Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Reportages - interviews - videos - Page 2

  • LA PEINTURE DE HESTON "MACBETH" EST EXPOSEE

    MAJ le 4 novembre 2021

    Un document intéressant que j'ai découvert hier. Il date du 18 avril 2016. Son intérêt réside dans le fait qu'il nous informe sur ce qu'est devenu le tableau peint en 1953  par Charlton Heston "Macbeth", qui figurait au catalogue Bonham's pour la vente aux enchères des biens de l'acteur, le 22 mars 2016.  Il m'est agréable d'apprendre que c'est un musée des Bermudes qui l'a acquis.

    Je vous laisse découvrir l'histoire de ce tableau. 

    Capture d’écran 2021-11-04 070548.jpg

     

    Tim Hodgson

    http://www.royalgazette.com/news/article/20160418/hestons-macbeth-painting-goes-on-display&template=mobileart

     

    L'acteur Charlton Heston a peint la scène de la bataille d'après une représentation  de la tragédie shakespearienne "Macbeth" dans laquelle il est apparu à Fort St. Catherine, aux Bermudes en 1953 . Le tableau  a été récemment acquis par le Masterworks Museum of Bermuda Art. Le tableau a été exposé à la galerie Botanical Gardens tandis que le monde commémore le 400e anniversaire de la mort de William Shakespeare.

     

    La célèbre représentation aux Bermudes, en 1953, de la tragédie  MACBETH de William Shakespeare qui avait été organisée au fort Sainte-Catherine, était pleine de bruit et de fureur - avec, à un moment donné, de véritables incendies qui traversaient les remparts du bastion de l'East End.

    Le lauréat du Future Academy Award, Charlton Heston, a joué le rôle principal dans la mise en scène épique de Macbeth aux Bermudes. Peintre amateur talentueux, l'acteur a immortalisé la scène de clôture enflammée de la production locale,  dans une toile vibrante récemment acquise par le Masterworks Museum of Bermuda Art et accroché à la galerie Botanical Gardens.

    "Le 23 avril marque le 400e anniversaire de la mort de William Shakespeare en 1616", a déclaré Elise Outerbridge, conservatrice de Masterworks. "Nous avons été approchés par l'un de nos directeurs, Conchita Ming, pour voir si nous étions intéressés à participer à une foule d'activités à travers le monde commémorant l'événement."

    Ecrivain, poète et acteur, largement considéré comme le plus grand écrivain de langue anglaise et le dramaturge le plus éminent du monde, Shakespeare est né dans la ville anglaise de Stratford-upon-Avon en 1564.

    Les œuvres connues, y compris les collaborations, consistent en quelque 38 pièces de théâtre, 154 sonnets, deux longs poèmes narratifs et des divers versets. Ses pièces ont été traduites dans toutes les langues majeures et sont maintenant interprétées et lues plus souvent et dans plus de pays que jamais auparavant.

    La prédiction du grand poète et dramaturge anglais, son contemporain Ben Jonson : "William Shakespeare n'a pas d'âge mais il est éternel", a été accomplie depuis longtemps.

    "Evidemment, il y a une forte connexion entre les Bermudes et le Barde, étant donné que son roman fantastique de 1611 " The Tempest ", a été inspiré, en partie, par l'échouage  du Sea Venture en 1609 sur l'île", a déclaré Mme Outerbridge.

    "Et aussi,  nous avons accroché une série d'eaux-fortes au musée réalisées par l'artiste bermudienne Betsy Mulderig,  illustrant des scènes de cette pièce.

    "Mais par pure coïncidence, ou peut-être à cause d'une touche de prédestination qui alimente l'intrigue de Macbeth, Tom Butterfield, fondateur et directeur artistique de Masterworks, parcourait le catalogue d'une vente à venir des commissaires-priseurs Bonham's. Et il est tombé sur la peinture de Charlton Heston de la célèbre représentation aux Bermudes, de Macbeth mise en vente. "

    Le Conservateur de Masterworks a dit que le timing de l'enchère de mars n'aurait pas pu être plus fortuit : «Nous avons décidé que le tableau compléterait parfaitement notre collection - ainsi que l'hommage parfait des Bermudes à William Shakespeare alors que le monde célèbre son héritage et sa pertinence. Masterworks a donc réussi à enchérir. "

    Le 11½in par 15½ (NDT : 29 x 39.3cm.) de la peinture à l'huile, signé "C. Heston ", dépeint le point culminant enflammé de la production des Bermudes.

    Une note de M. Heston attachée à l'arrière du tableau explique comment la pièce a été mise en scène sur les remparts du fort marin centenaire, avec le vent attisant les flammes derrière les combattants brandissant l'épée, tandis que le seigneur de guerre écossais Macbeth est renversé du trône qu'il a usurpé, par une armée d'opposants dans la scène finale.

    La note de M. Heston conclut: "C'était sans doute le combat de Macbeth le plus efficace jamais organisé."

    À l'aube de devenir une célébrité internationale,  lorsqu'il travailla aux Bermudes au début des années 1950, M. Heston (1923-2008), originaire de l'Illinois, devint rapidement l'un des hommes les plus populaires et les plus éminents d'Hollywood.

    Il s'est spécialisé dans les personnages plus grands que nature et a joué dans des blockbusters comme Ben Hur, pour lequel il a remporté son Oscar, Les Dix Commandements, El Cid55 Jours de Pékin, L'Agonie et l'Extase, Khartoum, La Planète des singes et les trois mousquetaires.

    Acteur de formation classique, M. Heston a dit un jour que " les grands rôles sont toujours shakespeariens " et il a fait ses débuts à Broadway dans Antoine et Cléopâtre du dramaturge.

    En plus de sa performance scénique comme Marc Antoine en 1947, M. Heston a interprèté  de nouveau le politicien romain dans les adaptations cinématographiques de Jules César de Shakespeare en 1950 et 1970 et encore, sous une forme différente, dans une version cinématographique d'Antoine et Cléopâtre en 1972,  qu'il a dirigé.

    Il a également joué le rôle de " Player King " dans la version cinématographique de Hamlet de Kenneth Branagh en 1996. Mais Macbeth était un rôle favori pour M. Heston.

    M. Heston a joué le rôle à plusieurs reprises sur scène avant et après son apparition aux Bermudes, y compris une production californienne bien reçue en 1975 dans laquelle il est apparu aux côtés de Vanessa Redgrave.

    Le 22 mars, à Los Angeles, la vente aux enchères d'objets de sa propriété comprenait, outre le tableau des Bermudes, Macbeth, une précieuse collection d'éditions  et d'autres pièces rares de Shakespeare.

    La production des Bermudes de Macbeth a été mise en scène sous ce que M. Heston a appelé : "la direction hautement imaginative" de Burgess Meredith.

     

    Un plateau réussi et réalisé par le  pilier de Hollywood,  probablement le plus connu aujourd'hui pour avoir été l'entraîneur Mickey Goldmill, dans le Rocky 1976 et les deux suites,  de Sylvester Stallone, nominé aux Oscars,  Mr Meredith a choisi Fort St Catherine comme cadre sinistre et envoûtant pour la pièce.

    Probablement écrit entre 1599 et 1606, Macbeth raconte l'histoire teintée de surnaturel, d'un noble écossais ambitieux qui s'empare du trône avec l'aide de sa femme intrigante et d'un trio de sorcières.

    «L'endroit était bondé», a rappelé l'ancienne agente des affaires culturelles des Bermudes, Ruth Thomas, qui a assisté à la représentation de 1953 alors qu'elle était une jeune femme. "Il y avait des chaises près de la plage. C'était magique, parce qu'ils avaient allumé le fort.

    "Voir les sorcières sortir qui sait d'où, était fabuleux. Macbeth se tenait au sommet du fort. C'était puissant. "

    Cependant, la production locale acclamée internationalement a également ajouté à la réputation de longue date de Macbeth comme jeu malchanceux pour des acteurs.

    Selon la superstition théâtrale, on dit que Macbeth est maudit et les acteurs évitent de dire son nom au théâtre - l'euphémisme :"La pièce écossaise" est utilisé à la place..

    La "malédiction écossaise" - blâmée pour diverses blessures et les accidents qui ont eu lieu au cours des productions de la pièce pendant près de 400 ans - a même atteint M. Heston

    À un moment donné de la représentation, il a dû se précipiter en coulisses avec des brûlures à l'aine et changer de costume entre les scènes. Quelqu'un avait blanchi ses collants avec du kérosène et cela a apparemment interagi avec la sueur chaude d'un cheval pendant qu'il traversait les créneaux du fort Sainte-Catherine pendant une scène, lui causant une douleur intense.

    Et dans son Journal, M. Heston s'est également souvenu d'avoir été «renversé par une motocyclette» le jour de l'ouverture de la production des Bermudes.

    Pour aggraver les choses, quand une façade en bois a été incendiée pour la scène culminante de la bataille, le vent a déplacé la fumée et les flammes vers le public. Heureusement, personne n'a été blessé.

    Malgré ces accidents, M. Heston est retourné avec plaisir aux Bermudes en 1954 pour apparaître dans une production locale de la comédie Born Yesterday aux côtés de ses interprètes originaux de Broadway, Jan Sterling et Paul Douglas.

    A son retour, il a dit que la pire chose qui lui était arrivée,  était de recevoir un coup de soleil sur une plage de la côte sud quand il posait pour des photos publicitaires avec ses co-stars.

    M. Heston a également entretenu un lien avec l'île pendant de nombreuses années, grâce à son amitié étroite avec l'actrice bermudienne Diana Douglas et son deuxième mari, le producteur et écrivain américain William Darrid, avec lequel il avait partagé un appartement à New York. Ils débutaient  tous deux dans des carrières théâtrales.

    Mme Douglas, première épouse  de l'icône hollywoodienne Kirk Douglas et mère du double  lauréat d'un Oscar et ancien résident des Bermudes, Michael Douglas, est décédée l'an dernier à l'âge de 92 ans.

    M. Heston a dit des Mémoires In The Wings, succès 1999 de l'actrice bermudienne, "Diana Douglas Darrid a eu une vie riche, remplie, comme actrice, femme et mère de superstars de Hollywood, qu'elle a pénétré avec esprit et perspicacité désabusée, les intimités et les défis du showbusiness. Elle est un auteur excellent."

     

    Et il a lu le poème de Robert Frost, Stopping by Wood, lors d'une soirée enneigée au service commémoratif de M. Darrid au Writers Guild Theatre de Beverly Hills après la mort de ce résident à temps partiel des Bermudes en 1992.

     Après le service, il s'est souvenu affectueusement des membres de la famille des Bermudes et des amis présents lors de ses visites sur l'île.

     

    1135785210.2.jpg

    La couverture du programme de production de Macbeth aux Bermudes en 1953

    chuck-coral-beach.jpg

    1954 - Chuck avec Jan Sterling et Paul Douglas aux Bermudes
     
     

    CHUCK Macbeth 1953.JPG

    s-l1600 (20).jpg

    Charlton Heston et Judith Evelyn

    s-l1600 (14).jpg

  • INTERVIEW LYDIA CLARKE HESTON (transcription par Clarisse)

    Après l'interview de Charlton Heston durant le tournage de "LES 55 JOURS DE PEKIN", voici la traduction de la transcription  faite par Clarisse, de l'interview de Lydia Clarke Heston.

    Rien que nous ne sachions déjà.... A questions bateau, réponses bateau..... 

    Décidément, les interviewers manquent d'imagination !!!!

    Merci Clarisse pour votre travail. J'ai fait de mon mieux pour la traduction. 

     

    I : Mme Heston, nous sommes installés ici dans ce magnifique jardin et cette villa... il est difficile d'imaginer que cette vie nomade que vous menez avec Charlton Heston ait des inconvénients, je suis sûr que cela compte...(rires)

    L.H : Eh bien, le seul inconvénient est que ça ne dure pas tout le temps ; j'aimerais pouvoir rester...

    I : Et quels sont les avantages de votre existence de globe trotter ? 

    L.H : Eh bien, il y en a certainement beaucoup, Oh je devrais dire que la découverte d'une nouvelle culture est peut-être la plus excitante et les gens... C'est une chance de vraiment voir des choses comme un touriste ordinaire n'en a jamais l'occasion. Par exemple, l'année dernière, lorsque nous avons travaillé dans ce petit village appelé Peniscola, je me suis promenée et j'ai pris des photos pendant six semaines, mon pauvre mari se débattait avec son épée dans le Cid pendant que je me promenais et prenais des photos (rires), c'était un moment merveilleux.

    I : Et les enfants que vous avez, un garçon de 6 ans et une fille d'un an, quels sont les problèmes particuliers qui se posent avec le recul ?

    L.H : Eh bien, il est tellement habitué, je ne pense pas qu'il y ait d'adaptation consciente du tout, bien sûr il y a le problème de l'école, vous savez les acteurs nomades savent cela bien sûr mais je vais devoir ramener Fraser dans une semaine en Californie pour commencer l'école, je pense qu'il accepte simplement la façon dont nous vivons.

     I : Durant son absence, votre mari lui manque-t-il  beaucoup ?

    L.H : Oh oui, bien sûr, il le ressent  quand Charlie, quand Chuck est parti, mais Chuck écrit tout le temps et il appelle, je pense que la communication est vraiment la réponse à ce problème et après tout, les acteurs ne sont pas les seuls à avoir cette difficulté, mais les médecins l'ont, les marins l'ont, les vendeurs l'ont (rires).

    I : Oui, bien sûr. Ayant été vous-même actrice au théâtre et au cinéma, cela vous rend plus sensible à ce problème d'être tout le temps à l'étranger et d'emmener sa famille avec soi ?

    L.H : Oui, Chuck dit que la seule actrice dont on peut faire une épouse réussie est une actrice non dévouée (rires) ce que j'étais !  (rires) mais je pense que je comprends les problèmes de son travail car comme je l'ai dit, ils ne sont pas si uniques après tout... (rires)

    I : Qui mieux que vous peut parler de Charlton Heston, le père, le mari et vous-même, quand il est à la maison, quel genre d'homme est-il ? Est-il pratique ? Est-ce qu'il répare les objets ? Sait-il cuisiner ? Est-ce qu'il cuisine en fait ?

    L.H : Eh bien, j'aimerais pouvoir dire que c'est un homme d'humeur sombre et furieuses et j'en passe... (rires). (rires) mais franchement je dois admettre que c'est une personne très facile à vivre, il est optimiste dans tous les sens du terme, il s'attend toujours à ce que tout aille pour le mieux et c'est un atout dans la maison et il est terriblement pratique, il pourrait construire le Taj Mahal s'il avait une scie (rires), oui je dirais que c'est un homme très pratique. 

    I : Quels sont ses hobbies Mme Heston, je pense qu'il peint, n'est-ce pas ?

    L.H : Oui, son principal hobby est le tennis, je devrais dire que c'est sa principale folie à ce stade (rires) il est dehors tous les jours, qu'il travaille ou non il est sur le court pendant plusieurs heures et son autre hobby, son autre principal hobby est le dessin, principalement le dessin à l'encre. 

    I : Est-ce que c'est une innovation récente là-bas, est-ce que c'est aussi quelque chose…

    L.H : Oh non non, il fait cela depuis qu'il est enfant, c'est l'une des choses qu'il apprécie le plus du fait que nous soyons à Madrid. 

    I : Et la peinture ? Se sent-il enclin à perpétuer les membres du tournage toujours par des dessins, des tableaux de visiteurs ou des panoramas de ces beaux endroits régulièrement.

    L.H : Non, il ne peint plus, il ne fait que des croquis, mais il dessine beaucoup de personnes sur le plateau, des petits dessins au trait libre et je les trouve terriblement impressionnants. (rires)

    I : Etes-vous un critique sévère de ses films ? 

    L.H : Eh bien (rires) il le pense ! (rires), il pense que je suis très sévère. (rires)

    I : Est-ce qu'il est venu vous demander conseil quand un problème...(Lydia l'a interrompu).

    L.H : oui, oui il le fait, nous parlons des différents aspects de son travail, j'ai découvert cependant qu'il vaut mieux ne pas donner de direction, un réalisateur sur un film est suffisant, j'ai appris cela il y a des années, je me souviens, il faisait une séquence dans une pièce appelée Phèdre que vous connaissez probablement et je lui ai donné une direction, il devait monter et toucher une colonne de marbre alors qu'il aurait dû l'arracher brutalement et la jeter ! (rires) J'ai réalisé instantanément quand je l'ai vu en production que j'avais fait une grosse erreur ; de  ce fait je ne donne plus aucune direction, je fais des commentaires après coup.

    I : Avec 18 ans de vie conjugale heureuse derrière vous Mme Heston, vous réfutez cette vieille histoire selon laquelle on ne peut pas rester heureux en mariage à Hollywood, quel genre de formule recommanderiez-vous personnellement pour un long mariage heureux là-bas ?  

    L.H : Trouver le bon homme ! (rires) En fait, je n'ai pas de secret, je pense qu'une certaine dose de compromis avec les circonstances du travail est nécessaire, je pense qu'il est très important d'être prêt à écrire des lettres, à passer des coups de téléphone et à faire des voyages quand vous le pouvez, et bien sûr les enfants doivent prendre une partie du fardeau, mais je pense qu'il s'agit de trouver un homme qui veut vraiment être marié (rires).

    I : Eh bien, vous en avez certainement trouvé un. Mme Heston, merci de nous avoir parlé de la vie avec Charlton Heston.

    L.H : C'était un grand plaisir. 

    I : Merci. 

    20210927-100642.jpg

     

     TRANSCRIPTION PAR CLARISSE, DE L'INTERVIEW DE LYDIA CLARKE HESTON

     

      

    I : Mrs Heston, we’re setting here in this beautiful garden and villa...it’s hard to imagine that this nomadic life that you’re living with Charlton Heston has any disadvantages, I’m sure it matters…(rires)

    L.H : Well, the only disadvantage is that it doesn’t go on all the time I wish I could stay…

    I : And what are the advantages of this globe trotting existence of yours ? 

    L.H : Oh well, there certainly are a lot of those, Oh I should say the exposure to a new culture is perhaps the most exciting one and the people...It’s a chance to really see things the way an ordinary tourist never has an opportunity. For example, last year when we worked in this little village called Peniscola, I went around and took pictures for six weeks, well my poor husband was struggling with his sword as the Cid as I went around and took pictures (rires), it was such a marvelous time. 

    I : What about the children you have, a boy aged 6 and a girl aged one, what particular problems are involved in retrospect ? 

    L.H : Well, there’s so used to it, I really don’t think there’s any conscious adaptation at all, of course there is the problem of school, you know the nomadic actors have that of course but I’m going to have to take Fraser back in about a week to California to start school, I think he’s simply accept that this is the way we live.

    I : Does he miss the absence of your husband’s a great deal ?

    L.H : Oh yes of course he does when Charlie when Chuck is gone but Chuck writes all the time and he calls, I think communication is really the answer to that problem and after all actor’s aren’t the only people who have the difficulty, yet doctors have it, sailors have it, salesman have it (rires)

    I : Yes of course. Having been an actress yourself in the theater and in Cinema as well, this makes you more sympathetic to this problem of being abroad all the time and taking the family with him ? 

    L.H : Yes, well Chuck says the only actress you can make a successful wife is a non-dedicated actress (rires) which I’m afraid I was !  (rires) but I think I do understand the problem of his job bus as I say they really aren’t so terribly unique after all . (rires)

    I : Well who better than you to talk about Charlton Heston the father, the husband and yourself, when he’s at home, what kind of man is he ? Is he practical ? Does he repair things ? Can he cook ? Does he cook in fact ?

    L.H : Well I would like to be able to say he’s a man of dark moods and furies and so on... (rires) but frankly I have to admit that he is a very easy person to live with, he’s easygoing, he’s optimistic in  every way  he always expect that everything will work for the best and it's quite an asset in the home  but he’s terribly practical, he could build the Taj Mahal if he had a saw (rires), yes I would say he’s a very practical man. 

    I : What’s his hobbies Mrs Heston, I think he paints doesn’t he ? 

    L.H : Yes, his main hobby is Tennis, I should say that was his main insanity at this point (rires) he’s out everyday, work or not work on the court for several hours and his other hobby, his other main hobby is sketching mainly ink drawing.

    I : Is it a recent innovation there, so has it being some…

    L.H : Oh no no, he has done this since he was a child, that’s one of the things he appreciates most of us being in Madrid. 

    I : What about painting? Does he feel inclined to perpetuate the members of his filming ever by drawings, painting visitors or panoramas of these beautiful places routinely.

    L.H :  No he doesn’t paint anymore, he really just sketches but he sketches a great deal people on the set, little free line drawings and I think they’re awfully awesome. (rires)

    I : Are you a stern critic of his films ? 

    L.H : Oh Well (rires) he thinks so ! (rires), he thinks I’m very stern. (rires)

    I : Did he come to you for any advice at all when a problem…(Lydia l’a interrompu).

    L.H : yes, yes he does, we talk over his various aspects of his work, I have discovered however that it’s better not to give direction, one director on a picture is enough, I learned that for sure years ago, I remember, he was doing a sequence in a play called Phaedra which you probably know and I gave him a piece of direction, he was to go up and touch a  marble column when he actually should have been pulling it up by the the roots and throwing it away ! (rires) I realized instantly when I saw it in production that I had made a big mistake insisting I give no direction, I give comments afterwards. 

    I : With 18 years of happy marriage life behind you Mrs Heston, you are disproving this old story that you can’t remain happily married in Hollywood, what kind of formula would you personally recommend for a long happy marriage over there ? 

    L.H : Find the right man ! (ires) Actually I don't have any deep secret, I think a certain amount of compromise with the circumstances  the work is is necessary, I think being willing to write letters and make phone calls and make trips when you can is very important and of course the children have to take some of the burden of that but I think it’s a question of finding a man who really wants to be married (rires)

    I : Well you certainly found one. Mrs Heston thank you for telling us about life with Charlton Heston.

    L.H : It was a great pleasure. 

    I : Thank you. 




  • MELBOURNE (Australie) RENCONTRE AVEC LA PRESSE 6 décembre 1960

    Notre jeune hestonienne, étudiante en cinéma, Clarisse, a transcrit cette interview de Charlton Heston parti présenter BEN HUR en Australie.  C'était le 6 décembre 1960 et Charlton Heston est interviewé  pour une chaîne de télévision de Melbourne. 

    Nous avons collaboré pour vous présenter ce travail de transcription (par Clarisse)  et de traduction (par moi-même). 

    Une fois cette traduction terminée, j'ai trouvé certaines questions un peu niaises et indigentes mais sans doute fallait-il avant tout, que ces journalistes présentent Charlton Heston aux Australiens le plus simplement possible car il est vrai qu'avant BEN HUR, Charlton n'était pas encore connu mondialement.

    Nous pouvons constater également, la gentillesse, la courtoisie, la patience et surtout l'intelligence de Charlton Heston,  qui seront sa force au long de sa carrière. Je crois pouvoir comprendre pourquoi, au fur et à mesure que montait sa notoriété, il a pratiquement organisé les réponses qu’il ferait aux journalistes, car il les avait formatées définitivement dans son esprit et c’est ce qui explique je suppose, que nous ayons toujours l’impression de lire la même chose quelque soit les interviewes auxquelles il a participé durant tant d’années.  

    Nous pouvons aussi relevé quelques contradictions dans certaines de ses déclarations, je vous laisse le soin de les découvrir vous-mêmes ...

    Merci à Clarisse à qui je souhaite une brillante carrière après ses études. 

     

    20210827-183722.png

     

    KW : Bonsoir Mesdames et Messieurs, bienvenue à la Rencontre avec la Presse. Je dois tout d'abord m'excuser pour l'absence de Mme Charlton Heston qui avait très gentiment accepté de venir ici ce soir, bien qu'elle ait voyagé pendant près d'une semaine avant d'arriver ici. Malheureusement, elle était prête à venir mais elle a finalement estimé que c'était trop et qu'elle ne pouvait pas y faire face. J'ai maintenant hâte de vous présenter la star de Ben Hur, M. Charlton Heston, bonsoir M. Heston.

    CH : Mais la dernière jolie moitié de la famille Heston...(impossible d'entendre ce qu'il dit à la fin de sa phrase mais il a fait rire les membres présents et le présentateur King Watson).

    KW : J'en suis certain .... Je voudrais vous présenter les membres : tout d'abord M. Richard Hugues, un de nos reporters.

    RH : Bonsoir M. Hugues

    KW : Notre critique de cinéma, M. John Griffin Foley.

    JGF : Bonsoir M. Heston

    CH : Il n'a pas l'air très farouche (rires)

    KW : Et M. Ross Campbell

    PDVD_268.png


    RC : Bonsoir M. Heston, tous ceux qui ont vu Ben Hur et beaucoup de ceux qui ne l'ont pas vu parlent de la grande course de chars dans le film. Pouvez-vous nous dire comment vous vous êtes entraîné pour cette course ?

    CH : Bien sûr, le commentaire important que je dois faire sur la course, surtout compte tenu de la préoccupation actuelle en Amérique sur les scandales des jeux télévisés, donc dans un programme de télévision, je pense qu'il est particulièrement impératif de préciser que la course a été truquée et je sais qu'elle a été truquée.(rires)

    Intervenants : oui oui

    CH : Même pour gagner une course truquée, j'ai dû faire des efforts considérables pour apprendre à rester dans le char et je suis allé à Rome deux mois avant le début du tournage et j'ai travaillé tous les jours. Dans les films, n'importe où dans le monde, j'ai découvert qu'il faut être capable d'apprendre à tout faire juste assez bien pour qu'on puisse vous filmer pendant que vous le faites, et c'est à peu près tout ce que j'ai réussi à faire avec le char.

    RC : Et avez-vous dû tourner les scènes encore et encore avec tous les...(Heston l'a interrompu)

    CH : Oh, la course a été tournée par intermittence sur une période de trois mois et, bien sûr, jamais plus d'un tour en une seule prise, et encore, ce n'était que pour une petite partie de la course, les chevaux pouvaient avoir couru un tour complet mais ils n'en filmaient qu'une petite partie. Parfois il y avait jusqu'à trois unités différentes de l'équipe de tournage travaillant sur la course, William Wyler, le réalisateur, tournait la plupart des séquences importantes avec moi, Messala et ainsi de suite, mais souvent nous partions travailler pendant quelques jours sur une autre séquence et une deuxième unité parfois, une troisième unité restait sur place pour filmer les figurants et les gardes, ou les sabots des chevaux qui couraient,  ou  les roues des chars, des choses comme ça et ce processus a duré trois mois, c'était la course la plus lente jamais courue je suppose (rires).

    KW : Dans le film, la course dure environ 15 minutes je pense ou peut-être un peu plus, y a-t-il un temps de tournage réel ?

    CH : C'est ce qu'il semble. Lorsque j'ai vu le film, j'ai pris la peine de vérifier une fois avec mon chronomètre et à partir du signal de départ, c'est presque exactement ce que ce serait dans une vraie course, c'est neuf minutes et 20 secondes.

    KW : Vraiment ?

    CH : Bien sûr, il y a des séquences avant la course où les chevaux paradent et qui ne sont pas retenues, mais la course proprement dite dure un peu plus de neuf minutes.

    RC : Nous sommes frappés par la quantité de scènes difficiles qui se passe dans cette course, M. Heston, particulièrement pour le rôle de Messala, bien sûr.

    CH : Complètement impossible...(j'ai pas réussi à entendre ce qu'il dit à la fin)

    RC : Oui (rires)

    CH : Vous avez vu ce qui lui est arrivé. ?

    RC : Oui, il a dit qu'il avait eu son compte finalement. Mais à Rome, il n'y avait pas de commissaires ou de règles pour ces courses ?

    CH : Non, j'ai fait quelques recherches sur les courses de chars qui étaient certainement de loin le sport le plus populaire dans le monde antique et nous pensons aujourd'hui que nos grands stades pour athlètes sont quelque chose à voir mais le Circus Maximus dans la Rome antique qui était principalement pour les courses de chars contenait presque deux fois plus de personnes que n'importe quel stade dans le monde aujourd'hui. Le circus Flaminius également à Rome contenait presque autant de personnes et ce sont deux stades de même taille dans une seule ville. Le cirque dans Ben Hur est censé représenter le grand cirque d'Antioche qui était également très grand, mais bien qu'il ait été très populaire et qu'il ait perduré en tant que course de chars pendant plusieurs siècles, pour autant que je puisse le déterminer, la faute était parfaitement permise, et même considérée comme faisant partie du jeu. C'est probablement l'une des raisons pour lesquelles les conducteurs étaient si importants, un bon conducteur gagnait la plupart du temps avec n'importe quelle équipe raisonnablement compétente, contrairement aux courses de plat ou de steeple, enfin je suppose moins dans les courses de steeple, mais certainement dans les courses de plat aujourd'hui. L'élément principal est la vitesse du cheval, le cheval le plus performant en tout cas, gagne généralement, mais ce n'est pas la même chose pour les courses de chars, car le conducteur le plus habile à effrayer ses adversaires, à les bluffer dans un virage ou à les détruire, gagnera.

    CIRCUS MAXIMUS ROME.jpgCIRCUS FLAMINIUS.jpg

                                                    Circus Maximus                                                              Circus Flaminius



    KW : Dans ce tournage, y a-t-il eu des pertes réelles parmi les conducteurs ou les chevaux ?

    CH : Non et beaucoup de gens trouvent cela difficile à croire, je peux seulement vous assurer avec toute la sincérité dont je suis capable que c'est parfaitement vrai. Nous étions préparés à des blessures ou même à des décès de chevaux et même d'hommes, quand je dis préparés, je veux dire que nous nous y attendions avec appréhension mais la pire blessure d'un cheval a été une épaule cassée et la plus grave : pour certains des conducteurs quelques clavicules et une cheville cassées. Ce n'était pas seulement le résultat d'une grande chance mais un hommage à l'immense compétence dans la planification et la gestion de toute la course par Yakima Canutt qui en était responsable.

     

    KW : Messala et vous aviez des doublures pour certaines parties de cette course ou quand avez-vous réellement conduit ?

    CH : Non, je n'ai pas fait toute la course, je n'ai pas fait la chute où Ben Hur est jeté du char et j'espère que je n'ai pas besoin de dire que Stephen Boyd n'a pas été traîné (rires). Un autre homme a été payé très cher pour cela et il l'a mérité. (rires).

    RH : Vous avez dû faire beaucoup d'entraînement pour cela. M. Heston, pensez-vous que vous serez un jour capable de faire un usage pratique d'un char avec quatre chevaux

    CH : Non, je ne pense pas, c'est juste une autre des nombreuses compétences plutôt spécialisées que j'ai acquises au cinéma. Dans le premier film dans lequel je jouais, j'ai appris à distribuer le Blackjack d'une seule main, comme le font les croupiers de Las Vegas. J'ai joué le rôle d'un croupier de Las Vegas dans ce film et je peux toujours distribuer les cartes d'une seule main, mais mes amis ne joueront pas avec moi si je le fais, donc ce n'est pas bon. Mon deuxième film, qui était un film sur le cirque, j'ai appris à charger des cages d'animaux sur un wagon plat avec un tracteur diesel à chenilles de dix tonnes, et ce n'est pas le genre de passe-temps auquel vous êtes susceptible d'être appelé pendant un week-end de repos. J'ai appris à faire de la plongée sous-marine, de l'attelage de chars, toutes sortes de choses bizarres, aucune d'entre elles n'était parfaite, juste pour les besoins des films, mais j'ai depuis longtemps renoncé à essayer de les intégrer dans mon mode de vie quotidien.

    JBF : Vous dites, M. Heston, que la course était truquée, ce qui est assez naturel. N'est-il pas vrai que dans l'une des versions scéniques, Messala a battu Ben Hur parce que le tapis roulant s'est coincé ? (rires)

    CH : M. Foley, vous affichez une connaissance encyclopédique de l'histoire du théâtre américain, vous avez parfaitement raison. Je me demande si vous savez aussi que l'acteur qui jouait Messala à l'époque, l'homme qui a créé le rôle et ce avant sa remarquable carrière dans les premiers films muets, était William S.Hart et qu'un des tapis de course, c'était à Boston, est tombé en panne et Messala a gagné la course !  (rires)

    KW : Il doit y avoir eu des huées de la foule et des rappels pour les étudiants. (rires)

    JGF : Eh bien, M. Heston, depuis combien de temps êtes-vous acteur ? Combien de films avez-vous fait jusqu'à présent ?

    CH : Eh bien, je pense que j'ai été acteur toute ma vie, mais il n'y a pas très longtemps que je vis de mon métier. Cela fera exactement dix ans ce mois-ci que je fais des films et je pense en avoir fait 17 pendant cette période.

    JGF : Dix ans, cela date de votre 16 millimètres de Jules César ?

    CH : Non, je ne le comptais pas, il a été fait l'année précédente, ce n'était pas vraiment un film professionnel. J'avais joué à Broadway à l'époque mais je n'avais jamais joué professionnellement dans des films et c'était presque une sacrée entreprise d'amateurs. Je suis revenu à New York et j'ai joué dedans pendant l'été et j'ai été payé 35 dollars par semaine parce que je disais que je ne pouvais pas me permettre de travailler gratuitement, je mourais de faim mais tout le monde le faisait.

    KW : Pouvez-vous nous en citer quelques-uns, nous savons que certains sont les plus grands comme les Dix Commandements, les Grands Espaces ...

    CH : Bien sûr, je préfère oublier certains autres. (rires) Les Grands Espaces, les dix commandements, une seule comédie dont je suis excessivement fier, j'aimerais en faire une autre, un film intitulé La guerre privée du Major Benson.

    Membres du panel : oh oui oui

    CH : un film biographique sur Andrew Jackson intitulé The President's Lady, un autre film dans lequel Jackson apparaît très brièvement mais j'admire tellement l'homme que j'ai rejoué le rôle, intitulé Les Boucaniers, qui était un remake de la version originale. Puis un film intitulé Quand la Marabunta Gronde.

    Un des membres du panel : Aussi quelques westerns...

    CH : Oui Les Grands Espaces, plusieurs autres westerns, Les Grands Espaces était le meilleur.

    KW : Dans Sous le plus grand chapiteau du Monde, je pense que vous avez joué le directeur, le saviez-vous ?

    CH : Oui euh-euh, en fait un grand souvenir pour moi.... en dehors du fait que c'était le premier film vraiment important que je faisais  et une énorme percée pour moi, je me souviens de ce film parce que la plus belle chose qu'on m'ait jamais dite sur mon jeu d'acteur a été dite à propos de ce film, cela ne semble pas bon au premier abord mais plus vous y pensez, plus vous l'aimez. Le film a été réalisé et a eu un énorme succès. Je n'étais pas du tout connu à l'époque et M. DeMille m'a montré une lettre qu'il a reçue d'un cinéphile qui avait été très impressionné par le film. Il a écrit pour parler en détail de la performance de Jimmy Stewart dans le rôle du clown, de Betty Hutton et de Cornel Wilde et vers la fin de la lettre, il a dit : " Et je veux vous dire aussi que je pense que le directeur du cirque, a fait presque aussi bien que les vrais acteurs. " (rires) Plus vous y pensez  et mieux cela ressort, alors je m'en suis toujours souvenu.

    RH : Dites-moi M. Heston, lequel de ces films avez-vous le plus aimé faire ?

    CH : Je suis de plus en plus convaincu qu'un bon film n'est pas quelque chose que vous aimez faire, mais quelque chose que vous aimez regarder une fois qu'il est terminé. Un ou deux autres films étaient plus agréables à faire, mais Ben Hur ne l'était certainement pas. William Wyler est un homme aux capacités remarquables, un homme sympathique,  simple, drôle, intelligent, plein d'esprit, un hôte charmant,  un merveilleux compagnon de voyage mais quand il est assis dans son fauteuil, personne ne s'amuse. (rires)

    GF : Quel a été le rôle le plus exigeant, Moïse dans Les Dix Commandements ou Ben Hur M. Heston ?

    CH : : Je pense que c'est probablement Ben Hur. Le potentiel de Moïse en tant que personnage et symbole pour les peuples des trois religions est bien sûr presque illimité.  Vous pouvez difficilement mesurer l'impact du personnage qu'est cet homme mais d'un autre côté, il y avait, pour ce qui est de l'incarner dans un film, de nombreuses scènes  dans lesquelles je n'apparaissais pas et,  aussi l'approche de M. Demille à la réalisation du film était moins en termes de personnage individuel qu'en termes de scènes globales, tandis que Willy n'abandonnera pas,  d'abord parce que sa conception du cinéma est axée sur les personnages individuels et ensuite parce que sa conception d'une journée de travail consiste à ne pas abandonner un petit plan avant d'être absolument convaincu que personne ne peut faire mieux, y compris lui. 

    RC : J'ai été plutôt déçu qu'il n'y ait pas d'orgie dans Ben Hur M. Heston... c'était plutôt une spécialité de DeMille, était-ce si important...

    CH : Eh bien, je pense que l'orgie avait un rôle un peu moins important dans la vie romaine que certains aspects de notre culture populaire pourraient nous le faire croire. (rires)

    KW : Je crois que vous et votre femme étiez à un moment donné co-directeurs d'un petit théâtre, c'est vrai ?

    CH : Oui c’est parfaitement vrai, eh bien j’ai beaucoup travaillé dans un petit théâtre à la fois en tant qu’acteur quand j’étais enfant et le premier emploi que nous avons eu après ma sortie de l’armée en 1947 était de diriger avec Lydia ce petit théâtre à Asheville, c’était l’année dont nous avions besoin pour travailler et la principale chose que j’ai découverte c’est que je n’aime pas diriger (rires)

    KW : Quand vous dites Lydia, le nom de scène de votre femme est Lydia Clarke...c'est bien cela ?

    CH : Oui, depuis que (notre) fils est né, elle joue par intermittence, juste assez pour garder la porte ouverte, disons...(rires).

    KW : Avez-vous déjà joué ensemble en tant que mari et femme ?

    CH : Très rarement, en fait, le prochain travail que nous ferons, j’irai à Londres d'ici, nous descendrons à Melbourne, pas d'ici, nous descendrons à Melbourne demain mais nous reviendrons à la fin de la semaine et nous prendrons un Qantas pour Londres où je ferai Jules César pour la télévision et Lydia jouera Portia dans cette pièce.

    (Qantas est la principale compagnie aérienne australienne.)

    KW : Et quel rôle y jouerez-vous ?

    CH : Brutus, j'ai joué Antoine une fois, je pense qu'un acteur ne devrait se permettre qu'un seul tour de piste avec Marc Anthony, c'est le rôle le plus éprouvant pour les acteurs dans Shakespeare et une fois que vous l'avez fait, vous devriez laisser quelqu'un d'autre le faire. (rires)

    RW : Eh bien, y aura t-il d'autres grands noms dans cette pièce ?

    CH : En fait, oui, nous avons un casting avec lequel je suis très fier d'être associé et quand j'ai parlé de Marc Anthony, j'aurais dû ajouter que dans ce cas, bien qu'Anthony soit un rôle éprouvant pour des acteurs, nous avons aussi un merveilleux acteur qui le joue : Trevor Howard qui est un très grand acteur, Lydia comme je l'ai dit jouera Portia, Wendy Hiller sera Calpurnia, Orson Welles qui le met en scène sera César et Wendy Hiller sera Calpurnia (il a répété deux fois son nom et s'est rendu compte après qu'il l'avait déjà dit haha) . ...Euh euh Robert Marley sera Casca.

    RC : M. Heston, il y a eu quelques critiques sur la cruauté et la violence de Ben Hur, quelle est votre opinion sur ces scènes ?

    CH : Au moins, je peux vous donner une meilleure opinion que la mienne, du moins une opinion plus désintéressée. Nous avions peur que le Lord Censeur en Angleterre exige des coupes de certaines de ces séquences parce que les censeurs britanniques sont notoirement rigides sur l'utilisation de la violence dans les films, mais il a passé le film sans aucune coupe et quand je lui ai posé la question à un cocktail où je l'ai rencontré, j'étais à Londres pour la Première du film et il m'a dit : "Je m'attends à entendre beaucoup de choses à ce sujet de la part des producteurs d'autres films qui s'attendront à des concessions similaires qu'ils n'obtiendront pas". Il a ajouté : "Mais il me semble que le thème de votre film est la futilité de la violence et que, par conséquent, la démonstration de la violence a un certain but" et je ne pouvais pas le dire plus succinctement. Je suis ravi de savoir qu'il ressent la même chose.

    RC : Vous pensez qu'il va effrayer ou horrifier les enfants ? 

    CH :. Oui, je suis heureux de dire officiellement devant ce que je suppose être un énorme public ici (rires) que je ne pense pas que Ben-Hur soit un film pour les enfants, ce bruit sourd que vous avez entendu dans le coin était un homme de la METRO qui s'évanouissait tranquillement (rires) - mais je sais que William Wyler qui a plusieurs enfants n'a pas permis à ses jeunes enfants de voir le film et n'en a pas l'intention. Il est certain que, Fraser, mon fils ne le verra pas avant longtemps, bien sûr il n'a vu aucun de mes films, mais il est fait de manière trop réaliste, je pense, et certainement à cause des scènes de violence qui, bien qu'elles ne soient pas introduites gratuitement pour les besoins du films,  sont toujours des scènes très dures et je pense que cela place le film dans une catégorie qui n'est pas destinée aux enfants

    KW : La bonne quantité de sang versé dans ce film... qu'utilisent-ils pour le sang ?

    CH : Avant que ce film ne soit terminé, je commençais à penser qu'ils utilisaient le mien mais (rires) non, ils utilisent une composition de glycérine et de colorants chimiques. Cela dépend, parfois si vous êtes censé saigner sur une chemise qu'ils veulent utiliser dans une autre scène plus tard dans le film et qu'ils doivent la laver, alors ils utilisent un sang lavable et parfois ils doivent utiliser un sang qui coagule efficacement (rires), donc ils ont différents sangs pour différentes raisons.

    RH : Avez-vous fait du travail en direct à la télévision, M. Heston ?

    CH : Tout le travail que je fais à la télévision est en direct, je ne fais pas de film à la télévision, je ne pense pas... Je parle bien sûr de l'interprétation des drames, je ne pense pas que l'on puisse faire du bon travail en film à la télévision, la pression du temps est trop grande, donc je fais de la télévision assez fréquemment mais jamais de film.

    RH : Considérez-vous que c'est un média plus difficile que le cinéma ou la scène du point de vue de l'acteur ?

    CH : C'est un média différent. Je pense que l'acteur a tort de ruminer sur les choses difficiles d'un média donné parce que chaque média a des choses difficiles. La télévision en direct, il y a une grande pression du temps et vous le faites seulement parce que c'est un tour de piste et si quelque chose ne va pas, ce n'est pas comme dans une pièce de théâtre quand vous l'emmenez hors de la ville à Boston pour deux semaines et si vous n'aimez pas ce que vous faites une semaine vous pouvez changer,  ou un film dans lequel au moins pendant un jour donné vous pouvez  changer mais dans la télévision en direct, une fois c'est tout mais c'est toujours un média très excitant et un média dans lequel vous pouvez au moins dans mon expérience, faire des choses que vous ne pouvez pas faire dans les autres médias. Voyons voir, le dernier rôle que j'ai joué à la télévision en direct était une production de La Belle et la Bête, ce n'est pas le genre de chose que vous pourrez faire dans un film et il est très peu probable que vous puissiez le faire sur une scène.

    RH : Un journaliste du magazine Variety a récemment affirmé que la télévision était le meilleur terrain d'entraînement, le meilleur terrain d'entraînement pour les dramaturges et les réalisateurs, êtes-vous d'accord avec cela ? 

    CH : Oui je pense que c'est quand je dis le meilleur, je pense que c'est presque le seul disponible, ça consomme énormément de produit, la partie dangereuse c'est qu'il a aussi tendance à consommer du talent, vous avez  tendance à tomber dedans si vous travaillez exclusivement dans le médium comme vous le feriez si vous étiez un jeune acteur, réalisateur ou écrivain et que vous y pénétriez et que vous vous trouviez dans une position où vous travailliez sur un programme donné, vous pouvez soudain avoir l'impression de vider du grain dans une énorme mangeoire qui est constamment vide et il est difficile de se développer au-delà d'un certain point de cette façon, vous apprenez une certaine facilité et une certaine finesse mais c'est une boîte affamée, cette petite chose assise dans le salon.

    JGF : M. Heston, que pensez-vous de ce qu'on appelle la method acting qui nous est illustrée par James Dean et Marlon Brando ?

    CH : Eh bien, la METHOD ACTING  avec un grand M est la chose la plus mal comprise, la plus surfaite qui soit arrivée au théâtre depuis que les garçons ont cessé de jouer les rôles des femmes dans le théâtre élisabéthain. (rires) La method acting avec un petit m est quelque chose que chaque acteur américain et britannique qui a étudié et à laquelle il  a été formé au cours des vingt-cinq dernières années signifie dans ses termes les plus simples que vous pouvez faire en sorte qu'un public vous croit mieux si vous croyez en vous-même, mais la méthode avec un grand M signifie bien sûr l'Actor's studio qui est dirigé par un homme énormément capable nommé Lee Strasberg qui a enseigné et travaillé intensivement dans le théâtre américain pendant de nombreuses années. J'ai travaillé dans une de ses classes après la guerre avant qu'il ne fonde le studio, c'est comme je l'ai dit un homme extrêmement compétent et son école est une bonne école mais elle a attiré beaucoup de publicité et à cause de la publicité, elle a attiré beaucoup de jeunes dilettantes, ce qui est le cas dans toutes les écoles d'art dramatique, beaucoup de jeunes vont dans une école d'art dramatique parce qu'ils pensent que c'est glamour ou amusant ou qu'ils vont rencontrer des filles ou quelque chose comme ça (rires) et l'Actor's studio ne fait certainement pas exception. Quant à ses diplômés les plus connus, la plupart d'entre eux, les plus célèbres étaient de bons acteurs avant la création du studio, c'était certainement le cas de Marlon, Eli Wallach, Julie Harris, Maureen Stapleton...

    JGF : Pourquoi avez-vous fait une distinction entre la méthode avec un M majuscule et le mot avec un petit m

    CH : C'était juste une façon de parler. Quand on dit la Méthode et qu'on met un M majuscule, on parle de l'ensemble de l'Actor's studio. 

    JGF : C'est ce que Strasberg a tiré de Stanislavski...

    CH : Oui et le petit m est la méthode de Stanislavski et nous en parlons depuis des années, toutes les écoles de théâtre dont j'ai entendu parler utilisent la méthode de Stanislavski mais avec un petit m.

    KW : Maintenant nous passons du jeu d'acteur à la Mode, vous portez ce qui semble être un type de vêtement très confortable, surtout au début de Ben Hur où vous vous promenez dans une sorte de longue tunique avec une ceinture autour. Ne vous est-il jamais venu à l'esprit que ce pourrait être une façon très confortable de se prélasser dans la maison en été dans une telle tunique ? 

    CH : Eh bien, je passe une très grande partie de ma vie professionnelle dans autre chose que des pantalons, donc je trouve les costumes plus anciens très confortables. Les tuniques et les toges romaines étaient certainement parmi les vêtements les plus confortables et les plus pratiques jamais conçus, oui. 

    KW : Nous aurions dû demander à votre femme si elle était là, mais est-ce que tous les bijoux dans Ben Hur qui étaient si remarquables ont créé une mode en Amérique pour ce genre de bijoux, ces médaillons romains et autres ?

    CH : Les personnes qui ont fabriqué des bijoux fantaisie basés sur les bijoux de Ben Hur espèrent sincèrement que c'est le cas, je ne suis pas en mesure de le dire, Lydia pourrait vous le dire mieux que moi.

    RC : J'ai été plutôt impressionné par votre performance en tant que galérien M. Heston, êtes-vous un rameur ? 

    CH : Je le suis maintenant que je suis rentré. Quand nous avons terminé ces scènes, je me suis dit que je voulais vraiment retourner en Amérique, mais je ne pensais pas que je devrais ramer jusqu'au bout. (rires)

    KW : Maintenant, M. Heston, je suis terriblement désolé, cette session doit se terminer, nous avions encore beaucoup de questions à vous poser et je suis sûr que les téléspectateurs auraient aimé entendre les réponses mais malheureusement nous devons nous arrêter...

    CH : Eh bien, j'ai vraiment apprécié...

    KW : Merci beaucoup d'être venu.

    CH : Merci messieurs et vous tous qui êtes là à regarder.

    KW : Maintenant, c'est une bonne nuit pour Meet the Press.



    20210827-183901.png



    TRANSCRIPTION DE CETTE INTERVIEW PAR CLARISSE

            Meet the press Interview  December 6, 1960

     

    KW: Good evening ladies and gentlemen, welcome to meet the press. I must begin by apologizing for the absence of Mrs Charlton Heston who had very kindly agreed to come here tonight although she had been and she knew she would have been traveling for nearly a week before she got here. Unfortunately having got here she was all ready to come but she finally felt that it was just too much and she couldn’t face it so she sends her apologies. I now have much pressure on introducing the star of Ben Hur Mr Charlton Heston, good evening Mr Heston. 

    CH : But the last pretty half of the Heston family…(impossible d’entendre ce qu’il dit à la fin de sa phrase mais il a fait rire les membres du panel et le présentateur King Watson.)

    KW : I’m sure….I’d like to introduce to you the panel members, first of all Mr Richard Hugues, one of our reporters.

    RH : Good evening Mr Heston 

    KW : Our film critic Mr John Griffin Foley 

    JGF : Good evening Mr Heston 

    CH: He doesn’t look very fierce (rires) 

    KW : And Mr Ross Campbell 

    RC : Good evening Mr Heston, everybody who has seen Ben Hur and a lot of people who haven’t seen it are talking about the great chariot race in the film. Could you tell us something of how you trained for the race ? 

    CH : Well of course the significant comment I have to make about the race especially in view of the current preoccupation in America with television quiz scandals, so on a television program I feel it especially imperative to make clear that the race was fixed and I know it was fixed. 

    (rires)

    Panelists : yes yes 

    CH : Even to win a fixed race I had to go to great lengths to learn to stay in the chariot and I went to Rome two months before shooting on the film began and worked every day. In movies I’ve found you have to be able to learn to do anything in the world just well enough so they can take your picture while you’re doing it and that’s just about as good as I got with the chariot. 

    RC : and did you have to shoot the scenes again and again with all the…(Heston l’a interrompu)

    CH : Oh the race was shot intermittently over a period of three months and of course never more than a lap of time in one shot and then that would only be for a small part of the lap, the horses might have run a whole lap but they’d only be shooting a small portion of it. Once they had as many as three different units of the shooting company working on the race, William Wyler, the director was shooting most of the significant footage with me and Messala and so forth, but often we’d go off and work for a few days on another sequence and a second unit sometimes, also a third unit would stay behind shooting extras and guards or horses hooves running or chariot wheels, things like that and this process went on for fully three months, it was the slowest race ever run I guess (rires). 

    KW : On the actual film the race takes about 15 minutes I think or perhaps a little longer, does it have actual filming time ?

    CH : It seems like that, I took the trouble to check it one time on my stopwatch when I saw the film and from flagged flag it’s almost exactly what it would be in a real race, it’s nine minutes and 20 seconds. 

    KW ; Isn’t it ?

    CH : Now of course there’s footage beforehand where the horses are parading around, that doesn’t come but the actual race is just over nine minutes. 

    RC : we’re struck by the amount of dirty work that goes on in this race Mr Heston, particularly in the part of Messala of course.

    CH : Thoroughly uncertainty…(j’ai pas réussis à entendre ce qu’il dit à la fin)

    RC : Yes (rires) 

    CH : You saw what happened to him. 

    RC : Yes he said he got his desserts to finish. But in Rome didn’t they have any stewards or any kind of rule these races ? 

    CH : No, I did a little research on chariot racing which was certainly far and away the most popular sport in the ancient world and we think of our big athletes stadia today as being something to look at but the Circus Maximus in ancient Rome which was primarily for chariot racing held almost twice as much as many people as any stadium anywhere in the world today, the circus Flavianus also in Rome held nearly as many again and that’s two stadiums of these proportions in one city, the circus in Ben Hur is meant to represent the great circus of Antioch which was also very large but although it was really popular and lasted as a popular sport for several centuries as far as I can determine, fouling was perfectly permissible, indeed considered part of the game, this is probably one reason why  drivers were so important, a good driver would win most of the time with any reasonably good team, unlike flat racing or steeplechasing, well I guess less  in steeple racing certainly in flat racing today. The primary thing is the speed of a horse, the fastest horse, other things being equal, will usually win but with chariot racing not so because the driver who was most skillfully able to either scare off his opponents or bluff them off a turn or  wreck them would win and obviously the longer a driver survived the more cleverly he learned to do these things. 

    KW : In this filming were there any real casualties among drivers or among horses ?

    CH : No and many people find that hard to believe, I can only assure you with all the sincerity at my command that it's perfectly true. We were prepared for injuries or even fatalities to horses and even men, when I say prepared, I mean we were apprehensively expecting it but the worst injury to a horse was a broken shoulder and the worst injury : we had a couple of broken collar bones, some of the drivers and a broken ankle which was not only the result of great good luck but another tribute to the immense skill in planning and handling the whole race by Yakima Canutt who was responsible for it. 

    KW : And did you and Messala have stand-ins for portions of this race or when did you actually do all the driving ? 

    CH : No I didn’t do all the driving, I didn’t do the fall where Ben Hur is thrown from the chariot and I hope I need not (to) say Stephen Boyd did not get dragged (rires). Another man was paid a lot of money for that and he earned it. (rires).

    RH : You had to do a lot of training for this. Mr Heston do you think you’ll ever be able to make practical use of four horses in the chariot ? 

    CH : No I don’t, it’s just another one of the number of rather exoteric skills I’ve picked up in movies. This first picture I made, I learned to deal Blackjack one-handed the way the dealers in Las Vegas do. I’ve played a Las Vegas dealer in this film and I can still deal cards one-handed but my friends won’t play with me if I do so that’s no good, my second picture which was a picture about the circus, I learned to load animals cages on a railroad flat  car with a ten ton diesel caterpillar tractor and this isn’t the kind of pastime you’re likely to be called on for an idle weekend. I’ve learned skin diving, charioteering, all sorts of odd bits, none of them well you know, just to do them but I’ve long since given up trying to fit them into my everyday pattern of living. 

    JGF : You say Mr Heston that the race was fixed, well naturally enough. Is it not a fact that in one of the stage versions, Messala once beat Ben Hur because the treadmill got stuck ? (rires)

    CH : Mr Foley, you display an encyclopedic knowledge of American theater history, you’re perfectly right. I wonder if you also know that the actor playing Messala at that time was the man who created the role and this was before his remarkable career in the early silent films,  was William S.Hart and one of the treadmills, this was in Boston, broke down and Messala won the race !  (rires)

    KW : There must have been booes from the crowd of calls for the students. (rires)

    JGF : Well Mr Heston, how long have you been acting ? How many films have you made so far ? 

    CH : Well I suppose I’ve been acting all my life, I haven’t been making a living on it but a very long though. I’ve been in films exactly ten years this month and I think I have made 17 in that time.

    JGF : Ten years, that dates from your 16 millimeter of Julius Caesar ? 

    CH : No, I wasn’t counting that, that was made the year before, that was really not a professional film. I had  been acting on Broadway then but had never acted professionally in films and this was almost a holy amateur undertaking. I came back from New York and played in it during the summer and was paid 35 dollars a week because I said I couldn’t afford to work free, I’d starve to death but everyone else did. 

    KW : Could you tell us some of them, we know some of the ones are the big ones like the Ten Commandments, The Big country..

    CH : Well of course some of the others I’d rather forget. (rires) The big country, ten commandments, only one comedy which I’m inordinately proud, I’d love to do another one, a picture called The private war of Major Benson.

    Panel members : oh yes yes

    CH : a biographical film about Andrew Jackson called The President’s Lady, another film in which Jackson appeared very briefly but I admire the man so much I played the part again, called The buccaneer, that was a remake of the original version. Then a picture called the Naked Jungle.

    One of the panel members : Also a couple of westerns…

    CH : Yeah The Big country, several other westerns, The Big country was the best. 

    KW : In The greatest show on earth, I think you played the manager, did you know ?

    CH : Yes uh-huh, as a matter of fact the most I’m….aside from the fact that it was the first really important film I made and an enormous break for me, I remember that picture because the nicest thing I ever had said about my acting was said in connection with that picture, it doesn’t sound good at first but the more you think about it, the better I like it, the picture was an enormous success and was made I was not at all known at the time and Mr Demille showed me a letter he got from some moviegoer had been very impressed with it and he wrote in to say in detail length about Jimmy Stewar’s performance as the clown and Betty Hutton and Cornel Wilde and towards the end of the letter he said : “And also I want to tell you that I think the circus manager did almost as well as the real actors.” (rires) And the more you think about this the better it comes out so I’ve always remembered that. 

    RH : Tell me Mr Heston, which of these films did you most enjoy making ? 

    CH : I was coming more and more to the opinion that a good film is not something you enjoy making, it’s something you enjoy looking at after it’s finished, I did enjoy making the comedy. One or two other pictures were fun to make but Ben Hur certainly wasn’t fun to make. William Wyler is a man of delightful capacities, an engaging, humble, amusing, intelligent, witty fellow, marvelous host, marvelous traveling companion but when he sits down in that chair, nobody has any fun. (rires)

    JGF : Which was the most demanding or exacting role, Moses in The Ten Commandments or Ben Hur Mr Heston ? 

    CH : I think probably Ben Hur. The potential of Moses as a character is of course almost boundless as a symbol to peoples of three religions, you can hardly measure the impact of this man’s character but on the other hand, there were as far as playing him in a film, there were many scenes in that picture in which I did not appear and also Mr Demille’s approach to filmmaking was less in terms of individual character than in terms of overall scenes whereas Willy won’t quit.... in the first place, his whole concept of movies is in terms of the individual character and in the second place, his whole concept of a working day is not quitting on a smallest little shot until he’s absolutely convinced nobody involved in it can do anything they’re doing any better including him.  

    RC : I was rather disappointed that there wasn’t an orgy in Ben Hur Mr Heston...that used to be more of Demille speciality, was it as big…

    CH : Well I think the orgy had a somewhat smaller part in roman life than certain aspects of our popular culture would lead us to believe. (rires)

    KW : I believe you and your wife at one stage were co-directors of a little theater, is that right ? 

    CH : Yes that’s perfectly true, well I’ve worked in a little theater extensively both as an actor when I was a kid and the first job we had after I got out of the army in 1947 was directing with Lydia this little theater in Asheville, that was the year we needed by security and the main thing I found out was that I don’t like directing. (rires)

    KW : When you say Lydia, your wife’s stage name is Lydia Clarke..is that right ? 

    CH : Yes since (our) boy was born, she acts  only intermittently just enough to keep the franchise open let’s say…(rires)

    KW : Have you acted together as husband and wife team ?

    CH : Very very rarely, as a matter of fact the next job we do I’m going to London from here, we go down to Melbourne not from here, we go down to Melbourne tomorrow but then come back the end of the week and go on by Qantas to London where I’ll be doing Julius Caesar for television and Lydia will be playing Portia in that.

    KW : And what part would you play in that ? 

    CH : Brutus, I’ve played Antony once, I think an actor should only allow himself one turning bat (j’ignore comment ce mot s’écrit)  with Marc Anthony, it’s the most-actor proof part in Shakespeare and once you’ve done it, you should let somebody else do it. (rires)

    RW : Well, would there be any other big names in this ? 

    CH : As a matter of fact, yeah we have a cast that I’m very proud of to be associated with and when I said about Marc Anthony, I should have added that in this case we also, although Anthony is an actor-proof  part, we have a marvelous actor doing it : Trevor Howard who is a marvelous actor, Lydia as I said will play Portia, Wendy Hiller will be Calpurnia, Orson Welles who’s directing it will be Caesar and Wendy Hiller will be Calpurnia (il a répété deux fois son nom et s’est rendu compte après qu’il l’avait déjà dit haha) ...Uh uh Robert Marley will be Casca. 

    RC : Mr Heston, there’s been some criticism of the cruelty and violence in Ben Hur, what’s your opinion of the scenes ? 

    CH : Well at Least I can give you a better opinion than mine at least a more disinterested one, we were much afraid that the lord censor in England would require some cuts of some of that footage because the british censors are notoriously stiff about the use of violence in films but he passed it without a foot cut and when I asked him about it at a cocktail party I saw, I was in London for the opening there and he said I expect to hear a great deal about that from producers of other pictures who will expect similar concessions which they will not get, he said “But it seems to me the theme of your film is the futility of violence and that therefore the demonstration of violence  has some purpose” and I couldn’t put it more succinctly I’m delighted to know he feels the same way. 

    RC : You think it will frighten or horrify children ? 

    CH : Yes I’m happy to go on record before what I assume is an enormous audience here (rires) in saying that I do not feel Ben-Hur is a film for children, that dull thud you heard in the corner was the metro man quietly fainting away (rires) but I know William Wyler who has several children has not allowed his younger children to see the film nor does he intend to. Certainly, Fraser, my son would not see it for a long time, of course he hasn’t seen any of my pictures but it’s rather too realistically made I think and certainly because of the scenes of violence which while not gratuitously injected for the purpose of their sake are still very toughly made scenes and I think it puts the films in a category that’s just not for children. 

    KW : The good deal of blood spilt in this film...what do they use for blood ? 

    CH : Well before this picture was finished I was beginning to think they were using mine but (rires) no they use a concoction of glycerin and chemical coloring.

    KW : uh yes…

     CH : It depends sometimes if you’re supposed to bleed all over a  shirt that they’re going to want to use in another scene later in the picture and they have to wash it up then they use a washable blood and sometimes they have to use a blood that will coagulate effectively (rires), so they have  different bloods for different purposes.

    RH : Have you done any television live work Mr Heston ?

    CH : All the television work I do is live, I don’t do film television, I don’t think...I’m speaking of course of acting of drama, I don’t think you can do good work in film television, the pressures of time are too great so I do television quite frequently but never on film. 

    RH : Do you consider that a harder medium than film or stage from the actor’s point of view ? 

    CH : It’s a different medium. I think the actor is foolish to brood about the things that are tough about a given medium because  each medium has things that are hard. Live television, there’s a great pressure of time and you’re only doing it because it’s one turn at bat and if something goes wrong, it’s not like in a play when you take it out of town to Boston for two weeks and if you don’t like what you’re doing one week you can change it or a movie where at least during a given day you can change it but in live television, once is all but it’s still a very exciting medium and a medium in which you can at least in my experience, do parts you don’t get to do in the other media. Let's see the last live Tv part I played was a production  of Beauty and the beast, now that’s not the kind of thing you’re going to get to  do in a movie and very unlikely would you get to do it  on a stage. 

    RH : A writer in Variety magazine recently claimed it was the best training ground, television was the best training ground for  playwrights and directors, would you agree with that ? 

    CH : Yes I think it’s when I say best, I think it’s almost the only available one, it consumes product at an enormous rate, the dangerous part of that is that it also tends to consume talent, you tend to fall in it if you work exclusively in the medium as you would if you were a young actor or director or writer and broke into it and found yourself in a position where you were working on a given program, you can suddenly feel as though you’re emptying grain into an enormous feed trough that is constantly empty and it’s hard to develop beyond a certain point in that way, you learn a certain facility and slickness but it’s a hungry box, that little thing sitting in the living room. 

    JGF : Mr Heston what do you think of what’s called Method acting which is exemplified to us by James Dean and Marlon Brando ? 

    CH : Well Method acting with a capital m is the most widely misunderstood thing, an overrated thing that’s happened in the theater since boys stopped playing women’s parts in the Elizabethan theater. (rires) method acting with small m is something that every american and british actor that’s been  trained in the last twenty-five years has gone through and means in its  the simplest terms that you can make an audience believe you best if you believe yourself but Method with a capital m  means of course the Actor’s studio which is headed by an enormously able man named Lee Strasberg who has taught extensively, worked extensively in the American theater for many years, I worked in one of his classes after the war before he founded the studio, he’s as I said an extremely able man and his school’s a good school but it’s attracted a great deal of publicity  and because of the publicity, has attracted a lot of dilettante kids which any acting school does really, a lot of kids go to an acting school because they think it’s glamorous or fun or they’ll meet girls there or something (rires) and the actor’s studio certainly no exception. As for its more well known graduates, most of them, the better known ones were good actors before the studio was founded, that was certainly true of Marlon, Eli Wallach, Julie Harris, Maureen Stapleton...

    JGF : Why did you draw a distinction between the Method with a capital m and  the word with a small m ? 

    CH : It was just a figure of speech. When they say the Method and they use a capital m, they’re talking about the whole thing with the Actor’s studio. 

    JGF : That’s what Strasberg derived from Stanislavski…

    CH : Yes and the small m is Stanislavski’s method and we’ve talked about it from years, every school of acting I’ve ever heard of uses Stanislavsi’s method but they use it with a small m

    KW : Then we move from acting to fashion, you wear what looks to be a very comfortable kind of clothing especially in the early  part of Ben Hur where you’re going around the kind of a long tunic with a belt around it. Does it ever occur to you  it might be a very comfortable way of lounging around the house  in the summertime in such a tunic ?  

    CH : Well I spend a very great deal of my working life in something besides trousers so I find the most ancient costume very comfortable. Certainly the roman tunics and togas were among the most comfortable in practical pieces of clothing ever designed, yes. 

    KW : We should have asked your wife if she’d been here but did all the jewelry in Ben Hur which was so striking create a fashion in America for that kind of jewelry that old roman  medallions and things ?

    CH : The people who have manufactured costume jewelry based on the jewelry in Ben Hur devoutly hope that this is so, I am not in a position to say, Lydia could tell you better than I. (rires)

    RC : I was rather impressed with your performance as a galley slave Mr Heston, are you a rowing man ? 

    CH : I am now when I got back. When we were finished for those scenes, I thought boy, I really want to get back to America but I didn’t figure I ‘d have to row all the way. (rires)

    KW : Now Mr Heston, I’m terribly sorry, this session has to end, we had many more questions to ask you and I’m sure the viewers would like to have heard the answers  but unfortunately we do have to stop…

    CH : Well I really enjoyed it...

    KW : Thank you very much for coming along.

    CH : Thank you gentlemen and all of you right there looking.

    KW : Now it’s good night for Meet the Press.

     

     






     

  • MERRY CHRISTMAS & HAPPY NEW YEAR 2021

    Bonjour chères Amies Hestoniennes et Chers Amis Hestoniens.

    L'année 2020 se termine comme elle a commencé, dans la tristesse, le confinement, le virus COVID qui atteint le monde entier et dont nous ne savons pas quand nous en sortirons. 

    Malgré tout, ne nous sommes pas laissés abattre. Vous avez rendu visite à ce blog dédié à Charlton Heston, le plus Grand des plus Grands. Vous avez laissé des commentaires ou des messages tous aussi sympathiques les uns que les autres. Merci pour votre amitié.

    De mon côté, malgré pas mal de soucis de tous ordres, j'ai pu mener à bien ce que j'ai entrepris en traduisant le livre de Charlton "BEIJING DIARY". Je n'ai pas complètement fini, mais je suis arrivée presque au bout de l'entreprise. J'aurai fini dans le courant du mois de janvier prochain, ce n'est pas si loin.

    Pour 2021, je n'ai pas encore fait de projet, mais notre petite Clarisse m'a donné de quoi m'occuper en matière de traduction pour quelques mois afin de vous apporter toujours plus d'informations. Merci à notre jeune étudiante en cinéma.

    Je compte bien sûr, sur la collaboration de notre cher chroniqueur RENAUD et ses excellents "Grains de Sel". 

    A toutes et tous, je souhaite un JOYEUX NOEL & une BELLE ANNEE 2021. Prenez soin de Vous.  Bisous à tout le Monde. 

    Photolab-244639172.jpeg

     

     

    Photolab-129942907.jpeg

    Photolab-175076871.gif

  • Le petit-fils de Charlton Heston ressemble à la légende

    Un petit article trouvé sur NICKI SWIFT du 13 août 2020, concernant Jack Heston, petit-fils de Charlton.

    "Bon sang ne saurait mentir" prétend le proverbe. A mon avis, Jack ne marche pas sur les traces de son talentueux grand-père. Tout au plus, il pourrait plutôt marcher dans la même direction que son père Fraser, producteur, réalisateur, écrivain et pêcheur sportif.

    Il me semble que si Jack allait dans le sens de son grand-père, je suppose  qu'il tournerait en tant qu'acteur depuis quelques temps déjà, ce qui n'est pas le cas. Son père Fraser a joué son premier et unique rôle à l'âge de six mois en étant Moïse bébé, dans les Dix Commandements. Les journalistes vont vite en besogne. Pour l'instant, nous pouvons voir Jack sur Instagram, où nous découvrons ses qualités de grand sportif avec ses camarades en divers lieux de la planète Terre. 

    Souhaitons à Jack beaucoup de talent et de réussite, si un jour il devait prendre le noble chemin  d'acteur et atteindre les hauteurs inégalées du talent de son grand-père Charlton. 

     

    Charlton Heston

    https://www.nickiswift.com/236325/charlton-hestons-grandson-looks-just-like-the-legend/

     

    PAR DARIAN LUSK/ , 13 août 2020


    Lorsque vous imaginez un acteur hollywoodien classique, il y a de fortes chances que vous imaginiez Charlton Heston. L'acteur sculptural - qui est décédé en 2008 à l'âge de 84 ans - a joué dans une centaine de films au cours de ses 60 ans de carrière, selon le New York Times. Avec sa grande taille, son allure robuste et élégante, la star jouait souvent des personnages bibliques et historiques. Il a parcouru le désert dans le rôle de Moïse dans Les Dix Commandements, a voyagé sur une "nouvelle" planète mystérieuse dans La Planète des Singes et a fait une course héroïque sur son char dans Ben-Hur, ce qui lui a valu un Oscar du meilleur acteur en 1959. 

    C'est presque un euphémisme de qualifier de "classiques" des films épiques comme ceux-ci.  Ce sont plutôt des films fondamentaux qui nécessitent l'expression «ils ne les font pas comme avant». Et ils n'auraient pas été les mêmes sans Heston.  "Avec son corps parfait, mince et puissant, Heston est un héros divin ; construit pour la force, il est un archétype de ce qui fait gagner les Américains", a déclaré la célèbre critique de cinéma Pauline Kael dans sa critique new-yorkaise de 1968 sur Planet Of The Apes. "... Il représente la puissance américaine ... "et" il a le profil d'un aigle."

    Hormis sa vie professionnelle, Heston a eu deux enfants avec sa femme Lydia Clarke, qu'il a épousée en 1944 avant de partir pour la Seconde Guerre mondiale, selon le Hollywood Reporter. De nos jours, il semble que le petit-fils de la légende, Jack Heston - fils de Fraser Clarke Heston - se lance peut-être lui-même dans le métier. Et il est facile de voir les similitudes entre eux.

    Le petit-fils de Charlton Heston travaille également dans l'industrie du cinéma

    Charlton Heston, Jack Heston
    Michael Ochs Archives, Tasia Wells/Getty Images


    Jack Heston, petit-fils de Charlton Heston, ressemble clairement à l'acteur légendaire. Avec un sourire similaire, des traits de visage sculptés, des sourcils épais et un regard plutôt séduisant, il est facile de voir la ressemblance. Cela dit, il tient de son grand-père bien plus que son apparence. Jack semble être intéressé à faire partie de l'industrie du cinéma.

    Le petit-fils de Charlton produit des courts métrages et des films depuis au moins 2013, et en 2018, il a lancé un "mini film" intitulé The Big Break. Selon le magazine Social Life, le film est une  "satire sur l'industrie du divertissement" d'un point de vue d'initié. Pour Page Six, Jack a produit le film avec  Loren Herbert, fils du créateur de Pantone, Larry Herbert, Will Meldman, fils du magnat de l'immobilier Mike Meldman". Comme le dit le proverbe, "c'est vraiment qui vous connaissez."

    Bien que Jack ait d'énormes défis à relever jusqu'à atteindre les sommets de son grand-père, nous sommes impatients de voir s'il continue à se faire un nom à Hollywood.