Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

ADRIEN P. - TRADUCTEUR DE MICHAEL MUNN

  • 17 - "Charlton Heston une biographie " de Michael Munn - (traduction par Adrien P.)

    51Db8nugfnL._SX350_BO1,204,203,200_.jpg

    La Touche Wyler

    img030.jpg

    (Chuck - Sam Zimbalist - William Wyler)

    Jack L. Warner examina de nouveau le contrat qu'il avait signé pour Heston pour qu'il fasse Les Commandos passent à l'attaque1, réalisé par William Wellman.

    Herman Citron, surnommé « l'homme de glace »2, avait formulé tout à fait clairement les termes du contrat. Heston travaillait désormais contre un pourcentage des recettes. Universal avait accepté ces termes pour La Soif du mal, et c'est ainsi que firent également les frères Warner pour Les Commandos passent à l'attaque. Jack Warner n'avait cependant pas pris la mesure de ce que cela signifiait. Après tout, peu d'acteurs de l'époque se faisaient payer au pourcentage des revenus bruts.

    C'était pourtant écrit noir sur blanc. Heston allait recevoir une part des profits du film. Jack s'était décidé trop hâtivement. Il renvoya aussitôt Heston et choisit un acteur avec qui ils avaient déjà un contrat : James Garner. Heston les poursuivit en justice tout aussi promptement.

    Charlton fit une déposition calme, un peu verbeuse, devant le tribunal. Il y avait eu des périodes de sa vie où il ne prenait pas beaucoup la parole. Il avait maintenant tendance à la monopoliser. Après son témoignage, son avocat lui signala : « Vous savez, M. Heston, il est tout à fait acceptable de répondre aux questions simplement par oui ou par non.»

    Jack Warner en dit cependant trop. Sa colère surgit rapidement à la surface pendant son interrogatoire, et laissa échapper : « tous ces maudits acteurs méritent tout ce qui leur pourrit la vie. » Cela régla la question pour la cour de justice. Ils décidèrent en faveur d'Heston et lui donnèrent droit à un dédommagement financier payé par les frères Warner, ce qui lui offrit les fonds nécessaires pour enfin commencer à chercher une maison qui lui appartiendrait.

     La lumière rouge tant crainte s'alluma et Heston était de nouveau dans une émission en direct à travers le pays. Cette fois, il faisait The Anderson Court-Martial, portant une moustache postiche. Il sentit que c'était un superbe script et le meilleur rôle qu'il avait eu depuis un bout de temps. Il était ravi de la direction de Ralph Nelson, et à part sa moustache qui manqua de peu de tomber devant 40 millions de téléspectateurs, la pièce se passa bien, flattant suffisamment son égo d'acteur pour lui permettre de faire une pause dans la promotion de son prochain film, Les Grands Espaces3 de William Wyler.

    img024.jpg

    Il n'aimait pas particulièrement son rôle, devant être gros pour la première fois, et ce n'était qu'un rôle de soutien majeur. Il ne l'avait accepté que parce qu'il ne voulait pas laisser passer l'opportunité de travailler pour Wyler. Le tournage n'a pas été des plus joyeux. Sa vedette, Gregory Peck, coproduisait avec Wyler. Ils se disputèrent en tant que producteurs et amenèrent cette dispute jusqu'à leur relation réalisateur–acteur. Wyler, tel qu'il était, faisait généralement les choses à sa manière.

    Il ne lâchait jamais les acteurs ni une scène tant qu'il n'était pas convaincu qu'il avait tout tiré d'eux et du script. Il pouvait prendre une douzaine de prises ou plus d'une seule séquence, essayant tous les angles, toutes les idées, toutes les motivations et en tirant chaque goutte d'émotion. C'était une technique à laquelle Heston n'était pas habitué – il avait tendance à vouloir que les choses avancent. Il dut apprendre à être patient et à faire confiance à l'instinct de Wyler qui, après tout, avait fait ses preuves sur une période de plus de trente ans.

    Charlton apprit à ne pas s'attendre au moindre compliment de la part du réalisateur. Wyler lui expliqua les choses simplement : « écoute, si je ne dis rien après une prise, c'est que c'est bon. »

    img026.jpg

    Une seule scène sous la direction de Wyler pouvait être une expérience exténuante. Il fit jouer une scène de combat au corps à corps à Peck et Heston du matin au soir, jusqu'à ce que les deux acteurs furent complètement épuisés – ce qui allait bien avec la scène.

     Même les femmes ne furent pas épargnées. Quand Heston et Carroll Baker durent se quereller à l'écran, Carroll finit les poignets couverts d'ecchymoses à cause de la forte poigne de Chuck.

    img025.jpg

    Charlton explique :

    «Willy nous a fait jouer cette scène encore et encore, jusqu'à ce qu'il soit satisfait. Il ne cessa pas de l'exhorter à se dégager tout en insistant sur le fait que je ne devais pas la laisser partir, et j'ai fini par la blesser aux poignets. La pauvre fille était dans un drôle d'état après cela.

    Et voilà encore une autre preuve de son insistance à vouloir avoir exactement ce qu'il veut. À Rome, six mois après que nous avions terminé Les Grands Espaces aux états-Unis, il me fit jouer un gros plan qu'il voulait caler dans le gros combat que j'ai avec Gregory Peck.

    Ironiquement, il ne l'utilisa finalement pas

     La valeur qu'accordait Charlton aux premiers rôles féminins, qui n'avait pas toujours été très haute, grimpa de façon dramatique durant ses scènes avec Jean Simmons. Il dit une fois des vedettes féminines ceci :

    «Certaines d'entre elles ont une attitude très peu professionnelle. Elles ne s'intéressent pas vraiment à ce qu'elles font. Elles sont trop désenchantées par ces histoires de star de cinéma et ont tendance à voir cela comme un engagement social. L'industrie a créé ses propres monstres, et certains d'entre eux sont féminins

     C'était son avis à l'époque, et il n'a pas trop changé au fil des années. Il complète cependant :

     « Parmi les femmes partageant mon métier, je respecte beaucoup Jean Simmons. Non seulement elle est très talentueuse, mais ce que je trouve encore plus digne de louanges, c'est le fait qu'elle a réussi à rester inchangée malgré les influences destructrices et les pièges qui viennent avec la célébrité, et qui ont détruit tant de ses sœurs-actrices

     

    img027 - Copie (2).jpg

    En tout, Les Grands Espaces, malgré son rôle relativement secondaire, prit à Heston 3 mois de dur labeur et de sueur pour terminer. Il était cependant content d'avoir fait le choix de travailler avec Wyler, et ce fut rétrospectivement un de ses meilleurs choix stratégiques car à ce moment-là, MGM était en train de persuader Wyler de réaliser leur titanesque remake de Ben-Hur.

     Pour Charlton, c'était comme offrir à sa femme le plus beau des cadeaux de Noël. Il se tenait à côté d'elle sur la montagne, admirant le canyon, lui laissant le temps d'apprécier le même paysage à couper le souffle qui l'avait captivé. En dessous se trouvait Hollywood, à portée de main et pourtant si loin. Au-delà se trouvait l'Océan Pacifique. Russ l'avait trouvé en premier ; une vue sur le canyon n'attendant que quelqu'un qui vienne y construire une maison. Chuck adora dès le premier regard et avait hâte que Lydia lui donne son consentement. Quand elle le vit, elle se tint là, muette. Elle se délecta de la beauté à laquelle elle faisait face, et des larmes commencèrent à couler.

    Charlton était comme foudroyé. « Qu'y-a-t'il ? Cria-t-il, tu n'aimes pas ? »

    Lydia raconte : « en dépit de sa taille, il ressemblait tellement à un petit garçon inquiet que je n'ai pu qu'en rire au lieu de pleurer. »

    Le lopin de terre fut donc acheté, et les Heston commencèrent à prévoir comment faire dessiner et construire leur maison.

    Heston travaillait alors sur un autre petit rôle dans un film, mais c'était vraiment plus une sorte de brève apparition4. Il jouait de nouveau Andrew Jackson du film Les Boucaniers de De Mille Production. Cette fois, De Mille n'était pas le réalisateur. Au départ, il comptait en faire une version musicale avec Yul Brynner dans le rôle de Jean Lafitte, mais Brynner n'était pas satisfait par le scenario et son traitement, faisant que De Mille décida de faire un simple remake de son ancien film d'aventure. À ce moment-là, il n'était cependant pas motivé à  réaliser le film et chercha quelqu'un d'autre pour remplir cette mission.

    Un jour, alors qu'il déjeunait, sa fille Katherine et son beau-fils Anthony Quinn lui rendirent visite. De Mille demanda à Quinn s'il pensait que Budd Boetticher serait un bon choix comme  réalisateur pour Les Boucaniers.

    « Ce n'est pas ton genre de réalisateur, » répondit Quinn.

    Soudain, De Mille se pencha en avant et dit, « Tony, comment est-ce que tu aimerais le réaliser ? »

    Quinn réfléchit un instant et dit, « je le ferai. »

    Charlton eut vent de ce projet qui était fait par Paramount, et comme il avait encore un dernier film à tourner pour ce studio, il demanda à De Mille s'il pourrait jouer à nouveau Jackson pour enfin conclure son contrat. Par ailleurs, il admirait beaucoup Jackson et qu'essayer de le jouer de nouveau serait une expérience des plus plaisantes.

    De Mille adorait la perspective d'avoir Heston dans son film et ordonna à ses auteurs, Jesse Lasky Jr et Berenice Mosk, de donner plus d'importance au rôle de Jackson.img028.jpg 

    Heston se mit impatiemment au travail de création du maquillage, basant l'apparence de Jackson sur de vieilles peintures de lui à l'âge de 60 ans. C'est seulement une fois que la production avait déjà bien avancé qu'Heston se rendit compte qu'il avait fait une terrible erreur. Jackson, à l'époque à laquelle se déroule le film, n'a que 46 ans, mais Chuck le représentait comme un vieil homme.

    Quinn n'avait jamais été réalisateur auparavant, mais en tant qu'acteur, il a pu montrer aux acteurs exactement comment il s'attendait à ce qu'ils jouent leurs rôles en les interprétant lui-même pour leur avantage.

     Cependant, tous les acteurs n'appréciaient pas de se faire dire exactement comment jouer. Heston, ceci dit, trouvait que Quinn était un homme plein de talents qui l'aida à ajouter un petit quelque chose à son jeu grâce à cette technique. Ils travaillaient si bien ensemble qu'ils parlèrent de monter d'autres projets à l'avenir, bien que rien ne s'est jamais concrétisé.

    img029.jpg

    De Mille était rarement sur le plateau. Quand il venait, il restait assis en silence dans un coin, quoique son ombre se projetait clairement sur le plateau, mais la plupart du temps, Quinn avait l'équipe de tournage, les acteurs et le plateau pour lui tout seul. La participation de De Mille se limitait à demander à refaire des prises (n'étant pas toujours satisfait par le travail de Quinn), et ensuite à superviser le montage du film, ce qui aida à ajouter quelques touches du maître.

    Les Boucaniers est en fait un assez bon film ; en tout cas moins mauvais que ce que certaines critiques le font croire. Peut-être y a-t-il toujours quelques fautes de goût quand un acteur est réalisateur pour la première fois. En tout cas, Quinn n'a jamais plus été réalisateur depuis.

    De Mille offrit à Charlton cette petite statue de cire qui avait trôné dans sa loge pendant le tournage de Le Général Invincible pour sa contribution au film.

    Même pendant la production de Les Boucaniers, MGM essayaient de séduire Heston pour qu'il joue Messala dans Ben-Hur face à Burt Lancaster dans le rôle-titre. Charlton n'était pas du tout à l'aise à l'idée de jouer le méchant et Wyler, chargé du film, fit de son mieux pour le rassurer. Pendant ce temps, Lancaster se désolidarisa du film, croyant curieusement que le film contredirait ses idées athées ! Un remplaçant fut trouvé – un Italien nommé Cesare Danova – mais Wyler avait des appréhensions à son sujet, en grande partie parce qu'il n'avait pas une maîtrise particulièrement bonne de la langue anglaise. Wyler commença à sa demander si Heston ne serait pas mieux dans le rôle de Ben-Hur.

    Heston ne se faisait pas trop d'illusions alors que Wyler allait prendre sa décision. Il retrouvait 2 de ses collègues acteurs de Les Boucaniers, Claire Bloom et E. G. Marshall, pour une production télévisuelle de La Belle et la Bête pour CBS. Cela attira une forte audience et reçut des commentaires dithyrambiques.

    Wyler décida enfin qu'Heston devrait jouer Ben-Hur, et Charlton accepta immédiatement l'offre et célébra cela avec Lydia et une bouteille de champagne.

    gettyimages-488633680-1024x1024.jpg

    Avant de se mettre en route pour l'Italie où Ben-Hur serait filmé, Chuck fit Point of No Return pour Playhouse 90, mis en scène par Frank Schaffner. Il fut diffusé en direct le 20 février 1958.

    Trois semaines plus tard, Charlton, Lydia et Fray embarquaient à bord du SS United States à New-York, en direction de Southampton puis, enfin, Rome et Ben-Hur.

    7895559ca2213541b3a101b784d66338.jpg

     

    A SUIVRE...

    1 Darby's Rangers

    2 « The Iceman » dans le texte original

    3 The Big Country

    4 « a cameo » dans le texte original. Le mot  est déjà dans l'usage courant en France, et désigne l'apparition brève d'un acteur connu dans un film.

  • 16 - "Charlton Heston une biographie " de Michael Munn - (traduction par Adrien P.)

    51Db8nugfnL._SX350_BO1,204,203,200_.jpg

     

    ... SUITE 

     1-876809472.jpg

    La neige tournoyante enveloppa Charlton tandis qu'il descendait avec difficulté de la voiture dans la nuit à la recherche de la route vers St-Helen. Il s'était déjà frayé un chemin à travers le blizzard et les collines enneigées, et aussi familier qu'il fût avec le terrain, Charlton ne pouvait pas voir à plus de 10 yards devant lui.

    En découvrant la route cachée quelque part sous les profondeurs de la couche de neige, il remonta dans la voiture et reprit le volant. Ils arrivèrent au cabanon dans la nuit et, Noël était dans deux jours à passer auprès de Russ et Velda, à invoquer tout les éléments familiers ravivant les souvenirs de petit garçon dans les bois qu'il chérissait tant.

    img022.jpg

     Pendant la période des vacances, Charlton survola quelques scripts. Il cherchait plus que jamais, mais la qualité de ce qu'il parcourait ne l'inspirait pas vraiment. Il y en avait cependant un qui avait l'air prometteur. C'était La Soif du mal chez Universal qui voulait qu'il joue un détective mexicain. C'était un thriller plutôt classique – un peu supérieur à un scénario de série B quand même.

    Il téléphona à Universal pour leur demander qui en serait le réalisateur.

    « Nous n'avons encore aucun réalisateur », lui répondit-on. « Mais nous aurons Orson Welles dans le rôle du policier corrompu. »

    « Pourquoi ne pas lui laisser également la réalisation, » suggéra Heston.

    « Vous plaisantez, » dirent-ils.

    Heston ne plaisantait pas. L'un de ses films préférés était Citizen Kane, que Welles avait écrit et réalisé en plus de jouer dedans, en 1941.

    1-soif-du-mal-1958-01-g.jpgPDVD_006 - Copie (3).png

    La suggestion fut soumise au producteur Albert Zugsmith qui tenait à avoir Heston dans son film. Lui et Universal décidèrent que plutôt que de voir Heston se rétracter, – il surfait alors sur la vague de succès que lui prodiguait Les Dix Commandements – ils préférèrent demander à Welles d'être le réalisateur.

    Avec Welles comme appât, Universal ferra Heston sans lui donner un salaire fixe mais 7,5% des gains bruts. Charlton était extrèmement enthousiaste à l'idée de faire le film sans autre raison que le fait  qu'Orson Welles le réalisait et réécrivait le script.

    La version finale de Welles créa un vent de panique chez Universal. Son travail de réécriture  transforma le mélodrame prévisible qu'ils avaient imaginé en un film policier décalé. Charlton, cependant, était enthousiasmé par ce qu'il lisait, et encore plus par l'idée de Welles de répéter tout le film chez lui. En même temps, Charlton se sentait grandir en tant qu'acteur, assimilant tout ce que Welles lui disait en tant que réalisateur et acteur. Selon Heston :

    1-tumblr_inline_no59p74aEj1s9x8us_540.jpg

    « Ce fut une expérience remarquablement enrichissante pour moi – l'une des plus précieuses de toute ma carrière cinématographique. J'ai probablement plus appris du jeu d'acteur avec Welles qu'avec aucun autre réalisateur. C'est lui-même un acteur, et un incroyable communicant plein de ressources. Il comprend les acteurs et communique avec eux. C'est ce qu'il fit avec moi de manière très détaillée, ce qui est inestimable.»

    La seule critique d'Heston à l'égard de Welles était que celui-ci semblait ressentir le besoin de lui cacher le fait que le rôle central  était celui qu'il jouait lui-même alors que le rôle d'Heston était secondaire. En tant qu'auteur et réalisateur, Welles ajouta quelques scènes non nécessaires pour Heston. 

    Heston découvrit vraiment combien Welles pouvait être un réalisateur innovant au premier jour du tournage. Welles les fit répéter toute la journée et ne commença pas à filmer avant 17h45, à l'heure où le producteur Zugsmith devint pâle à l'idée de dépasser le budget initial et les délais prévus dès le premier jour. Deux heures plus tard, Welles cria : « coupez ! C'est dans la boîte, on en a fini avec ce lieu de tournage. » d'un seul coup, ils avaient deux jours d'avance sur le planning, quelques douzaines de pages de script filmées alors que cela aurait dû prendre plusieurs jours pour tout terminer.

    La fameuse scène d'ouverture du film fut tournée en une seule nuit. Welles tourna l'ensemble en une seule prise, suivant Heston sur trois rues1 pendant que le dialogue continuait, atteignant son point culminant quand Heston embrasse sa partenaire pour le film, Janet Leigh, puis une voiture qui explose – le tout dans ce qui est probablement le plus long plan-séquence jamais enregistré2.

     PDVD_017.png2.png

    PDVD_090 - Copie.png

    Heston était impressionné chaque jour par l'une ou l'autre technique innovante, même quand il s'agissait de déplacer un dialogue d'un lieu de tournage à un autre complètement différent. Charlton sentit bien que La Soif du mal serait un film majeur.

    Même dans les dialogues doublés, Welles s'avéra être un magicien. Heston se retrouva à doubler des dialogues complètement différents de l'original dans certaines scènes, créant ainsi un nouveau point de suspense. À partir de ce moment-là, Charlton fit un usage créatif des sessions de doublage, ou de « bouclage »3, pour progresser plus qu'il ne l'aurait cru possible.

    Universal, cependant, n'était pas aussi impressionné par Welles que ne l'était Heston. Le film était juste trop en avance sur son temps. Toute l'histoire était racontée là, sur cet écran, mais Welles ne l'expliquait pas clairement au public qui devait se donner un peu de mal pour suivre le film. Le public n'a plus aucun souci à faire cela, mais en 1957, si un homme allait d'un point A à un point B en voiture, il fallait le voir dans la voiture plutôt que de simplement le voir arriver au point B. Universal choisit donc un autre réalisateur, Harry Keller, pour tourner quelques scènes complémentaires et interdire à Welles de remettre le pied sur le plateau de tournage. Au début, Heston refusa de travailler sans Welles sur le plateau, mais comme son avocat le lui fit remarquer, il était légalement lié par contrat et devait obtempérer. Ceci dit, Heston mit en pause le tournage pendant une journée pour essayer de se dépêtrer du dilemme moral et légal dans lequel il était, mais il remboursa le studio pour la journée de travail perdue, lui coûtant 8 000$ directement tirés de sa poche.

    Considérant son enthousiasme pendant la production et son estime pour Welles, il est surprenant de constater qu'en voyant pour la première fois La Soif du mal, il fut très déçu. C'est un phénomène qui le surprend lui-même aujourd'hui. D'après lui :

     « Ce film n'est peut-être pas un grand film. Ce n'est pas l'égal du Citizen Kane de Welles, mais "La Soif du mal" est certainement un film qui en vaut la peine. Il a beaucoup de qualités dont une, je crois, à laquelle n'importe qui dans l'industrie du cinéma aurait été heureux de contribuer. Pourquoi je ne l'ai pas remarqué en voyant le film la première fois ? Je n'en sais rien ! Peut-être que j'en attendais plus. Peut-être que je m'attendais à l'incroyable projet que cela semblait être quand nous travaillions dessus.

    Contrairement à ce qu'on raconte, il n'y a pas de « version perdue de Welles ». Le film était très proche de ce qu'il aurait été si le studio avait laissé Welles sur le plateau jusqu'à la fin.

    Je dois dire que ce fut une merveilleuse expérience de travailler avec sans doute l'homme le plus talentueux du cinéma de l'époque. Ça ne veut pas dire qu'il était le meilleur acteur ni le meilleur réalisateur, mais peu importe ce qu'on appelle le talent, – un mot que l'on épingle sur la contribution intangible d'un artiste et que l'on ne peut pas appeler autrement – Welles en avait. Encore une fois, La Soif du mal n'est certainement pas un grand film, mais il fut décrit comme le meilleur film de série B jamais créé.

    J'attribuerai à Welles ce mot trop souvent utilisé – génie ! »

     La Soif du mal ne fut ni un succès critique ni commercial. Il est cependant devenu une sorte de classique au fil des années et est aujourd'hui considéré par les critiques et par tout ce qui ressemble à un mordu de cinéma, comme l'un des meilleurs films de Welles. Comme Heston l'a dit, « La Soif du mal n'est pas Citizen Kane, mais il ne se place pas loin derrière Kane dans la liste des films de Welles. »

    Malgré la première réaction un peu froide devant ce film, il voulait vraiment pouvoir de nouveau travailler avec Welles et discutèrent à propos de nombreux sujets parmi lesquels Jules César et une version cinématographique de "Je suis une légende"4, un livre de science-fiction. Charlton découvrit cependant qu'il ne pourrait jamais tenir Welles en place suffisamment longtemps pour faire naître un quelconque projet. « Malheureusement, Welles a tendance à être indiscipliné, négligent peut-être, et souvent malavisé. »

    Même s'il ne tira rien d'autre de sa collaboration avec Welles – et il n'en tira pas non plus un gros pécule – il se souvient de cette expérience professionnelle comme l'une de ses plus inoubliables, et cite toujours Welles parmi ses réalisateurs favoris.

    1 « for three blocks », « block » peut signifier « rue », « quartier » ou « pâté de maison ».

    2 Du moins le plus long travelling à la grue, même encore à ce jour. Si, à l'époque, la longueur de la bobine de cinéma limitait la durée d'un plan à environ 12 minutes, le numérique a permis l'émergence de caméras capables de filmer pendant deux heures sans discontinuer. Cela donna naissance à des films sans montage telles que Victoria de Sebastian Schipper (2015).

    3 « looping » dans le texte original

    4 I am legend

  • 15 - "Charlton Heston une biographie " de Michael Munn - (traduction par Adrien P.)

    51Db8nugfnL._SX350_BO1,204,203,200_.jpg

    Une Touche de Génie

     

     

    Charlton Heston approcha son cheval, le lasso lâche à la main. Il lança la boucle au-dessus de la tête de la vache et tira fort. La vache ne broncha pas. Charlton ne fut pas vraiment surpris. La vache, après tout, n'était qu'un mannequin. Par contre, Frank Cordell, le cow-boy d'Hollywood, allait offrir à Charlton l'opportunité de capturer une vraie vache dans quelques jours. Il devait d'abord bien comprendre la technique.

    vlcsnap-2015-01-10-07h56m37s49.png

     

    Chuck avait déjà joué dans des westerns, mais il n'avait encore jamais eu à capturer une vache. Pour préparer Three Violent People, dans lequel il jouait un propriétaire d'un ranch, il avait besoin de savoir faire des choses aussi basiques pour un cow-boy que d'attraper une vache au lasso. Il savait la valeur de ce genre de préparation préalable car une fois que les caméras commencent à tourner, il n'y a plus vraiment de temps pour apprendre ce genre de compétences.

    Hal Wallis venait de vendre son contrat avec Heston à Paramount, il travaillait donc maintenant pour le studio même s'il avait toujours l'indépendance contractuelle  de jouer ailleurs. Il s'était néanmoins engagé à jouer deux autres films pour Paramount, et non seulement Three Violent People avait un bon script rédigé par James Edward Grant, mais il l'aiderait également à mettre fin à son contrat en n'ayant plus qu'un film à faire.

    vlcsnap-2015-01-10-07h37m34s140.png

    PDVD_554.png

     

    Les trois protagonistes du titre étaient le propriétaire d'un ranch, joué par Heston, sa femme ancienne prostituée, et le frère manchot du propriétaire qui veut tuer Heston. Aucun des trois n'est totalement sain. Heston est de nouveau un antagoniste. En effet, ce film n'est pas très différent de Quand la marabunta gronde, même si cette fois il n'a pas de fourmis légionnaires menaçant ses terres : il a un frère vindicatif.

    Paramount voulait Anne Baxter pour jouer sa femme pour qu'ils puissent recréer l'alchimie qu'il y avait entre eux à l'écran qui contribua un peu à l'aspect romantique de Les Dix Commandements. En vérité, Baxter et Heston ne s'entendirent jamais très bien en dehors du plateau, mais travaillaient bien ensemble. « Nous n'eûmes jamais un mot de travers, mais je ne la trouvais pas spécialement chaleureuse et il n'y eut jamais de grand moment d'amitié exaltée entre nous, » me dit Heston.

    Il n'était pas vraiment satisfait par le choix d'acteur pour le frère. Paramount voulait Tom Tryon, un nouveau venu ancien assistant producteur à la télévision avant de devenir acteur. Charlton avait beaucoup de réserves à propos de cette préférence pour Tryon qui ne semblait pas être un acteur suffisamment percutant pour le rôle essentiel du frère. Maintenant qu'il sentait qu'il avait enfin son mot à dire sur le choix des acteurs dans ses films, Heston tira un peu la sonnette d'alarme1, mais Paramount resta inflexible et Tryon décrocha le rôle.

    Le réalisateur Rudy Mate amena l'équipe d'acteurs à un stage de répétition de préproduction, ce qui était très inhabituel au cinéma. Quand le tournage commença, les inquiétudes d'Heston à propos de Tryon diminuèrent. Finalement, Tryon était très bon dans ce rôle et s'avéra être un élément essentiel du film achevé tant sa qualité tenait à la performance des trois acteurs principaux.PDVD_556.png

    Quand Heston vit le film, il réalisa combien il s'était trompé à propos de Tryon, qui, après cela, devint un acteur réputé avant de passer du cinéma à la rédaction de romans et de scénarios en plus de produire ses propres films.

    s-l1600 (1) - Copie.jpg

    L'été de cette année 1956, Charlton et Lydia retournèrent au théâtre pour Detective Story. Charlton avait lutté depuis longtemps  pour le rôle principal de cette pièce, et surtout pour jouer en compagnie de Lydia qui avait déjà interprété son rôle auparavant. Ce fut en fait une tournée trépidante, engageant 4 acteurs dont Lydia et Charlton ainsi que 2 ou 3 acteurs principaux portant le spectacle sur les routes, cherchant des acteurs pour les rôles mineurs dans les lieux où ils allaient se produire.

    Avant d'embarquer pour cette tournée un peu brouillonne, ils passèrent deux semaines dans leur cabanon à St-Helen près de Russell Lake. Ces terres adorées de Charlton étaient désormais protégées par le gouvernement de tout développement. C'était un havre de paix dans lequel il pouvait fuir et se perdre dans les souvenirs de son enfance, à l'époque où il était vraiment heureux.

    s-l1600 - Copie.jpg

     

     Detective Story débuta à Newport, Rhode Island où elle eut du succès, puis partit pour Fayetteville, New-York, où les représentations se passèrent encore mieux. Heston aimait le rôle de McLeod avec lequel il se sentait de plus en plus à l'aise après chaque représentation. Il sentait un certain pouvoir en lui sur scène qu'il n'éprouvait pas sur les plateaux de tournage, et il se réjouissait simplement d'être de nouveau acteur de théâtre.

    Il dit du théâtre :

    «Au théâtre, la scène est vraiment le pays de l'acteur . Peu importe le talent du metteur en scène, peu importe ce qu'il a à offrir, chaque soir quand le rideau se lève, l'acteur doit commencer par le début. C'est comme construire un château de sable sur la plage. On le bâtit, complet, parfait, puis la marée vient et il disparaît.

    Dans un film, les acteurs font de leur mieux. Peu importe le talent qu'ils ont, ils le montrent dans le film. Peu importe la contribution qu'ils peuvent apporter, ils l'apportent. Peu importe le contrôle qu'ils peuvent exercer sur le casting ou le scénario, ils l'exercent. Cependant, une fois le tournage fini, l'acteur rentre chez lui.

    Il n'y a alors pas de film, seulement cinq mille petits rouleaux de cinéma avec de petits élastiques autour dans une salle de montage, et là le réalisateur et le monteur s’assoient et créent un film.

    Je suis passé d'un médium à l'autre tout au long de ma carrière, et j'ai trouvé chacun d'eux gratifiant. Chacun d'eux a ses défis à proposer. Je ne suis certainement pas de ces acteurs qui dénigrent le cinéma comme un médium par lequel il gagne sa vie et trouve que l'art dans sa forme la plus pure ne peut être vu que sur scène. Je ne le pense pas du tout. 

    J'aime donc jouer dans les deux pour des raisons différentes.»

    Après le succès de Detective story à Newport, il y retourna pour Mr Roberts, une pièce qu'il a choisie lui-même et qu'il considère comme possiblement la meilleure de ce genre. La mise en place de la pièce fut bâclée ce qui affecta un peu le plaisir de la jouer. Néanmoins, ce fut un autre succès qui incita le City Center de New-York à lui demander de leur apporter la pièce.

     

    Résultat de recherche d'images pour "City Center de New York"

    http://www.theartistsvisa.com/tick-tick-boom/ )

    Respectant ses engagements, il joua dans Frobidden Area, une pièce retransmise en direct pour Playhouse 90 qui le déçut. Ce ne fut pas une bonne performance. Il contracta un rhume, à peu près la seule maladie dont il souffrît, et il dut faire avec,  durant toute la durée de la diffusion.

    Attendant avec impatience quelque chose de plus gratifiant au City Center, il arriva à New-York en s'attendant à retrouver le même metteur en scène que précédemment pour Mr Roberts, Mike Howard. Il trouva Johnny Forsythe à la place, qui avait lui-même joué le même rôle qu'Heston à Broadway. Comme il avait un pouvoir de décision sur le choix du metteur en scène, Heston s'insurgea bruyamment auprès de Joshua Logan, le créateur de la pièce, menaçant tout simplement d'abandonner la pièce.

    Il décida finalement de laisser tomber l'affaire et reprit le travail. Il eut également la chance de travailler avec Logan lui-même, une inestimable expérience pour Heston qui put donc découvrir des faiblesses dans sa compréhension du personnage de Roberts et ainsi les corriger. En travaillant avec Forsythe, Chuck évita tout ce qui aurait pu créer un désaccord sur un rôle qu'ils avaient tous les deux joué, et ils réussirent à collaborer sur ce qui devint un succès critique et commercial.

    1 « Heston began to flex his movie muscle a little, » litt. « Heston tendit un peu son muscle tendeur de cinéma. »

    John Forsythe - 1957.jpgJoshua Logan Picture

     à gauche : Joshua Logan

    à droite : John Forsythe

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    A SUIVRE...

     

     

  • 14 - "Charlton Heston une biographie " de Michael Munn - (traduction par Adrien P.)

     

    51Db8nugfnL._SX350_BO1,204,203,200_.jpg

    ... SUITE 

    Résultat de recherche d'images pour "Cecil B deMille tournage les Dix Commandements"

    http://www.artnet.com/artists/walter-carone/cecil-b-demille-dans-le-d%C3%A9sert-du-sina%C3%AF-en-egypte-DRmnRrZjknbrqeBXNAri-w2 

    Perché sur une grue de caméra, De Mille annonça à travers son micro doré : « mesdames et messieurs, ce sera le mouvement d'une nation – tout un peuple, ses enfants, ses vieillards, ses biens et ses ressources. Si vous vous êtes bien préparés, ce sera l'événement digne de respect et d'inspiration que nous racontent la Bible et l'Histoire. »

    Il n'était pourtant pas encore prêt à faire tourner les caméras.

    D'après les propos d'Heston :

    «Au lieu de cela, il resta simplement assis là, heure après heure sous le soleil ardent, ses jumelles collées aux yeux. Il criait des choses du genre « la femme au châle bleu derrière le pied du troisième colosse à l'arrière. Je ne la veux pas ici. Non, non. Le troisième colosse. Voilà, cette femme-là. Je la veux marchant sur le sable. »

    Je n'arrêtais pas de penser : « s'il fait ça avec chacun de ces 10 000 figurants, jamais, jamais nous ne commencerons le tournage. »

     

    PDVD_176.png

    c'était 5 heures avant que De Mille ne soufflât enfin dans son petit sifflet doré pour démarrer le tournage.

    La scène de l'Exode mit des jours à être filmée. Elle manqua de peu de ne pas être achevée. De Mille eut une crise cardiaque après avoir grimpé une échelle de 107 pieds de haut pour atteindre une plate-forme de caméra perchée au sommet des portes de la ville. Déterminé à retourner au sol par ses propres moyens, il redescendit de nouveau tout le chemin. On le porta dans sa voiture et le conduisit au Caire. Son médecin lui ordonna de passer au moins deux semaines dans un lit sous une tente à oxygène puis de rester dans un lit normal pour une durée beaucoup plus longue. Le médecin lui dit que pour lui, le tournage était terminé. De Mille refusa de rester alité et passa toute la nuit à prier à genou.

    PDVD_181.png

    Heston raconte, « ça se passa un vendredi, et, au nom de Dieu, il était de retour sur le lieu de tournage le lundi. C'était incroyable de voir qu'il avait réussi à faire cela, mais il le fit. Pour lui, le plus gros du film était encore à faire. » On ne peut pas s'empêcher de se demander si De Mille a reçu une quelconque intervention d'une Source encore plus élevée que Paramount Studios !

    C'est durant cette période du tournage que l'information parvint à Charlton que le scénario de La Guerre privée du major Benson était vendu par Paramount à Universal. Heston contacta aussitôt Herman Citron pour lui dire qu'il devait obtenir les droits de ce film quoi qu'il en coûte. Citron réussit en promettant à Universal que Charlton ferait le film pour une part des bénéfices et aucun salaire.

    Avant de quitter l’Égypte, quelques festivités Arabes eurent lieu, auxquelles Charlton se joignit comme il se doit. Il aurait finalement préféré ne pas le faire quand on lui offrit à manger un œil de mouton planté au bout d'une pic bédouine1. Ne voulant pas offenser ses hôtes, Chuck mâchonna l’œil, faisant preuve de plus de courage qu'il n'en montrait à l'écran.

    Fin novembre 1954, l'équipe était de retour à Hollywood, tournant dans de vastes et solides studios de Paramount. Lydia était maintenant enceinte de six mois. C'était un moment de joie pour les Heston qui aspiraient depuis longtemps à avoir un bébé.

    Pendant ce temps, Charlton devait encore descendre les tablettes de pierre depuis le mont Sinaï, maintenant construit dans les studios. Pendant qu'Heston était au sommet de la montagne à regarder « le Doigt de Dieu » graver depuis le ciel les dix commandements sur les flancs du Sinaï, les enfants d'Israël, comme dans le script, s'adonnaient à une orgie d'alcool autour du veau d'or.

    Heston dit en se moquant :

    « Ils filmèrent la scène d'orgie pendant des jours, avec des femmes se roulant dans le raisin avec une frénésie orgiastique, et une de ces filles fatiguées dit à un assistant réalisateur : « Hé Eddie, avec qui faut-il coucher pour sortir de ce film ? »

    Bref, nous en arrivâmes enfin à la fameuse scène – j'étais évidemment absent pendant ces réjouissances – où Moïse arrive depuis un nuage de brume nébuleuse du sommet de la montagne, avec les tablettes à la main et dit : « qui est du côté de Dieu ? Venez à moi, » et tout le monde recule de peur.  

    PDVD_226.png

    PDVD_405_250.png

    PDVD_415.png

    Eh bien, à peine avions-nous capté cette réplique que quelqu'un cria « Pause déjeuner ! » Je retournais dans ma loge où je mangeais toujours tout seul, traînant encore derrière moi les nuages de la gloire Moïsienne, quand je passais devant une de ces esclaves asservies pour la scène d'orgie durant des jours, qui me dit « rabat-joie ! »

    La dernière contribution au film de Charlton fut de faire la voix du Seigneur durant la scène du Buisson Ardent et celle des commandements. Charlton Heston a donc tout joué, de Dieu à n'importe qui.

    PDVD_228.png

    Son portrait de Moïse dans la boîte, il alla presque directement après à La Guerre privée du major Benson, laissant à peine le temps à la personnalité de Moïse de le quitter. (Il ne pouvait jamais passer directement dans un autre rôle puisqu'il lui fallait un peu de temps pour « trouver » l'homme qu'il jouerait, ce qui signifie que les premiers jours du tournage, il sentait parfois que son jeu était faible. )

    Major Benson fut le bébé de Chuck. Il était en charge de la mise en place du film avec l'aide d'Herman Citron, mais au moins, il n'avait pas à craindre d'être impliqué financièrement. Universal paya le budget comme s'en assura le producteur Howard Pine. Jerry Hopper fut de nouveau le réalisateur d'Heston, un choix indubitablement prudent. Charlton avait un peu d'autorité sur le choix des acteurs qui était quelque peu restreint par le budget. Le talent comptait cependant plus que le nom, et c'est ainsi que Julie Adams, une étoile montante des rôles secondaires, devint son actrice principale. Un grosse partie du casting était composée d'enfants et d'adolescents. Parmi eux, Sal Mineo, 17 ans, devint une star par ses propres moyens.

    PDVD_451.png

    Heston adorait le script de ce film et adora le jouer. C'était une rare occasion de s'essayer à la comédie. Il s'en sortit très bien là aussi : cela s'avéra être un film distrayant, et Heston fit un bon travail dans les dialogues comiques.

    Il dit :

    « La comédie est le seul genre que je n'ai pas beaucoup exploré. Je serais ravi de jouer plus de rôles comiques, mais le problème est que Jack Lemmon décroche tous les bons rôles. À chaque fois qu'on me fait parvenir un script de comédie, il est couvert des empreintes digitales de Jack Lemmon. Il l'avait déjà lu et ne le trouvait pas très bon.»

    C'est amusant que la première comédie d'Heston en fut une d'abord taillée pour Cary Grant. Il dit :

    «Quand j'ai commencé ma formation d'acteur, Cary Grant était au sommet de sa remarquable carrière, et j'ai toujours pensé que ce serait merveilleux de pavaner dans de belles salles, à dire de belles choses, à porter de beaux vêtements et à parler à de belles femmes, mais je pense que personne ne le fit mieux que Cary Grant

    Avec ou sans Cary Grant, La Guerre privée du major Benson fut un succès commercial, et comme Charlton en perçut un certain pourcentage des profits, cela l'aida à payer ses factures pour les années à venir.

    Pendant le tournage, Lydia donna naissance à un petit garçon le 12 février 1955. Mêlant la fierté d'être parents avec la fierté de Charlton d'avoir des ancêtres écossais, ils le nommèrent Fraser – abrégé Fray.

    De Mille était alors encore en train de travailler sur Les Dix Commandements, principalement sur le montage et la supervision des effets spéciaux. Il avait encore à tourner les scènes de l'enfant Moïse, et sachant que Lydia allait bientôt accoucher, il décida d'attendre jusqu'après l'accouchement en espérant que le bébé Heston voudrait faire ses débuts dans le cinéma dans son puissant long-métrage.

    Fray eut trois mois avant que Charlton ne donne son consentement, mais Lydia n'était pas du tout rassurée. Elle dit :

    «Mon cœur s'arrêta en le voyant ainsi emprisonné dans ce panier et je crus qu'il suffoquerait. Mais, bien sûr, il existe une loi très stricte sur le temps pendant lequel ils sont autorisés à travailler.(a)

    C'était supposé être amusant, mais ce fut tout sauf ça. Il y avait notre seul et unique enfant, attendu depuis dix ans, qui flottait dans un panier sur le Nil. Chuck se tenait dans une cuve représentant la rivière. Il attrapa Fraser, le toucha et pensa, « bébé a juste mouillé sa culotte, » et n'y prêta pas plus attention. D'un coup, le panier coula.

    Cecil B. De Mille se précipita en criant « tout va bien. La Bible dit, « et le bébé pleura. » » Le bébé en fit de même aussi !»

    PDVD_515.png

    Monter Les Dix Commandements fut un travail de titan pour De Mille et son monteur, Annie Bauchens, et ce ne fut qu'un an plus tard qu'Heston put enfin voir le film achevé lors d'une projection privée organisée par De Mille. Heston fut ému et s'est réjoui de ce qu'il avait vu à l'écran. Il en reconnut les failles, mais savait aussi que De Mille était le seul homme qui pouvait avoir capturé la pure magnificence projetée sur cet écran. Comme toujours, il n'était pas satisfait par sa propre performance, et il fut également déçu par les effets spéciaux.

    « C'était un énorme rôle, mais vraiment tout aussi injouable que celui du Christ. Cela allait au-delà de mes capacités de l'époque, et ça le serait toujours aujourd'hui. Je pourrais faire un meilleur travail qu'à l'époque, mais n'importe quel acteur à qui Dieu a donné un semblant de jugeote serait capable d'en dire autant de n'importe quel rôle ².

    L'Exode est la meilleure scène du film. C'est plutôt émouvant. Une expérience merveilleusement excitante parce qu'il y a tous ces gens qui sont vraiment touchants. On est prêt à croire qu'ils vont vraiment marcher jusqu'à la Terre Promise.

    La scène de la Mer Rouge n'est clairement pas aussi bonne que celle de l'Exode, d'après moi, que ce soit dans sa structure ou à son état final. On ne peut pas mettre de côté toute considération sur la qualité technique du procédé : soit une scène de ce genre fonctionne parfaitement, soit pas du tout. Ça demande de la conviction. Il faut qu'on y croit, et la solution technique pour couper la mer en deux est ce qui fait que la scène est une réussite ou un fiasco. J'imagine que maintenant, on pourrait mieux le faire ».

    De Mille fut extasié par le travail d'Heston malgré toutes les réserves qu'avait Heston lui-même. Pour citer De Mille, « Charlton Heston apporta au rôle un talent rapidement développé en tant qu'acteur ainsi qu'une sincère compréhension des qualités humaines et spirituelles de Moïse. »

    De Mille fit une avant-première à Salt Lake City, capitale Mormone, où le public le reçut avec grand enthousiasme. Peut-être que les critiques ne furent pas aussi gentils dans leur évaluation du film, mais cela n'avait aucune importance. Ce qui comptait pour De Mille, c'était que Les Dix Commandements reçoive les louanges de nombreux leaders religieux, et c'est avec ces commentaires-là que Paramount fit la promotion du film.

    Le film sortit triomphalement d'abord au Criterion Theater à New-York le 8 novembre 1956, puis au Stanley Warner Theater de Los Angeles six jours plus tard. Ce fut un formidable succès, enregistrant de gros profits au box-office. Ce succès avait une signification différente pour De Mille et pour Heston. Pour De Mille, c'était son dernier et plus grand succès. Il fit ce film pour littéralement aucun salaire. Ce film était essentiellement un message auquel il croyait personnellement, et il voulait l'offrir comme un cadeau au monde. Quant à Heston, cela le propulsa hors de la routine et du moule des films d'action. C'était une star, ou plutôt, selon une formulation personnelle qu'il privilégiait, « un acteur public ». Cela arriva à un point critique de sa carrière, et cela eut toutes les conséquences qu'il espérait que cela aurait.

     

    Il dit : « finalement, Les Dix Commandements aura été vu par plus de gens qu'aucun autre film que j'ai fait, et probablement que je ferai jamais. Si tu ne peux pas faire carrière après deux films de De Mille, eh bien, je suppose que tu n'en feras jamais une. »

     

    1 Un Bédouin est un nomade arabe du désert.

    ² « any actor with the brains God gave geese would be able to say that about any role. » litt. « n'importe quel acteur à qui Dieu a donné le même cerveau qu'aux oies pourrait en dire autant de n'importe quel rôle. »

    (a)Loi sur l'emploi des jeunes enfants.

  • 13 - "Charlton Heston une biographie " de Michael Munn - (traduction par Adrien P.)

    51Db8nugfnL._SX350_BO1,204,203,200_.jpg 

     

    SUITE 

     

    Pieds nus sur le Mont Sinaï

     

    Cecil B. De Mille regardait avec admiration la statue en marbre blanc de Moïse. Ça valait la peine de prendre un peu de retard sur son planning pendant son séjour à Rome,  afin d'aller à la basilique de Saint-Pierre-Aux-Liens1 , pour voir de ses propres yeux le chef d’œuvre de Michel-Ange. Il regarda la statue dans le fond des yeux, y cherchant l'âme de l'homme. Il s'arrêta sur le nez qui semblait cassé. Il remarqua les pommettes proéminentes.

    Tiens, se dit De Mille, c'est exactement comme ce garçon qui m'avait salué de la main !

    Après avoir terminé Sous Le Plus Grand Chapiteau du monde, De Mille avait prévu de refaire son classique muet, Les Dix Commandements, voulant en faire le pinacle de toute sa carrière, éclipsant tout ce qu'il avait fait auparavant. Après avoir présenté aux patrons de Paramount, Barney Balaban et Frank Y. Freeman son projet de raconter de nouveau l'histoire de Moïse, on lui laissa une entière liberté d'exécution. Ils stipulèrent seulement qu'il devrait être tourné avec leur nouveau système d'enregistrement pour grand écran, VistaVision.

     Barney Balaban

     

    Barney Balaban


    téléchargement.jpgY. Franck Freeman

     

     

    De Mille tira de ses archives le script de Jeannie Macpherson rédigé pour la version muette où se trouvait une parabole2 sur l'époque moderne qui constituait la moitié du film achevé. Au départ, De Mille concevait la version parlante en couleur de la même manière, mais changea rapidement d'avis, se disant que le film ne serait rien d'autre qu'un conte biblique. Il envoya le chercheur Henry S. Noerdlinger et une équipe en Égypte pour étudier dans le détail l'histoire égyptienne tandis que le cameraman Loyal Griggs fut envoyé faire des prises de vue sur le terrain,  autant sur la rive Est que sur la rive Ouest du Nil.

    En cherchant un acteur pour Moïse, De Mille étudia de nombreuses photos de la statue de Michel-Ange.

    Heston se souvient :  

    " Pendant qu'il décidait qui retenir pour ce rôle, quelqu'un fit remarquer à De Mille la ressemblance frappante entre mon visage et la sculpture de Moïse par Michel-Ange dans la basilique Saint-Pierre-Aux-Liens à Rome. C'est vrai, la ressemblance ne fait aucun doute. Le nez est cassé au même endroit. Les pommettes sont identiques. C'est curieux comme mon visage semble appartenir à tous les siècles sauf au mien."

    Heston avait beaucoup traîné dans la tête de De Mille ces six derniers mois, et le réalisateur discutait souvent avec lui mais ne s'était jamais engagé à rien. Là, en observant le Moïse de Michel-Ange à Rome, il se dit : « bon, si Michel-Ange lui a donné ce visage, je lui donnerai le même. »3

    Résultat de recherche d'images pour "Arnold Friberg peintures Moïse"

    Le Moïse de Michel-Ange statue qui a inspiré Cecil B. De Mille pour le choix de Charlton Heston

    Charlton Heston eut le rôle, et ce fut une sorte de révélation. Il dit :

    " C'était un choix osé de sa part. J'étais très jeune et n'avais pas une filmographie remarquable. La seule réputation que j'avais était celle que m'avait donné l'autre film de De Mille.

    En gros, il mettait sur mes épaules le film le plus cher qu'il ait jamais fait alors que je n'étais pas vraiment fermement éprouvé au cinéma. Il avait cependant un gros atout : il n'avait pas besoin du nom d'une grand acteur. Son propre nom était aussi estimé que celui de n'importe quel acteur."

    Néanmoins, De Mille pimenta le film avec de grands noms du cinéma. Yul Brynner, qui venait de recevoir son Oscar pour Le Roi et moi allait jouer Ramsès II, le cruel pharaon qui refusera de libérer les enfants d'Israël ; Anne Baxter allait être Néfertiti, la princesse égyptienne destinée au Trône ; Yvonne De Carlo jouerait Séphora, la femme de Moïse ; John Derek serait Joshua, le jeune chef des Hébreux ; Debra Paget allait être la jeune esclave Lilia ; Nina Foch serait Bithiah qui tire l'enfant Moïse du Nil ; Edward G. Robinson jouerait Dathan, le prophète Hébreux ; Sir Cedric Hardwicke représenterait Sethi I, le père adoptif de Moïse ; Martha Scott serait Yochabel, la mère hébraïque de Moïse ; Vincent Price serait Baka, l'égyptien qui ralentira Moïse ; Judith Anderson serait Memnet, la servante de Bithiah, et John Carradine serait Aaron, le frère de Moïse.

    Pourtant, Heston avait raison. Sur toutes les affiches et toutes les publicités du film, le nom de De Mille brillait au-dessus même du titre du film.

    Charlton Heston, Edward G. Robinson, Anne Baxter, Yul Brynner, John Carradine, Yvonne De Carlo, John Derek, and Vincent Price in The Ten Commandments (1956)

    Après un temps de préparation et de recherche de presque 10 ans et une série de superbes peintures à l'huile des scènes majeures – réalisées par Arnold Friberg – comme moyens de guider les scénographes et les caméramans dans leur travail, De Mille prit la route pour sa grande aventure en Égypte en Octobre 1954 pour commencer les principales prises de vue sur les versants du Mont Sinaï.

    Il n'y a pas de Mont Sinaï noté sur les cartes de la superbe Péninsule du Sinaï. Il y a cependant un pic appelé Gebel Musa, signifiant « la montagne de Moïse ». Aux frontières du Sinaï se trouve l'antique monastère de Sainte-Catherine où De Mille et toute son équipe furent autorisés à s'installer pendant le tournage de la scène du Buisson ardent. C'est là que les moines dirent au chercheur de De Mille, Henry S. Noerdlinger, que Gebel Musa était effectivement la montagne où Dieu avait parlé à Moïse.

    De Mille voulait filmer Charlton marchant pied nu sur les pentes rocheuses du Sinaï, et une véritable expédition d'hommes, d'ânes et de chameaux se lança dans une ascension dangereuse vers le plus haut sommet de Gebel Musa. Heston  tout comme de Mille, étaient assis sur un chameau agité. Les bêtes crachèrent sur tout le monde et leur odeur fit qu'Heston se sentit malade. Il détestait ces créatures mais il n'y avait pas d'autre moyen de faire le voyage. Vers la fin du trajet, la pente devint trop raide même pour les animaux, et le précieux matériel et les caméras durent être déharnachés et portés ou traînés pour le reste de la montée. Chuck était bien heureux de grimper à pied pour la fin de la route. Ses yeux sensibles à la lumière reçurent un répit quand il s'avéra impossible de traîner jusqu'au sommet le générateur nécessaire pour faire marcher les puissants arcs de lumière. Au lieu de ça, Loyal Griggs n'utilisa que des réflecteurs offrant un effet visuel absolument saisissant.

    Heston s'était méticuleusement préparé pour ce rôle. Il avait lu un total de 22 volumes sur la vie de Moïse et pouvait réciter par cœur des passages entiers de l'Ancien Testament. Il rendit Lydia à moitié folle à chaque repas en ne parlant de rien d'autre que des Manuscrits de la Mer Morte4. « Je fais toujours de minutieuses recherches sur les rôles qu'on me demande de jouer. J'aime entrer dans leur peau, découvrir quel genre de personnes ils sont vraiment, » dit-il. Ainsi, je lui ai une fois demandé s'il s'était suffisamment plongé dans le rôle de Moïse pour considérer cela comme une expérience spirituelle.

    Il répondit :

    " Ce serait trop facile, « j'ai grimpé sur le Mont Sinaï et trouvé Dieu. » J'abhorre ce genre de phrase. D'un autre côté, on ne peut pas complètement s'exposer à être un homme comme Moïse sans en être marqué. De fait, on ne peut pas grimper pied nu le Mont Sinaï et être exactement le même en descendant. C'était assurément une expérience intéressante."

    Une bonne partie de la qualité de sa performance en tant que Moïse ne venait pas seulement de recherches méticuleuses, mais également du maquillage et des vêtements qu'il portait. Dans les faits, il y eut 11 maquillages différents au fil de son évolution d'un prince égyptien propre sur lui à un Hébreu esclave et berger jusqu'à un prophète de Dieu puis enfin le vieux patriarche à la longue barbe blanche à la fin du film.

    Heston disait souvent, « je ne peux pas jouer l'homme intérieur tant que je ne sais pas à quoi il ressemble de l'extérieur. » La façon dont Heston découvrit le Moïse qu'il incarna est un exemple intéressant de la façon dont un acteur comme Heston peut s'approprier un personnage à l'écran. Il ne le fit cependant pas seul. Dans ses dernières années, il créait son propre maquillage avec l'aide de son artiste maquilleur personnel, Ziggy Geike. Dans le cas de Moïse, le design fut créé par un artiste biblique, Arnold Friberg5. En effet, c'est lui qui créa l'apparence de Moïse de la tête aux pieds, même les costumes.

    De Mille avait recruté Friberg  qui reconnut ne rien connaître de la création du film ou des costumes, après avoir vu une série de peintures de Friberg représentant des scènes tirées d'un Livre Saint intitulé Le Livre de Mormon6. Il fut si fasciné par le réalisme dont étaient chargés les images et les personnages que De Mille décida de confier au talent de cet artiste la création des personnages pour son film.

     Résultat de recherche d'images pour "Arnold Friberg peintures Moïse"

    Arnold Friberg

    Friberg explique :

    " J'ai « dessiné » Moïse. Pas seulement son costume. C'était une création totale du jeune prince devenant prophète jusqu'à finalement devenir patriarche. Tout le monde auparavant le concevait comme un vieil homme aux cheveux blancs. Il ne l'était pas. C'était un jeune homme ; puis plus tard un prophète énergique entre deux âges quelque part dans le désert, responsable ; un leader vigoureux, un homme de Dieu. Eh bien, je devais présenter à quoi il ressemblait. Je fis une série de dessins montrant ses différents maquillages et comment il changerait au fil des diverses parties du film.

    Il grimpe sur la montagne et voit le buisson ardent, et De Mille dit, « quand il redescend, je veux que le public puisse comprendre qu'il est allé sur des terres sacrées. Il est arrivé quelque chose à cet homme. Il faut qu'on le voit à l'écran. Il ne pourra plus jamais être le même homme après avoir parlé avec Dieu à travers le buisson ardent. Comment allons-nous réussir à faire parvenir cette impression au public ? »

    C'était mon travail. Je devais trouver une solution, et les images que je créais devaient servir de modèle aux cameramans et aux maquilleurs ainsi que ceux qui s'occupaient de la lumière. Je devais concevoir tout cela. J'ai donc peint ce à quoi devrait ressembler Heston à différentes époques, puis ils sélectionnèrent des costumes qu'il allait devoir essayer, puis vint enfin le jour où ils transformèrent entièrement Heston, non seulement avec le costume mais également le maquillage et le reste. Un changement s'opéra alors sur Heston. Il devint Moïse et  il entra  sans jamais me reconnaître. C'était désormais Moïse. Ce n'était plus l'Heston que je connaissais. J'eus alors cet étrange sentiment : où est-ce que j'ai déjà vu cet homme ? Je me souvins alors qu'il était sur mes planches de dessin. C'était la chose la plus étrange à voir, ce que j'avais créé entrant dans la pièce. C'était un peu troublant.

    Friberg se souvient d'une histoire montrant comment son enthousiasme dans ce travail finit par mettre Heston dans une gêne considérable.

    " Un des costumes que j'avais créé pour lui, était pour la scène où il était dehors en train de s'occuper de ses moutons sous la montagne sacrée. Je lui avais donné une cape fauve et pensais la faire en peau de lion. Oh, ça avait un air pittoresque, et De Mille aima tant l'idée qu'il envoya acheter 300 peaux de lion7.

    Ce que je ne savais pas, c'est combien lourde est une peau de lion. Heston est un grand homme robuste, mais il a eu du mal à se tenir debout avec cette grande cape en peau de lion."

    L'ampleur du film eut un grand impact sur tout le monde quand De Mille déplaça l'équipe jusqu'à Beni Youssef, près du Caire où la cité des trésors des pharaons fut reconstituée minutieusement. C'est là que la scène de l'Exode allait être jouée.

    Environ 10 000 Arabes furent recrutés pour représenter les Hébreux débordants de joie au début du voyage vers la Terre Promise. Il y avait également 15 000 chameaux, buffles, moutons, chevaux, bœufs, chèvres, canards, oies, pigeons, chiens et ânes. Quelque part,  parmis eux se trouvaient John Derek, Edward G. Robinson, Nina Foch, Yvonne De Carlo, John Carradine et Charlton Heston.

    De Mille raconta une fois l'incroyable expérience d'Heston sur le plateau de l'Exode.

    "Avant le grand moment, il resta seul en costume pendant une demi heure, et fit les cent pas plongé dans ses pensées. Je ne lui demandais jamais à quoi il pensait dans ces moments-là, mais quand il arriva sur le plateau et marcha au milieu des figurants arabes, leurs yeux le suivirent, et ils murmurèrent avec révérence « Moussa ! Moussa ! » Pour eux, tous musulmans, il était le prophète Moïse."

    Heston s'en souvient :

    On commença le tournage en Égypte, et nous tournions en extérieur dans le désert avec littéralement 10 000 figurants. C'était un peu effrayant bien sûr, car Moïse est une figure sacrée pour les Musulmans autant que pour les Juifs et les Chrétiens, et c'était très étrange de marcher à travers cette masse,  tout fardé avec le bâton à la main, entendant comme un bruit d'eau dans du sable derrière moi,  alors que c'était eux disant « Moussa ! Moussa ! Moussa ! » C'était un peu effrayant, en vérité."

    Pour un spectateur non-averti, ou peut-être pour un assistant technicien peu expérimenté, tout le plateau de tournage, grouillant de figurants dont pas un seul était figurant professionnel – ils étaient recrutés pour leur appartenance ethnique – c'était une mer de chaos, mais pas pour le maître. De Mille gérait ce genre de foule de cinéma depuis des décennies.

    Il arrivait sur le lieu de tournage à 7h30 précisément. Le coproducteur Henry Wilcoxon, qui apparaît également dans le film, était à cheval, donnant les instructions aux 64 directeurs-assistants qui les communiquaient aux figurants, talkie-walkie à la ceinture pour que De Mille puisse les contacter à n'importe quel moment.

     

    A SUIVRE ...

    Toutes les photos proviennent de :

     

    https://www.google.fr/search?q=Arnold+Friberg+peinture+moise&tbm=isch&tbo=u&source=univ&sa=X&ved=2ahUKEwjTyIOjrNXdAhXrLcAKHWCCAY0QsAR6BAgEEAE&biw=1366&bih=626

     

    Résultat de recherche d'images pour "Arnold Friberg peintures Moïse"

    Résultat de recherche d'images pour "Arnold Friberg peintures Moïse"

    Résultat de recherche d'images pour "Arnold Friberg peintures Moïse"

    Résultat de recherche d'images pour "Arnold Friberg peintures Moïse"

     

     

    Résultat de recherche d'images pour "Arnold Friberg peintures Moïse"

    Résultat de recherche d'images pour "Arnold Friberg peintures Moïse"

    Résultat de recherche d'images pour "Arnold Friberg peintures Moïse"Résultat de recherche d'images pour "Arnold Friberg peintures Moïse"

      

    1 La basalica di San Pietro in Vincoli, où se trouve le fameux tombeau de Jules II, un travail resté inachevé de Michel-Ange où trône au centre la fameuse sculpture de Moïse.

    2 Terme religieux désignant une métaphore renfermant une idée morale. Il est quasiment exclusif aux images religieuses.

    3 « Well, if it's good enough for Michelangelo, it's good enough for me. » Autrement dit, si, pour Michel-Ange, Charlton Heston ressemble suffisamment à Moïse pour servir de modèle, ça me convient aussi.

    4 Également appelés les Manuscrits de Qumrân, datés d'entre le IIIème Siècle av. JC et le Eer ap. JC, sont un ensemble de fragments de 970 parchemins dans lesquels on trouve l'Ancien Testament en hébreu.

    5 Peintre de formation, il est connu pour ses sujets bibliques et religieux.

    6 The Book Of Mormon

    7 Le lion est aujourd'hui une espèce vulnérable dont la population est passée de 500 000 à 20 000 au cours du dernier siècle.