Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

9 - "Charlton Heston une biographie " de Michael Munn - (traduction par Adrien P.)

51Db8nugfnL._SX350_BO1,204,203,200_.jpg

 

Hollywood

Depuis que Charlton Heston avait aidé David Bradley pour les préparatifs de son adaptation en film muet 16mm de Macbeth, les deux diplômés de Northwestern avaient parlé de faire d'autres films shakespeariens. Heston ne voulait jouer dans aucun film en règle générale : Les acteurs de théâtre regardaient avec mépris les acteurs de cinéma, et les acteurs sérieux travaillaient à New-York, pas à Hollywood. C'était un concept étriqué qu'Heston adopta immédiatement pour prouver qu'il n'était rien sinon sérieux. Pourtant, quand vint la chance d'adapter Shakespeare au cinéma, il fut intéressé, même si ce devait être une des productions amateurs en 16mm1 de Bradley. Au moins, cette fois, il y aurait du son2.

Les deux pièces les plus envisagées pour une tentative d'adaptation étaient soit Jules César, soit Hamlet. Laurence Olivier fit alors son Hamlet3 sur celluloïd4 ce qui régla la question : ce sera Julius Caesar. Charlton pourrait enfin jouer le rôle qu'il avait convoité depuis qu'il avait vu Sir Godfrey Tearle le jouer en compagnie de Cornell dans le rôle de Cléopâtre : Marc-Antoine.

Avec un coût de 11.OOO$, Jules Cesar est, d'après les mots d'Heston, « un des plus remarquables films indépendants que je connaisse ». Bradley a produit, réalisé et joué le rôle-clé de Brutus. Bradley a intelligemment utilisé de vrais bâtiments comme décor, tel que le Chicago's Museum of Science and Industry5 qui lui servit de forum romain. Les autres acteurs venaient de troupes de théâtre locales et de stations de radio de Chicago auxquelles Heston rendit visite juste pour cette entreprise bénévole.

Résultat de recherche d'images pour "Chicago's Museum of Science and Industry"

Chicago's Museum of Science and Industry

La plupart des acteurs semblaient être un peu petit pour leurs costumes. Les casques romains et les plastrons semblaient trop larges pour eux, mais Heston, bien que toujours maigre, était magnifique dans son armure romaine. Avec son visage il avait l'air de sortir tout droit du passé. Charlton Heston commençait déjà à paraître plus à l'aise dans un costume que dans des habits du XXème siècle.

Ce n'était pas vraiment un film à visée commerciale et il n'eut pas de sortie annoncée aux États-Unis ni à l'étranger, mais il fut diffusé en 1950 dans de nombreux festivals et universités et obtint rapidement le statut de classique parmi les films indépendants6. L'un de ceux qui l'avait vu était un producteur de chez Paramount qui avait été impressionné par Heston dans Jane Eyre : Hal B. Wallis7. Il fut si impressionné qu'il alla à New-York, rencontra Charlton Heston et lui proposa un contrat pour une film.

1 Lancé sur le commerce en 1923 par Kodak, le film 16mm avait l'avantage d'être bien moins cher et plus facile à transporter que le 35mm utilisé par le cinéma. Il devient le format du reportage et finit par se standardiser. Il reste pourtant le format du film amateur, et le 35mm reste le format standard du film de cinéma.

https://fr.wikipedia.org/wiki/Format_35_mm

http://cinememoire.net/index.php/numerisation-de-films/petite-histoire-des-formats-de-films

https://fr.wikipedia.org/wiki/Format_16_mm

2 Le 16 mm devient sonore en 1932.

3 Sorti en 1948, c'est le deuxième volet de la trilogie shakespearienne de l'acteur-réalisateur avec Henry V et Richard III.

https://www.imdb.com/list/ls031350542/

4 Si ce terme désigne à l'origine une matière extrêmement inflammable utilisée dans la production des pellicules cinématographiques, il désigne également la pellicule de 35mm en anglais. Le lien ci-dessous met en évidence cet emploi.

https://fr.wikipedia.org/wiki/Nitrocellulose#Applications

https://www.telegraph.co.uk/culture/film/film-news/8975284/Hollywood-says-goodbye-to-celluloid.html

5 Le musée des sciences et de l'industrie de Chicago a d'abord été un musée des Beaux-Arts, érigé en 1893 à l'occasion de l'exposition universelle. Son style architecturale dit « Beaux-Arts » vient prendre ses inspirations d'anciens styles, notamment le style antique. Sa conversion en musée des sciences date de 1933.

6 « an underground classic » dans le texte original. Underground signifie littéralement « souterrain ». Par extension, une œuvre dite « underground » est une œuvre qui ne fait partie d'aucun circuit officiel ni d'aucune institution.

7 Hal B. Wallis (1898-9 – 1986) est un producteur américain. Ayant produit plus de 400 films en 40 ans, il a construit sa légende avec des films comme Le Petit César (1931) ou Les Aventures de Robin des Bois (1938).

 

Charlton Heston n'avait pas été totalement ignoré par les studios de cinéma. Ces derniers mois, un certain nombre d'entre eux l'avaient approché avec des contrats-types de studio, espérant obtenir de lui une exclusivité pour eux. Il n'en avait cependant pas besoin : il voulait jouer dans des pièces et à la télévision. Cela dit, il reconnaissait également que le cinéma pouvait lui offrir un avenir plus sûr, car si un acteur parvenait à jouer dans un film, il pouvait rapidement devenir riche. Devenir riche n'était pas une idée qui dégoûtait Charlton.

img079.jpg

À la demande pressante de Wallis, Charlton s'envola pour Los Angeles pour le rencontrer et discuter d'un potentiel contrat. Wallis convainquit deux sœurs, anciennes vedettes du cinéma muet, d'accueillir Charlton chez elles pour la durée de son séjour, et Charlton reçut les services d'un agent de premier ordre : Herman Citron. Citron réussit à négocier un contrat non-exclusif pour Heston avec Wallis, autorisant Charlton à faire des films avec d'autres studios et d'autres producteurs ainsi que de jouer comme il le voulait, dans les pièces au théâtre ou à la télé. Wallis était en fait un producteur progressiste qui reconnaissait que l'ancien système de contrat était mourant (il venait d'autoriser ses deux découvertes, Burt Lancaster et Kirk Douglas, à voler de leurs propres ailes). Il y avait maintenant une nouvelle génération d'acteurs qui refusaient d'être enfermés, pieds et poings liés, qui cherchaient plus qu'une carrière cinématographique, et Charlton Heston semblait être de cet acabit. Il devint donc l'un des tout premiers acteurs à ne pas être lié exclusivement à un seul studio.

Quelques semaines après la signature, Charlton reprit l'avion de New-York à Los Angeles. Il voyagea seul, laissant Lydia à l'Est où elle jouait au théâtre. Charlton s'était considérablement empâté depuis qu'il avait tourné Julius Caesar. Il était même presque enrobé ; il dut faire attention à son poids pour les caméras de cinéma qui avaient tendance à donner l'air d'être obèse. Comme il avait grossi, il fit fondre la graisse superflue en s'entraînant tous les jours et était réellement inquiet si son poids dépassait les respectables 200 livres1.

Il atterrit à Los Angeles et fut accueilli par le chef de publicité de Wallis, Walter Seltzer, qui se trouvait au quai de débarquement à comparer le visage de tous les passants avec une photo de Charlton Heston. Seltzer allait offrir à Charlton une grosse promotion avant même qu'il ait fait La Main qui venge2, son premier film professionnel, produit par Wallis en personne.

Maintenant qu'il était arrivé en ville, il était bon pour lui d'être vu, donc Seltzer l'emmena directement chez Romanoff où Charlton fut non pas surpris d'être remarqué mais de voir Spencer Tracy3 en train de manger des fraises.

La vie d'acteur de cinéma ne s'est cependant pas toujours avérée être glamour. Charlton se retrouva à louer un appartement derrière le Grauman's Chinese Theater4 devant lequel se trouvent les célèbres pavés marqués des traces de main ou de pied de nombreuses stars. Le pâté de maisons où se trouvait l'appartement fourni à Charlton ressemblait quant à lui à un bordel. Il devint de plus en plus conscient du nombre de voisines locataires qui semblaient divertir un nombre effroyablement grand d'hommes dans leurs chambres. C'était une triste réalité de voir qu'Hollywood avait toujours été envahi par des prostituées, dont un grand nombre avaient rêvé de devenir actrices qui n'ont jamais été repérées, mais se sont tournées vers le plus vieux métier du monde pour vivre.

Description de l'image Grauman's Chinese Theatre, by Carol Highsmith fixed & straightened.jpg.

La Main qui venge était tourné à Paramount Studios et était un cas typique de film noir, un habile drame criminel dans lequel Wallis semblait se spécialiser. Heston jouait un escroc qui devient la proie d'un homme dont le frère s'est suicidé après s'être fait avoir par une arnaque d'Heston. Le rôle était délicat pour Heston car il devait réussir, on ne sait comment, à rendre ce personnage immoral et cynique suffisamment sympathique pour obtenir la faveur du public. Heston se souvient de son rôle :

"Ce n'est vraiment pas un personnage intéressant, et il ne montre pas grand-chose pour nous convaincre du contraire. Il est juste légèrement dérangé dans un miteux trafic de jeux d'argent dans lequel il s'est lancé, et devient finalement une victime, un fugitif essayant de ne pas se faire tuer. C'est une juste fin pour lui.

C'est tout ce qu'il y a à dire de ce rôle. Son seul point de vue est d'un cynisme injustifié. Il est toujours sceptique du fait de ses souvenirs de guerre, même si ce n'est pas une piste vraiment explorée [dans le film]. Je me souviens m'en être servi pour jouer ce rôle."

vlcsnap-00065.jpg

La partenaire à l'écran de Charlton était Lizabeth Scott5, une autre découverte d'Hal Wallis, et présentée par Paramount comme ressemblant à Lauren Bacall et Veronica Lake. Jack Webb jouait un camarade escroc d'Heston. Webb était alors une vedette de radio grâce à sa série Dragnet qu'il adapta plus tard à l'écran ce qui lui permit de devenir riche.

Le réalisateur de La Main qui venge était William Dieterle, un nom légendaire d'Hollywood connu pour des classiques tels que Quasimodo6 avec Charles Laughton et Tous les biens de la terre7. Ses meilleures réalisations étaient cependant du passé et ses films dans les années 50 furent généralement ordinaires et oubliables. La Main qui venge était de ceux-là. Comme Heston le dit lui-même, « C'est le genre de film qu'ils font aujourd'hui à la télévision et qu'on appelle le film de la semaine.»

Une fois le film fini, Walter Seltzer mit Heston dans un train pour qu'il traverse le pays afin de faire sa promotion et celle du film. Ils allèrent dans pas moins de 20 villes en moins de 4 semaines. L'exténuant programme de promotion échoua à convaincre le public d'aller voir La Main qui venge, mais elle raffermit l'amitié durable d'Heston et Seltzer.

vlcsnap-00085.jpg

À la fin de l'été, Charlton décida qu'il était temps de retourner à la maison à New-York, et il serait peut-être resté à l'Est s'il n'avait pas eu la chance de croiser fugacement Cecil B. De Mille, et si ce grand réalisateur n'avait pas été impressionné par la manière dont le jeune Heston l'avait salué.

À peine quelques mois plus tard, Charlton apparaissait dans le somptueux film sur le cirque de De Mille, Sous Le Plus Grand Chapiteau du monde, et il sut qu'il ne pourrait pas vivre que sur la côte Est. Il dit :

«Mon premier film était oubliable, bien que produit efficacement et professionnellement. Mon second film, sur le cirque, remporta l'Oscar et fut visionné par un nombre immense de personnes. En effet, il reçut plus de critiques positives qu'aucun autre film de De Mille. Je ne saurai pas dire ce qu'il se serait passé si le deuxième film n'était pas arrivé au bon moment, mais il m'assura une place d'acteur important suffisamment longtemps pour avoir d'autres opportunités, et c'est ce qui compte. Il faut rester parmi les têtes d'affiches et le haut du panier, et ce film sur le cirque me l'a permis8

1 91 kilos

2 Dark City

3 (1900 – 1967) Un acteur américain alors très connu. Il a remporté deux oscars du meilleur acteur deux années consécutives : en 1937 pour Capitaines courageux et en 1938 pour Des Hommes sont nés. Il est connu pour son jeu réaliste et sa capacité à interpréter n'importe quel rôle. Un prix à son nom est créé en 1988 par l'université de Californie et sa fille, Susie Tracy : l'UCLA Spencer Tracy Award. L'institut du Film Américain (American Film Institute, ou AFI) l'a classé 9ème dans le classement des plus grandes légendes du cinéma américain.

http://www.afi.com/Docs/100years/stars50.pdf

https://www.imdb.com/name/nm0000075/awards

https://www.imdb.com/name/nm2803604/bio?ref_=nm_ov_bio_sm

https://www.youtube.com/watch?v=372trryQ7LY (voir la description de la vidéo)

4 Cinéma inauguré le 18 mai 1927, il est classé monument historique-culturel de Los Angeles depuis le 5 juin 1968. Il est au 6928 Hollywood Boulevard, le long du Walk of Fame. C'est une des salles de cinéma les plus célèbres au monde.

https://fr.wikipedia.org/wiki/Grauman%27s_Chinese_Theatre

5 Né en 1922 et morte en 2015, cette actrice américaine est surtout connue pour ses rôles de femme fatale.

6 The Hunchback of Notre Dame, 1939

7 All That Money Can Buy, 1941

8 Heston donne ici une métaphore sur le base-ball difficile à rendre. Une traduction plus littérale serait :

« mais il m'assura une place d'acteur important, suffisamment longtemps pour avoir quelques tours au bâton, et c'est ce qui compte. Il faut rester parmi les joueurs sélectionnés, et en première division, et ce film me l'a permis. »

A SUIVRE...

Écrire un commentaire

Optionnel