Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

  • CHARLTON HESTON DISCOURS A HARVARD 1999... C'ETAIT IL Y A 19 ans ! Je suis pour !

    Publié le 12 décembre 2016 -

    MAJ le 19 février 2018

     

    Je ne sais pas si ce discours peut amener des commentaires, mais j'aimerais assez en recevoir à l'emplacement destiné pour cela.

    Je peux dire que j'ai été époustouflée en traduisant et relisant cette diatribe de Charlton Heston.

    Chuck ! Un vrai porte-drapeau du " ¨POLITIQUEMENT INCORRECT " et cela n'est pas fait pour me déplaire même si je ne cautionne pas forcément tout de ce discours. Bien sûr, sincèrement, je pense qu'il y allait un peu fort. Mais parfois, il est bon de réveiller des Peuples qui s'endorment, comme anesthésiés par la Politique ambiante et les politiciens véreux.

    Je comprends que la liberté de penser de Charlton Heston et le poids des mots qu'il employait, aient contribué à l'instauration d'un fossé entre lui et les médias jusqu'à son bannissement et l'amnésie manifeste sur sa carrière exceptionnelle et ses actes courageux. La plupart de ses compatriotes ne l'ont pas compris ou n'ont pas voulu le comprendre sciemment, car cela les arrangeait. Il en avait conscience et n'a pas manqué de le mentionner dans son discours

    Quand aujourd'hui nous voyons à la télévision ce qui se passe aux Etats-Unis depuis les dernières élections, je me dis que Chuck était en quelque sorte en avance sur les évènements qui touchent son pays qu'il aimait tant, que son discours du 16 février 1999 a une curieuse résonance et est d'une actualité brûlante. C'était il y a 19 ans exactement.

    Chuck était une "conscience" pour son pays. J'aime cette conscience car elle force à réfléchir. Ce n'est que mon humble avis.

     

     

    http://www.americanrhetoric.com/speeches/charltonhestonculturalwar.htm

     

    Charlton Heston

    Winning the Cultural War

    16 février 1999

    << Merci beaucoup, à la fois pour cette réponse chaleureuse à la présentation et l'accueil.

    Vous savez, très souvent , les personnes publiques sont présentées avec la simple phrase : "Maintenant, mesdames et messieurs, un homme qui n'a besoin d'aucune présentation."

     Croyez -moi, vous pouvez toujours utiliser une bonne présentation. Non, non, non, vous riez, vous riez, mais c'est vrai. J'ai une histoire qui le prouve, une histoire vraie - elle ne m'est pas arrivée - mais est arrivée à un de mes amis : Kirk Douglas. Ce fut quand BEN HUR était sorti, plus ou moins partout.

    Et Kirk a raconté qu'il marchait dans une rue près de sa maison à Beverly Hills un soir après le dîner quand il a été très poliment approché par quelqu'un qui lui a dit: «Excusez-moi, monsieur, je n'aime pas m'immiscer dans la vie privée des personnes publiques, mais je ne peux pas laisser passer cette occasion de vous dire combien vous m'avez bouleversé par l'énorme performance créatrice que vous avez donnée à Ben Hur. Et Kirk a dit: "Merci beaucoup, mais ce n'était pas moi, c'était un autre collègue." Et l'homme resta perdu... Il a dit: "Eh bien, si vous n'êtes pas Burt Lancaster, qui diable êtes-vous ? "

    Donc, je suis heureux que nous ayons clairement indiqué dès le départ que je ne suis pas Burt Lancaster.

    Je me souviens quand mon fils avait cinq ans, expliquant à sa classe de maternelle ce que son père faisait pour vivre. «Mon papa,» dit-il, «fait semblant d'être d'autres gens."

    Ce n'est pas mal, en fait. C'est à peu près ça. Il y en a eu quelques-uns. Prophètes de l'Ancien et du Nouveau Testament, deux saints chrétiens, généraux de diverses nationalités et de siècles différents, plusieurs rois, trois présidents américains, un cardinal français et deux génies, dont Michel-Ange. Si vous souhaitez que je travaille sur ce plafond, je serai heureux de le faire de mon mieux. Non, c'est qu'il y a toujours beaucoup de gens différents ici et je ne suis jamais certain que l'un d'eux puisse parler. En ce moment, je suppose que je suis le gars qui peut parler.

    Comme je réfléchissais à notre visite ce soir, ce qui m'a frappé : si mon Créateur m'a donné le don de me connecter avec les cœurs et les esprits de ces grands hommes que j'ai mentionnés, je veux utiliser ce même don maintenant pour vous reconnecter à votre propre sens de la liberté, à votre propre liberté de penser, à votre propre appréciation pour ce qui est juste.

    Consacrant le mémorial à Gettysburg, Abraham Lincoln a dit de l'Amérique : " Nous sommes maintenant engagés dans une grande guerre civile, testant si cette nation ou toute autre nation ainsi conçue et ainsi consacrée peut durer longtemps." 

    Ces mots sont de nouveau vrais. Je crois que nous sommes de nouveau engagés dans une grande guerre civile, une guerre culturelle qui est sur le point de détourner votre droit imprescriptible de penser et dire ce que vous avez sur le cœur. Je suis sûr que vous n'avez plus confiance en l'élément vital, pulsation de liberté à l'intérieur de vous, les trucs qui ont fait sortir ce pays du désert, dans le miracle qu'il représente.

    Permettez-moi de revenir un peu en arrière. Il y a environ un an ou deux, je suis devenu président de la National Rifle Association, qui protège le droit des citoyens américains de garder et de porter des armes. J'ai postulé pour le bureau. J'ai été élu et maintenant je sers. Je suis une cible mouvante pour les médias qui m'ont tous traité  de  «ridicule et dupé» à «vieillard en colère, sénile et vieux fou au cerveau blessé». Je sais, je suis assez vieux, mais je suis certain, Seigneur, que je ne suis pas sénile.

    Comme je suis dans le collimateur de ceux qui ciblent les libertés du deuxième amendement, je me suis rendu compte que les armes à feu ne sont pas le seul problème. Non, c'est beaucoup, beaucoup plus grave que cela. J'ai compris que la guerre culturelle fait rage à travers notre pays, dans lequel, avec une ferveur orwellienne, certaines pensées et discours acceptés sont devenus obligatoires.

     

    Par exemple, j'ai marché pour les droits civiques avec le Dr King en 1963 — et bien avant qu'Hollywood trouve cela acceptable — si je puis dire. Mais quand j'ai dit en public l'année dernière que la fierté blanche est tout aussi valable que la fierté noire ou la fierté rouge ou la fierté de quelqu'un d'autre, on m'a traité de raciste.

    J'ai travaillé toute ma vie — tout au long de ma carrière —  avec les homosexuels brillamment talentueux, mais quand je dis en public que les droits des homosexuels ne devraient pas aller plus loin que vos droits ou mes droits, je suis appelé un homophobe.

    J'ai servi durant la Seconde Guerre mondiale contre les puissances de l'Axe. Mais lors d'un discours, quand je faisais une analogie entre singulariser les Juifs innocents et singulariser les propriétaires d'armes innocents, je fus appelé un anti-sémite.

    Toutes les personnes qui me connaissent savent que je ne lèverai jamais un poing fermé contre mon pays. Mais quand j'ai demandé en public de nous opposer à cette persécution culturelle dont je parle, j'ai été comparé à Timothy McVeigh.

    De Times Magazine, aux amis et collègues, ils disent essentiellement : «Chuck, comment osez-vous parler de ce que vous pensez comme ça. Vous utilisez le langage non autorisé pour l'audience publique."

    Mais je n'ai  pas peur. Si les Américains croyaient au politiquement correct, nous serions encore les garçons du Roi George - sujets liés à la couronne britannique.

    pixiz-20-02-2018-07-41-47.jpg

     

    Dans son livre The End of Sanity , Martin Gross écrit que :

    ... un comportement clairement irrationnel est rapidement établi comme la norme dans presque tous les domaines de l'activité humaine. Il semble y avoir de nouvelles coutumes, de nouvelles règles, de nouvelles théories anti-intellectuelles qui nous sont infligées régulièrement  - imposées à nous,  venant de toutes les directions. En dessous, la nation est agitée. Les Américains savent que quelque chose sans nom sape le pays, ramollissant l'esprit quand il s'agit de séparer la vérité du mensonge et le bien du mal. Et ils n'aiment pas ça.

    Permettez-moi de vous lire quelques exemples. A Antioch College dans l'Ohio, les jeunes gens parlant avec une étudiante et cherchant l'intimité avec elle,  doivent obtenir la permission verbale à chaque étape du processus, de la caresse au baiser et à la fin, la copulation enfin  - tous clairement énoncés dans la directive imprimée du collège.

    Au New Jersey, en dépit de la mort de plusieurs patients du pays qui avaient été contaminés par des dentistes qui avaient dissimulé leur propre sida, le commissaire de l'État a annoncé que les prestataires de santé qui sont séropositifs n'ont pas besoin - pas besoin! - de dire à leurs patients qu'ils sont contaminés.

    William et Mary, des étudiants, ont essayé de changer le nom de l'équipe de l'école "The Tribu" parce que c'était censé insulter les Indiens locaux, seulement pour apprendre que les chefs authentiques de la Virginie aiment vraiment le nom, «The Tribu».
     
    À San Francisco, les édiles de la ville ont adopté une ordonnance protégeant les droits des travestis à se travestir sur leur lieu de travail, et pour les transsexuels d'avoir des toilettes séparées pendant qu'ils subissent une chirurgie de changement de sexe. 

    A New York, les enfants qui ne parlaient pas un mot d'espagnol avaient été placés dans des classes bilingues pour apprendre leurs "trois R" (NDT) en espagnol uniquement parce que leurs propres noms sonnaient hispanique.

    NDT : Les 3 R signifie : Reduce, Reuse, Recycle -  que j'ai trouvé sur Google mais sans précisions satisfaisantes.

    À l'Université de Pennsylvanie, dans un état où des milliers sont morts à Gettysburg parce qu'opposés à l'esclavage, le président de ce collège a officiellement mis en place un espace de dortoir réservé aux étudiants noirs.

    Oui, je sais, c'est hors sujet maintenant. Le Dr King a dit "Nègres". Jimmy Baldwin et la plupart d'entre nous lors de la Marche, ont dit "noirs". Mais c'est un "non non",  maintenant.
     
    Pour moi, les identités écrites avec un trait d'union sont maladroites, en particulier «Native-American» (NDT : Indien d'Amérique). Je suis un Amérindien, pour l'amour de Dieu. Je suis aussi un frère des  Sioux Miniconjou initié par le sang. Du côté de ma femme, mon petit-fils est un "Native-American" de douzième génération, avec une lettre majuscule sur «Américan».
     

    Enfin, le mois dernier, David Howard, chef du Bureau d'avocats de Washington DC, a utilisé le mot «mesquine» tout en parlant de questions budgétaires avec quelques collègues. Bien sûr, «mesquine» signifie radin ou peu. Mais en quelques jours, Howard a été contraint de présenter des excuses publiques puis démissionner.

    Comme le chroniqueur Tony Snow a écrit :

    David Howard a été viré parce que certaines personnes de la fonction publique sont des abrutis qui : (a) ne connaissent pas la signification de «mesquine», (b) ne savent pas comment utiliser un dictionnaire pour en découvrir le sens, et (c) effectivement leur demander qu'elles présentent des excuses pour leur ignorance.

    Maintenant, qu'est-ce que tout cela signifie ? Entre autres choses, cela signifie que nous dire : "comment penser" s'est transformé en nous dire : "ce qu'il faut dire ", afin de nous signifier ce qu'il faut faire pour ne pas rester derrière. Avant que vous prétendiez être un champion de la pensée libre, dites-moi : Pourquoi le politiquement correct  est-il originaire des campus américains ? Et pourquoi continuez-vous à le tolérer ? Pourquoi vous, qui êtes censés débattre des idées, consentez-vous à leur suppression ?

     Laissez - - Soyons honnêtes. Qui dans cette salle pense que vos professeurs peuvent dire ce qu'ils croient vraiment ? (Euh euh . Il y en a quelques-uns...) Eh bien, cela me fait peur à mort, et cela devrait vous effrayer aussi, que la superstition du politiquement correct régit les Salles du Savoir .

    Vous êtes les meilleurs et les plus brillants. Vous êtes ici, dans ce berceau fertile de l'université américaine, ici dans le château d'apprentissage sur la rivière Charles. Vous êtes l'élite. Mais je soutiens que vous et vos homologues à travers le pays, êtes la génération la plus socialement formatée et la plus silencieuse politiquement depuis Concord Bridge. Et tant que vous validez cela et que vous le respectez, vous êtes, selon les normes de vos grands-pères, des lâches.

    Voici un autre exemple. À l'heure actuelle, dans plus d'une grande université, on demande aux chercheurs et aux chercheurs boursiers de se taire ou de perdre leur emploi. Mais pourquoi ? Parce que les résultats de leurs recherches mineraient les procès en cours des maires des grandes villes qui cherchent à extorquer des centaines de millions de dollars aux fabricants d'armes à feu.

    Maintenant, je me fiche de ce que vous pensez des armes à feu. Mais si vous n'êtes pas choqués par cela, je suis choqué par vous. Qui gardera la matière première des idées libres, sinon vous ? La démocratie est le dialogue. Qui défendra les valeurs fondamentales du milieu universitaire, si vous, les soldats supposés de la liberté de penser et d'expression, déposez vos armes et plaidez, "Ne tirez pas sur moi !"

    Si vous parlez de la race, cela ne fait pas de vous un raciste. Si vous voyez des distinctions entre les sexes, cela ne vous rend pas sexiste. Si vous pensez d'une façon critique à propos d'une dénomination, cela ne  vous rend pas "anti-religion". Si vous acceptez mais ne célébrez pas l'homosexualité, il ne fait pas de vous un homophobe.

    Ne laissez pas les universités américaines continuer à servir d'incubateurs pour cette épidémie effrénée du nouveau McCarthisme. Voilà ce que c'est : le nouveau maccarthisme. Mais que pouvez-vous faire ? Comment peut-on prévaloir contre une subjugation sociale aussi répandue ?

    Eh bien, la réponse est ici tout le long. Je l'ai appris il y a 36 ans, sur les marches du Lincoln Memorial à Washington DC, debout avec le Dr Martin Luther King et deux cent mille personnes.

    Vous désobéissez simplement. Paisiblement, oui. Respectueusement, bien sûr. Sans violence, absolument. Mais quand on nous dira comment penser ou quoi dire ou comment se comporter, nous ne le ferons pas. Nous désobéirons au protocole social qui étouffe et stigmatise la liberté personnelle.

     
     
    J'ai appris l'incroyable pouvoir de désobéissance du Dr King qui l'avait appris de Gandhi, de Thoreau et de Jésus, et de tous les autres grands hommes qui dirigeaient ceux qui étaient dans le droit contre ceux qui avaient la puissance.


    La désobéissance est dans notre ADN. Nous ressentons une parenté innée avec cet esprit désobéissant qui a jeté du thé dans le port de Boston, qui a envoyé Thoreau en prison, qui a refusé de s'asseoir à l'arrière du bus, qui a protesté contre une guerre au Viet Nam.

     Dans ce même esprit, je vous demande de désavouer le politiquement correct, avec la désobéissance massive à l'autorité déloyale, aux directives sociales, et les lois onéreuses qui affaiblissent la liberté personnelle.

    Mais faites attention. Ça fait mal. La Désobéissance exige que vous vous mettiez en danger. Le Dr King était sur beaucoup de tribunes. Vous devez être prêts à être humiliés, pour supporter l'équivalent moderne des chiens policiers à Montgomery et les canons à eau à Selma. Vous devez être prêts à éprouver de l'inconfort. Maintenant, je ne me plains pas, mais mes propres décennies de militantisme social ont laissé leur marque sur moi.

     Laissez-moi vous raconter une histoire.

    Il y a quelques années, j'ai entendu parler d'un rappeur nommé Ice-T qui vendait un CD intitulé «Cop Killer», célébrant l'embuscade et le meurtre de policiers. Il était commercialisé par rien moins que Time/Warner, le plus grand conglomérat de divertissement dans le pays - dans le monde. Les policiers de tout le pays étaient scandalisés. Et à juste titre. Au moins un d'entre eux avait été assassiné. Mais Time/Warner restait de marbre parce que le CD était une vache à lait pour eux, et les médias y allaient sur la pointe des pieds,  parce que le rappeur était noir. J'ai entendu que Time/Warner avait une assemblée des actionnaires prévue à Beverly Hills, et j'avais des actions de Time/Warner à l'époque, alors j'ai décidé d'assister à la réunion.

    Ce que je faisais était contre l'avis de ma famille et mes collègues. J'ai demandé la parole. Pour une salle feutrée de mille actionnaires américains moyens, j'ai simplement lu les paroles complètes de "Cop Killer" - tout, vulgaire, mots d'instruction vicieux:

    I got my 12-Gauge sawed-off.

    I got my headlights turned off.

    I'm about to bust some shots off.

    I'm about to dust some cops off.

    C'est devenu pire, beaucoup plus mauvais. Maintenant, je ne vais pas vous lire le reste. Mais croyez-moi, la salle était une mer de visages choqués, gelés, blanchis. Les cadres de Time/Warner se tortillaient sur leurs chaises et regardaient leurs chaussures. Ils m'ont détesté pour ça. Ensuite, j'ai livré une autre volée de paroles malades, débordant de saletés racistes, où Ice-T fantasme sur la sodomisation des deux nièces de 12 ans  d'Al et Tipper Gore:

    She pushed her butt against my --

    Non. Non, je ne vous ferai pas ici ce que je leur ai fait. Disons juste que j'ai laissé  l'assistance silencieuse et abasourdie. Quand j'ai lu les paroles à l'ensemble de la presse attendant à l'extérieur, un d'entre eux a dit, "Nous ne pouvons pas l'imprimer, vous savez." "Je sais," ai-je dit, "mais TIME/WARNER le vend toujours."

    Deux mois plus tard, TIME/WARNER a mis fin au  contrat de Ice-T. Jamais on ne m'offrira un autre film par Warner Brothers, ou j'obtiendrai une bonne interview de Time magazine. Mais la désobéissance signifie que vous devez être enclin à agir, pas seulement à parler.

    Quand un cambrioleur poursuit sa victime trop âgée pour se défendre, embouteillez le standard téléphonique du bureau du procureur de district. Lorsque votre université est sous pression - votre université subit des pressions pour baisser le niveau jusqu'à ce que 80% des étudiants soient diplômés avec les honneurs -  encombrez les salles du Conseil d'Administration. Quand un garçon de 8 ans pique la joue d'une jeune fille dans la cour de récréation puis est traduit  en justice pour harcèlement sexuel, marchez sur cette école et bloquez ses portes. Quand quelqu'un que vous avez élu est séduit par le pouvoir politique et vous trahit - signez une pétition, chassez-le, bannissez-le. Quand la couverture du magazine Time dépeint les chrétiens comme "les fous du millénaire" qui tiennent une croix comme ce fut le cas le mois dernier, boycottez leur magazine et les produits qu'il promeut.

    | Vol. 153 No. 2

    http://content.time.com/time/magazine/0,9263,7601990118,00.html

    1101990118_400.jpg

     

    Afin que cette nation puisse durer longtemps, je vous exhorte à suivre les traces sacrées des grandes désobéissances de l'Histoire qui ont libéré les exilés, fondé les religions, vaincu les tyrans, et oui, par les mains d'une ardente armée et quelques grands hommes, par la grâce de Dieu, ont construit ce pays.

    Si le Dr King était ici, je pense qu'il serait d'accord.

    Je vous remercie.

    pixiz-20-02-2018-07-44-09.jpg

     

  • ADIEU CECILE ... JE NE VOUS OUBLIERAI PAS.

    J'ai voulu partager avec vous, mon hommage à Cécile Geng, qui nous a quittés le 27 avril dernier. Ses obsèques auront lieu le 19 mai prochain.

    10492217_10153114196403810_3933072670802002789_n.jpg

    Chère Cécile,

    Je ne fais pas partie de votre famille ni de vos amis très proches.

    Pourtant, depuis le 26 mai 2016 nous étions devenues amies sur Facebook grâce à ce petit message que vous m'aviez envoyé en privé et que je publie ici en souvenir de vous :

     

    10492217_10153114196403810_3933072670802002789_n.jpg

    Cécile Geng

    Vous êtes amis sur Facebook

    26/05/2016 12:31

    Bonjour France, Je suis l'amie de Renaud Vallon, qui m'a transmis le "virus" Chuck Heston. Je me permets de vous envoyer une demande d'ami car je sais que nous partageons le même intérêt pour ce grand acteur. Nous pourrions échanger de temps à autre ou juste partager des publications, j'en saurai plus sur lui avec vos blogs. Amicalement,

     

    10492217_10153114196403810_3933072670802002789_n.jpg

     

     

    Nous nous écrivions de temps en temps, vous étiez devenue la secrétaire très précieuse de Renaud, pour les billets «Grain de sel » destinés au blog.



    J'ai encore un des derniers messages privés que vous m'aviez envoyé et dont je ne me séparerai pas, il était si charmant, c'était le 19 mars dernier.



    Bonjour France, comment allez-vous ?

    J'ai commandé la biographie de Marc Eliott sur Amazon US pour Renaud... Mais chutttt ! Il ne faut pas lui dire !



    Passez un bon dimanche, bise.



    10492217_10153114196403810_3933072670802002789_n.jpg



    Nous ne nous sommes jamais rencontrées, mais j'espérais tant vous voir tous les deux cette année. Vous m'aviez écrit que vous aviez deux cousines à Cherbourg.



    D'après vos photos que j'ai pu voir, vous aviez un visage lumineux, qui respirait la vie et transmettait la joie et la générosité.

     

    Au revoir Chère Cécile, vous resterez à jamais dans mon cœur.

     



    Nous ne nous sommes jamais rencontrées, mais je vous aimais déjà.



    Je veux dire à votre Famille, à Renaud, que je partage leur peine.

    Je serai avec eux en pensée, ce 19 mai.



    Aujourd'hui vous êtes partie rejoindre les étoiles.



    Veillez sur votre famille, sur Renaud.



    Dites bonjour à Chuck si vous le rencontrez. Vous aurez beaucoup de choses à vous dire.

     

    MUSIQUE DU FILM "BEN HUR".

    "STAR OF BETHLEHEM"

     



    gerbe-deuil-rose-fleur-gerbera-eustoma-rose.jpg

     

    Aujourd'hui 14 février 2018, je ne vous oublie pas...

    Quelques lignes du beau poème de Ronsard qu'il avait dédié à son ami Du Perrier qui venait de perdre sa fille.  Poème intitulé "Stances à Du Perrier".

    A Vous Renaud...

    pixiz-14-02-2018-10-38-51.jpg















     

  • COMMEMORATION....(suite)

    L’AVENTURE CONTINUE ...

     

    Je ne sais pas encore comment les choses vont se faire. Pourtant, je veux porter à votre connaissance deux courriels que j’ai reçus de l’avocat américain Jeff Briggs, qui est chargé de la succession de Charlton Heston.
     
    Ces courriels font suite à la demande d’une photo de Charlton Heston et l’autorisation de l’exploiter pour l’édition d’un timbre commémoratif, que j’avais faite par courrier postal à Fraser Heston. Il ne m’a jamais répondu, mais Heather J. McAdams m’a informée suite au renouvellement de ma demande, qu’ils n’avaient jamais reçu ma lettre.
     
    J’ai donc fait une nouvelle demande auprès d’Heather qui l’a transmise à Jeff BRIGGS.
    Les deux réponses de cet avocat sont sympathiques mais, ne me donnent aucun espoir, car je suis confrontée à la difficulté de trouver le nom de l’auteur de la photo que j’avais choisie, afin d’obtenir également son autorisation d’exploiter sa photo.
     

    LES COURRIELS :

    31 janvier 2018 :
     
    You have our permission to proceed, let me know if any official there needs to hear from me to confirm.
    I am afraid it may be awhile, due to other commitments, before we could get you a photo, so if you have something specific in mind you would like to use, by all means send it to me to approve. Please understand that you cannot use a photo of Mr. Heston in character without the permission of the film owner.
    You may address all further communications to me.
    Kind regards,
     
    Jeffrey C. Briggs, Esq.
    Briggs Law - 6464 Sunset Boulevard - Suite 715 Hollywood, CA 90028
     
     
    Vous avez notre permission d'entreprendre, faites-moi savoir si un fonctionnaire a besoin d'avoir de mes nouvelles pour confirmer.
    Je crains que cela ne demande un certain temps , en raison d'autres engagements, avant que nous puissions vous obtenir une photo, alors si vous avez quelque chose en particulier que vous aimeriez utiliser, n'hésitez pas à m'en faire part. S'il vous plaît comprenez que vous ne pouvez pas utiliser une photo de M. Heston en l'état sans la permission du propriétaire de la pellicule.
    Vous pouvez m'adresser toute autre courrier.
    Sincères amitiés,
     
     
    8 février 2018 :
     
    Dear Mrs. Ginette:
    You are most welcome and we wish you all the best. One caution: We can only give you permission to use the likeness of Mr. Heston; we do not own any rights to the actual photograph itself, the copyright to which belongs to a photographer or his/her employer such as a studio. You will need permission from the copyright owner to use this photo. Perhaps there is a copyright notice on the photo where you obtained it that could help you find that person or company.
    Again, thanks for your continuing support of Mr. Heston’s work and legacy, and God bless you and yours.
    Jeffrey C. Briggs, Esq.
     
     
    Chère Mme Ginette:
    Vous êtes la bienvenue et nous vous souhaitons tout le meilleur. Une mise en garde : Nous ne pouvons vous donner que la permission d'utiliser la ressemblance de M. Heston ; nous ne possédons aucun droit sur la photographie elle-même, dont le droit d'auteur appartient à un photographe ou à son employeur, tel qu'un studio. Vous aurez besoin de la permission du propriétaire des droits d'auteur pour utiliser cette photo. Il y a peut-être un avis de droit d'auteur sur la photo où vous l'avez obtenu qui pourrait vous aider à trouver cette personne ou cette entreprise.
    Encore une fois, merci de votre soutien continu au travail et à l'héritage de M. Heston, et que Dieu vous bénisse, vous et les vôtres.
     

    LA BONNE NOUVELLE ...

    Notre ami Hector Meana est partie prenante dans notre projet de timbre commémoratif.

    Il prépare 3 de ses principales oeuvres que nous connaissons ( the war lord - the extasy and the agony - the lover) pour la réalisation des timbres.
     
    J’ai contacté également Alexandra Ritz  qui a réalisé le portrait au fusain de Charlton Heston que vous pouvez voir sur la page d'accueil du blog. Elle m’a donné l’autorisation d’exploiter ce portrait pour la conception d’un timbre.
     
    Nous avons donc deux artistes de talent pour honorer la mémoire de Charlton Heston.
     
    Je croise les doigts, pour que nous arrivions à réaliser cet hommage malgré les difficultés rencontrées jusqu'à présent. 
     
    Oeuvres proposées par Hector Meana
     
    3.jpg
     

    27591916_10215610141315881_1226512244_n.jpg

      

    27720581_10215620475294224_1107910834_n.png27650303_10215609801707391_2082706766_o.jpg

     

    3191363364 - Copie.jpg

    Oeuvre d'Alexandra Ritz 

  • COMMEMORATION DU DIXIEME ANNIVERSAIRE DU DECES DE CHARLTON HESTON

    26907120_1956462401061547_1387567968011073006_n.jpg

    Depuis quelques temps, Renaud et moi envisageons de commémorer le dixième anniversaire du décès de Charlton Heston, simplement mais dignement.

    Notre projet n’est pas encore arrêté et toutes vos propositions seront les bienvenues, nous les examinerons avec intérêt.

    Nous aimerions organiser cet événement sur deux jours. Il faut envisager un hébergement à l’hôtel une nuit ou deux, restauration, location d’une salle dans laquelle nous nous réunirions pour la projection de quelques films suivie de discussions amicales sur la carrière de notre acteur préféré.

    La date n’est pas encore arrêtée, mais cela pourrait être vers le mois d’octobre 2018, mois anniversaire de Chuck ; le lieu n’est pas encore choisi, le coût de cet événement n’est pas arrêté.

    Nous avons obtenu l’autorisation, par le Cabinet Jeffrey C. BRIGGS de Hollywood, d’émettre un timbre commémoratif  avec la photo de Charlton Heston, destiné aux fans qui seraient intéressés par l'achat de ce timbre et qui auront le choix parmi les   formats suivants :

    - Carnet-souvenir de 4 timbres 

    - Carnet de 10 timbres avec étiquettes  

    - Planche de 30 timbres 

    Nous avons soumis à Jeffrey C. BRIGGS, la photo de Charlton Heston que nous souhaitons faire figurer sur ce timbre. Nous attendons sa réponse définitive. 


    Pour le moment nous voulons savoir si vous êtes intéressés par notre projet et si vous seriez prêts à y participer.

    Nous allons ouvrir une page événementielle sur FACEBOOK, sur laquelle vous pourrez signaler si vous êtes « intéressés »  OU  « participerez »  OU  « n'êtes pas intéressés ».

    Cet évènement et son organisation dépendent de votre désir d’y participer !

    NOUS COMPTONS SUR VOUS !

    27072434_1966627060045081_4382065926369260630_n.jpg

    ENGLISH : TRANSLATE GOOGLE

    For some time, Renaud and I have been planning to commemorate the tenth anniversary of Charlton Heston's death, simply but with dignity.
    Our project is not yet finished and all your proposals will be welcome, we will examine them with interest.
    We would like to organize this event over two days. We must consider accommodation at the hotel for a night or two, catering, renting a room in which we would meet for the screening of some films followed by friendly discussions on the career of our favorite actor.
    The date is not yet fixed, but it could be around October 2018, Chuck's birthday; the place is not yet chosen, the cost of this event is not stopped.
    We obtained permission from Hollywood's Jeffrey C. BRIGGS to issue a commemorative stamp with the Charlton Heston photo, intended for fans interested in purchasing this stamp who will have the choice of following formats:
    - Souvenir book of 4 stamps
    - Booklet of 10 stamps with labels
    - Plate of 30 stamps
    We submitted to Jeffrey C. BRIGGS, the photo of Charlton Heston that we wish to include on this stamp. We are waiting for his definitive answer.

    At the moment we want to know if you are interested in our project and if you would be ready to participate.

    We will open an event page on FACEBOOK, on which you will be able to indicate if you are "interested" OR "will participate" OR "not interested".

    This event and its organization depend on your desire to participate!

    WE ARE COUNTING ON YOU !

    affc7099645556453d7d994a7fe7d169 (1).jpg

     

    ESPAGNOL : TRANSLATOR GOOGLE

     
    Durante algún tiempo, Renaud y yo hemos estado planeando conmemorar el décimo aniversario de la muerte de Charlton Heston, simplemente pero con dignidad.
    Nuestro proyecto aún no está terminado y todas sus propuestas serán bienvenidas, las examinaremos con interés.
    Nos gustaría organizar este evento durante dos días. Debemos considerar el alojamiento en el hotel por una noche o dos, catering, alquiler de una sala en la que nos encontraríamos para la proyección de algunas películas, seguido de debates amistosos sobre la carrera de nuestro actor favorito.
    La fecha aún no está fija, pero podría ser alrededor de octubre de 2018, cumpleaños de Chuck; el lugar aún no se ha elegido, el costo de este evento no se detiene.
    Obtuvimos permiso de Jeffrey C. BRIGGS de Hollywood para emitir un sello conmemorativo con la foto de Charlton Heston, destinado a los fanáticos interesados en comprar este sello que tendrá la opción de siguientes formatos:
    - Libro de recuerdos de 4 sellos
    - Folleto de 10 sellos con etiquetas
    - Placa de 30 sellos
    Presentamos a Jeffrey C. BRIGGS, la foto de Charlton Heston que deseamos incluir en este sello. Estamos esperando su respuesta definitiva.

    Por el momento, queremos saber si está interesado en nuestro proyecto y si estaría listo para participar.

    Abriremos una página de eventos en FACEBOOK, en la que podrá indicar si está "interesado" O "participará" O "no interesado".

    ¡Este evento y su organización dependen de su deseo de participar!

    ¡ESTAMOS EN TI!