Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

CHARLTON HESTON DANS LA PRESSE INTERNATIONALE

  • "CHARLTON HESTON STORY" -Cinémonde N° 1618 du 21 septembre 1965 - 3ème épisode

    Pendant mes quelques jours de vacances, je ne veux pas vous laisser sans nouvelles. Aussi, je continue la publication de "CHARLTON HESTON STORY" par CINEMONDE EN 1965.

    Cette série est parfaitement écrite et nous découvrons le vrai Charlton Heston, celui qui se cherchait, le garçon timide, maladroit et tellement habité par son génie qui ne demandait qu'à exploser. 

    Voici donc l'épisode N° 3 intitulé....

    3 - LES ANNEES TERRIBLES

    1-002.JPG

    img765-001.jpg

    img766-001.jpg

    img767.jpg

     

    A SUIVRE...

    BIENTOT, JE PUBLIERAI LE 4ème EPISODE  CINEMONDE N° 1619 du 28 SEPTEMBRE 1965

     

    Petit horoscope de Chuck semaine du 21 au 28 septembre 1965

     

    2017-08-04.jpg

  • " CHARLTON HESTON STORY " Cinémonde N° 1616 du 7 septembre 1965 - Episode 1

    Enfin ! Je retrouve sur EBAY ou d'autres SITES, les journaux de ma jeunesse, que j'ai malheureusement perdus....

    Aujourd'hui, j'ai reçu CINEMONDE - N° 1616 du 7 septembre 1965, dans lequel commence le récit de la vie de Charlton Heston, jusqu'en 1965. La "STORY" est à suivre....

    Je vais me procurer les numéros suivants, car je tiens à publier l'intégralité de ce récit en français, ce qui est tellement rare.

    img371.jpg

    img369.jpg

    img370.jpg

    img372.jpg

    img373-001.jpg

  • " NUMBER ONE " : HESTON EN ANCIEN PRO (New York Times du 18 septembre 1969)

     
    vlcsnap-00024.jpg
     
    J'ai trouvé récemment un article du NEW YORK TIMES datant de 1969, critiquant positivement le film "NUMBER ONE".  Je viens de le traduire car je pense que presque 50 ans après, il est encore intéressant.
     Chuck avait été impressionné par l'accident d'un des plus grands footballeurs américains, qui avait joué le match de trop et avait été gravement blessé sur le terrain. Charlton Heston avait voulu que cette triste affaire devienne un film, ce qui fut fait avec Tom Gries aux commandes. 
    Une fois de plus, c'est du "Grand Chuck", un rôle qui lui colle à la peau. 
    Dommage que ce film n'ait pas rencontré le succès auprès du public. Tout me porte à croire, que bien souvent, une partie du public de Chuck, ne voyait en lui que des personnages historiques qu'il a si bien incarnés, mais il était plus que cela. C'était un homme, un vrai, fait de chair et de sang, pas taillé dans le marbre. Dans ce film, il donne toute la mesure de son talent émotionnel. Mais NYT en parle mieux que je ne peux le faire....
     
     
    MOVIE REVIEW

     

    Heston as Old Pro

    Published: September 18, 1969

    vlcsnap-027.jpg

    Il n'y a rien de spécial sur le héros de "Number One", juste un bref drame de terrain, cuisant et souvent fort d'un quart-arrière professionnel vieillissant qui refuse d'arrêter sa carrière un jour.

    Avec quelques ingrédients usés, discrets, cela correspond à ce qui caractérise le long métrage de The United Artists qui a été projeté hier au Victoria, dans la 86th street East et dans d'autres salles, c'est vraiment captivant. Et Charlton Heston, moins une barbe, un pagne, une toge ou la Mer Rouge, aborde un rôle violemment, sans fioriture dans l'une des performances les plus intéressantes et excellentes de sa carrière.

     vlcsnap-00037.jpg

    C'est un tour de force époustouflant et magnifiquement discipliné par l'acteur, dont les muscles faciaux fléchis et les yeux cyniques dominent le film, mais qui n'a qu'un seul défaut : une tendance flagrante à la paranoïa. Il est vrai que 40 ans est un âge décidément avancé pour la gloire sur le terrain, mais de nombreux professionnels diplômés ont depuis longtemps réussi à s'affranchir du succès, ailleurs. Dans une certaine mesure, Cat Catlan n'a que lui-même à blâmer.

    vlcsnap-00096.jpg

    Mais comme une observation inflexible, l'image se fixe régulièrement et avec perspicacité sur le parcours d'un athlète accroché à son apogée et sa renommée, poussé par la fierté, l'ego et la peur du futur,  sous la direction de Tom Gries, collaborateur de Heston sur « Will Penny ».  En tant que drame resté dans l'intimité du couple alors qu'il se creuse plus profondément, mis au point par le réalisateur et grâce aux excellents dialogues du scénario de David Moessinger, cela a l'air vrai .

    vlcsnap-00238.jpg

    L'intégration colorée et confortable de toute l'équipe de la Nouvelle-Orléans des Saints est typique, avec certains des joueurs qui manipulent les dialogues plus que convenablement. La plupart des images ont été tournées dans la ville de Crescent, la parcourant soigneusement  à partir des jeux du stade, des vestiaires et des conférences d'équipes diverses, remplis du jargon du football qui est naturel et piquant.

    Deux anciens pros, Mike Henry et Ernie Barnes, sont bons dans des seconds rôles, comme l'est John Randolph, interprétant un entraineur têtu mais compréhensif. Et les crédits devraient aller aussi, au jeune Richard Elkins, comme le successeur probable d'Heston et à Bruce Dern et Bobby Troup, représentant le monde des affaires.

    vlcsnap-00169.jpg

    Le flux d'incidents croustillants et faciles du film, révèle également deux belles performances de Jessica Walter, l'épouse sensible et aimante mais qu'Heston croit qu'elle ne l'aime pas assez, et Diana Muldaur, en tant que maîtresse amoureuse et sensible. L'honnêteté absolue dans le comportement et,  les dialogues d'une conversation chargée de passion entre elle et Heston, rend l'utilisation ultérieure de nudité, d'enlacements et de truquages cinématographiques par M. Gries, non seulement superflus  mais aussi archaïques : un passage déconcertant du film.

    Mais les effets, un tir pessimiste d'Heston, avec la rumeur du stade sur une bande-son silencieuse, en disent beaucoup sur des images nettes et pénétrantes, pas de trop, juste assez - Si Heston avait pu être meilleur, nous ne saurions pas comment.

    .

    vlcsnap-00213.jpg

     vlcsnap-00218.jpg

    vlcsnap-00118.jpg

     vlcsnap-00272.jpg

    vlcsnap-00345.jpg