Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

JOURNAUX - MAGAZINES INTERNATIONAUX - LETTRES - Page 2

  • CHARLTON HESTON ET L'IMMIGRATION - dans " THE NEW YORK TIMES "1996

    MAJ le 25 mai 2018 13h45

     

    To the Editor:

    Your front-page series focusing on problems immigrants find in New York, with poor housing, inadequate English and little future, recalls a similar challenge I had as a boy.

    I was raised in the Depression, went to a one-room school, worked weekends and summers in high school and went to college on a scholarship. I met and married the girl who's still my wife weeks before going overseas in the war they asked me to attend. I got home intact and we went to New York and a two-room cold-water walkup in Hell's Kitchen. We scraped by as models (nude in my case at the Art Students League, $1.75 an hour) till we began to get acting work. Our food budget was $7 a week, mostly macaroni and salami.

    Of course we never considered having children until both of us had earned enough future in film and stage to make parenthood possible.

    You write eloquently about the sorry plight of the families you detail, but seldom concede that many of them are in fact illegal. Does that word no longer have any meaning in our decaying culture?

    An even more important word not yet included in any of your articles is ''responsibility.'' Does that count for nothing? How could any couple plan to sneak into the country with several innocent children and no education and expect to thrive, or even survive here? Surely they are better off legally deported back to a culture they can at least understand.

    CHARLTON HESTON

    Los Angeles, Oct. 9, 1996

    J'ai découvert cette lettre que Charlton Heston a envoyée au N.Y. TIMES le 9 octobre 1996.

    Je viens de la traduire car je la trouve intéressante. On peut être d'accord ou pas avec Charlton Heston. Personnellement, je pense que cette lettre est d'une actualité brûlante quand on voit de nos jours, ce qui se passe surtout en Europe avec le flot de migrants presque tous illégaux arrivant sur nos territoires européens, chassés par la misère, la guerre ....

    Si Charlton Heston était encore parmi nous, que penserait-il ? qu'écrirait-il  ? sur ce sujet devenu inquiétant pour l'avenir.

    M'est avis que cette lettre ne plaira pas à tout le monde, comme elle n'a pas dû plaire en son temps !  

    FB_IMG_1518790611479.jpg

    Uttering the R-Word

     https://www.nytimes.com/1996/10/13/opinion/l-uttering-the-r-word-791849.html

    Pour l'éditeur:

    Votre série d'articles traitant des problèmes que les immigrants trouvent à New York, avec un logement médiocre, un anglais inadéquat et un avenir incertain, rappelle le même défi que j'avais lorsque j'étais enfant.

    J'ai grandi durant la Grande Dépression, je suis allé dans une école qui n'avait qu'une classe, j'ai travaillé durant les week-ends et les étés lorsque j'étais au lycée et je suis allé à l'université avec une bourse d'études.

    J'ai rencontré et épousé la jeune fille qui est encore ma femme, quelques semaines avant de partir à l'étranger  étant enrôlé pour la guerre. Je suis rentré chez moi indemne  et nous sommes allés à New York et avons emménagé dans  un immeuble sans ascenseur, dans un deux-pièces avec eau froide à Hell's Kitchen. Nous avons travaillé comme modèles (nu dans mon cas à l'Art Students League, 1,75 $ l'heure) jusqu'à ce que nous commencions à avoir un travail d'acteur. Notre budget alimentaire était de 7 $ par semaine, principalement des macaronis et du salami.

    Bien sûr, nous n'avons jamais envisagé d'avoir des enfants avant d'avoir acquis suffisamment d'avenir au cinéma et sur scène pour rendre la parentalité possible.

    Vous écrivez avec éloquence sur le triste sort des familles que vous décrivez, mais vous admettez rarement que beaucoup d'entre elles sont en fait dans l'illégalité. Ce mot n'a-t-il plus aucun sens dans notre culture en déclin ?

    Un mot encore plus important qui n'est encore inclus dans aucun de vos articles est : «responsabilité». Cela compte-t-il pour rien ? Comment un couple pourrait-il projeter de s'installer dans le Pays avec plusieurs enfants innocents et sans éducation et s'attendre à prospérer, ou même à survivre ici ? Sûrement, qu'ils seraient mieux renvoyés¹ légalement vers une culture qu'ils peuvent au moins comprendre.

    CHARLTON HESTON

    Los Angeles, Oct. 9, 1996

    PETITE MISE AU POINT 

    ¹ deported back : cette expression employée par Chuck dans sa lettre,  traduite en français, a plusieurs significations. J'ai opté pour le mot "renvoyés" car le mot "déportés" dans la langue française a plusieurs significations et particulièrement une connotation avec de tristes évènements qui ont eu lieu dans le passé et qui existent toujours. Je ne crois pas que Charlton voulait enfermer dans des camps, ces personnes qui veulent une vie meilleure. 

    https://www.linguee.fr/francais-anglais/search?source=anglais&query=deported+back5.JPG

     

     

    MES REMARQUES CONCERNANT CETTE LETTRE....

     

     

    En relisant cette lettre de Charlton Heston, quelques réflexions me viennent à l'esprit :

    Il ne pouvait pas comparer sa situation de jeune couple arrivant à New York après la guerre 39/45, même si à l'origine il était un "péquenaud" comme il se nommait lui-même, avec la situation d'immigrants arrivant sur le territoire américain. Lydia et lui étaient Américains et en tant que tels, les difficultés pour s'installer à New York, n'étaient pour eux que d'ordre matériel... Il a suffi par la suite qu'ils aient du travail !

    Au sujet de "responsabilité" , il fait fort également en prétendant qu'il suffirait qu'un couple d'immigrants avec enfants soient envoyés légalement dans un "pays dont ils comprendraient la culture" et cela résoudrait le problème. 

    Ce sont à mes yeux deux maladresses qu'il commet, car personnellement, pour le reste, je ne peux pas lui donner tort. 

    J'ajoute encore ceci : je suppose que cette lettre et les propos de Chuck, selon notre degré de compréhension et d'interprétation, peuvent être  lus de différentes manières avec notre esprit latin, notre façon de voir les choses ...

    Il ne juge pas les immigrants  mais je regrette qu'il n'ait pas eu des mots de compassion pour eux, je veux croire qu'il ne juge que l'attitude des médias et de la politique et que finalement il ne s'adresse qu'à eux.

    Ce n'est que mon humble avis 

    signature_4.gif

     

     
  • A CANNES 4 JUILLET 1987 SUR LE CHICAGO USS SSN 721

    http://www.omnia.ie/index.php?navigation_function=3&europeana_query=Charlton+Heston

     

    DN-ST-87-00138.jpeg

     

    L'Acteur Charlton Heston arrive sur le  sous-marin d'attaque nucléaire CHICAGO USS (SSN 721) après avoir prononcé le discours principal pendant la mise en marche du bateau.

    Photos des Archives nationales  College Park - DN-ST-87-00140.jpeg

    L'acteur Charlton Heston prononce l'allocution principale lors de la mise en service du sous-marin d'attaque à propulsion nucléaire USS CHICAGO (SSN 721)
    IMAGE
    Archives nationales à College Park

    DN-ST-87-00148.jpeg

     

    DN-ST-87-10507.jpeg

    Un officier explique les opérations du navire à l'acteur Charlton Heston sur le pont du croiseur de missiles guidés USS BELKNAP (CG-26). Le BELKNAP et d'autres navires de l'US Navy sont en visite à Cannes lors de la célébration du 4 juillet, organisée par l'Organisation des Services Unis (USO) à la salle du Festival de Cannes. Les événements du festival comprennent un défilé de véhicules de la Seconde Guerre mondiale, un concert pour les résidents et les visiteurs et un dîner de gala pour les invités spéciaux - Les Archives nationales des États-Unis (1987-07-04 & 1987-07-04)

    DN-ST-87-10508.jpeg

     

  • RESUME DE L'ARTICLE " VANITY FAIR " de février 2011 - traduit de l'espagnol par Christiane

    LA DAMA QUE NO AMO AL CAMPEADOR

     

    img015.jpg

    Je n ai pas pu attendre avant de lire ce texte et de prendre des notes .....


    Il s'agit essentiellement de la mauvaise entente entre Chuck et Sophia Loren sur le tournage ....


    Entre eux, ce furent des difficultés accrues pour Charlton par les retards parfois conséquents, les exigences financières, les caprices de la diva italienne ....


    Sa beauté , sa classe et des raisons plus terre à terre sans doute, lui valurent un remaniement du scénario et un rôle plus étoffé .


    On fit appel au Cid de Corneille pour permettre à Sophia Loren des scènes plus intenses ; Chuck n'aimait pas les scenarii proposés mais, au final, se laissa convaincre ....


    Le film fut , en fait, un savant dosage entre batailles épiques, valeurs guerrières et sentiments plus .......féminins !!!!


    La rencontre d un vieil homme, spécialiste émérite du Cid en garantit une plus grande fidélité (Ramon Menendez Pidal ).


    L'Etat espagnol mit à la disposition de Bronston et Mann, le patrimoine architectural et des soldats ! Gloire au Cid = gloire à l'Espagne ! Le sentiment national !!


    Ce fut réellement l'épopée que souhaitait Bronston sur une terre qu'il aimait , bien qu il n'y eut pas de scène tournée à Burgos ou Valence ....


    Charlton Heston était Le Cid selon Bronston qui savait la valeur de ce comédien dans Les dix Commandements et Ben Hur .... Pour Chimène, il avait aussi été question de Sarah Montiel ! épouse d'Antony Mann ....


    Contrairement à ses relations avec Miss Loren, Chuck passa un séjour idyllique en Espagne , se faisant apprécier par tous , bien sûr Lydia et Fraser l'avaient accompagné .


    Il poussa la conscience professionnelle et le goût pour son personnage à se rendre à Burgos, il ne concevait pas repartir d'Espagne sans venir sur les terres du Cid ! ....


    La bataille des ego dura jusqu'au bout, y compris sur la taille et la place des deux grands noms sur les affiches de distributions du film .....


    Voilà ma traduction, fidèle j'espère....


    J ai éprouvé un grand bonheur en le faisant ....


    Pour l'Espagne , pour Le Cid !!!!

    signature_1 (2).gif

    img016.jpg

  • VANITY FAIR ESPANA FEVRIER 2011

     

    http://luisgemartin.es/wp-content/uploads/2016/03/La-Dama-que-no-am%C3%B3-al-Campeador-Vanity-Fair-febrero-de-2011.pdf

     

    Je fais cette publication d'un PDF " VANITY FAIR ESPANA  " de février 2011. Malheureusement, mon imprimante est un peu déficiente et de ce fait, les tirages de photocopies ne sont pas très nets, c'est regrettable pour les photos, mais l'article est lisible.

    J'ai cet article depuis quelques temps déjà, mais je n'étais pas pressée de le publier car j'avais le sentiment qu'il était consacré uniquement à Sophia Loren, mais, si je ne le publiais pas ce serait faire preuve de mauvaise foi, même si je ne suis pas fan de Sophia alors finalement je me résous à le publier. 

    img015.jpg

    img016.jpg

    img017.jpg

    img018.jpg

    img019.jpg

    img020.jpg

    img021.jpg

    img022.jpg

    img023.jpg

    img024.jpg

  • Le fils de Charlton Heston dit que son père n'était pas un «dingue d'arme à feu» et n'avait aucune malveillance envers Michael Moore.

    Publié le 19 septembre 2017

    MAJ le 4 avril 2018

    Merci à mon amie Sylvia qui nous a permis de découvrir cet article du DAILY NEWS en date du 15 juin dernier. 

    Enfin, nous apprenons que Fraser prépare un documentaire sur son père. 

    L'hestonienne que je suis, dit " ce n'est pas trop tôt ". 

    Est-ce à penser qu'il se prépare quelque chose dans le joli monde d'Hollywood pour le dixième anniversaire du décès de Chuck et que les hommages qui lui sont dûs, seront rendus avec plus de cérémonie et de sincérité que cela ne fut, lors de ses obsèques. Et surtout, que justice lui sera rendue. Je veux croire qu'enfin, Fraser va nous offrir un merveilleux documentaire de la même veine que "CHARLTON HESTON & BEN HUR" - A personal journey "

     

     

     http://www.nydailynews.com/entertainment/gossip/confidential/charlton-heston-son-dad-no-gun-nut-article-1.3250743

     

    Charlton Heston's son says his dad was no 'gun nut' and had no ill-will toward Michael Moore

     

     

    NEW YORK DAILY NEWS
    Thursday, June 15, 2017, 6:00 PM
    2000 FILE PHOTO
    Fraser Heston réalise un documentaire sur son célèbre père Charlton, dont il dit qu'il n'était pas
    un "porteur d'arme". (RIC FELD/AP)
    L'ancien président de la NATIONALE RIFLE ASSOCIATION, Charlton Heston, n'était pas le collectionneur d'armes à feu comme certains le pensaient, selon son fils Fraser Heston, qui produit un documentaire intitulé « Charlton Heston : The Man In the Arena ».

    " Tout le monde se demande si je suis un collectionneur d'armes enragé et si mon père était un collectionneur d'armes enragé - pas plus vrai ", explique Fraser. Le cinéaste de 62 ans dit que son père possédait une « poignée d'armes à feu » qui étaient pour la plupart des cadeaux pour lui. " Il était plus intéressé à protéger la Déclaration des droits et tous ses amendements ".

     

    La croyance de Charlton dans la liberté d'expression a été testée par Michael Moore dans le documentaire de 2002 « Bowling for Columbine », où Moore « a tendu une embuscade » à Charlton dans sa maison de Californie avec des photos d'enfants tués par la violence armée, selon Fraser. Moore a également appelé l'acteur vieillissant pour mener des rassemblements pro-armes dans des villes qui avaient été ravagées par des fusillades en masse.

     

    " Mon père était moins en colère que ses amis et ses associés ", a déclaré Fraser. "Je lui ai parlé de ce sujet et je lui ai dit " tu as des motifs plausibles pour un procès ici, veux-tu  le poursuivre ? "

    Selon Fraser, son père n'a jamais retenu cette option.

      " Regarde, le gars m'a dit qu'il était membre de la NRA et il l'était, alors il ne mentait pas ", dit Charlton en haussant les épaules. " Il a demandé s'il pouvait venir et m"interviewer  le lendemain. Je lui ai dit de prendre rendez-vous avec mon secrétaire, ce qu'il a fait. " 

    conflead16f-2-web.jpg

    Charlton Heston et son fils Fraser sur le tournage d'Alaska, 1995. Les deux ont joué "Moïse" en 1956 dans  "Les dix commandements" - Fraser était Moïse bébé, et Charlton était la version adulte. (LYDIA C. HESTON)

     

    Fraser admet que son père - qui est décédé en 2008, mais qui sera dans son esprit lors de la fête des pères - n'était " pas au meilleur de sa forme " lorsque cette interview a eu lieu.

     

    " J'ai pensé que c'était un coup bas, mais Michael avait un programme politique dans son documentaire et nous vivons dans une société libre, et je ne pense pas que mon père ait reproché quoi que ce soit à Michael  ", dit-il. " C'était comme de l'eau sur le derrière d'un canard ".

    Fraser ne sait pas ce que son père, qui a interprété le personnage de Moïse dans les « Dix Commandements » de 1956, aurait pensé de la politique d'aujourd'hui.

    "Je pense qu'il serait consterné par tout le désordre ", Fraser a rigolé. " Il n'aurait pas voté pour Hilary. Qu'il ait ou non voté pour Trump, je ne peux pas le dire. Je ne sais vraiment pas. "