Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

" JULES CESAR " & " ANTOINE ET CLEOPATRE " - Quatrième et dernière partie

 

ANTOINE ET CLEOPATRE : ( 3eme partie et fin)

 

img142.jpg

APRES un tournage relativement difficile, qu’il considérera plus tard comme «  un projet très professionnel, réalisé parfois dans des conditions de semi-amateurisme », Chuck HESTON se retrouve donc avec dans les mains un négatif de plus de trois heures, durée trop importante pour espérer une carrière commerciale honorable, ce qui va l’amener dès la fin des prises de vues à couper allégrement dans son premier « rough assembly » pour arriver à un métrage de deux heures quarante, ce qui n’est pas rien quand même !

Interrogé par divers puristes sur le bien–fondé de ces coupes, il déclarera sans ambages : « je suis sûr que SHAKESPEARE coupait SHAKESPEARE ! »

vlcsnap-00090.png vlcsnap-00010.png

Ceci étant fait, il quitte l’Espagne dans un état de grande fatigue physique et morale, car les soucis de montage du film associés aux terribles migraines dont souffre sa LYDIA le préoccupent au plus haut point, jamais encore dans sa vie, il n’a ressenti autant de pression, car il a maintenant réalisé son rêve, mais il sait que le plus dur commence !

Et le plus dur pour lui, va être de s’asseoir dans son studio personnel à COLDWATER pour regarder l’ouvrage ; comme tout artiste, il est exigeant, et ce qu’il voit ne lui plait pas : le rythme est lent, la musique inexistante, les acteurs espagnols doivent refaire leurs voix, et tout cela rapidement, car l’ami SNELL, toujours entreprenant, a booké la première mondiale à LONDRES pour mars 72, ce qui laisse fort peu de temps pour rassurer notre héros…

L’excellent monteur britannique BOYD-PERKINS fait donc le voyage à LOS ANGELES pour superviser le montage chez l’acteur, celui-ci s’octroyant parfois un break pour satisfaire sa deuxième névrose ( le tennis ) mais restant néanmoins très près du technicien pour que les idées de mise en scène qu’il a expérimentées au tournage se retrouvent bien sur l’écran ; malgré quelques frictions bien normales quand on travaille dix heures par jour sur des bobines, les deux hommes trouveront le bon équilibre entre l’action et le texte, problème inévitable quand on filme SHAKESPEARE ..

A ce moment du projet, deux évènements positifs vont se produire, d’une part l’ami de longue date Richard JOHNSON va, sans demander un sou, refaire la voix de Fernando REY ( LEPIDE) et superviser toutes les voix espagnoles secondaires ! d’autre part, la musique originale ressemblant à du sous ROSZA, Peter SNELL a l’excellente idée d’embaucher un jeune compositeur anglais, John SCOTT, dont les partitions superbes vont totalement magnifier l’image, et devenir un des points forts de l’ouvrage !

Image associée

John Scott

Tout cela paraît bel et bon, mais c’est au moment où il devrait s’occuper de la distribution future du film en EUROPE que Chuck se retrouve impliqué, sur l’initiative de son agent CITRON, dans un film MGM sans grande valeur artistique, «  SKYJACKED » ( ALERTE A LA BOMBE ) pour deux raisons essentielles :

La première, c’est que, pour parler familièrement, CITRON en a « jusque- là  » des grands délires artistiques de son poulain, et ce qu’il veut, c’est qu’il revienne aux «  big money makers » dont il le sait capable, même si le contenu moyen du texte et la «  haute valeur» du scénario n’échappent pas à HESTON... le voilà donc embarqué dans son premier «  disaster film », et malheureusement ce ne sera pas le dernier !

 

La deuxième, plus insidieuse, c’est que KERKORIAN, patron de MGM, n’est pas un philantrope, et que, se souvenant parfaitement avoir prêté des «  stock-shots » de BEN-HUR à l’artiste, il trouve logique que celui-ci signe pour ce film sans poser de questions, non sans en avoir touché un mot à Walter SELTZER ; c’est donc un peu «  payback time » et le début d’une longue série de concessions commerciales auxquelles HESTON aura souvent à se plier à l’avenir …tout cela en tout cas tombe mal, car pendant qu’il combat les pirates de l’air pour l’irascible director John GUILLERMIN ( avec qui il aura des mots) il n’a plus la tête à son «  labour of love » !

Finalement, l’équipe du film peut enfin se rendre à LONDRES pour la première du film le 2 mars, avec la sensation d’un devoir accompli, d’avoir réalisé une œuvre «  honorable » dans tous les sens du terme, et on va voir ce qu’on va voir…hélas.

81yqohk-FYL._SL1500_ PREMIERE A LONDRES 2 MARS 1972.jpg

Charlton Heston et Hildegard Neil à la Première à Londres 2 mars 1972

Les critiques des grands journaux londoniens, généralement favorables à HESTON dont ils ont souvent apprécié le travail, vont rester plus que de marbre devant ce travail pourtant plein de passion et de générosité …ils vont allégrement s’en prendre à sa mise en scène, à la direction d’acteurs, refusant d’y voir la moindre qualité créative, s’acharner principalement sur la Cléo de Chuck ( Hildegard NEIL mettra longtemps à s’en remettre) et se contenter, dans certains cas, de mettre quelques bons points à l’acteur HESTON, qui il faut le dire, réalise une performance globalement splendide….pourquoi un tel rejet ? à priori, ce besoin très insulaire des Britanniques de protéger bec et ongle leur culture semble leur interdire de pouvoir apprécier qu’un américain puisse «  avoir l’audace » de mettre en scène SHAKESPEARE ; c’est du moins l’explication que, beau joueur, HESTON donnera plus tard à ce véritable jeu de massacre dont son film va faire les frais, comme JULES CESAR deux ans plus tôt, à la différence que dans ce cas, le rejet pouvait un peu mieux se comprendre…

Malgré un calme et un sang-froid qui ne le quittent que rarement, HESTON encaisse, mais souffre ; il sait que le film n’aura pas de deuxième chance, et il a raison ; très vite, il disparait des écrans anglais, pour ne jamais être montré en France, ni dans le reste de l’EUROPE , à part l’Espagne ou un deal ancien avait été conclu avec des distributeurs, donc, en gros, le film ne sera quasiment vu par personne, ce qui permettra à divers imbéciles d’en dire du mal sans jamais l’avoir vu…

ET là , il faut se mettre à la place d’un artiste possédé par une œuvre, qui a tout donné y compris sa chemise, pour réaliser un rêve d’enfant, et qui se retrouve assassiné en quelques lignes, dans une sorte de consensus critique visant à « dégonfler le cigare » de la superstar hollywoodienne qui croit pouvoir s’attaquer à SHAKESPEARE !

Il ne sera pas ruiné, loin s’en faut, car le succès du médiocre SKYJACKED aidant, il va pouvoir peu à peu refaire surface, mais au prix d’implications dans des projets moins personnels, plus alimentaires, ou sa part de jeu et d’inventivité sera fatalement de plus en plus réduite ; le public américain ne veut pas le voir en toge dans le rôle d’un romain à qui l’amour fait perdre tout sens des réalités , il le veut en super héros au regard d’acier qui fait face aux éléments ou aux méchants de ce monde, et c’est ce qu’il aura, à part quelques heureuses exceptions, dans les années 70 ..sur le plan artistique, on ne peut que le regretter, car le potentiel dramatique confirmé par son interprétation d’ANTONY aurait mérité de s’épanouir bien plus…

L’après ANTONY sera donc marqué principalement par ce retour à un format beaucoup plus prévisible sur le plan cinématographique, et HESTON souvent, reviendra au théâtre, notamment pour jouer MACBETH, sachant pertinemment qu’il peut s’y exprimer autrement qu’en sauvant les passagers d’un 747, mais on ne peut s’empêcher de penser que la blessure était toujours là et ne s’est pas aisément refermée, c’est aussi, coïncidence ou conséquence, à cette époque que Chuck va passer dans les rangs républicains, après un demi-siècle d’allégeance au parti démocrate…

On peut donc considérer, sans tomber dans le phantasme du fan déçu cherchant à tout prix des explications rassurantes à une évolution qui lui déplait, qu’il y a bien un « avant » et un « après » ANTONY …

J’ai personnellement découvert ce film plus de trente ans après sa sortie, après en avoir beaucoup entendu parler, sans en avoir vu le moindre extrait alors que je connais ( presque) tous les autres films de l’artiste, et je me suis alors dit que cela avait valu la peine d’attendre…

C’est le film d’un homme mûr, fait avec l’enthousiasme et l’énergie d’un jeune homme, un spectacle magnifique sans les moyens qu’on imagine, une restitution vibrante d’un des plus beaux textes shakespeariens, un débordement de passion et d’idées filmiques que l’on pourrait croire étrangères au « sage » HESTON, un envoûtement mis en scène par l’envoûté lui-même, où les quelques défauts et faiblesses d’un metteur en scène débutant sont compensés largement par sa fascination débordante pour le sujet, c’est le film d’un véritable allumé.

ET donc, à mon point de vue, l’égal dans un genre différent, du FALSTAFF de WELLES ou de l’également superbe MACBETH de POLANSKI .

ET accessoirement, un des plus beaux rôles d’un très grand comédien, non ?

 

signature_2 rv.gif

 

A Cécile...

 

Un hommage à ce grand film, avec quelques photos sur lesquelles figurent les répliques en français.

Merci Renaud.

 

vlcsnap-00048.png

vlcsnap-00054.png

vlcsnap-00101.png

vlcsnap-00136.png

vlcsnap-00147.png

vlcsnap-00154.png

vlcsnap-00155.png

 

 

 

 

Commentaires

  • Merci Cher Renaud, une fois encore, mais pas une fois de trop.
    Beaucoup d'émotion dans cette dernière partie du GRAIN DE SEL consacré aux deux films qui tenaient tant à coeur à Chuck.
    Il y a quelque chose qui est plus fort que moi et que je ne peux passer sous silence, c'est le désintérêt des soi-disants hestoniens.
    C'est gentil de regarder des images, mais c'est tellement plus intéressant de lire ceux qui consacrent avec passion, une partie de leur temps à écrire des GRAINS DE SEL (Renaud) , DES BILLETS (Maria), les deux contributeurs à ce blog qui me tient tant à coeur, ce blog qui ne serait pas ce qu'il est sans l'apport éclairé de mes deux amis auxquels j'adresse toute ma reconnaissance pour leur travail sérieux afin d'apporter toujours plus d'informations sur ce grand acteur complexe dont la vie fut si riche et la carrière étonnante.
    Sans vouloir les nommer, mais ils se reconnaîtront, ce sont toujours les mêmes hestoniens qui ont la gentillesse de laisser un commentaire à la fin de leur lecture et je les en remercie. Cela est encourageant et donne envie de continuer, d'aller plus loin dans notre travail pour apporter toujours plus aux visiteurs de ce blog et....ils sont nombreux.
    Ma déception est grande car je pensais que beaucoup plus de commentaires auraient été laissés ici, et je commence à me demander s'il est utile de continuer ce blog et de publier les écrits de mes amis.
    Ce blog est international, il y a un traducteur pour tous les pays, donc il peut être lu dans toutes les langues (j'ai testé). Ce sont précisément les commentaires, positifs ou négatifs qui animent un blog.... Rien ne m'attriste plus, que de découvrir dans notre groupe FB, les mêmes photos vues et revues ici ou là sur le WEB, avec des commentaires sympas mais légers, sans jamais un apport personnel (à part quelques personnes émettant un avis constructif).
    J'aurais tant aimé avoir de vrais échanges ici. Ce blog est le vôtre, fait pour vous et, sans quémander quoi que ce soit, j'aurais été heureuse de vous lire plus souvent, et même recevoir vos critiques, vos suggestions éventuellement.
    La période des vacances va prendre fin. Sans doute, l'intérêt de chacun se portera de nouveau sur nos publications, c'est mon voeu le plus cher pour Renaud et Maria en particulier.
    J'avais besoin de faire cette petite mise au point.
    Je vous remercie si vous me lisez et j'attends vos commentaires si vous avez le désir de vous exprimer.

  • Renaud ha fatto una splendida analisi del film e delle condizioni in cui Chuck fu costretto a realizzarlo. Io ebbi la fortuna di vederlo perchè fu distribuito in Italia. Il nome HESTON attirava ancora gli spettatori . Non molti per la verità, ma abbastanza per poter circolare nei cinema di secondo livello. Poi ho potuto rivederlo con più agio a casa dopo aver comprato il DVD che ha il vantaggio di essere la versione originale . Ed è veramente un Marcantonio straordinario. Maturato per anni ed anni nella mente e nel cuore di Chuck, tanto da poter fare quasi a meno di Cleopatra. E in realtà Shakespeare lo vede come il dramma del declino di un uomo in cui l'attrazione del sesso ha vinto su ogni altra ambizione. Che strano che sia proprio il personaggio più amato di un uomo che nella sua vita al sesso ha dato poco posto, se non per un altro film "The War Lord" che purtroppo non vedremo mai nella sua versione integrale.
    Non più giovane Chuck non ha timore di esporre il suo corpo, come a tratti ha fatto nel "Giulio Cesare" ma interpretando lo stesso personaggio in cui la sensualità prevale tre i personaggi shakespereani. Avessimo potuto vedere Chuck anche nei panni di Macbeth avremmo forse capito qualcosa in più dell'uomo. Marcantonio e Macbeth sono Amore e Morte, l'Eros e Thanatos della tragedia classica. Spesso con France abbiamo riflettuto sul fatto che in fondo l'uomo Heston rimane un mistero. La bellissima analisi di Renaud mi spinge a rivedere Antonio e Cleopatra, guardando attentamente il primo e tralasciando la seconda. Bravo, bravissimo Renaud e grazie ancora
    Maria R. D.

  • Ah oui, alors la, ça fait vraiment plaisir, de lire ces mots de Maria, à la fois pour leur sympathie à l'égard de mon travail et pour la justesse de son analyse concernant la" sexualité refoulée" de l'artiste dans la plupart de ses films, surtout "Antony" et" War Lord", ce que je partage tout à fait.

  • Désolé d'écrire un commentaire aussi tard alors que le nouveau grain de sel je l'ai lu le jour de sa publication , c'est surtout par rapport au peu de temps que j'ai car même si c'est les vacances , je dois me préparer à la rentrée de septembre en lisant notamment trois livres demandés, RHINOCÉROS de Ioneesco ,(162 pages) ,GERMINAL de Zola (573) et SI C'EST UN HOMME de Primo Lévi (315 pages) bien que je vais en 1ère S- SVT , je vois toutes les publications du groupe FB , notamant les vôtres qui sont souvent les plus pertinentes , malheureusement c'est vrai que je vois que les photos de Chuck mille fois disponible sur Internet ont le plus de succès, moi quand je publie une photo de Chuck , c'est parce que certaines certaines de ces photos ont une signification particuliere pour moi et je tiens à le faire partager , d'ailleurs je fais beaucoup moins de publications que durant les premieres jours suivant mon arrivée au sein du groupe , c'est parce que je préfère lire les commentaires plutôt que de publier , j'aime surtout vos discussions avec Renaud , Sylvia, Christiane , Astride , Claude etc.... , que je prend le temps de lire avec attention car il m'apporte quelque chose de nouveau ou une nouvelle notion sur le grand homme , j'aime les grains de sel de Renaud et les billets de Maria dont je n'en rate pas une , je préfère lire plutôt que de commenter car je trouve mes analyse assez "ridicule" dès fois , quand je lis ceux de Renaud en commentaire et que lis ensuite le mien , je me sens presque inutile et que mes commentaires n'apportent rien peur être est ce par rapport à mon jeune âge de 16 ans seulement , je me sens inférieur et malheureusement durant les mois à venir je serais extrêmement prise par les devoirs scolaires donc ne soyez pas surprise si moi je ne laisse plus de commentaires mais toutefois il ne faut pas penser que je ne vous lis pas , je pense que c'est aussi le cas des autres Hestonniens, même si eux pour la plupart ne vont plus au lycée depuis un sacré temps maintenant . Si moi j'avais votre âge j'aurais consacré corps et âme pour Chuck , malheureusement je ne peux pas , j'ai un avenir et il faut que je pense à moi avant tout (Oh je n'aime pas dire ça j'ai l'air presque égoïste alors que c'est pas le cas ) . Je vous avoue malgré tout que je suis moi même un peu déçu de voir qu'il y a aussi peu de commentaires sur ces publications surtout de la part de ceux qui son "expérienceés " et qui peuvent apporter beaucoup pour l'enrichissement du blog . Ceux qui commentent mise à part Maria sont francophones en tout cas sur le blog . Pourtant comme vous le dites , il y a la traduction . C'est décevant j'aurais bien aimé lire de longs commentaires sur les analyses pour voir l'avis de chacun mais bon chacun a ses obligations enfin moins que moi j'imagine . En tout je vous en suplis continuez de publier sur votre blog , il est indispensable pour nous fans de Chuck , chaque publications apporte tant sur la culture du grand homme , j'aime lire plus que de voir, j'ai été élu la meilleur lectrice du lycée tout de même c'est pas pour rien . J'attends avec impatience d'autres grain de sel de Renaud (sur BEN HUR cette fois ci , j'aimerai tant ) , les billets de Maria que j'adore , dites la bravo de la part de la plus jeune hestonnienne pour ses magnifique analyses qui ne peuvent que m'apprendre de nouvelles notions sur la vie riche du grand homme , sans oublier votre petit fils Adrien qui fait un travail remarque sur la traduction de la Biographie du grand HOMME de Micheal Munn .
    Désolé d'ecrire un si long commentaire mais j'aime bien écrire et me lâcher dés fois .

  • Bonjour Clarisse. Ne soyez pas désolée de ne pas avoir déposé votre commentaire aussitôt que vous avez lu le beau billet de Renaud. Vous faites partie des hestoniens qui déposent leur commentaire après chaque publication des GRAINS DE SEL de Renaud et je vous en félicite.
    Il est tout à fait normal que vous vous consacriez à vos études en priorité et je constate que vous avez de belles lectures à préparer pour la rentrée, même si cela peut paraître fastidieux en période de vacances. Alexia ma petite-fille, a aussi pas mal de choses à préparer pour sa deuxième année de classe prépa.
    En fait, mon commentaire est plus général que cela. Je pense que le problème est le même pour toutes les personnes qui, comme moi, font des blogs par passion, quelque soit le sujet faisant l'objet de ces blogs.
    Je ne doute pas que mon blog soit vu (je n'ai qu'à vérifier le compteur de visites uniques qui est installé pour en avoir le coeur net (une moyenne de 35 à 50 personnes par jour) mais le nombre de commentaires ne reflètent absolument pas la réalité.
    Je sais bien que tout le monde n'est pas en mesure d'exprimer ses ressentis, ce qu'il pense, parce que ce n'est pas toujours facile à dire ou à écrire.
    Pour faire une comparaison, c'est un peu comme un écrivain qui a mis tout son coeur pour écrire son livre et qui n'aurait pas de lecteurs. Je pense surtout à Renaud et Maria qui font des analyses pertinentes et nous aident à mieux comprendre Charlton Heston et sa complexité. Et rien que pour cela, ils méritent notre considération et des commentaires sans qu'ils soient dithyrambiques, mais au moins qu'ils soient encourageants.
    Dieu merci, il y a des fidèles qui ne manquent pas de commenter d'une manière sympathique, mais je reste persuadée que l'idéal aurait été que parfois on me laisse des suggestions, des ressentis personnels sur ce grand homme qu'était Charlton Heston.
    Dites-moi Clarisse, est-ce que vos parents connaissent ce blog ?
    Merci de suivre assidûment ce lieu, mais continuez à ne pas négliger pour autant vos études.
    Bon dimanche.

  • VERSION FRANCAISE DU COMMENTAIRE DE MARIA

    Renaud a fait une analyse merveilleuse du film et des conditions dans lesquelles Chuck a été contraint de le faire. J'ai eu la chance de le voir car il a été distribué en Italie. Le nom d'HESTON attirait toujours les téléspectateurs. Pas beaucoup à la vérité, mais assez pour être distribué dans les cinémas de second niveau. Ensuite, je l'ai regardé souvent chez moi, après avoir acheté le DVD qui avait l'avantage d'être la version originale. Et c'est vraiment un Marc Antoine extraordinaire. Mûri pendant des années et des années dans l'esprit et le cœur de Chuck, tant de choses à faire presque autant que Cléopâtre. Et en réalité, Shakespeare y voit le drame du déclin d'un homme chez qui l'attrait du sexe a vaincu toute autre ambition. Comme c'est étrange que ce soit précisément le personnage le plus aimé d'un homme qui dans sa vie sexuelle a laissé peu de place, sinon à un autre film "The War Lord" que nous ne verrons malheureusement jamais dans sa version intégrale.
    Etant plus jeune, Chuck n’a pas eu peur d’exposer son corps, comme il l’a parfois fait dans "Jules César", mais en interprétant le même personnage dans lequel la sensualité règne chez les personnages shakespeariens. Si nous avions pu voir alors Chuck dans Macbeth nous aurions peut-être compris quelque chose de plus de l'homme. Marc Antoine et Macbeth sont "Love and Death", "Eros et Thanatos" de la tragédie classique. Nous avons souvent réfléchi avec France, que l'homme Heston reste un mystère. La belle analyse de Renaud me pousse à revoir Antoine et Cléopâtre, en regardant attentivement le premier et en laissant de côté, la seconde.
    Bravo, très bien Renaud et merci encore
    Maria R. D.

  • Bonjour chère France merci de m'avoir répondu. Votre commentaire me rend joyeuse . Oui je ne negligerai pas mes études, les études d'abord et ma passion pour Chuck après , (quoique ça peut être l'inverse) , en ce qui concerne les parents , mon père ne va presque jamais su internet sauf si c'est pour voir les actualités politiques ou revoir les matchs de la France de la coupe du monde 2018 avec moi , ce qu'il ne faisait absolument pas avant le mondial . Ma mère elle écoute régulièrement les conversations téléphonique du Docteur iranien Holakouee qui vit à Los Angeles avec sa famille. Mais elle connaît le blog en y étant tombé par hasard dessus . Elle était avec moi et je voulais lu montrer une photo sur Google et puis il s'avérait que l'onglet qui précédait était celui de votre blog dont j'avais lu un article juste avant et ma mere ayant fait une mauvaise manipulation , elle s'est retrouvé sur le blog devant mes yeux ! J'étais toute rouge et ma mère a commencé à me taquiner " Ohhhhh , Charlton Heston le magnifique , laisse moi regarder ! " Depuis elle a préférée me laisser d'as min petit paradis , elle sait ce que je fais maos elle ne veut pas me déranger mais elle continue à me taquiner tel que "Clarisse selon toi cette homme ne ressemble pas un peu à Charlton Heston le magnifique ? " et mon père qui était à répondu " De quoi Charlton Heston, il y a un de ses films à la télé, c'est où , quel chaîne, c'est LES DIX COMMANDEMENTS ? " et moi qui a répondu "Oh papa , tu n'a qu'à vérifier il n'y a rien , nous on parle d'autres choses " et mon père déçu répond "Ohhhhh c'est dommage , j'aurais bien aimé voir Moïse et Ramses et la mer Rouge et en plus c'est Noël, ils auraient pu faire un effort ! "
    Un autre jour ma mère me dit " Oh Clarisse, dis moi tu as de sacré amis sur Facebook et ils ont tous l'air d'être français enfin ceux qui aiment ta photo , qui sont ces Renaud Vallon , Christiane Grégoire, Claude Forêt Ghilem , etc....? " je lui ai répondu "des amis " et ma mère répond " je peut aller voir un des profits ? " , j'ai'dit non puisque je savais qu'elle allait visiter un des pages facebook d'un fan francophone Hestonniens, et que je savais qu'il y aurait forcément une photo de Chuck qui trainerait quelque part . Mais le lendemain je la vois lire toute la liste de mes amis facebook et elle tombe sur Frédéric Join , qui a l'époque avait pour photo de photo de couverture , Chuck en tant que Moïse "parting the red sea " et moi je vois ce qu'elle fait et moi je lui dit "Mais maman qu'eet ce que tu fais " et elle me répond "ohhh ma fille j'ai compris qui sont t'es amis hey hey, tu pensais pouvoir me le cacher " et tous tes amis américains sont tous des fans de Chuck ou de cinéma, n'est ce pas ? ' et je lui répond "pas forcément, " et pendant que moi je retourne dans ma chambre , vous ne devineras jamais ce qu'elle a fait , elle a montré votre photo de profil à mon père où vous êtes à Deauville derrière la barrière où il y a le célèbre nom de Charlton Heston , et j'entend ma mère dire en cachette a mon père "Regarde moi ça , regarde le nom qui est affiché sur la barrière " et moi je me cache . Bon je ne vais pas en dire plus pour ne pas vous ennuyez , mais voici ma routine avec mes parents qui font ça régulièrement.

  • Bonjour Clarisse, Je ne sais pas ce qui se passe avec mon hébergeur en ce moment, mais je ne reçois pas immédiatement les alertes pour me prévenir que j'ai de nouveaux commentaires. Je découvre à l'instant celui-ci dont je vous remercie.
    Eh bien dites-donc, vous m'avez fait rire avec vos aventures hestoniennes et vos parents. Ce doit être joyeux chez vous.
    Remarquez, c'est bien que vos parents sachent avec qui vous êtes en contact sur FB. Comme les hestoniens sont des gens bien, vos parents n'ont pas de soucis à se faire. Cela m'est agréable de savoir que vos parents ont vu ma photo à Deauville, une petite mamie hestonienne et qui fait un blog pour notre Dieu de cinéma.
    Merci d'être fidèle à ce blog et continuez à le visiter... Dans quelques jours c'est la rentrée. Alors mettez à profit ces derniers jours, pour faire de bonnes lectures qui vous serviront dans cette année scolaire à venir. Bon courage et belle journée.

  • J'ai vu quelques extraits, notamment quand Heston-Marc-Antoine déchire ses habits et se retrouve en minuscule pagne. Personnellement je ne m'en plains pas, mais Heston n'était-il pas un peu âgé pour des scènes pareilles ? Il avait pratiquement 50 ans ? D'autre part, dans les photos plus hauts, il se dégage une véritable sensualité aussi bien par ce qui se voit que par ce qui se dit. Peut-être justement à cause de cette différence d'âge ? Un Heston plus âgé, plus aguerri à ces scènes les joue de façon plus réaliste qu'un Heston jeune;

  • Chère Astride. C'est vrai que "théoriquement" Chuck paraît âgé pour ce rôle, mais pour cette période historique, le véritable Marc-Antoine avait 53 ans quand il est décédé. Chuck avait 49 ans au moment du tournage du film. Renaud conclut parfaitement son GRAIN DE SEL sur ce sujet : "C’est le film d’un homme mûr, fait avec l’enthousiasme et l’énergie d’un jeune homme". Charlton semble se libérer de toutes ses frustrations à travers ce personnage de Marc Antoine dévoré par sa passion pour Cléopâtre. Un grand film, à voir et revoir. A n'en pas douter, dans ce film, une fois de plus, Charlton Heston a mis beaucoup de lui-même.

  • Bonjour chère France Darnell , J'ai dit cette histoire justement pour vous faire rire et que j'aime bien ne pas garder mes petites histoires notamment ce qui concernent Chuck pour moi car comme vous le savez, dès fois , je me sens seule , je me renferme sur moi notamment lorsque j'étais au collège lorsque mes amis parle de films actuels et que moi je continue à pe'se à Chuxk , j'aurai revé tellement d'avoir une amie de min âge au lycée qui partage les même passions que moi pour Chuck et pour le cinéma classique . Heureusement que j'ai une meilleure amie qui essayé de me faire plaisir en même parlant de Chuck et en voulait apprendre un peu plus sur lui , je lui ai dit un jour que la chaîne arte allait diffuser le film "Les dix commendements" et elle a regardé le film en entier peu même si elle avait une interrogation le lendemain , elle m'a même dit que ça a commencé à 20h48 et que ça s'est terminé à 00h26 , elle était mieux informé que moi et à attendu durant tout le film pour voir la scène de la mer Rouge et celle où Moise recoie les tables de la loi . Elle a même eu la curiosité d'entendre la voix original de Chuck dont je lui en avais parlé la veille .
    Au sujet de Deauville je me rappelle que ma mère m'avait dit un jour,pourquoi j'avais soudainement changer d'avis en décidant de finalement déménager en Normandie . Et je lui ai dit que c'était juste comme ça, et j'avais un léger sourire au coin de mes lèvres et elle m'a regardé et elle a dit "est ce ce changement d'avis soudain a un rapport avec Charlton Heston ? Je lui ai dit en mettant toute rouge "Pouurquoi tu dis ça ? maman " et elle l'a repondu "Oh tout simplement parce que ce léger sourire tu me le fais lorsque tu me cache et lorque je te pose la question si il y a un film de CH à la télé. " et je dis "bon d'accord c'est vrai , c'est parce qu'il a dit qu'il avait du sang normand voilà " et elle me répond "Oh je le savais , mais où as tu lu ça " et je lui ai répondu "Dans une revue cinemonde ou ciné revuetrouvée sur un blog " en l'occurrence le votre chère France Darnell, l'article Charlton Heston Story " j'avais lu cette article la veille et donc mon envie soudain d'aller en Normandie était en partie dû à cette nouvelle .

    Bon j'arrête et maintenant je vous remet mon commentaire sur le grain de sel de Renaud.
    grain de sel de Renaud dont l'analyse est excellente c'est très juste de sa part qu'il ne soit concentré uniquement la professionnalisme de Chuck et n'a pas évoquer ceux qui preocuppait Chuck au plan familiale , sa crise de mariage avec Lydia , je veux pas me rappeler de sa crise avec elle qui me fait tant mal . D'ailleurs tout comme Renaud je pense qu'Hildegard Neil nous a donné une magnifique interprétation de Cléopâtre, " she delivered us à great performance " comme on dit mais justement les critiques n'ont pas arrêtait de la critiquer , pour moi l'Antoine et Cléopâtre de Chuck se rapproche 100 fois plus et est le plus fidèle au roman de Shakespeare c'est ce que Chuck voulait , rejeter son film pour moi c'est rejeter le livre de Shakespeare selon moi je suis désolé de le dire , je n'aime pas le Cléopâtre de 1963 , où dans ce film les gens cherchent plus ici Taylor et Burton que Cléopâtre et Marc Anthony, quand à Marlon Brondo dix ans plus tôt nous a donné une bonne performance mais Chuck a donné tout son âme et à mieux prononcer le fameux "speech " de Marc Antoine que le fameux Marlon . Mais cela reste mon avis et on peut être en désaccord.

  • Dans ce cas oui, je ne savais pas que Marc Antoine avait cet âge; Charlton est un homme mûr avec l'inconscience et la folle ardeur d'un ado amoureux fou pour la première fois. Aurait-il eu des frustrations dans ce domaine ? A t-il vécu à travers ce film où il a tout décidé, une passion imaginaire qu'il aurait aimée mais qu'il s'est toujours refusée ?

  • Bonne question chère Astride, c'est une questionncoquine que je me suis toujours posé , cela me rappelle une interview de Chuck que j'ai vu sur ce blog , que vous avez lu vous même, et où le journaliste demandait à Chuck s'il n'avait pas déjà trompé une fois à femme et céder à l'une de ses sublimes partenaires à l'écran, et où il a répondu "Mzus que serqu je ennuyeux , bien sûre que je l'ai trompé plusieurs fois mais uniquement dans mes rêves, aucune en réalité n'a mérité l'acte " réponse vraiment coquine de Chuck préférant sa femme depuis 40 ans (à l'epoque de l'interview) à ces divinités d'hollywood . Donc oui il en a rêve mais n' est pas allé plus loin visiblement et je dit bien visiblement,. Bonne fin de soirée à vous Astride et bonne nuit .

  • Bonjour mes Amis (ies). Ce matin, je fais une réponse "collective", car j'apprécie vraiment ce dialogue qui s'opère sous le GRAIN DE SEL de Renaud, il y sera très sensible je crois et appréciera autant que j'apprécie.
    Nous avons tous nos interrogations sur Charlton Heston qui reste, à mes yeux, un acteur énigmatique, qui avait bien construit sa communication, avait préservé sa vie privé, mais à y réfléchir, je ne pense pas que sa vie fut aussi lisse qu'il y paraît.
    Il y avait Charlton Heston pour le public, mais il y avait John Charles Carter dans le privé. John Charles Carter qui a eu sa vie d'enfant et d'adolescent bouleversée par la volonté d'une mère qui lui a imposé un nouveau nom quand il avait environ 13 ans. Un enfant ne peut pas se construire idéalement dans ces conditions.
    Charlton Heston a vécu sa vie grâce aux personnages qu'il a incarnés. Hier soir, je regardais de nouveau LE CID, j'observais le jeu de Charlton, mais il n'était plus l'acteur, il était Rodrigo, imprégné de sa mission. Quelle force d'interprétation !
    Sincèrement, je ne pense pas qu'il devait être facile à vivre auprès de lui, quand il était dans la préparation d'un personnage et en cela, Lydia a eu le mérite de supporter.... Mais jusque dans quelle mesure peut-on supporter un acteur "habité" par son personnage ????
    Comme nous ne saurons jamais ce qu'a vécu ce couple, nous devons nous contenter de ce que nous lisons dans l'autobiographie de Chuck ou dans ce qu'ont écrit quelques biographes. C'est certain, le couple a été en crise.
    Alors, rien de surprenant à ce que Charlton Heston se soit livré avec autant de vérité dans ce film révélateur d'un Chuck moins "sage" qu'il y paraissait jusque là.
    Belle journée à vous et merci pour vos commentaires.

  • Bonjour chère France Darnell, je suis entièrement d'accord avec vous et au sujet de la crise rien de plis normal , chaque couple a sa crise , c'est bien qu'il ne s'agit pas d'un couple parfait. Si Lydia à eu ces migraines c'est pour plusieurs raisons , la mort de son père , sa soeur , puis ses enfants qui grandissent , Chcik en méritait ni était pour rien mis à part qu'il n'ameliorait pas les choses , en enchaînant les films . Mais comme le dit Renaud cette situation le preocuppait au plus haut point et cela a eu des répercussion sur sa propre carrière , il avait bien dit qu'une vie privé simple et équilibré joué un rôle important dans une vie professionnelle et durant les 70's on a vu ce changement notamamt dans les registres de rôles qu'il a interprété , il était évident que Chuck après l'échec de Number one , du maîtres des îles , de Julios Caesar et enfin d'Antoine et Cléopâtre, s'est mis une énorme pression sur lui et cela me rappelle les "névroses" qu'evoqiait Micheal Munn dans sa biographie , qu'il rejetait sur Lydia . C'est pour cette raison que moi même je n'aime pas trop les 70's , ce fut une décennie de crise pas seulement pour eux mais pour le monde entier . Après l'essentiel c'est que pour eux ça s'est bien terminé, ils ont réussis à contrôler tous ça et cela se voyait à leur sourit lors des oscars de 1978 où Chuck allait recevoir son Humanitarian Award. Passez une bonne journée .

  • Et bien tout d'abord merci aux "hestoniennes" qui ont laissé un commentaire au sujet de ce dernier grain de sel sur "Antony and Cleopatra"; ce fut pour moi un travail pas toujours facile d'exprimer mon ressenti sur le cheminement de l'artiste, même en quatre parties;j'aime faire ce genre de choses; et chacun a ses contradictions, une des miennes étant d"être un"rock musician" entouré de libéraux bien-pensants 'mais sympa) et néanmoins fasciné par tous ces acteurs etiquetés"réac", souvent à tort du reste..
    Alors merci à France de me publier, et àvous de me lire!

Écrire un commentaire

Optionnel