Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

LE GRAIN DE SEL DE RENAUD chronique

  • LE SEIGNEUR D’HAWAI ...

    MAJ le 5/10/2016

     

    OU QUAND L’ACTEUR ET LE CITOYEN NE FONT QU’UN …..

    (1962)

    img03102018_788.jpg

     

     

    Dans sa fameuse autobiographie «  IN THE ARENA » ou le moins qu’on puisse dire, c’est qu’il n’y pratique pas la langue de bois, Chuck HESTON explique que les interminables vols transatlantiques sont un moment idéal pour parler films, et notamment pour proposer un «  pitch », en gros un résumé d’intrigue, à tout comédien désireux de passer le temps le mieux possible … c’est ce qui lui arrive début 1962, lorsqu’un traquenard organisé par Phil YORDAN et Nicholas RAY, le tout favorisé par l’absorption d’une bouteille du meilleur malt, leur permet d’obtenir l’accord de principe de la star pour un futur « épic » sans scénario, « 55 DAYS IN PEKING » !

    A peine débarqué à NEW YORK et conscient qu’il s’est sans doute engagé à la légère, HESTON va donc passer un certain temps à d’une part, refuser poliment de participer à «THE FALL OF THE ROMAN EMPIRE» que BRONSTON lui propose avec insistance, sous prétexte que le scénario est mauvais, et d’autre part, à s’intéresser de près à ce projet PEKING, qui n’a pas de scénario du tout ; la logique de ce choix n’est pas évidente, et d’ailleurs, Chuck en retirera la leçon suivante, ne jamais accepter quoi que ce soit sans un script et des dialogues valables.

    vlcsnap-00179.jpg

    Désireux de retrouver un peu d’activité pendant cette période de préparation d’une grande production BRONSTON, il peut donc se consacrer à un film au budget bien moindre, mais qui a le mérite d’avoir un scénario bien défini sur un thème qui lui importe : le racisme et les formes de ségrégation qui en découlent, «  DIAMOND HEAD », qu’il a décidé de tourner rapidement, raconte en effet l’histoire d’un riche planteur d’HAWAI dont la sœur est amoureuse d’un métis d’une classe inférieure, et de son refus obstiné de la laisser vivre sa vie avec l’homme de son choix .

     

    Comme son personnage est lui-même amoureux d’une Eurasienne à laquelle il refuse néanmoins le bonheur d’avoir un enfant avec lui, HESTON se retrouve à incarner un individu égoiste, violent et négatif, porteur de valeurs qui lui sont étrangères, et c’est ce qu’il trouve intéressant ; sans doute, bien que la mode ne soit pas encore celle de la parité cinématographique entre blancs et noirs, voit-il là une occasion de mettre ses idées de démocrate en pratique ! il est vrai aussi que la minorité évoquée dans le film n’est pas la population noire, mais celle des « iliens » d’HAWAI, mis à l’écart de la communauté blanche dans une forme d’apartheid déguisé… néanmoins, la symbolique est claire, et même si le sujet d’actualité un peu trop «  chaud » est soigneusement évité, le fond du problème est le même, celui de l’égalité des droits et des chances de toutes les ethnies, dans un système démocratique.

    vlcsnap-00111.jpg

    Donc, aborder ce personnage de « King » HOWLAND n’est pas un problème pour lui, mais plutôt un vrai plaisir ; il a déjà abordé pas mal de rôles antipathiques avant, mais c’était à ses débuts, ou le risque d’être identifié à un «  heavy » n’était pas bien grand ; or, il est devenu une star, qui plus est dans des incarnations «  positives » et le public a de lui cette image rassurante ! DIAMOND HEAD va donc être la première véritable occasion pour lui de casser cette aura en jouant ce qu’on n’attend plus de lui : pas forcément un vrai « méchant » mais un individu incapable de compassion et de compréhension dés que ses privilèges de classe et de caste lui paraissent menacés ! plus tard, il va collectionner ces personnages difficiles et refuser de jouer les héros, il en fera presque une routine, mais, à notre impression, DIAMOND HEAD est bien le premier d’une longue série.

    vlcsnap-00358.jpg

    IL est amusant de constater qu’au départ, le script a été conçu pour Clark GABLE, abonné aux rôles de planteur ou d’aventurier dur à cuire, et que depuis son décès, on a tenté de « refiler » les scénarii qui lui étaient proposés aux nouvelles vedettes du moment. Chuck le sait et n’en prend pas ombrage, il va simplement essayer de comprendre ce faux héros, d’éviter tout effet et tout romanesque pour mieux en faire apparaitre les zones d’ombre, ce dont GABLE, de par son statut de mégastar, n’était pas capable. Globalement satisfait du script, il va avoir, selon ses mémoires, une influence capitale sur un aspect destiné à « humaniser » son personnage, à savoir le souvenir de la mort de sa femme et de son fils par noyade, qui l’empêche de vivre une vie normale et de s’autoriser le bonheur d’un enfant avec sa maitresse eurasienne. Par d’autres petites touches subtiles, il va aussi épaissir sa relation avec le personnage de sa sœur, jouée plutôt bien d’ailleurs par Yvette MIMIEUX : on sent bien sûr l’autorité cassante de celui qui veut jouer au père, mais aussi l’ambiguité de ses positions, la jalousie qui le consume, bien plus que l’expression d’un racisme « ordinaire » ; sans dire qu’il s’agit d’une interprétation exceptionnelle, car d’autres, supérieures, sont à venir, on sent vraiment ici la volonté de gratter la surface et d’aller plus loin que ce que lui proposait le scénario «  bien-pensant » initial.

     vlcsnap-00575.jpg

    Très confiant quant à la tournure que prend ce qu’il appelle lui-même «  une tragédie intimiste », HESTON ne tarit pas d’éloges sur son metteur en scène, l’Anglais Guy GREEN, vif, précis et imaginatif, à tel point que la séquence du rêve aquatique de la jeune sœur, chargée d’un érotisme torride pour l’époque, va même lui faire un peu froncer les sourcils ! Il reste un artiste pudique, en difficultés quand il s’agit d’exprimer ses émotions, mais même dans ce domaine, il va être en progrès, sa relation avec la jeune Chinoise jouée par France NUYEN, étant pour une fois assumée par l’acteur avec la passion et la fièvre requises.

     

    Le point faible du film, malheureusement, va se trouver là ou justement, on aurait dû trouver force et crédibilité : les deux acteurs censés incarner les frères KAHANA, ceux par lesquels le scandale arrive, ont beau se démener et tenter d’incarner au mieux la jeunesse et la révolte, rien ne se passe qui donne vraiment envie de pencher de leur côté, ce qui est un peu un comble ! Il se peut que, conscients de l’énorme présence d’HESTON, CHAKIRIS et DARREN n’aient pu s’exprimer comme ils le voulaient, mais leur ( relative) médiocrité dessert quelque peu, la puissance dramatique du sujet.

    vlcsnap-00361.jpg

     

     

    vlcsnap-00364.jpg

     

     

    Pas autant cependant, que les tripatouillages auxquels va se livrer le producteur Columbia maison, le nommé Jerry BRESLER, dès que sa vedette aura eu le dos tourné ! C’est en effet un « money maker » sans états d’âme que ce BRESLER, au sujet duquel Guy GREEN disait en riant à HESTON au début du tournage : «  il est sympa, mais comment un exécutif quelconque peut- il se vanter d’avoir fait un film appelé : «  GIDGET GOES HAWAIIAN » ?

     

     

    vlcsnap-01002.jpg

     Sans beaucoup toucher au sujet ni à son intrigue principale, BRESLER va donc demander à ce que le film finisse sur une note positive, à savoir l’acceptation par HESTON de l’enfant qu’il a eu de sa maitresse décédée, alors qu’il était prévu que, justement, « King » se retrouve seul dans son immense plantation, livré à ses démons personnels ; tenu à son contrat avec Columbia, Chuck devra donc se résoudre à jouer une scène globalement indéfendable, et se tiendra sur ses gardes quand il croisera de nouveau la route de BRESLER, deux ans plus tard pour un certain «  MAJOR DUNDEE » !

    BRESLER va aussi et surtout, amoindrir la portée du récit en coupant plusieurs scènes (notamment celles de confrontations entre HESTON et CHAKIRIS, environ 3 minutes, ce qui est énorme) uniquement dans le souci de rendre le personnage de HOWLAND plus acceptable, là ou le comédien s’était efforcé de faire l’inverse ! On est là au cœur de la contradiction hollywoodienne entre le pouvoir de l’argent et le travail des créatifs, qui dépend hélas des hommes d’argent, situation vécue de façon souvent amère par l’artiste durant sa carrière.

    Curieusement, ou disons plutôt miraculeusement, le film va rester cohérent et solide, en grande partie grâce aux astuces de GREEN qui s’est arrangé pour qu’un seul montage soit possible sur toutes les scènes dialoguées ! HESTON lui sera tellement reconnaissant de sa vivacité qu’il le recommandera à BRONSTON pour, littéralement, sauver un 55 DAYS IN PEKING bien mal en point l’année suivante.

    vlcsnap-02240.jpg

    Quand on regarde le film de nos jours, même si on peut considérer que certaines scènes ont vieilli, ou que le rythme manque parfois un peu du « swing » des grands mélodrames, on reste convaincu par la fermeté du propos et des idées défendues, à une époque ou l’Amérique blanche avait bien du mal à accepter ses minorités et à leur trouver une place dans son système politique ; il n’était donc sûrement pas facile de réaliser un tel projet, quitte à être impopulaire auprès du grand public, et HESTON a su assumer ce risque, et se montrer en accord avec son anti-racisme naturel, qui restera un de ses principes forts, toute son existence.

    Dans ce sens, on peut donc dire que, dans le cas de ce DIAMOND HEAD finalement réussi , l’artiste et le citoyen n’ont fait qu’un .

    signature_5.gif

    A Cécile, toujours...

     

    PDVD_051.png

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     







     

     

     

  • HOLLYWOOD’S LAST ICON : " MAJOR DUNDEE "TRADUCTION du chapître 23 du livre de Marc ELIOT

    ...SUITE & FIN

    81WPoyZqA-L.jpg

    Concernant son histoire de retour de salaire, HESTON rentra dans les détails avec la presse pour expliquer en quoi les choses étaient devenues compliquées, et pourquoi il n’avait pu que soutenir son metteur en scène. «  plus vous mettez de péripéties dans un film, plus les personnages deviennent plats ; ce fut le génie de WYLER dans BEN-HUR de faire accéder ses personnages au premier plan de l’histoire ; Chris FRY qui écrivit le scénario me dit que si on avait enlevé l’histoire d’amour, le film aurait été meilleur, car tout ce qui importe au spectateur dans le film, c’est la relation entre Judah et Messala. J’ai appris pendant les amères premières années de ma carrière à quel point il faut un bon script, avant tout ; quand Sam m’a apporté le premier jet de DUNDEE, nous savions tout de suite qu’il fallait le réécrire. Qui le fera ? ai-je dis… «  moi » a répondu Sam. Cela voulait dire retarder le film de quatre mois. Je n’avais pas autorité sur le scénario, ni un pourcentage, juste un salaire classique. ON a fait le film au Mexique , qui a dépassé de six jours la date de fin de tournage. Ils ont voulu couper des scènes, j’ai soutenu Sam, j’ai voulu donner toutes ses chances à cet homme de talent, j’ai dit aux patrons : «  écoutez les gars, je suis prêt à vous rendre mon salaire si vous conservez les scènes que nous trouvons importantes » J’ai considéré comme un devoir moral de faire ce geste parce que j’avais cassé une règle éthique ! je ne pensais pas qu’ils me prendraient au mot, mais ils l’ont fait, je n’allais pas leur dire «  hey, rendez-moi mon argent ! »

    PDVD_034.png

    Plus tard, éternel rationnel, il dit : « au moins, on m’aura payé mes repas » et, il exprima un point de vue sur DUNDEE qui est sans doute plus près de la vérité : «  le film a échoué car le studio, Sam et moi-même avions chacun une vision différente de ce qu’il devait être ; le studio voulait un film de cavalerie et de méchants peaux rouges, je voulais un film sur la guerre civile et Sam voulait faire THE WILD BUNCH , qu’il filma plus tard….

    TROP de cuisiniers talentueux pour se retrouver avec deux hots-dogs bouillis.»

    Fin avril, ayant fini le tournage au Mexique, HESTON retourna à Los Angeles pour apprécier les plaisirs simples de se lever tôt, déposer FRASER à l’école, s’arrêter un peu au studio, prendre un bain vers midi et s’allonger près de la piscine à lire de nouveaux scripts ; cette routine était reposante, mais HESTON ne pouvait s’empêcher de ressentir une grande frustration et une grande colère concernant DUNDEE et l’occasion manquée d’en faire un bon film, ajoutée à la dépense d’argent inutile de sa part ; il commença à exprimer sa frustration devant tous ceux qui lui étaient proches, y compris Lydia, avec laquelle il commença à se disputer sur des questions sans intérêt, ce qui finissait en général par des excuses de sa part, il résuma plus tard le secret de la longévité de son mariage avec Lydia de cette manière : « d’abord, il faut trouver la bonne personne, et surtout, ne pas oublier l’importance cruciale de cette phrase : «  j’avais tort », ça vous mènera beaucoup plus loin qu’un simple «  je t’aime » 

    La première semaine de mai, HESTON partit avec sa famille pour ROME, pour commencer un film dont il espérait qu’il redresserait un peu sa balance financière, et marquerait un retour de forme ; il avait accepté une offre de la FOX pour jouer Michelangelo dans une adaptation à 7 millions de dollars du roman d’Irving STONE «  L’extase et l’agonie », qu’on tournerait en deux versions, TODD-AO et Cinémascope. FOX avait acquis les droits du roman en 61 et commissionné Phil DUNE pour le scénario, avec l’idée de mettre ZINNEMANN à la mise en scène et LANCASTER dans le rôle de l’artiste .Quand celui-ci changea d’avis, en désaccord avec l’approche fausse selon lui de l’homosexualité du sculpteur, on offrit le rôle du pape à Spencer TRACY qui refusa aussi, finalement, ce fut Carol REED qui succéda à ZINNEMANN, et Rex HARRISON accepta le rôle du pape Jules. HESTON était un admirateur du style classique de REED et notamment du «  THIRD MAN » dans lequel jouait aussi Orson WELLES .

    Le scénario de DUNNE se concentrait sur la bataille de quatre années qui opposa Michelangelo et le pape au sujet de la peinture du plafond de la chapelle Sixtine à ROME ; HESTON considéra le script comme «  le meilleur qu’il ait jamais lu » ; il avait plutôt réussi sur THE PRESIDENT’S LADY , un autre film adapté de STONE, et signa donc pour un » pourcentage sur le brut » qui commençait avec le premier dollar gagné sur le film, ce qui signifiait que même si le film s’avérait trop cher ou que la FOX ne rentrait pas dans ses frais, il serait le premier à être payé, un deal qui ne présentait aucun inconvénient !

    Il passa des semaines à faire des recherches concernant l’artiste, chemin qu’il empruntait régulièrement pour trouver son personnage, notamment 600 lettres écrites par lui ; «  les lettres sont souvent le moyen le plus sûr de découvrir une personnalité, et celles-ci m’ont permis de connaitre sa profonde misanthropie, sa nature paranoïaque et quasiment asociale »

    Il fut surpris de constater que l’artiste se considérait avant tout comme un sculpteur plutôt qu’un peintre, et n’avait fait en tout et pour tout que deux œuvres majeures, le plafond de la Sixtine et le mur derrière la chapelle appelé « le jugement dernier », ce qui l’amena à considérer Michelangelo comme un marginal au talent immense, forcé de se plier à un contrat contre sa volonté ; il trouva quelque part dans cette révélation un parallèle avec sa propre place à HOLLYWOOD, le pape étant un amalgame des patrons de studio ou metteurs en scène qui l’avaient mal utilisé ou mal traité, qui le considéraient comme une commodité pour faire de l’argent plutôt que comme l’artiste qu’il pensait être.

    Cependant, son plus grand défi consistait à comprendre Michelangelo dans son intensité ; il dit à un reporter : « je n’ai joué qu’un génie dans ma vie, Thomas JEFFERSON, mais là je joue un génie qui était un grand artiste » pour essayer de saisir la technique ainsi que l’émotion, il étudia le travail des sculpteurs sur marbre, et passa de longues heures à étudier leur travail, sinon pour les comprendre, du moins pour essayer d’être plausible dans cet exercice ; il augmenta donc son temps de travail considérablement, et si le travail s’avéra moins difficile que de traverser le Sinaï ou conduire un attelage de chars, il lui fut requis de rester quatre heures par jour allongé sur un échafaudage, sans oublier la peinture fraiche qui inévitablement allait couler sur son visage, ses cheveux et sa barbe pendant cet exercice !

    Laissé de côté totalement dans ses recherches, fut l’aspect pourtant bien documenté de l’homosexualité du personnage, ce que HESTON ne croyait pas. «  rien n’indique qu’il ait été gay » déclara t’il, en dépit d’évidentes preuves du contraire, notamment la poésie de l’artiste ; «  mais s’il l'avait été, dans ce cas, je n’en aurais pas fait un hétéro » ; par ailleurs, le vrai Michelangelo était de taille moyenne, pas le style beau gosse en vedette, une disparité que HESTON mit à profit pour déclarer : «  il était deux fois plus grand que n’importe quel homme »

    Comme MGM l’avait fait pour BEN, la FOX mit tous ses atouts dans la réalisation de AGONY. Le studio avait souffert grandement de son investissement déraisonnable et quasi-fatal dans CLEOPATRE qui l’avait mis au bord de la banqueroute ; le cachet de miss TAYLOR était de 2 millions, et la FOX avait dépensé 31 millions pour l’achever, ce qui en fit le film le plus cher de l’histoire d’HOLLYWOOD ; le studio était désireux de remettre de l’argent dans les caisses avec l’apport d’une superstar connue et populaire pour ses rôles historiques.

    Le tournage commença à ROME le 8 juin, pour une durée attendue de 3 mois ; HESTON amena donc sa famille, il aimait tourner l’été car cela lui permettait de faire venir FRASER pendant ses vacances, et ils arrivèrent juste à temps pour célébrer le 9ème anniversaire de FRASER. Dès le matin suivant, HESTON s’en tint à une routine précise, lever matinal, nage et exercices, suivis par un petit déjeuner copieux avec la famille, et encore d’autres exercices sportifs. Pour le déjeuner, un verre de jus de tomate et une boisson riche en protéines faisaient l’affaire, et après le tournage, son dÏner consistait en un bon steak ou un poisson entier, le tout accompagné d’une ou deux bières fraiches.

    PDVD_004.png

    Avant qu’on puisse filmer quoi que ce soit, la production fut retardée par des négociations avec le Vatican pour filmer dans la chapelle, et qui échouèrent au dernier moment ! il fallut que ZANUCK se rabatte sur une réplique parfaite du plafond, qu’il installa dans les studios de DE LAURENTIS non loin, la chapelle ayant été parfaitement photographiée, et les couleurs passées ayant ensuite été restaurées pour créer une réplique d’un réalisme stupéfiant. Pendant ce travail minutieux, HESTON emmenait sa famille dans de longues promenades Via Appia, il trouva même le moyen d’emmener Lydia loin de ROME pour une soirée romantique, sans les enfants confiés à Mabel.

    La semaine suivante, pendant les quelques heures de repos qui lui étaient octroyées pour visiter la vraie chapelle Sixtine, il en profita pour aller voir les décors encore existants de BEN –HUR, et fut attristé de voir que l’herbe avait envahi l’ancienne piste de la course de chars, et que les écuries avaient disparu ; sa visite de la chapelle lui fit réaliser l’extase de la réalisation d’une telle œuvre, ainsi que l’agonie que représentait un tel travail ; dans son journal ce soir-là, il compara la souffrance de l’artiste, cloué pendant quatre ans à son plafond, à celle de Jésus sur la croix.

    Une fois le tournage commencé, Lydia avec son appareil photo en main, fit la chronique de ses progrès dans le rôle, pendant que les enfants trouvaient un coin à eux pour assister à tout ce qui touchait au tournage d’un film de leur papa. Fraser : « Je crois avoir grandi sur les plateaux de cinéma, c’est l’essentiel de mes souvenirs d’enfant ; mon père trouvait toujours un coin ou HOLLY et moi pouvions nous installer, mais pas dans le sillage de l’acteur, loin de la caméra ; pendant les pauses, il emmenait ma mère ou nous visiter le plateau, parfois je partais visiter, ou je restais assis pendant des heures à regarder ce qui se passait ; entre les pauses, mon père venait me voir pour me dire : «  ça va, Tiger ? est –ce que tu t’ennuies ? est- ce que tu préfères dessiner, ou regarder la télé dans ma loge ? et je répondais : «  non ; papa, je veux juste rester ici et regarder »

    En septembre, quand HESTON eut mis ses derniers coups de pinceau sur le plafond, il lui sembla que ces quatre mois à réinventer Michelangelo lui avaient paru aussi longs que les quatre ans qu’il avait fallu à l’artiste. Le grand sculpteur était dix ans plus jeune quand il avait peint la Sixtine que HESTON quand il l’avait joué, et il avait trouvé ce rôle très exigeant, peut-être le plus difficile de sa carrière. Quand le tournage fut achevé, il considéra qu’il avait tenu là son meilleur rôle.

    La famille s’envola de ROME et fit un bref arrêt à PARIS avant de partir pour New York. Dans la limousine qui l’emmenait de l’aéroport à leur appartement Tudor city, HESTON regarda la cité dans le lointain baignant dans la lumière du soleil, et écrivit dans son journal : « comme nous conduisions dans Manhattan, les immeubles me parurent incroyablement magnifiques. Je vins ici pour la première fois il y a 18 ans et 2 semaines. 18 ans ! »

    Il pouvait ressentir un peu de ces douleurs et de ces brûlures qui viennent avec l’âge et l’expérience….comme un sportif qui gagne en connaissance du jeu ce qu’il perd en enthousiasme juvénile. HESTON se demandait si ce film qu’il venait de finir le ramènerait au haut niveau de réussite commerciale et artistique qu’il avait pu connaître deux fois auparavant, avec THE TEN COMMANDMENTS et BEN-HUR ; si, en un sens, il allait pouvoir vraiment rentrer à la maison.

     

    traduction par :

     

    signature_5.gif

    A ma chère Cécile, qui j’en suis sûr veille sur moi.

  •   HOLLYWOOD’S LAST ICON : " MAJOR DUNDEE "TRADUCTION du chapître 23 du livre de Marc ELIOT 

    Publié le 1er septembre 2018

    MAJ le 7 septembre 2018

    81WPoyZqA-L.jpg

    LE sujet principal de ce chapître est MAJOR DUNDEE, de la conception du film à sa réalisation, ainsi que les diverses embûches rencontrées sur le chemin…

    On peut constater dans ce chapître la façon précise et documentée avec laquelle Marc ELIOT développe son propos, ainsi que la distance qu'il conserve à l'égard de l'oeuvre et du personnage Heston lui-même…

    Le chapître commence au lendemain de l'assassinat du Président Kennedy ...

    img27082018_779.jpg

    photo des pages 244-245 du livre de Marc Eliot "HOLLYWOOD'S LAST ICON"

    Cette nuit-là , HESTON s’envola dans un avion privé pour NEW YORK, que CBS lui avait fourni pour qu’il puisse lire l’éloge funèbre pour l’hommage qui allait être diffusé au niveau national dimanche après-midi. Le matin de la diffusion, il se réveilla et alluma la télé pour regarder, en même temps que le reste du pays, les reportages continuels autour de l’assassinat du président. Comme il avalait son café, il vit Jack RUBY enfoncer son révolver dans la poitrine de OSWALD, appuyer sur la détente et l’abattre. Il accomplit sa performance comme prévu, après quoi il prit l’avion du retour pour Los Angeles.

    Il ne travailla pas le reste de l’année, préférant passer les vacances sur sa colline avec sa famille…après la tragédie qui venait de se produire, la vie lui parut soudain plus précieuse. Des choses ordinaires, comme dÏner à la maison, aller nager, emmener Fray faire du cheval, changer les couches de Holly, ou s’asseoir près du feu le soir en partageant une bouteille de vin avec Lydia le rendaient encore plus reconnaissant que jamais pour la vie qu’il menait, et pour celle qu’il avait eue. La mort du président avait refermé les murs de CAMELOT, et HESTON mieux que quiconque savait que derrière ces murs, l’Amérique depuis Novembre, n’était plus protégée du monde extérieur….la nouvelle année devait lui apporter beaucoup d’activité, car CITRON avait conclu un deal de 750 000 dollars, sans pourcentage, avec COLUMBIA pour HESTON dans MAJOR DUNDEE, et le studio voulait ce film le plus tôt possible. C’était une bonne nouvelle pour SELTZER, qui voulait que l’équipe WAR LORD ait plus de temps pour développer le projet.

    PDVD_014.png

    COLUMBIA engagea Jerry BRESLER comme producteur, lui qui avait travaillé sur DIAMOND HEAD et il engagea à son tour Sam PECKINPAH pour le mettre en scène, après que John FORD ait décliné le job. Le film serait le 3ème de PECKINPAH, après le très peu vu THE DEADLY COMPANIONS et surtout RIDE THE HIGH COUNTRY, que BRESLER avait aussi produit. On disait dans le milieu que ce PECKINPAH pourrait bien devenir le prochain FORD .

    Les problèmes commencèrent avant même qu’on tourne le moindre plan, à cause du manque de clarté du scénario, quant au point de vue à adopter. COLUMBIA voulait un film de cavalerie d’environ 2 heures, mais après avoir lu le script de FINK, HESTON trouva qu’il s’agissait plus d’un film sur la guerre civile, et ne savait pas trop comment approcher son rôle. PECKINPAH, lui, souhaitait faire de ce film une expérience sur le thème d’une «  violence stylisée » qui anticiperait son futur chef-d’œuvre, THE WILD BUNCH .

    Le scénario de FINK concernait un dur et trop zélé officier de cavalerie nordiste, survivant de la bataille de GETTYSBURG, qu’on envoie sur un avant-poste du Nouveau Mexique pour diriger un camp de prisonniers. Peu après son arrivée, une troupe de raiders apaches attaque l’avant-poste et s’enfuit au Mexique. DUNDEE part à leur recherche avec une troupe de son choix comprenant un vieil ennemi à lui, le rebelle Ben TYREEN, joué par nul autre que Dick HARRIS, co-star caractérielle de HESTON dans THE WRECK OF THE MARY DEARE. HARRIS venait d’obtenir la reconnaissance internationale pour sa performance dans THIS SPORTING LIFE de Lindsay ANDERSON, qui lui avait donné une nomination aux Oscars 63 ; HESTON avait ses doutes sur HARRIS, mais lui trouvait du talent et approuva son choix, pour le bien du film.

    Comme le travail sur la production avançait, il devint très clair pour HESTON que PECKINPAH contrôlait fort mal le tournage, qu’il était incapable de déterminer si ce film était un western ou un drame historique, et qu’il était surtout préoccupé par son style personnel. Pire encore, ses nombreux démons ( alcool, drogues, prostituées) provoquaient du retard et faisaient grimper le budget. Quand les cadres de COLUMBIA demandèrent à voir un montage grossier de ce qui avait été tourné, ils furent si déçus qu’ils annulèrent toute demande de fonds supplémentaires. Un groupe fut même envoyé pour superviser PECKINPAH et accélérer le reste du temps de tournage en extérieurs.

    Les choses tournèrent au cauchemar quand le film étant terminé, PECKINPAH et HESTON décidèrent qu’il fallait tourner deux scènes supplémentaires pour mieux mettre en valeur le personnage DUNDEE. Ce à quoi les cadres de COLUMBIA répondirent par l’ordre formel de finir le tournage en extérieurs et de filmer ce qui restait en studio à HOLLYWOOD ; HESTON et PECKINPAH campèrent sur leurs positions, et comme COLUMBIA ne voulait pas fléchir, HESTON offrit de leur rendre une portion de son salaire (estimée entre 100 000 et 300 000 dollars) si on leur permettait de tourner au Mexique les deux scènes litigieuses. L’offre fut mal prise par les cadres du studio, qui pensèrent non sans fondement, que HESTON cherchait à les embarrasser ; à ce moment précis, COLUMBIA était au bord de la faillite, et après la mort du fondateur Harry COHN en 58, une série de manipulations boursières ajoutée à un leadership manquant d’autorité avait épuisé les profits antérieurs de la société. Le studio considéra l’offre d’HESTON comme un bluff, celui-ci reçut un appel furieux de CITRON ,qui considérait l’offre d’HESTON de financer les scènes comme le mauvais choix, ajoutant que l’acteur devrait se plier aux exigences de COLUMBIA .

    Dans son journal, HESTON rationnalisa son offre de cette manière : «  franchement, les acteurs tendent à être considérés comme des individus irresponsables, et en tant qu’acteur je suis sensible au sujet ; je me trouvais dans une position qui ne m’offrait qu’une porte de sortie » ; sans tenir compte de l’opinion de CITRON il pensait qu’il était en train de sauver le film. Bientôt, cela devint le «  buzz » d’HOLLYWOOD .

    VARIETY écrivit à propos du deal : «  une star responsable d’un dépassement de budget a rendu son salaire à la compagnie, ce geste de grande conscience morale est le fait de Charlton HESTON, parce qu’il a pris le parti de son metteur en scène à propos de certaines séquences qui ont par conséquent provoqué des coûts supplémentaires ! le retour de salaire d’HESTON est évalué à 300 000 dollars, et COLUMBIA n’a pas fait la fine bouche pour accepter ce geste fort noble. DUNDEE a été tourné au Mexique »

    Le studio accepta finalement l’offre, et les scènes furent donc tournées au Mexique, d’ailleurs à cause de dépassement du budget, HESTON dut faire ses cascades lui-même et se blessa le bras. Mais le problème ne s’arrêta pas là, car HESTON fut tellement mis en colère par COLUMBIA qu’il décida de parler à tous les journaux possibles, afin que tout le monde sache que COLUMBIA avait bien repris son salaire. Cela le fit entrer dans la case «  activiste de l’industrie du film », comme un fauteur de troubles pour la nouvelle génération de cadres de l’ère de l’après grands studios, et ces gens n’aimaient pas qu’on expose les problèmes en public. Pour la communauté des créatifs, il passa par contre pour un héros, parce qu’il avait mis ses actions en accord avec sa pensée, et gagné un peu de «  contrôle créatif » sur les choses sans céder aux desiderata d’un studio. Son geste passa donc pour une action particulièrement noble, aux yeux de tous, sauf Richard HARRIS .

    L’acteur, très en vue après sa nomination, n’était pas habitué aux rigueurs d’un tournage en extérieurs, et n’apprécia pas du tout le temps de tournage rallongé considérablement au Mexique. Etant un britannique au milieu d’un groupe d’américains machos, il se sentit dès le début comme un intrus dans la troupe, considérant que HESTON, plus encore que les autres, le considérait d’un point de vue de «  pasteur condescendant » et « qu’il n’était qu’un «  connard pontifiant », un sentiment qui ne fut qu’accentué par l’esprit moqueur bon enfant qui régnait sur le plateau dés qu’ HESTON y mettait les pieds. HARRIS fut la victime d’un « gâteau explosif » et se sentit humilié quand tout le monde se moqua de lui et de son visage enfariné ; l’incident l’amena à s’enfuir et se cacher dans DURANGO, selon les dires de FRASER qui était sur le tournage avec Lydia et fut témoin de la scène.

    HARRIS déclara à propos d’HESTON : «  il est le seul homme que je connaisse qui puisse arriver à sortir d’un cube, tellement il est «  carré » ! on ne s’est jamais entendus ; le problème avec lui c’est qu’il ne pense pas être un acteur qu’on engage comme tous les autres, il pense qu’il est la troupe à lui tout seul ! il était là assis tous les matins, à enregistrer nos arrivées sur le plateau avec un chronomètre, alors j’en ai eu tellement assez que je me suis pointé un matin avec un vieux réveil que j’ai fait sonner à fond au moment où il arrivait, il n’a pas trouvé ça drôle, et je lui ai dit : «  tu vois jusqu’où on peut aller, pas vrai ? » HARRIS essaya même à plusieurs reprises de mettre un peu de LSD dans son café, «  pour le détendre » mais ne trouva jamais l’occasion. Un des membres de l’équipe, qui détestait aussi HARRIS, lui mit un jour un pétard dans sa botte. Quand le film fut terminé, COLUMBIA enleva le film à PECKINPAH et enleva la plupart des scènes que HESTON avait payées pour qu’on les finisse…Dans son journal, il nota qu’il voulait vraiment arriver à faire un vrai film sur la guerre civile, vu que celui-ci n’en était pas un. Il éprouva aussi des remords quant à la manière dont lui et d’autres avaient traité HARRIS :

    «  Il semble que j’aie déchargé beaucoup de mes frustrations sur le dos du pauvre Richard HARRIS, et avec le recul, j’ai été injuste ; il s’agissait d’un tournage épuisant, et Dick n’était pas habitué aux chevaux ou aux armes ; s’il était un fouteur de merde, j’étais un sacré fils de p… »

    PDVD_019.png

    (Richard Harris dans THE WRECK OF THE MARY DEARE)

     

    A  SUIVRE ...

    traduction par :

    signature_5.gif

    A ma chère Cécile, qui j’en suis sûr veille sur moi.

     

     

  • " JULES CESAR " & " ANTOINE ET CLEOPATRE " - Quatrième et dernière partie

     

    ANTOINE ET CLEOPATRE : ( 3eme partie et fin)

     

    img142.jpg

    APRES un tournage relativement difficile, qu’il considérera plus tard comme «  un projet très professionnel, réalisé parfois dans des conditions de semi-amateurisme », Chuck HESTON se retrouve donc avec dans les mains un négatif de plus de trois heures, durée trop importante pour espérer une carrière commerciale honorable, ce qui va l’amener dès la fin des prises de vues à couper allégrement dans son premier « rough assembly » pour arriver à un métrage de deux heures quarante, ce qui n’est pas rien quand même !

    Interrogé par divers puristes sur le bien–fondé de ces coupes, il déclarera sans ambages : « je suis sûr que SHAKESPEARE coupait SHAKESPEARE ! »

    vlcsnap-00090.png vlcsnap-00010.png

    Ceci étant fait, il quitte l’Espagne dans un état de grande fatigue physique et morale, car les soucis de montage du film associés aux terribles migraines dont souffre sa LYDIA le préoccupent au plus haut point, jamais encore dans sa vie, il n’a ressenti autant de pression, car il a maintenant réalisé son rêve, mais il sait que le plus dur commence !

    Et le plus dur pour lui, va être de s’asseoir dans son studio personnel à COLDWATER pour regarder l’ouvrage ; comme tout artiste, il est exigeant, et ce qu’il voit ne lui plait pas : le rythme est lent, la musique inexistante, les acteurs espagnols doivent refaire leurs voix, et tout cela rapidement, car l’ami SNELL, toujours entreprenant, a booké la première mondiale à LONDRES pour mars 72, ce qui laisse fort peu de temps pour rassurer notre héros…

    L’excellent monteur britannique BOYD-PERKINS fait donc le voyage à LOS ANGELES pour superviser le montage chez l’acteur, celui-ci s’octroyant parfois un break pour satisfaire sa deuxième névrose ( le tennis ) mais restant néanmoins très près du technicien pour que les idées de mise en scène qu’il a expérimentées au tournage se retrouvent bien sur l’écran ; malgré quelques frictions bien normales quand on travaille dix heures par jour sur des bobines, les deux hommes trouveront le bon équilibre entre l’action et le texte, problème inévitable quand on filme SHAKESPEARE ..

    A ce moment du projet, deux évènements positifs vont se produire, d’une part l’ami de longue date Richard JOHNSON va, sans demander un sou, refaire la voix de Fernando REY ( LEPIDE) et superviser toutes les voix espagnoles secondaires ! d’autre part, la musique originale ressemblant à du sous ROSZA, Peter SNELL a l’excellente idée d’embaucher un jeune compositeur anglais, John SCOTT, dont les partitions superbes vont totalement magnifier l’image, et devenir un des points forts de l’ouvrage !

    Image associée

    John Scott

    Tout cela paraît bel et bon, mais c’est au moment où il devrait s’occuper de la distribution future du film en EUROPE que Chuck se retrouve impliqué, sur l’initiative de son agent CITRON, dans un film MGM sans grande valeur artistique, «  SKYJACKED » ( ALERTE A LA BOMBE ) pour deux raisons essentielles :

    La première, c’est que, pour parler familièrement, CITRON en a « jusque- là  » des grands délires artistiques de son poulain, et ce qu’il veut, c’est qu’il revienne aux «  big money makers » dont il le sait capable, même si le contenu moyen du texte et la «  haute valeur» du scénario n’échappent pas à HESTON... le voilà donc embarqué dans son premier «  disaster film », et malheureusement ce ne sera pas le dernier !

     

    La deuxième, plus insidieuse, c’est que KERKORIAN, patron de MGM, n’est pas un philantrope, et que, se souvenant parfaitement avoir prêté des «  stock-shots » de BEN-HUR à l’artiste, il trouve logique que celui-ci signe pour ce film sans poser de questions, non sans en avoir touché un mot à Walter SELTZER ; c’est donc un peu «  payback time » et le début d’une longue série de concessions commerciales auxquelles HESTON aura souvent à se plier à l’avenir …tout cela en tout cas tombe mal, car pendant qu’il combat les pirates de l’air pour l’irascible director John GUILLERMIN ( avec qui il aura des mots) il n’a plus la tête à son «  labour of love » !

    Finalement, l’équipe du film peut enfin se rendre à LONDRES pour la première du film le 2 mars, avec la sensation d’un devoir accompli, d’avoir réalisé une œuvre «  honorable » dans tous les sens du terme, et on va voir ce qu’on va voir…hélas.

    81yqohk-FYL._SL1500_ PREMIERE A LONDRES 2 MARS 1972.jpg

    Charlton Heston et Hildegard Neil à la Première à Londres 2 mars 1972

    Les critiques des grands journaux londoniens, généralement favorables à HESTON dont ils ont souvent apprécié le travail, vont rester plus que de marbre devant ce travail pourtant plein de passion et de générosité …ils vont allégrement s’en prendre à sa mise en scène, à la direction d’acteurs, refusant d’y voir la moindre qualité créative, s’acharner principalement sur la Cléo de Chuck ( Hildegard NEIL mettra longtemps à s’en remettre) et se contenter, dans certains cas, de mettre quelques bons points à l’acteur HESTON, qui il faut le dire, réalise une performance globalement splendide….pourquoi un tel rejet ? à priori, ce besoin très insulaire des Britanniques de protéger bec et ongle leur culture semble leur interdire de pouvoir apprécier qu’un américain puisse «  avoir l’audace » de mettre en scène SHAKESPEARE ; c’est du moins l’explication que, beau joueur, HESTON donnera plus tard à ce véritable jeu de massacre dont son film va faire les frais, comme JULES CESAR deux ans plus tôt, à la différence que dans ce cas, le rejet pouvait un peu mieux se comprendre…

    Malgré un calme et un sang-froid qui ne le quittent que rarement, HESTON encaisse, mais souffre ; il sait que le film n’aura pas de deuxième chance, et il a raison ; très vite, il disparait des écrans anglais, pour ne jamais être montré en France, ni dans le reste de l’EUROPE , à part l’Espagne ou un deal ancien avait été conclu avec des distributeurs, donc, en gros, le film ne sera quasiment vu par personne, ce qui permettra à divers imbéciles d’en dire du mal sans jamais l’avoir vu…

    ET là , il faut se mettre à la place d’un artiste possédé par une œuvre, qui a tout donné y compris sa chemise, pour réaliser un rêve d’enfant, et qui se retrouve assassiné en quelques lignes, dans une sorte de consensus critique visant à « dégonfler le cigare » de la superstar hollywoodienne qui croit pouvoir s’attaquer à SHAKESPEARE !

    Il ne sera pas ruiné, loin s’en faut, car le succès du médiocre SKYJACKED aidant, il va pouvoir peu à peu refaire surface, mais au prix d’implications dans des projets moins personnels, plus alimentaires, ou sa part de jeu et d’inventivité sera fatalement de plus en plus réduite ; le public américain ne veut pas le voir en toge dans le rôle d’un romain à qui l’amour fait perdre tout sens des réalités , il le veut en super héros au regard d’acier qui fait face aux éléments ou aux méchants de ce monde, et c’est ce qu’il aura, à part quelques heureuses exceptions, dans les années 70 ..sur le plan artistique, on ne peut que le regretter, car le potentiel dramatique confirmé par son interprétation d’ANTONY aurait mérité de s’épanouir bien plus…

    L’après ANTONY sera donc marqué principalement par ce retour à un format beaucoup plus prévisible sur le plan cinématographique, et HESTON souvent, reviendra au théâtre, notamment pour jouer MACBETH, sachant pertinemment qu’il peut s’y exprimer autrement qu’en sauvant les passagers d’un 747, mais on ne peut s’empêcher de penser que la blessure était toujours là et ne s’est pas aisément refermée, c’est aussi, coïncidence ou conséquence, à cette époque que Chuck va passer dans les rangs républicains, après un demi-siècle d’allégeance au parti démocrate…

    On peut donc considérer, sans tomber dans le phantasme du fan déçu cherchant à tout prix des explications rassurantes à une évolution qui lui déplait, qu’il y a bien un « avant » et un « après » ANTONY …

    J’ai personnellement découvert ce film plus de trente ans après sa sortie, après en avoir beaucoup entendu parler, sans en avoir vu le moindre extrait alors que je connais ( presque) tous les autres films de l’artiste, et je me suis alors dit que cela avait valu la peine d’attendre…

    C’est le film d’un homme mûr, fait avec l’enthousiasme et l’énergie d’un jeune homme, un spectacle magnifique sans les moyens qu’on imagine, une restitution vibrante d’un des plus beaux textes shakespeariens, un débordement de passion et d’idées filmiques que l’on pourrait croire étrangères au « sage » HESTON, un envoûtement mis en scène par l’envoûté lui-même, où les quelques défauts et faiblesses d’un metteur en scène débutant sont compensés largement par sa fascination débordante pour le sujet, c’est le film d’un véritable allumé.

    ET donc, à mon point de vue, l’égal dans un genre différent, du FALSTAFF de WELLES ou de l’également superbe MACBETH de POLANSKI .

    ET accessoirement, un des plus beaux rôles d’un très grand comédien, non ?

     

    signature_2 rv.gif

     

    A Cécile...

     

    Un hommage à ce grand film, avec quelques photos sur lesquelles figurent les répliques en français.

    Merci Renaud.

     

    vlcsnap-00048.png

    vlcsnap-00054.png

    vlcsnap-00101.png

    vlcsnap-00136.png

    vlcsnap-00147.png

    vlcsnap-00154.png

    vlcsnap-00155.png

     

     

     

     

  • " JULES CESAR " & " ANTOINE ET CLEOPATRE " - Troisième partie"

    ANTOINE ET CLEOPATRE : 2ème partie

     

     

    vlcsnap-00004.jpg

    BIEN QU’AYANT GLOBALEMENT structuré son film et défini la distribution des rôles principaux, CHUCK bute donc toujours, début 1971 , sur le nerf de la guerre et point de départ crucial de toute entreprise, l’argent…conscient du fait que ses deux derniers films ont été deux « flops », JULIUS CAESAR et aussi le très coûteux HAWAIIANS, tourné sans grande conviction de sa part d’ailleurs, il ne peut plus prétendre attirer producteurs ET distributeurs sur sa seule image de « star » plutôt écornée en ce début mal engagé des années 70 ; c’est donc Peter SNELL, son ami le « boy producer » qui va régler en grande partie le problème !

    vlcsnap-00073.jpg

    Ayant approché avec succès une société de distribution espagnole, IZARO FILMS, il parvient à les convaincre de mettre la moitié de l’argent nécessaire, en échange de tous les droits sur le territoire espagnol ; habile manœuvre car à l’époque, HESTON est toujours l’éternel CID pour le public ibérique, et le fait de s’engager à utiliser des techniciens et plusieurs comédiens espagnols, dont les fameux Fernando REY et Carmen SEVILLA, vlcsnap-00014.jpgpour le tournage va également jouer en faveur de l’artiste….ce ne sera pas suffisant, puisque CHUCK devra également emprunter à une grosse banque de LOS ANGELES en fournissant de sérieuses garanties, ce qui provoque la fureur de CITRON, l’agent de la star, en des termes qu’on peut imaginer ! «  ce n’est pas comme ça que ça fonctionne, CHUCK, tu n’es pas là pour dépenser ton argent, mais pour le gagner ! » colère, fracas, rien n’y fait, l’obsession de l’acteur pour son projet est telle qu’il se trouve prêt à prendre tous les risques, et n’oublions pas qu’à ce moment précis, il n’est pas sûr du tout que THE OMEGA MAN,qu’il vient de finir, sera un succès !

    Résultat de recherche d'images pour "CHARLTON HESTON CAESAR AND CLEOPATRA"

    LE « BOOST » final pour la mise en route du projet sera donc la signature d’un accord avec rien moins que la RANK ORGANISATION britannique, qui accepte, à condition de bénéficier de tous les droits de distribution en GRANDE BRETAGNE, d’éponger la dette bancaire contractée par HESTON, ce qui parait une solution lumineuse, mais met en valeur deux choses : 1) l’acteur est sûr de ne gagner quasiment rien sur la distribution du film, les américains ayant déjà montré leur peu d’intêret pour le projet ; 2) HESTON n’est pas vraiment un homme d’affaires…

    En mai 71, après un nouveau sacrifice de taille, puisqu’il va devoir refuser le rôle principal de DELIVRANCE de John BOORMAN, HESTON peut donc s’envoler pour LONDRES et faire enfin ce qu’il aime, c’est-à-dire jouer et répéter, comme au théâtre, pendant deux semaines, dans un hangar vide à COVENT GARDEN ; il y retrouve quelques-uns de ces acteurs britanniques qu’il adore, Eric PORTER (Enobarbus) John CASTLE, qui sera Octave , Julian GLOVER dans le rôle de Proculeius , et bien sûr sa Cléo , qui dés le début, ne le rassure pas vraiment ; très belle mais peu à l’aise face à la caméra, Hildegard ne semble pas capable de «  porter » le personnage, ce qui risque par conséquent de nuire à sa propre interprétation de Marc-Antoine !

     

     vlcsnap-00030.jpg

    vlcsnap-00010.jpg

    ET là, on n’est pas loin de la panique, car le départ pour l’Espagne, c’est bientôt….

    CHUCK a alors l’idée, pour pouvoir juger mieux de son jeu en tant que metteur en scène, de demander à Julian GLOVER, brillant jeune shakespearien, de jouer AUSSI le rôle d’Antony en répétitions, pour qu’il puisse mieux lui-même positionner son jeu et corriger ses erreurs ! GLOVER sera brillant dans cet exercice, et permettra à l’équipe de partir plus sereinement vers l’Espagne, ce dont CHUCK lui sera éternellement reconnaissant !

    vlcsnap-00003.jpg

    L’arrivée sur le sol espagnol, lieu privilégié de bien des tournages américains de la grande époque, s’avère chaotique : LYDIA refuse la résidence que CHUCK avait trouvée pour la famille, ce qui provoquera des frais supplémentaires, les figurants espagnols se montrent lymphatiques et indisciplinés sur les scènes d’action, les acteurs espagnols, malgré leurs déclarations antérieures, n’arrivent pas à dire leur texte en anglais, ce qui amènera à refaire toutes leurs voix en studio plus tard, bref une somme de complications familières à une personnalité comme WELLES, mais globalement étrangères à un acteur habitué à un grand professionnalisme à tous les niveaux...

    A l’énoncé de ces difficultés, on pourrait logiquement penser que le film va comme JULIUS un an avant, s’écrouler avant d’être fini, mais c’est là que HESTON va montrer sa force de caractère !

    IL manque de moyens ? il va limiter les grands plans et les panoramiques coûteux, en créant des décors abordables mais parlants, comme la barge où il rencontre POMPEE ou l’arène de gladiateurs où Antoine se partage l'Empire avec Octave à ROME !

    vlcsnap-00038.jpg

    Il s’aperçoit dès le début du tournage que le chef-op Rafael PACHECO n’est pas loin de se prendre pour la star du film, cite constamment BUNUEL comme référence et met trois heures à éclairer un plan,  il encaisse, reste courtois, mais lui fait vite comprendre qu’il a aussi travaillé avec Russel METTY, le plus doué et rapide des directeurs de la photo américains, et que c’est son argent qui est en jeu, pas le sien !

    Il n’a pas l’expérience pour diriger les scènes de bataille ? il fait appel à son copain Joe CANUTT, qui va pour un cachet d’ami, s’occuper des combats terrestres et remuer tous ses figurants à sa manière ( rude) ce qui donnera de très bonnes séquences…

    Il n’a pas les fonds pour que la bataille d’ACTIUM soit le sommet voulu ? il va mélanger des plans moyens et rapprochés, filmés sur deux petites galères qui feront illusion de grosse flotte de combat, en compensant le manque de moyens par un montage nerveux, et en ajoutant des »stock-shots » empruntés à BEN-HUR avec l’autorisation du nouveau boss de la MGM, croyant d’ailleurs au début à un « geste de courtoisie » de la part de Kirk KERKORIAN !

    vlcsnap-00018.jpg

    EN gros, sans doute instruit par le savoir-faire de son ami WELLES, capable de faire beaucoup avec très peu, il va donner à son film un aspect artistique affirmé, mettre en valeur les sentiments plus que l’action, en aucun cas faire un « epic » dont il n’a pas les moyens, et donner en ce qui le concerne, une de ses plus belles interprétations ; désireux de donner du rythme à l’ouvrage, il va aussi procéder à quelques coupes dans le texte, mais sans jamais en trahir l’essence, cette histoire de passion déraisonnable qui contrarie le sens de l’Histoire !

    Au moment ou le tournage touche à peu près à sa fin, CHUCK se trouve rassuré par les bonnes nouvelles venues des States : THE OMEGA MAN est bien le triomphe espéré, parti sur la même lancée que PLANET OF THE APES, et c’est un résultat qu’il accueille avec soulagement, car il signifie qu’il va pouvoir absorber, quoi qu’il arrive, les coûts financiers de sa si belle entreprise…

    Concernant, par contre, le coût artistique et les «  coups au moral » que son énorme travail, son « labour of love » va lui procurer au moment de la sortie de SON film , son bébé , c’est une autre histoire…

    vlcsnap-00084.jpg

     

    vlcsnap-00156.jpg

     

     

    A SUIVRE …

    A Cécile...

     

    signature_5.gif