Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

  • 10 - "Charlton Heston une biographie " de Michael Munn - (traduction par Adrien P.)

    Deuxième Partie

    51Db8nugfnL._SX350_BO1,204,203,200_.jpg

    Meilleur acteur

    s-l1600.png

    2185661638.jpg

    Depuis 1927, les stars du cinéma, les techniciens, les scénaristes, les réalisateurs, les compositeurs, les directeurs artistiques, les acteurs pour un second rôle, les producteurs et autres employés et artistes du monde du cinéma s'offraient l'expérience annuel d'entendre si leur nom allait être dit pendant la cérémonie des Oscars. Pour les nominés, cela peut être difficile, parfois humiliant, mais souvent bon pour l'ego. Par contre, pour tous ceux qui gagnent, à quelques rares exceptions, c'est un moment de gloire suprême que celui où ils reçoivent la statuette en or plaqué de 35 centimètres1. Cette dernière est la récompense ultime en cinéma, offerte aux artistes par leurs pairs et généralement convoitée par tous ceux qui n'ont jamais travaillé dans l'industrie du cinéma.

    s-l1600 (2).jpg

    Le simple fait d'être nominé est une inestimable distinction, mais en recevoir un est un triomphe incomparable. Chaque nominé a rêvé de ce triomphe ; c'est pourquoi ils viennent toujours avec un discours... juste au cas où.

    C'est en se préparant de la sorte, avec de telles idées, de telles attentes et de telles espoirs que Charlton Heston s'est retrouvé, en 1960, assis au milieu de ce somptueux public, écoutant la liste interminable de nominés dans chaque catégorie, suivie par le paroxystique nom du gagnant. Il a essayé de ne pas s'emporter, mais cela avait été six semaines pleines de suspense depuis que son agent publicitaire Bill Blowitz l'avait appelé pour lui annoncer qu'il était nominé comme Meilleur Acteur pour Ben-Hur. C'était déjà une grande émotion de savoir qu'il était nominé et il savait qu'il avait donné le meilleur de lui-même dans ce long film de trois heures et demi. Il s'était cependant forcé à ne pas croire qu'il pourrait réellement gagner l'Oscar. Il essaya de ne pas le désirer ardemment2.

    Le voilà assis, sa main moite serrée dans celle de Lydia. La nuit avait été glorieuse pour Ben-Hur, nominé dans 12 catégories. Il se sentit quelque peu agité par la fierté à chaque fois que ceux impliqués dans le tournage de ce film se retrouvèrent à se frayer un chemin jusqu'à la scène pour recevoir le petit bonhomme doré. Ben-Hur domina la cérémonie des Oscars de 1960, et Chuck vit un sourire rayonnant de joie aux lèvres du réalisateur William Wyler en entendant le titre de sa super-production être le nom dans l'enveloppe du vainqueur presque à chaque fois.

    Oscar des meilleurs effets visuels : A. Arnold Gillespie et Robert McDonald ; effets sonores, Milo Lory – Ben-Hur.

    Oscar du meilleur mixage de son : Franklin E. Milton – Ben-Hur.

    Oscar du meilleur montage : Ralph E. Winters and John D. Dunning – Ben-Hur.

    Oscar de la meilleure création de costumes d'un film en couleur : Elizabeth Haffenden – Ben-Hur.

    Oscar de la meilleure photographie (couleur) : Robert L. Surtees – Ben-Hur.

    Oscar de la meilleure direction artistique : William A. Horning et Edward Carfagno ; Fabrication des décors par Hugh Hunt – Ben-Hur.

    Oscar de la meilleure musique de film dramatique ou comique : Miklós Rózsa3Ben-Hur.

    Oscar du meilleur acteur dans un second rôle : Hugh Griffith – Ben-Hur.

    Ce fut une déception que Ben-Hur n'ait pas reçu l'Oscar du meilleur scénario adapté pour lequel il avait été nominé4, et aucune actrice ne fut nominé pour Ben-Hur. L'Oscar de la meilleure actrice dans un rôle secondaire revint à Shelley Winters pour Le Journal d'Anne Frank5 et celui de la meilleure actrice à Simone Signoret pour Les Chemins de la haute ville6.

    c8e7a007ee0c6db18ed011fb6aaadc46.gif

     

    Susan Hayward, avec qui Heston avait travaillé quelques années plus tôt dans un film appelé Le Général invisible7 et qui était une de ses amies, monta sur scène, serrant l'enveloppe où se trouvait la carte avec le nom d'un acteur dessus. En ouvrant l'enveloppe, elle retira la carte, peut-être y eut-il quelque chose sur son visage qui trahit le secret avant qu'elle ne lise le nom, mais soudain, Heston eut le sentiment que le nom qu'elle allait lire serait le sien.

    Elle annonça le vainqueur.

    « Le meilleur acteur est Charlton Heston pour Ben-Hur. »

     

    A SUIVRE...

    1 13 pouces et demi dans le texte original

    2 Le texte dit « He tried not to hunger for it », signifiant littéralement « il essaya de ne pas en être affamé ».

    « Miklos Rozsa » dans le texte original.

    Le texte original dit simplement « Best Screenplay » (meilleur scénario), sans préciser si c'est le scénario original ou adapté. Nous rétablissons donc la distinction pour la traduction.

    5 The Diary of Anne Frank

    6 Room at the Top

    The President's Lady

  • « JULES CESAR » et «  ANTOINE ET CLEOPATRE » PREMIERE PARTIE

    DEUX « ECHECS » DONT L’ARTISTE SORT GRANDI …

     

    HESTON-CHARLTON-JULIUS-CAESAR-WS-RMST-US-IMPORT-DVD-NEW

     

    A DEUX ANS D’INTERVALLE, CHARLTON HESTON, certainement un des acteurs américains les plus sincèrement passionnés par l’œuvre de SHAKESPEARE, trouve enfin l’opportunité, à l’âge de 46 ans, de réaliser un rêve d’adolescent et de tenter d’exprimer une idée qui lui a toujours été chère, selon laquelle SHAKESPEARE est le plus merveilleux « scénariste  potentiel » pour des projets artistiques à la fois créatifs, et proches du grand public.

    Malheureusement pour lui, le public américain et les financiers d’HOLLYWOOD en général ont visiblement une opinion différente sur ce sujet, car la plupart des projets conçus autour de SHAKESPEARE sur le sol des Etats-Unis ont jusque- là été des fours notoires, ou des productions montées à la va-vite, comme par exemple les tentatives d’Orson WELLES, obligé de faire son OTHELLO en EUROPE avec trois bouts de ficelle et son génie créatif pour compenser un budget de misère…

    C’est donc dans un contexte de méfiance absolue à l’encontre de toute entreprise « shakespearisante » que HESTON, revenu au sommet de sa valeur commerciale grâce au triomphe inattendu de « PLANET OF THE APES », et mû par sa passion plus que par une logique financière, se retrouve impliqué dans deux projets «  à risques » !

    On peut donc imaginer sans peine la tête que dut faire son agent Herman « iceman » CITRON quand CHUCK lui annonça qu’il acceptait la proposition du jeune producteur canadien SNELL de jouer dans son projet JULIUS CAESAR, pour un cachet modeste, en comparaison de son statut de superstar retrouvée…

    PDVD_208.jpgPDVD_194.jpg

    JULIUS CAESAR n’était aucunement une nouveauté pour HESTON, puisqu’il avait déjà joué le rôle de Marc-Antoine dans une production sans gros moyens de David BRADLEY en 1950 ; Marlon BRANDO, avec sa modestie coutumière, avait déclaré, avant de jouer sa propre version du personnage en 1953 sous la direction de MANCIEWIZ, qu’il suffirait de jouer le rôle à l’opposé de l’interprétation d’HESTON pour être «  just right » , on verra plus tard ce qu’on peut penser de ce «  duel à distance »…

    SNELL bénéficiant d’un budget important ( 1,6 million de dollars, quand même) HESTON vit donc dans sa proposition l’occasion de pouvoir enfin faire une digne adaptation de ce qui pour lui, n’était aucunement un chef-d’œuvre de SHAKESPEARE, mais une bonne pièce à gros potentiel cinégénique.

    Sa préférence, on le sait, allait bien sûr à trois splendeurs dont il avait bien l’intention, un jour ou l’autre, d’affronter les pièges : MACBETH, KING LEAR et ANTONY AND CLEOPATRA, sa préférée, que nous évoquerons plus tard…

    Dans la préparation de JULIUS CAESAR, on note dés le début une tendance bien établie chez le HESTON de l’époque, celle de s’impliquer artistiquement au maximum dans la conception de l’ouvrage ; non seulement il est l’acteur principal et celui grâce auquel le film peut se monter ( SNELL a toujours déclaré que le seul moyen pour lui de faire ce film était de lui faire appel) mais il dispose également du droit de choisir les interprètes, et d’approuver ou pas le script, avec possibilité pour lui de couper dans le texte original si nécessaire ! en fait, la seule chose qu’HESTON ne fera pas dans ce projet, c’est de le mettre en scène, et encore….

    On imagine donc, dans ce contexte de totale suprématie d’une personne sur un projet aussi important, la somme de jalousies et d’inimitiés diverses que la situation a pu très vite provoquer, jouant d’ailleurs un rôle non négligeable dans son « semi-échec » final !

     PDVD_204.jpg

    PDVD_222.jpg

    Les affaires commencent en fait plutôt bien, car le casting défini par HESTON (surtout) et SNELL ( un peu) parait au début parfaitement adapté au projet : le grand GIELGUD doit jouer Jules, Richard JOHNSON sera Cassius, Richard CHAMBERLAIN Octave, Robert VAUGHN Casca , et surtout, Orson WELLES doit jouer Brutus, rôle capital s’il en est…

    Le seul « hic » et de taille, c’est le metteur en scène.

    SNELL , faute de pouvoir engager OLIVIER qui fait la sourde oreille, s’est rabattu sur Stuart BURGE, un" director" de théatre, dont l’expérience filmique est des plus modestes, si ce n’est une adaptation d’OTHELLO en 65, dont on murmure que c’est surtout OLIVIER qui l’a dirigée…les choses s’engagent donc plutôt mal, car à part HESTON, qui accepte ce choix, tous les autres acteurs ne font aucune confiance à BURGE, et pensent que c’est davantage CHUCK qui tire les ficelles ! à commencer par Orson, très remonté dès le début contre BURGE qu’il juge «  nul » ( toujours en finesse, le grand WELLES) et fait très vite comprendre à la compagnie que soit on vire BURGE, soit c’est lui qui s’en va.

    A la stupeur de tous, et contre toute logique artistique, c’est lui qui s’en va.

    Le projet se trouve alors privé d’un moteur essentiel, car non seulement il perd un comédien de poids ( dans tous les sens du terme) mais il perd aussi celui qui aurait pu être son metteur en scène, car il s’était proposé pour remplacer BURGE !

    On peut donc considérer, en toute objectivité, que si HESTON avait, contre l’avis de SNELL, opté pour conserver WELLES dans l’équipe, le film aurait eu l’allure, l’éclat et aussi les défauts que BURGE, malgré ses qualités, ne pouvait aucunement apporter.

    C’est un peu ce que l’on peut reprocher à HESTON à cette époque, non pas son implication artistique, qui est férocement sincère de bout en bout, mais peut-être sa tendance à jouer la sécurité et se contenter de « metteurs » parfois un peu ternes, comme le furent DEARDEN ou NELSON quelques années avant BURGE … 

    L’aspect bancal et insatisfaisant de cette situation va, dés lors, scinder le groupe en deux factions, celle qui fait confiance à HESTON , notamment JOHNSON et GIELGUD qui sont ses amis, et celle qui dés le début semble se réjouir du four en prévision, VAUGHN,CHAMBERLAIN, et surtout le nouveau venu , Jason ROBARDS !

    PDVD_165.jpg

    PDVD_155.jpg

    Formidable comédien contemporain et acteur de thêatre renommé, ROBARDS est pourtant à peu près aussi adapté au rôle de Brutus que Sylvester STALLONE le serait à celui du roi LEAR ; incapable de monter à cheval, mal à l’aise en armure, visiblement infoutu de donner quelque substance à ce qui est le plus beau personnage de la pièce, il passe complétement à côté du rôle, entraînant dans sa morosité les autres américains de la bande ( dont VAUGHN qui ne cessera de se gausser de la superstar HESTON) et surtout, plombant toutes les scènes ou il apparaît, c’est-à-dire la moitié de la pièce... même HESTON, peu connu pour dire du mal de ses collègues, ne pourra s’empêcher d’écrire à son sujet : «  Je dois dire que j’ai rarement vu un bon acteur jouer aussi mal dans un bon rôle que Jason en Brutus ; il semble n’avoir aucun vrai sens de la langue, ses mots tombent de sa bouche, soit totalement verbeux, soit totalement plats » ((journals,1970) ; il faut dire que Robards ne s'était pas donné la peine de lire la pièce avant le tournage, ce qui ne pouvait certainement pas l'aider à capter son personnage! Pour l'aider à s'en sortir, Johnson prit sur lui de lui consacrer quelques séances de "prose Shakespearienne, sans trop de succès, cependant"

    Privée d’un atout crucial, la compagnie va se rabattre sur trois éléments importants pour, disons, sauver les meubles, à savoir GIELGUD (impérial en César, mais on ne pouvait en attendre moins) JOHNSON,( réellement formidable pour camper le noir et amer Cassius) , et surtout un CHUCK totalement inspiré en Marc-Antoine, pour ce que lui-même définit comme un rôle facile, un de ceux qui, si on les loupe, doit vous donner envie d’arrêter SHAKESPEARE !

    Facile ou pas, il faut admettre que la prestation hestonienne dans le rôle est excellente, et que son interprétation du fameux monologue devant la dépouille mortelle de César est digne d’éloge ; tout y est : la fourberie du politicien, le coté manipulateur, et en même temps la colère et l’émotion sincère, portés par une voix puissante et expressive, musicale et grondante, bien plus shakespearienne, finalement, que la version maniérée et pseudo-moderne de BRANDO, qui, sur ce coup –là, a manqué le coche !

    Après un tournage difficile en Espagne, du fait du manque de moyens pour la bataille finale bien réglée par Joe CANUTT à qui CHUCK a fait appel, le film se termine sans accroc à LONDRES, pour être montré en ANGLETERRE en juillet 70, et faire un tel flop critique et public qu’il ne sera quasiment pas distribué en EUROPE, et très peu aux USA ou de toute façon, aucun film shakespearien ne fait recette en général.. Beaucoup d’efforts pour un résultat décevant, mais comme nous le savons, cela n’empêchera pas HESTON et SNELL de repartir très vite sur un projet analogue, dont nous reparlerons bientôt.

    Pourtant, malgré les défauts et les manques que l’on peut constater dans ce film, très sévèrement critiqué par HESTON himself, on y trouve des qualités qui n’en font certainement pas, comme on a pu l’écrire, «  le pire film shakespearien de tous les temps » ! je ne saurais souscrire à ce point de vue, car, malgré tout, on y perçoit la passion et l’engagement d’une personne pour son projet, il est seulement regrettable qu’il ait été presque le seul, à y croire vraiment.

    signature_5.gif

    A CECILE, bien sûr...

  • TUDOR CITY CONFIDENTIAL - un article du 11 août 2016

     
    Juste une petite curiosité que j'ai découverte sur le NET, sur un lieu où vécut Charlton Heston avec Lydia et Fraser dans les années 50.Tudor City Confidential
     
     

    August 11, 2016

    Residents : CHARLTON HESTON

    Premier d'une série de posts consacrés aux résidents remarquables de Tudor City au fil des ans. Nous commençons par la star du cinéma Charlton Heston, sans doute le résident le plus célèbre de la communauté à ce jour.

    Elément de la chronique d'Earl Wilson, 17 décembre 1953

     
    Heston a loué le Penthouse 7 à Windsor Tower pendant les années 50 en tant que pied à terre (il en avait d'autres à Los Angeles et au Wisconsin), et le 14 octobre 1955, il a été interviewé à la télévision en direct. Le programme était  Person to Person, l'un des premiers spectacles consacrés à des interviews de célébrités. Il était animé par Edward R. Murrow, un éminent journaliste spécialisé dans les reportages sur la Seconde Guerre mondiale, et les grands noms - Marilyn Monroe, Norman Rockwell, Fidel Castro, Liberace - étaient un véritable Who's Who de l'époque.
     
    Le spectacle était aussi un exploit technologique, car non seulement il était tourné en direct, mais il était tourné en direct de deux endroits différents : le studio de Murrow à New York et la maison de la personne interviewée. Ed Murrow et  l'émission Person to Person, tout est en direct, il n'y a pas de film.

     
    Voici Murrow dans un fauteuil regardant par la "fenêtre" dans la maison de la personne interviewée. Dans ce cas, c'est Tudor City, discrètement anonyme.  Murrow décrit plutôt la maison de Heston comme «un appartement-tour surplombant l'East River et le bâtiment de l'ONU».
    Murrow (à gauche) et Heston (à droite) pendant l'interview. Heston explique qu'il est à New York en escale avant de partir pour l'Egypte pour le tournage de son prochain film, The Ten Commandments. 

     
    La conversation tourne autour du passe-temps de Heston, la peinture à l'huile, qu'il montre à la caméra. L'œuvre représente l'East River depuis sa terrasse, avec l'ONU sur la gauche. Les tentures fermées derrière lui obscurcissent ce qui offre sans doute une vue spectaculaire.

     
    Un élément du programme mettait en valeur la famille, sa Femme Lydia et leur fils de neuf mois, Fraser, font une apparition obligatoire. Plus de tentures derrière eux.
     
    * * *
     
    Déçus que le programme ne montre pas beaucoup de détails de Penthouse 7, nous avons trouvé plus d'images contemporaines de l'endroit, à partir d'une liste Douglas Elliman 2014. (Il est maintenant hors du marché.)
    Le salon a des plafonds de 17 pieds, des vues au sud-est, des fenêtres à gogo
     
    Une des deux terrasses (voir plan d'étage ci-dessous)
     

     
  • Une interview d'Anne Boulay : CHARLTON HESTON, IMMORTEL BEN HUR: «J'AI MAÎTRISÉ LE CHAR EN SIX SEMAINES».

    Je reproduis ici une interview de Chuck, par Anne Boulay du journal LIBERATION, à l'occasion de la venue de l'acteur au festival de Beauvais en 1997. 

    Nous n'y apprenons rien de plus que ce que nous savons déjà, nous les fervents hestoniens.

    Simplement une petite remarque de ma part, suite à la lecture d'un passage du livre de Michael Munn sur la façon dont Chuck maîtrisait ses interviews et ses réponses formatées depuis le début de sa célébrité. Chuck était tellement désireux de protéger sa vie privée, qu'il ne laissait aucune chance aux journalistes de pénétrer son jardin secret, il était passé "Maître" dans l'art d'être interviewé et c'est la raison pour laquelle, en dehors de ses réponses sur son métier, il pouvait a contrario, donner des interviews plus riches, plus documentées sur des sujets de société qui lui tenait à coeur. C'est ainsi qu'il nous a laissé de belles interviews sur le devenir de la planète, sur ses voyages à travers le monde dans des périodes mouvementées, entre autres. Je ne sais pas s'il choisissait les journalistes, mais certains d'entre eux devaient avoir assez de talent pour amener Charlton sur des sujets qui le passionnaient plus que de répondre à de banales questions répétitives dont les réponses étant archi-connues n'avaient plus grand intérêt pour le public. 

    2 - Copie.JPG

     

    http://next.liberation.fr/culture/1997/03/22/charlton-heston-immortel-ben-hur-j-ai-maitrise-le-char-en-six-semaines_199186

    Par Anne BOULAY— 

    Parler avec Charlton Heston a quelque chose de très intimidant. A 73 ans, Ben Hur a toujours les yeux revolvers et s'exprime avec cette voix caverneuse (qui lui valut d'ailleurs le perfide surnom de «Moose», élan¹) et ce ton sentencieux qui évoquent immanquablement Moïse. Ce fils de meunier, adolescent maladivement timide, a contracté le virus du jeu au lycée et ne s'en est jamais lassé. Son premier vrai rôle de cinéma, il l'obtient en 1952 dans Sous le plus grand chapiteau du monde, de Cecil B. DeMille. Suivront, pour ne citer que les plus connus, les Dix Commandements (1956), la Soif du mal (1957), Ben Hur (1959), les 55 Jours de Pékin (1962), la Planète des singes (1967), Soleil vert (1972), mais aussi un gros nombre de films catastrophes, fantastiques, de westerns, de fresques épiques et autres films d'époque. Ancien conseiller culturel de Ronald Reagan puis du candidat républicain Bob Dole à la dernière présidentielle américaine, militant pour le port d'armes et contre le gangsta rap, Charlton Heston a marché avec Martin Luther King et défendu Sam Peckinpah ou Orson Welles quand ils étaient mal vus. C'est à cette haute figure (1,93 m), contrastée, du septième art que le Festival de cinéma de Beauvais ­qui se clôt dimanche­ rend hommage, en permettant de revoir certains des quelque 80 films que cet amoureux de Shakespeare a tournés en un demi-siècle de carrière.

    ¹  Je pense que la journaliste fait une erreur en prétendant que Charlton Heston était surnommé "Moose". Je n'ai trouvé aucun article à ce sujet. Elle doit confondre avec "Moses"  Moïse en anglais.

    AB : Commençons par vos débuts.

    CH : La chance a voulu que mes débuts coïncident avec ceux de la télévision en direct. J'avais 25 ans, et en l'espace de quatorze mois, l'acteur indépendant que j'étais, sans grande expérience et sans réputation, a pu interpréter à la télé les Hauts de Hurlevent, Jane Eyre, Jules César, des pièces de George Bernard Shaw" On était des gamins. Mais comme l'élite de Broadway et les studios méprisaient la télé et que ni les cinéastes de l'époque ni les acteurs comme Paul Newman, Kirk Douglas ou Burt Lancaster n'étaient autorisés à tourner pour le petit écran, il restait du boulot pour nous. Et puis la télé nous a apporté une certaine notoriété, nos visages étaient familiers. Surtout, ça nous a permis de faire un véritable apprentissage, d'autant que les pièces étaient tournées avec deux ou trois caméras, des plans alternés. De sorte que quand je me suis retrouvé sur un plateau de cinéma, je n'étais pas totalement en terra incognita.

    AB : Parmi tous les héros que vous avez interprétés, lequel serait votre préféré?

    CH : Je ne sais pas. Ma carrière n'est pas terminée. Reposez-moi la question tout à la fin.

    AB : Mais Ben Hur est le rôle qui vous a valu un oscar?

    CH : Ben Hur est un film merveilleux, mais les meilleurs rôles sont les rôles shakespeariens. J'en ai tenu plus que tous les autres acteurs américains. J'ai aussi interprété une quinzaine d'hommes plus complexes et intéressants que les autres, trois Présidents, trois saints dont Moïse, deux génies et un nombre incalculable de rois et de chevaliers. Pour en revenir à Ben Hur, il est certain que ce film a raflé un nombre de récompenses inégalé, rapporté des tonnes d'argent et continue d'ailleurs à m'en rapporter. Cela dit, Ben Hur n'est pas un héros, c'est une victime. Il survit. Mais c'est aussi un excellent conducteur de char.

    AB : C'est amusant de conduire un char?

    CH : C'est assez drôle. Et je savais que j'allais gagner la course. Mais il m'a quand même fallu six semaines pour maîtriser le char, c'est plus compliqué qu'une voiture automatique! Malheureusement, la possibilité de reprendre les rênes ne s'est jamais représentée.

    AB : Vous saviez que William Wyler était français?

    CH : Oui, il était né en Alsace" William Wyler était surtout le meilleur directeur d'acteurs avec lequel j'ai travaillé. Il donnait très peu d'indications, n'était pas tyrannique, n'élevait jamais la voix, mais n'était jamais satisfait. Pour Ben Hur, nous avons tourné huit mois et demi, parfois sept jours sur sept, et j'étais dans presque toutes les scènes. Il faisait de nombreuses prises. Par exemple il disait: «C'était un peu trop.» Ce à quoi je répondais: «Mais c'est toi qui m'as dit d'en faire un peu plus."

    - Bon, je n'aurais pas dû. OK, tournons la scène de la course.

    - Je ne suis pas fatigué, je peux la refaire.

    - Si je ne dis rien, c'est que ça va.»

    AB : Et Orson Welles?

    CH : C'est l'homme le plus talentueux que j'aie jamais connu, ce qui ne signifie pas que ce soit le meilleur cinéaste, acteur ou écrivain, ça, je ne le pense pas. C'est pourquoi j'ai fermement suggéré que ce soit lui qui réalise la Soif du mal, et je suis fier d'être responsable du dernier film américain qu'il ait tourné. Je pense, comme les Cahiers du cinéma, que la Soif du mal est le meilleur «série B» de l'histoire du cinéma, et qu'il est passé tout près du génie pur. Mais Orson était un peu feignant, et il détestait la technique après le montage, ce qui est un gros défaut. Il faut finir son travail. Michel Ange a fini le plafond de la chapelle Sixtine, lui" Que pensez-vous du remake de la Planète des singes qu'envisage Oliver Stone?

    La Planète des singes est un bon film, il a en quelque sorte inauguré le cycle des space operas. On ne peut pas refaire les fresques épiques comme Ben Hur ou les Dix Commandements, c'est beaucoup trop cher, mais ce film, oui. Je pense que c'est Arnold (Schwarzenegger, ndlr) qui va reprendre mon rôle et qu'il le fera très bien.

    AB : C'est d'ailleurs assez logique si l'on vous considère comme un précurseur des films d'action.

    En fait, je pense qu'il y a très peu de mes films qu'on puisse considérer comme des films d'action, et certainement pas la Planète des singes qui, contrairement aux véritables space operas, est basé sur une histoire et pas uniquement sur des effets spéciaux. En tout état de cause, je suis trop vieux pour refaire Taylor, et il est hors de question que je fasse un singe: je ne supporterais pas le maquillage. A la fin du tournage, à la première projection pour l'équipe, une très belle fille m'approche et me dit: «Comment ça va, Chuck?» Je lui réponds que je suis désolé, mais que je ne crois pas la connaître. C'était Kim Hunter, la vedette féminine, que je n'avais jamais vue sans ses poils de singe!

    CH : Vous paraissez extrêmement documenté sur vos personnages. Vous lisez beaucoup?

    J'ai une peur profonde de me retrouver quelque part sans rien à lire (il sort de sa poche un livre sur la guerre du Golfe). Comme j'ai joué des personnages historiques de premier ordre, le minimum était que j'en sache plus sur le personnage que n'importe qui d'autre. Pour Moïse, j'ai lu énormément, y compris Freud.

    AB : Des projets?

    Continuer à essayer. Peut-être que j'arriverai un jour à la perfection. J'ai eu beaucoup de chance, j'ai travaillé avec Laurence Olivier, John Gielgud, Vanessa Redgrave, certainement la meilleure actrice vivante, et des réalisateurs comme Orson Welles, William Wyler, George Stevens, Sam Penckinpah, Cecil B. DeMille, qui sont parmi les inventeurs du cinéma. J'aurais aimé travailler avec John Ford et David Lean, mais ils sont morts trop tôt. Je viens de finir un film de Kenneth Branagh, c'est un très bon. Je peux difficilement me plaindre .

    Anne BOULAY

  • 9 - "Charlton Heston une biographie " de Michael Munn - (traduction par Adrien P.)

    51Db8nugfnL._SX350_BO1,204,203,200_.jpg

     

    Hollywood

    Depuis que Charlton Heston avait aidé David Bradley pour les préparatifs de son adaptation en film muet 16mm de Macbeth, les deux diplômés de Northwestern avaient parlé de faire d'autres films shakespeariens. Heston ne voulait jouer dans aucun film en règle générale : Les acteurs de théâtre regardaient avec mépris les acteurs de cinéma, et les acteurs sérieux travaillaient à New-York, pas à Hollywood. C'était un concept étriqué qu'Heston adopta immédiatement pour prouver qu'il n'était rien sinon sérieux. Pourtant, quand vint la chance d'adapter Shakespeare au cinéma, il fut intéressé, même si ce devait être une des productions amateurs en 16mm1 de Bradley. Au moins, cette fois, il y aurait du son2.

    Les deux pièces les plus envisagées pour une tentative d'adaptation étaient soit Jules César, soit Hamlet. Laurence Olivier fit alors son Hamlet3 sur celluloïd4 ce qui régla la question : ce sera Julius Caesar. Charlton pourrait enfin jouer le rôle qu'il avait convoité depuis qu'il avait vu Sir Godfrey Tearle le jouer en compagnie de Cornell dans le rôle de Cléopâtre : Marc-Antoine.

    Avec un coût de 11.OOO$, Jules Cesar est, d'après les mots d'Heston, « un des plus remarquables films indépendants que je connaisse ». Bradley a produit, réalisé et joué le rôle-clé de Brutus. Bradley a intelligemment utilisé de vrais bâtiments comme décor, tel que le Chicago's Museum of Science and Industry5 qui lui servit de forum romain. Les autres acteurs venaient de troupes de théâtre locales et de stations de radio de Chicago auxquelles Heston rendit visite juste pour cette entreprise bénévole.

    Résultat de recherche d'images pour "Chicago's Museum of Science and Industry"

    Chicago's Museum of Science and Industry

    La plupart des acteurs semblaient être un peu petit pour leurs costumes. Les casques romains et les plastrons semblaient trop larges pour eux, mais Heston, bien que toujours maigre, était magnifique dans son armure romaine. Avec son visage il avait l'air de sortir tout droit du passé. Charlton Heston commençait déjà à paraître plus à l'aise dans un costume que dans des habits du XXème siècle.

    Ce n'était pas vraiment un film à visée commerciale et il n'eut pas de sortie annoncée aux États-Unis ni à l'étranger, mais il fut diffusé en 1950 dans de nombreux festivals et universités et obtint rapidement le statut de classique parmi les films indépendants6. L'un de ceux qui l'avait vu était un producteur de chez Paramount qui avait été impressionné par Heston dans Jane Eyre : Hal B. Wallis7. Il fut si impressionné qu'il alla à New-York, rencontra Charlton Heston et lui proposa un contrat pour une film.

    1 Lancé sur le commerce en 1923 par Kodak, le film 16mm avait l'avantage d'être bien moins cher et plus facile à transporter que le 35mm utilisé par le cinéma. Il devient le format du reportage et finit par se standardiser. Il reste pourtant le format du film amateur, et le 35mm reste le format standard du film de cinéma.

    https://fr.wikipedia.org/wiki/Format_35_mm

    http://cinememoire.net/index.php/numerisation-de-films/petite-histoire-des-formats-de-films

    https://fr.wikipedia.org/wiki/Format_16_mm

    2 Le 16 mm devient sonore en 1932.

    3 Sorti en 1948, c'est le deuxième volet de la trilogie shakespearienne de l'acteur-réalisateur avec Henry V et Richard III.

    https://www.imdb.com/list/ls031350542/

    4 Si ce terme désigne à l'origine une matière extrêmement inflammable utilisée dans la production des pellicules cinématographiques, il désigne également la pellicule de 35mm en anglais. Le lien ci-dessous met en évidence cet emploi.

    https://fr.wikipedia.org/wiki/Nitrocellulose#Applications

    https://www.telegraph.co.uk/culture/film/film-news/8975284/Hollywood-says-goodbye-to-celluloid.html

    5 Le musée des sciences et de l'industrie de Chicago a d'abord été un musée des Beaux-Arts, érigé en 1893 à l'occasion de l'exposition universelle. Son style architecturale dit « Beaux-Arts » vient prendre ses inspirations d'anciens styles, notamment le style antique. Sa conversion en musée des sciences date de 1933.

    6 « an underground classic » dans le texte original. Underground signifie littéralement « souterrain ». Par extension, une œuvre dite « underground » est une œuvre qui ne fait partie d'aucun circuit officiel ni d'aucune institution.

    7 Hal B. Wallis (1898-9 – 1986) est un producteur américain. Ayant produit plus de 400 films en 40 ans, il a construit sa légende avec des films comme Le Petit César (1931) ou Les Aventures de Robin des Bois (1938).

     

    Charlton Heston n'avait pas été totalement ignoré par les studios de cinéma. Ces derniers mois, un certain nombre d'entre eux l'avaient approché avec des contrats-types de studio, espérant obtenir de lui une exclusivité pour eux. Il n'en avait cependant pas besoin : il voulait jouer dans des pièces et à la télévision. Cela dit, il reconnaissait également que le cinéma pouvait lui offrir un avenir plus sûr, car si un acteur parvenait à jouer dans un film, il pouvait rapidement devenir riche. Devenir riche n'était pas une idée qui dégoûtait Charlton.

    img079.jpg

    À la demande pressante de Wallis, Charlton s'envola pour Los Angeles pour le rencontrer et discuter d'un potentiel contrat. Wallis convainquit deux sœurs, anciennes vedettes du cinéma muet, d'accueillir Charlton chez elles pour la durée de son séjour, et Charlton reçut les services d'un agent de premier ordre : Herman Citron. Citron réussit à négocier un contrat non-exclusif pour Heston avec Wallis, autorisant Charlton à faire des films avec d'autres studios et d'autres producteurs ainsi que de jouer comme il le voulait, dans les pièces au théâtre ou à la télé. Wallis était en fait un producteur progressiste qui reconnaissait que l'ancien système de contrat était mourant (il venait d'autoriser ses deux découvertes, Burt Lancaster et Kirk Douglas, à voler de leurs propres ailes). Il y avait maintenant une nouvelle génération d'acteurs qui refusaient d'être enfermés, pieds et poings liés, qui cherchaient plus qu'une carrière cinématographique, et Charlton Heston semblait être de cet acabit. Il devint donc l'un des tout premiers acteurs à ne pas être lié exclusivement à un seul studio.

    Quelques semaines après la signature, Charlton reprit l'avion de New-York à Los Angeles. Il voyagea seul, laissant Lydia à l'Est où elle jouait au théâtre. Charlton s'était considérablement empâté depuis qu'il avait tourné Julius Caesar. Il était même presque enrobé ; il dut faire attention à son poids pour les caméras de cinéma qui avaient tendance à donner l'air d'être obèse. Comme il avait grossi, il fit fondre la graisse superflue en s'entraînant tous les jours et était réellement inquiet si son poids dépassait les respectables 200 livres1.

    Il atterrit à Los Angeles et fut accueilli par le chef de publicité de Wallis, Walter Seltzer, qui se trouvait au quai de débarquement à comparer le visage de tous les passants avec une photo de Charlton Heston. Seltzer allait offrir à Charlton une grosse promotion avant même qu'il ait fait La Main qui venge2, son premier film professionnel, produit par Wallis en personne.

    Maintenant qu'il était arrivé en ville, il était bon pour lui d'être vu, donc Seltzer l'emmena directement chez Romanoff où Charlton fut non pas surpris d'être remarqué mais de voir Spencer Tracy3 en train de manger des fraises.

    La vie d'acteur de cinéma ne s'est cependant pas toujours avérée être glamour. Charlton se retrouva à louer un appartement derrière le Grauman's Chinese Theater4 devant lequel se trouvent les célèbres pavés marqués des traces de main ou de pied de nombreuses stars. Le pâté de maisons où se trouvait l'appartement fourni à Charlton ressemblait quant à lui à un bordel. Il devint de plus en plus conscient du nombre de voisines locataires qui semblaient divertir un nombre effroyablement grand d'hommes dans leurs chambres. C'était une triste réalité de voir qu'Hollywood avait toujours été envahi par des prostituées, dont un grand nombre avaient rêvé de devenir actrices qui n'ont jamais été repérées, mais se sont tournées vers le plus vieux métier du monde pour vivre.

    Description de l'image Grauman's Chinese Theatre, by Carol Highsmith fixed & straightened.jpg.

    La Main qui venge était tourné à Paramount Studios et était un cas typique de film noir, un habile drame criminel dans lequel Wallis semblait se spécialiser. Heston jouait un escroc qui devient la proie d'un homme dont le frère s'est suicidé après s'être fait avoir par une arnaque d'Heston. Le rôle était délicat pour Heston car il devait réussir, on ne sait comment, à rendre ce personnage immoral et cynique suffisamment sympathique pour obtenir la faveur du public. Heston se souvient de son rôle :

    "Ce n'est vraiment pas un personnage intéressant, et il ne montre pas grand-chose pour nous convaincre du contraire. Il est juste légèrement dérangé dans un miteux trafic de jeux d'argent dans lequel il s'est lancé, et devient finalement une victime, un fugitif essayant de ne pas se faire tuer. C'est une juste fin pour lui.

    C'est tout ce qu'il y a à dire de ce rôle. Son seul point de vue est d'un cynisme injustifié. Il est toujours sceptique du fait de ses souvenirs de guerre, même si ce n'est pas une piste vraiment explorée [dans le film]. Je me souviens m'en être servi pour jouer ce rôle."

    vlcsnap-00065.jpg

    La partenaire à l'écran de Charlton était Lizabeth Scott5, une autre découverte d'Hal Wallis, et présentée par Paramount comme ressemblant à Lauren Bacall et Veronica Lake. Jack Webb jouait un camarade escroc d'Heston. Webb était alors une vedette de radio grâce à sa série Dragnet qu'il adapta plus tard à l'écran ce qui lui permit de devenir riche.

    Le réalisateur de La Main qui venge était William Dieterle, un nom légendaire d'Hollywood connu pour des classiques tels que Quasimodo6 avec Charles Laughton et Tous les biens de la terre7. Ses meilleures réalisations étaient cependant du passé et ses films dans les années 50 furent généralement ordinaires et oubliables. La Main qui venge était de ceux-là. Comme Heston le dit lui-même, « C'est le genre de film qu'ils font aujourd'hui à la télévision et qu'on appelle le film de la semaine.»

    Une fois le film fini, Walter Seltzer mit Heston dans un train pour qu'il traverse le pays afin de faire sa promotion et celle du film. Ils allèrent dans pas moins de 20 villes en moins de 4 semaines. L'exténuant programme de promotion échoua à convaincre le public d'aller voir La Main qui venge, mais elle raffermit l'amitié durable d'Heston et Seltzer.

    vlcsnap-00085.jpg

    À la fin de l'été, Charlton décida qu'il était temps de retourner à la maison à New-York, et il serait peut-être resté à l'Est s'il n'avait pas eu la chance de croiser fugacement Cecil B. De Mille, et si ce grand réalisateur n'avait pas été impressionné par la manière dont le jeune Heston l'avait salué.

    À peine quelques mois plus tard, Charlton apparaissait dans le somptueux film sur le cirque de De Mille, Sous Le Plus Grand Chapiteau du monde, et il sut qu'il ne pourrait pas vivre que sur la côte Est. Il dit :

    «Mon premier film était oubliable, bien que produit efficacement et professionnellement. Mon second film, sur le cirque, remporta l'Oscar et fut visionné par un nombre immense de personnes. En effet, il reçut plus de critiques positives qu'aucun autre film de De Mille. Je ne saurai pas dire ce qu'il se serait passé si le deuxième film n'était pas arrivé au bon moment, mais il m'assura une place d'acteur important suffisamment longtemps pour avoir d'autres opportunités, et c'est ce qui compte. Il faut rester parmi les têtes d'affiches et le haut du panier, et ce film sur le cirque me l'a permis8

    1 91 kilos

    2 Dark City

    3 (1900 – 1967) Un acteur américain alors très connu. Il a remporté deux oscars du meilleur acteur deux années consécutives : en 1937 pour Capitaines courageux et en 1938 pour Des Hommes sont nés. Il est connu pour son jeu réaliste et sa capacité à interpréter n'importe quel rôle. Un prix à son nom est créé en 1988 par l'université de Californie et sa fille, Susie Tracy : l'UCLA Spencer Tracy Award. L'institut du Film Américain (American Film Institute, ou AFI) l'a classé 9ème dans le classement des plus grandes légendes du cinéma américain.

    http://www.afi.com/Docs/100years/stars50.pdf

    https://www.imdb.com/name/nm0000075/awards

    https://www.imdb.com/name/nm2803604/bio?ref_=nm_ov_bio_sm

    https://www.youtube.com/watch?v=372trryQ7LY (voir la description de la vidéo)

    4 Cinéma inauguré le 18 mai 1927, il est classé monument historique-culturel de Los Angeles depuis le 5 juin 1968. Il est au 6928 Hollywood Boulevard, le long du Walk of Fame. C'est une des salles de cinéma les plus célèbres au monde.

    https://fr.wikipedia.org/wiki/Grauman%27s_Chinese_Theatre

    5 Né en 1922 et morte en 2015, cette actrice américaine est surtout connue pour ses rôles de femme fatale.

    6 The Hunchback of Notre Dame, 1939

    7 All That Money Can Buy, 1941

    8 Heston donne ici une métaphore sur le base-ball difficile à rendre. Une traduction plus littérale serait :

    « mais il m'assura une place d'acteur important, suffisamment longtemps pour avoir quelques tours au bâton, et c'est ce qui compte. Il faut rester parmi les joueurs sélectionnés, et en première division, et ce film me l'a permis. »

    A SUIVRE...