role that provided the title to the film. The Companions of the Night; The eye behind the scenes; The Public Enemy No. 1; If Versailles was told to me, where I play the part of Mademoiselle de Fontanges.

    PCM - You start to be known in the United States, it seems to me?

    NM - Indeed, the Americans called me back in October. I made an advertising tour on the occasion of the release of the film: Little boy lost. It was then that I met Charlton Heston and Yma Sumac.

    PCM - All in all, are you very satisfied with the evolution of your career?

    NM - Not as much as one thinks ... I would like to interpret a truly human role …

    PCM - A question burns my lips. I do not long resist the desire to ask you:

    Since you had them as a partner, how are, in reality, Bing Crosby and Yma Sumac?

    - Bing Crosby! Exclaims Nicole Maurey. An expression of sadness passes over his features. Then she sighs: Poor Bing Crosby!

     

    FICTION AND REALITY

    Why "poor"? I asked

    NM - Bing Crosby is intimate, in everyday life, of a kindness and simplicity rare. It is sometimes said in his entourage that he is too much. He made no concessions to his star, he attended no cocktail, no presentation of his films. The worldly side weighs on him; He always escapes her ...

    PCM - is this simplicity wrong?

    NM - No. But he will feel more painfully the loss of his wife ... She died while we were shooting Little boy lost, where I interpret the role of his wife, who also dies …

    PCM - What a coincidence! …

    NM - The film had already been delayed because of the patient ... He is now alone with his four big boys.

    PCM - Your job must have been very dark …

    NM - We were all very embarrassed ... He felt it: then, by saying hello, he chained friendly phrases that kept us away from this painful subject, from that awful formality that is so sadly called: condolences...

    PCM - And the Indian singer Yma Sumac, how do you find it?

    NM - Suffocante! So extraordinary, when one sees and hears it, that one remains the breath cut off ... She is small and very thin, since has become thin ... She has the face with the pure traits of the Indians very And when this voice, unique in the world, comes out of this frail creature, one is literally stunned!

     

    James: You will notice the gross French error: to say that Yma Sumac is Indian.

    PCM - How many times have you crossed the Atlantic?

    NM - six times, including one in a boat, and I can assure you that, despite everything, I prefer the plane …

    PCM - Never an accident?

    NM - Once, we were marked by bad luck all along the course. We had to do our trip in three stages.

    PCM - I saw your photo on a major American magazine …

    NM - Life? ... Yes ; How do you think the Americans took pictures to get to that one?

    PCM - I don't know ... I answered very embarrassed.

    NM - Say an approximate figure ...

    PCM - Fifteen, twenty …

    You're not there! Exclaimed Nicole Maurey with her pretty laugh, six hundred photos ... Hear well ... They took six hundred photos!

    PCM - It's almost incredible …

    NM - There, there is placed at the disposal of the work all that one possesses of practice, means, time; But also, we ask a lot in exchange.

    PCM - We work more than in Paris?

    NM - I was so tired on my last trip that, for a long time, at night, I dreamed that I was in the studios ... Mo husband could not sleep ... At eight o'clock I had to To be ready, at eight-thirty I would give a radio show while I was having breakfast, and from one o'clock in the afternoon until two in the morning I had to show up in cocktails when I was not turning …

    PCM - Do not you have an anecdote for our readers?

    "Piles exclaims the charming young woman;

    So, I'm listening …

    NM - While we were shooting The Last Robin Hood, Roger Nicolas and I had a scene in a small station in Figeac ... You know that we do not have the right to shoot a movie using the names Real?

    PCM - I learn it …

    NM - The director had therefore baptized the station: "Saint-Antonin"; And he had stuck the new plate on the real ... and we were turning ...

    « When the micheline arrived, a traveler who had come down mechanically, knowing her route well, looked up at our team, then on the sign, and exclaimed in the most complete panic: "But what is j I made it wrong I went to Figeac! "

     

    PCM - It must have been funny!

    NM - She was gesticulating, she had packets full of arms, she shouted with a piercing voice. The poor woman, who had been traveling for twenty years! It was enough for a simple placard to be lost in this friendly landscape, which was familiar to him as a brother!

     

    Confidence gathered by Paule Corday-Marguy.

     

    A nice portrait of Nicole Maurey

    NICOLEMAUREY.JPG

     

    Dedication of Nicole: For the readers of My Film with all my friendship.

     

    INTERVIEW FROM THE FRENCH REVIEW "MON FILM" N ° 399 of April 14, 1954

     

    MON AVIS

    Je ne peux m'empêcher de critiquer la journaliste qui a fait ce reportage sur Nicole Maurey.

    Quand je pense, que Nicole venait de tourner "LE SECRET DES INCAS" avec Charlton Heston et que le titre du film n'est même pas mentionné dans cet article, et pas une ligne sur notre grand Chuck.

    Je veux bien croire, que Charlton n'était pas encore au sommet de sa carrière...Il gravissait dans ce film, le Machu Picchu qui allait, que nous le voulions ou pas, le porter au sommet de la gloire quelques années après.

    Dans cet article, Nicole dit seulement qu'elle a connu Charlton Heston mais par contre elle loue Yma Sumac et Bing Crosby, mais je pense que déjà, l'interview était orientée ou alors la journaliste était une parfaite idiote  !!!!

    Cette journaliste, puisqu'il faut la désigner comme telle, a commis une grossière erreur en disant que Yma était indienne. Yma était Péruvienne descendante des Incas.

    Quant au niveau de l'interview, je me demande ce qu'en a pensé Nicole Maurey à l'époque ... Pour moi, cette interview est sans intérêt, ce n'est qu' à titre de curiosité que je la publie.

     

     

    img436.jpg

  • INDIANA JONES AND THE CHARLTON HESTON FILM

     

    VOICI UN ARTICLE DU JOURNAL "LINCOLNSHIRE ECHOS "du lundi 9 juin 2008 sur notre ami James Byrne et sa passion pour le film "LE SECRET DES INCAS".

    Comme d'habitude, j'ai fait de mon mieux pour une traduction cohérente...

    JAMESBYRNE A TRADUIRE 2ng4ls4.jpg

     

     

    CINEMAGOERS flocking to see Indiana Jones and the Kingdown of the Crystal Skull may not know that it has all been done before - 40 years ago - according to a Lincoln film buff.

    James Byrne (55) a huge fan of the 1953 Charlton Heston movie Secret of the Incas, says there are "remarkable similarities" between the two.

    Mr Byrne (pictured below) claims to be able to pinpoint where the Indiana Jones franchise, in particular  the first two films has drawn much of its inspiration.

    He says that similarities include the choice of costume, certain scene set-ups and even how both characters find their treasure.

    "The first two Indiana Jones films have scènes straight out of Secrets which is so obvious when you Watch them" said Mr Byrne of Carr Street.  Carholme. Lincoln.

    He said that director Steven Spielberg  credited Humphrey Bogart's character in the 1948 film The treasure of the Sierra Madre for inspiring the Harrison Ford look.

    "In countless interviews since Spielberg always crédits the Bogart movie at the main inspiration for Indiana and has never even mentioned the Incas movie once,  even though it's blindingly obvious to anyone who has ever seen Incas", said Mr Byrne.

    Mr Byrne's lifelong passion for the Incas film began when he went to see it with his dad at Lincoln's Regal Cinema in 1963. He  was just 10.

    Since then he has visited Peru where scènes from the film were shot, corresponded with Heston prior to the actor's death in April this year and even  set up an Incas  website.

    " I meet Heston when he came to Lincoln in August 1997 at the "Theatre Royal", he said.

    "After that I wrote to him once a year and asked him about the film. He replied every time, until ill health made it too difficult, but he would not talk about the film.  But James Bower (26), from Gainsborough, who holds a Masters degree in Film Studies, says that it isn't rip off.  " The similarities between films like these are always very broad strokes".

    Mr Byrne's website is at : www.secretoftheincas.co.uk

     

    1SECRET DES INCAS.jpg

     

    Les CINÉPHILES venant en masse pour voir Indiana Jones and the Kingdown of the Crystal Skull  ne peuvent pas savoir que tout a été fait auparavant - il y a 40 ans - selon un cinéphile de Lincoln.

    James Byrne (55 ans), un énorme fan du film de Charlton Heston de 1953, Secret des Incas, affirme qu'il existe «des similitudes remarquables» entre les deux.

    M. Byrne (photo ci-dessous) prétend être en mesure de déterminer d'où a été tirée une grande partie de son inspiration, notamment certains  passages de Indiana Jones, en particulier dans les deux premiers films.

    Il dit que les similitudes comprennent le choix du costume, certaines configurations de scènes et même,  comment les deux personnages trouvent leur trésor.

    JAMESBYRNE A TRADUIRE 2ng4ls4-002.jpg"Les deux premiers films d'Indiana Jones ont des scènes directement sorties de Secrets qui sont si évidentes quand vous les regardez", a déclaré M. Byrne de Carr Street. Carholme. Lincoln.

    Il a dit que le réalisateur Steven Spielberg a crédité le personnage de Humphrey Bogart dans le film de 1948 Le trésor de la Sierra Madre pour inspirer le look de Harrison Ford.

    "Depuis dans d'innombrables interviews, Spielberg a toujours crédité le film de Bogart comme inspiration principale pour l'Indiana et n'a jamais mentionné le film Incas une fois, même si c'est aveuglément évident pour quiconque a un jour vu Incas", a déclaré M. Byrne.

    La passion de M. Byrne pour le film Incas a commencé quand il est allé le voir avec son père au cinéma Regal de Lincoln en 1963. Il n'avait que 10 ans.


    Depuis lors, il a visité le Pérou où les scènes du film ont été tournées, il correspondait avec Heston avant la mort de l'acteur en avril de cette année et a même mis en place un site web Incas.

    «J'ai rencontré Heston quand il est venu à Lincoln en août 1997 au « Théâtre Royal », a t-il dit.


    "Après cela, je lui ai écrit une fois par an et je lui ai posé des questions sur le film, il a répondu à chaque fois, jusqu'à ce que sa mauvaise santé lui rende cela trop difficile, mais il ne voulait pas parler du film. Mais James Bower (26 ans), de Gainsborough qui détient une maîtrise en études cinématographiques, affirme que ce n'est pas une arnaque : " Il y a de très larges similitudes entre ces films ".

    Le site de M. Byrne est à: www.secretoftheincas.co.uk

     

     

  • IL Y A 32 ANS J'AI RENCONTRE CHARLTON HESTON A LONDRES par JAMES BYRNE

     

    UhVkz7mdKM4SZVOWV95CKreDP7w.jpg

     

    James Byrne Charlton Heston and James Byrne, 16 March 1985, London, England.

    Charlton Heston was appearing at the Queen's Theatre, Shaftesbury Avenue, London, in March 1985, in THE CAINE MUTINY COURT-MARTIAL and even though I had a big family to support, and the fare to London from Lincoln was very expensive, I thought it was my only chance to meet the great man in person after being a fan since seeing BEN-HUR in 1961.


    My wife advised me it would be cheaper to ride on a National Express coach instead of travelling by British Rail to London, and she was right, but the journey also took twice as long. I threw a few books I had on Heston into a bag, the wife gave me my packed lunch, and I was off to London to meet Big Chuck. After all that preparation I discovered to my dismay that I had forgotten to load the camera with film, so my first priority when I eventually reached the Stage Door was buy some film from that pharmacy seen in the photo. When the chemist asked for £8 for a roll of film I nearly fainted - three times what it would have cost in Lincoln, but this was a special occasion and I desperately needed film in the camera.
    A small gathering of Chuck Heston fans began milling around the Stage Door, all becoming agitated as the minutes kept ticking by to Curtain Call and still no sign of Heston. All the rest of the cast had gone in very early, Ben Cross (who once starred in a movie with CHARIOTS in the title) actually said "thank you" very politely to a lady who took his photograph. With about five minutes to go before Curtain Up we were all panicking that Heston had sneaked into the front entrance to escape all the fans and autograph seekers. One guy from Ealing showed us all his massive collection of photographs of famous actors he had met at the theatre, when somebody shouted "He's here - he's here!" 
    Around the corner came Big Chuck, wearing shades and a track suit like he did in THE OMEGA MAN. Virtually everybody had a hard-back copy of "The Actor's Life" and Heston signed them all. An overweight Italian lady kept chanting "Why you no make Ben-Hur anymore?" and Heston did his level best to answer her but she persisted with "Why no Ben-Hur anymore ... we want Ben-Hur again!"
    A few feet away there was a large group of Italians filming all this - they looked like extras from one of those early 1970's Robert de Niro movies. Somewhere in Italy is a short little film of me meeting Heston in London - and unfortunately I will never see it.
    The journey home to Lincoln was memorable, but for all the wrong reasons. It was freezing, dark and miserable on the coach, and the driver dropped me off at the wrong stop. I had to walk for an hour in a blazing blizzard, and was only wearing that light blue suit and a shirt. By the time I arrived home I looked like the Abominable Snowman, and to top it all off one of my Heston books was severely water-damaged, but at least my signed copy of 'The Actor's Life' was okay. The first time I met Charlton Heston was certainly a day I will never forget in a hurry.

     

     

    Charlton Heston apparaissait au Queen's Theatre, avenue Shaftesbury, Londres, en mars 1985, dans THE CAINE MUTINY COURT-MARTIAL et même si j'avais une grande famille à soutenir, et le tarif de Lincoln à Londres aller-retour, étant très cher, je pensais que c'était ma seule chance de rencontrer le grand homme en personne après avoir été un fan depuis que je l'avais vu dans BEN HUR en 1961.

    Ma femme m'a conseillé de prendre un car National Express parce qu'il serait moins cher,  au lieu de voyager par British Rail jusqu'à Londres, et elle avait raison, mais le voyage a aussi pris deux fois plus de temps. J'ai jeté dans un sac, quelques livres que j'avais sur Heston, ma femme m'a donné mon déjeuner emballé, et je suis parti à Londres pour rencontrer Big Chuck. Après tous ces préparatifs, j'ai découvert avec consternation que j'avais oublié de charger l'appareil photo avec une pellicule, donc ma première priorité quand j'ai finalement atteint la porte du théâtre a été  d'acheter une pellicule dans cette pharmacie vue sur la photo. Lorsque le pharmacien a demandé 8 £ pour un rouleau de pellicule, je me suis presque évanoui - trois fois ce qu'il aurait coûté à Lincoln, mais c'était une occasion spéciale et j'avais désespérément besoin de pellicule dans l'appareil photo.

    LOr0QoMYj_U0tE2UJ86ZVcIIdPw.jpg

    Un petit rassemblement de fans de Chuck Heston a commencé à s'impatienter autour de l'entrée du théâtre, devenant tous agités pendant que les minutes passaient avant le lever de rideau et toujours aucun signe de Heston. Tout le reste du casting était arrivé très tôt, Ben Cross (qui avait déjà joué dans un film avec CHARIOTS dans le titre - 1 -) a réellement dit "merci" très poliment à une dame qui l'avait pris en photo. Environ cinq minutes avant que le rideau commence à se lever,  nous étions tous paniqués, mais Heston s'était faufilé par l'entrée de devant pour échapper à tous les fans et des chasseurs d'autographes. Un gars de Ealing nous a montré toute sa collection massive de photographies d'acteurs célèbres qu'il avait rencontrés au théâtre, quand quelqu'un a crié "Il est ici - il est ici!"

    - 1 - LES CHARIOTS DE FEU dear James

    Au coin de la rue est arrivé Big Chuck, portant des verres teintés et une tenue de sport comme il l'avait  fait dans  OMEGA MAN . Presque tout le monde avait un exemplaire  du livre relié de "The Actor's Life" et Heston les a tous signés . Une dame italienne en surpoids a continué à crier "Pourquoi vous ne faites plus jamais Ben-Hur ?" Et Heston a fait de son mieux pour lui répondre mais elle a persisté avec "Pourquoi plus jamais Ben-Hur ... nous voulons encore Ben-Hur !"

    Quelques mètres plus loin, il y avait un grand groupe d'Italiens filmant tout cela - ils ressemblaient à des figurants d'un de ces films des années 1970  de Robert de Niro. Il y a quelque part en Italie  un court petit film de moi rencontrant Heston à Londres - et malheureusement je ne le verrai jamais.

    Le voyage de retour à Lincoln fut mémorable, mais pour toutes les mauvaises raisons. Il faisait froid, sombre et misérable sur le car, et le chauffeur m'a déposé au mauvais arrêt. J'ai dû marcher pendant une heure dans un blizzard flamboyant, et je ne portaits que ce costume bleu clair et une chemise. Au moment où je suis arrivé à la maison, je ressemblais à l'abominable homme des neiges, et pour couronner le tout un de mes livres Heston a été gravement endommagé, mais au moins ma copie signée de «Actor's Life » était ok.

    " La première fois que j'ai rencontré Charlton Heston restera certainement un jour que je ne serai jamais près d'oublier. "

  • CHARLTON ET LYDIA HESTON A LINCOLN (photos)

     
    Publié le 2 novembre 2015 MAJ le 17 mars 2017
     
    Avec l'aimable autorisation de mon ami de Lincoln, James Byrne, que je ne remercierai jamais assez de me donner la possibilité de partager ses documents personnels.
     
    http://charltonhestonforums.freeforums.org/james-byrne-s-meetings-with-charlton-heston-incl-pictures-t466.html   
     
    (clic sur les photos pour agrandir)

    CHARLTON ET LYDIA HESTON A LINCOLN (photos)

    CHARLTON ET LYDIA HESTON A LINCOLN (photos)

    CHARLTON ET LYDIA HESTON A LINCOLN (photos)

    CHARLTON ET LYDIA HESTON A LINCOLN (photos)

     

    CHARLTON ET LYDIA HESTON A LINCOLN (photos)

    CHARLTON ET LYDIA HESTON A LINCOLN (photos)

    CHARLTON ET LYDIA HESTON A LINCOLN (photos)

    CHARLTON ET LYDIA HESTON A LINCOLN (photos)

     

    CHARLTON ET LYDIA HESTON A LINCOLN (photos)

    CHARLTON ET LYDIA HESTON A LINCOLN (photos)

     (traduction de l'article ci-dessous)

    CHARLTON ET LYDIA HESTON A LINCOLN (photos)

    célébrer et donner la parole aux populations locales :

    SOUVENIRS D'UN GRAND FILM : le décès  récent de Charlton Heston m'a profondément attristé.
    Célèbre pour jouer les héros plus grands que nature sur l'écran d'argent, son décès marque vraiment la fin d'une époque épique dans les films.


    J'ai eu le grand plaisir de me promener autour de la cathédrale de Lincoln avec Heston et sa charmante épouse en 1997 quand ils faisaient leur apparition au Théâtre Royal.


    Il dégageait grâce et de vieilles " bonnes manières "  et n'a jamais refusé un autographe, même s'il était manifestement fatigué par  son horaire chargé. Il a placé une grosse  liasse de billets pliés dans l'urne destinée à la restauration de la cathédrale, et je pensais que c'était un geste merveilleux et généreux.


    J'ai souvent écrit à Heston et toujours reçu une réponse et il citait librement,  Shakespeare dans ses lettres.


    Il a joué de grandes figures historiques - Moïse, Michangelo, Buffalo-Bill, Richelieu, Henri VIII, Thomas More, Andrews Jackson, Jean-Baptiste, Brigham Young, El Cid, Marc-Antoine, Thomas Jefferson, le général Gordon, pour ne nommer que quelques-uns .
    Il a fait des films classiques dans cinq genres différents et a remporté un Oscar pour Ben-Hur.
    Heston était un véritable "plus grand de tous les temps" et sa disparition sera pleurée dans le monde entier.

    James Byrne (11 avril 2008)

     

    CHARLTON ET LYDIA HESTON A LINCOLN (photos)

    Les hommages continuent pour  la Légende du cinéma d'Hollywood.

    Les hommages se poursuivent aujourd'hui pour la légende d'Hollywood Charlton Heston, décédé âgé de 84 ans à son domicile de Beverly Hills, en Californie.
    Sa femme Lydia était à ses côtés.


    Heston a remporté en 1959 l'Oscar du meilleur acteur pour son rôle de conducteur de char  dans "Ben-Hur"  et a interprété  Moïse, Michel-Ange, El Cid, et d'autres personnalités dans des  épopées hollywoodiennes des années 1950 à 1960.


    "Charlton Heston a été vu par le monde plus grand que nature. Il était connu pour sa mâchoire ciselée, de larges épaules ,  sa voix résonnant, et, bien sûr, pour les rôles qu'il a joués". La famille d'Heston a déclaré dans un communiqué :
    "Personne ne peut demander une vie plus que fut la sienne. Aucun homme aurait pu donner plus à sa famille, à sa profession et à son pays."


    Le porte-parole de la famille, Bill Powers n'a pas voulu commenter sur la cause du décès.
    Heston a révélé en 2002 qu'il présentait des symptômes compatibles  avec la maladie d'Alzheimer, en disant: «Je dois concilier courage et reddition,  dans une égale mesure."
    Avec sa taille, son corps musclé, le visage bien osseux et sa voix sonore, Heston s'est avéré être la star  idéale quand Hollywood remplissait les écrans de cinéma avec des spectacles illustrant le passé religieux et historique.
    «Je le dois à mon visage qui appartient à un autre siècle" a t-il souvent remarqué.

    Ainsi, l'acteur a assumé le rôle de chef de file hors de l'écran. Il a été président de la Screen Actors Guild. Président de l'American Film Institute et marcha dans le mouvement des droits civiques des années 1950.

    _________________

     

  • CHARLTON HESTON ET SON PUBLIC

     

     

     J'aime cette photo de Chuck avec Lydia et Holly. Quelle belle famille !!!!

     

     2 - BIOGRAPHIE DE CHUCK

     

    Une video rare, Chuck  signant des autographes  (tout comme d'autres artistes) dans

    les années 50

     

     

    Chuck durant le tournage de BEN-HUR (1959), signant des autographes à ses jeunes

     

    admirateurs.

     

    (Merci à mon amie Martine qui m'a offert cette photo rare.)

     ACCUEIL

     

    photo que j'ai extraite de mon DVD "Charlton Heston for all seasons "de 1995 

     

    (Chuck parmi ses admirateurs 1960)

     ACCUEIL

     

    Les médias français ont souvent rapporté que Charlton Heston refusait de signer les autographes à ses admirateurs.

    En publiant ces deux  photos, je tenais à prouver que c'était entièrement faux. 

    Chuck était proche de son public qui le respectait et qu'il respectait.

    Au cours d'une conférence de presse, un jour il avait déclaré aux journalistes : " si mon temps me le permettait, j'en

    consacrerais la moitié au public qui me suit et me soutient, car c'est lui qui me paie ".

    Quel acteur aujourd'hui, serait capable d'une telle déclaration ? Charlton Heston était un gentleman comme il n'en

    existe plus. C'était un grand Monsieur.

     

      2 - BIOGRAPHIE DE CHUCK

    A Lincoln avec James Byrne. (Au premier plan, Lydia)

     

     

    ΩΩΩΩΩΩ