Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Maria Russo-Dixon : les billets - Page 2

  • 34 - "Charlton Heston une biographie " de Michael Munn - (traduction par Adrien P.)

    51Db8nugfnL._SX350_BO1,204,203,200_.jpg

    …SUITE & FIN

     

    Durant toute sa vie d'acteur, Charlton a résisté à la tentation des chaînes de télévision pour qu'il apparaisse dans des téléfilms ou des séries. C'était souvent à la limite de la séduction. Dès 1957, MCA lui agitait sous le nez une carotte d'un million de dollars pour que le jeune Heston joue dans la série western Cimarron City1, mais il résista. Il évita les téléfilms comme la peste, affichant une attitude quelque peu snob à leur égard, croyant qu'en raison de la vitesse avec laquelle  les séries et les téléfilms sont faits, il ne pourrait jamais produire  le genre de performance qui le satisferait, sans parler de n'importe quoi d'autre. Bien sûr, il était content de faire de la télévision quand la diffusion était en direct et offrait à peu près les mêmes défis que la scène, mais depuis Elizabeth and Essex, il n'a plus du tout fait de télévision, hormis en tant qu'invité dans des émissions d'interview ou même de divertissement. En gros, il se disait : " si vous pouvez faire un film pour le cinéma,  ne faites pas de télé ".

    Elizabeth_The_Queen_photo__86630.1421462813.1280.1280.jpg

    Charlton Heston et Judith Anderson dans ELISABETH ET ESSEX

     

    Sous Ronald Reagan, Charlton s'est d'abord engagé dans la politique de l'industrie du film quand il fut invité à rejoindre la SAG. Cela le mena de fil en aiguille à être élu six mandats de suite président de la SAG, marchant sur les traces de Reagan. Heston n'avait cependant pas du tout l'intention de suivre le chemin que Reagan a pris jusqu'à la Maison Blanche en 1981. A cause de son engagement dans la politique du cinéma, la question de savoir s'il tenterait de se présenter pour devenir sénateur ou même président des Etats-Unis lui a souvent été posée, et comme nous l'avons déjà vu, sa réponse préconçue était : « j'ai déjà été président des Etats-Unis deux fois. »

    Il n'y a même pas si longtemps, en 1984, des rumeurs circulaient selon lesquelles il envisageait de devenir sénateur du parti républicain en Californie, mais il démentit de nouveau ces informations avec son habituel « je préfère jouer un sénateur plutôt que d'en devenir un. »

    Il est tout à fait vrai qu'il a toujours un grand intérêt pour la politique, et il est ravi de voir son proche ami Ronald Reagan diriger l'Amérique. Peu de temps après sa prise de fonction, le président Reagan nomma Heston Président des Arts pour le Groupe de Travail Présidentiel des Arts et des Humanités.

    Son engagement auprès du président ne s'est pas arrêté à cela cette année-là. Presque immédiatement après l'assassinat du président Sadat, il reçut deux offres en une matinée pour jouer Sadat dans des films qui ne virent jamais le jour. L'autorité que porte l'image d'Heston est telle que lorsqu'un cinéaste veut trouver quelqu'un pour représenter un président, il se tourne invariablement vers lui.

    À la fin de 1981, il était de retour sur les plateaux de tournage, mais cette fois, il était de nouveau à la fois acteur et réalisateur. C'était La Fièvre de l'or2, et c'est grâce à Fraser que Charlton en arriva à faire son meilleur film depuis La Planète des singes.

    Fray m'a dit :

    "J'ai passé beaucoup de temps en Colombie britannique et le Yukon en Alaska, et je me suis rendu compte que les contes de Jack London étaient tout aussi modernes pour nous aujourd'hui qu'ils l'étaient à son époque. Je me suis dit, pourquoi ne pas faire une aventure moderne avec des avions à la place des chiens de traîneau, et faire une aventure pleine de suspense de nos jours à la recherche d'un gros filon d'or ?"

    Résultat de recherche d'images pour "fraser heston mother lode"

    ( http://www.agamemnon.com/_pagesAbout/fraser.php)

    Les excursions de Fray dans les terres sauvages rocheuses dataient du tournage de La Fureur sauvage. Accompagné d'un ancien mineur, on lui ouvrit l'accès à des mines d'or et d'argent, et il découvrit les querelles, les suspicions et les excentricités des vieux chercheurs d'or endurcis. Il y avait des histoires de mineurs qui avaient caché leurs découvertes et avaient même tué leurs partenaires. Certains mineurs en devinrent fous.

    Mother Lode

    Le scénario de Fray parlait de deux jeunes aventuriers qui partent en quête d'un filon principal, mais qui ne trouvent qu'un vieux chercheur d'or écossais et son frère jumeau fou à lier. On y trouvait de véritables éléments d'horreur et de suspense, et il décida de le produire lui-même. Il montra bien sûr son script à son père qui adora l'idée de jouer des frères jumeaux, et ils engagèrent Peter Snell pour être producteur exécutif et soutenir Fray pour la mise en place de la production. Leur prochaine tâche était de trouver un réalisateur. Fray dit :

    "J'ai proposé à mon père de diriger parce que j'avais l'impression qu'il pourrait mieux le faire que n'importe qui d'autre, et j'avais raison. Il connaissait le script presque aussi bien que moi, il connaît les lieux et ce genre d'homme.

    Il n'a pas pris cette tâche à la légère ou à mauvais escient. Il y a réfléchi pendant longtemps. Je n'ai rien fait pour le persuader. Je lui ai expliqué pourquoi il était le meilleur pour ce travail."

    Heston senior m'a dit :

    «Quand j'ai dirigé Antoine et Cléopâtre, ça a retiré tout le plaisir créatif du jeu et de la réalisation. J'ai trouvé que la pression pour diriger l'une des plus grandes tragédies de Shakespeare tout en jouant l'un de ses meilleurs rôles était accablant. J'ai alors décidé que je ne dirigerais plus jamais un film où je joue un rôle majeur avec autant de responsabilité qu'en avait Antoine.

    J'ai reçu depuis, une ou deux propositions de réalisation et j'ai répondu plus ou moins en ces termes. Par exemple, si il n'y a aucun rôle pour moi dedans, je ne suis pas intéressé, et si c'est un rôle important, ce serait trop de travail trop dur pour moi, bien que d'autres acteurs comme Clint Eastwood le fassent.

    Après avoir accepté les rôles pour La Fièvre de l'or, c'est Fraser qui a d'abord proposé à ses associés puis à moi de diriger le film.

    Il dit : « tu sais, c'est vraiment ce dont tu as toujours parlé. Tu n'en es qu'à la moitié du script. »

    Je n'avais pas vraiment compté les pages, et alors j'ai pensé, « c'est vrai. »

    De plus, puisque je jouais deux frères écossais, (et je ne peux pas faire les accents sur demande comme Peter Ustinov), j'ai dû travailler pas mal de temps sur l'accent, et cela m'a coûté plusieurs mois de préparation des rôles en tant qu'acteur. Un grosse partie de ma préparation habituelle était derrière moi, et je me suis dit, « si je ne dois en faire qu'un, ce sera celui-là. »

     

    Réunissant des acteurs comme Nick Mancuso, John Marley, Dale Wilson et Kim Basinger avant qu'elle ne devienne une grande vedette, Heston amena son équipe au Canada pour tourner dans les forêts humides de Vancouver. Une lourde pluie incessante n'empêcha pas le tournage fait presque en même temps par deux équipes, la première sous la direction de Charlton Heston et la deuxième sous celle de Joe Canutt. Heston savait depuis Le Cid, La Fureur sauvage et d'autres films l'importance de donner le plein contrôle de l'équipe secondaire au second réalisateur. Il me dit :

    Résultat de recherche d'images pour "joe canutt charlton heston"

    Joe Canutt (Photo Google)

    « Joe Canutt est une arme secrète. Le meilleur du travail sur La Fièvre de l'or vient sans conteste de ce qu'a tourné Joe Canutt. C'est le meilleur réalisateur de scènes d'action au monde. C'est dommage pour Steven Spielberg qu'il ne s'en rende pas compte. Spielberg est un réalisateur extraordinaire, mais diriger les scènes d'action n'est pas son point fort. Les réalisateurs spécialisés le font mieux

    Pour tout vous dire, je ne devrais pas vous révèler cela parce que c'est un secret que j'aimerais garder, mais John Ford, Willy Wyler, Georges Stevens et Cecil B. De Mille utilisaient toujours des réalisateurs secondaires.

    J'aimerais cependant que cela se sache plus parce que je voudrais voir Joe prospérer, mais il y a quand même une partie de moi qui veut que cela reste un secret que je serais le seul à connaître. Et ce secret est que pour qu'un réalisateur ait de bonnes scènes d'action comme dans La Fièvre de l'or, il a besoin d'avoir quelqu'un qui sache comment les faire. Je suis donc ravi que vous m'ayez posé la question, parce que je ne comprends pas comment la nouvelle génération de réalisateurs talentueux peuvent ne pas l'apprendre de la génération précédente.»

    À propos de la réalisation, il dit :

    « Diriger un film, c'est, comme l'a dit Orson Welles, le meilleur chemin de fer électrique avec lequel un petit garçon puisse jouer, mais c'est un travail très difficile. Un moyen facile de le faire est de ne jamais s'asseoir sur le plateau. Même si on peut s'asseoir, on ne devrait pas parce que ça fait retomber la tension.

    L'analogie que je donne souvent qui est parfaitement exacte, surtout quand on tourne en extérieur, c'est comme une opération militaire. La dépendance totale à la météo, les moyens de communication, de transport, la nourriture, le moral, les solutions alternatives… Le commandement est identique dans les deux situations.

    Nous avons eu des problèmes avec la météo. La Colombie britannique est connue pour sa météo peu fiable. Nous travaillions dans des montagnes et des forêts humides. Quand nous tournions dans un lac de montagne (que nous avions atteint après avoir parcouru 37 kilomètres sur des routes sinueuses nettoyées tous les jours par la pluie) et que nous avions cinq jours de tournage là-bas, tous les jours, quand je faisais la route en voiture, je me sentais exactement comme un commandant de peloton d'infanterie. Je me disais souvent, « qu'est-ce qui se passerait si j'étais séparé et que le bataillon suivait la route descendante ? »

         vlcsnap-00130.jpgvlcsnap-00146.png  

    Jamais Charlton et son Fils n'avaient travaillé en si étroite collaboration. En tant que réalisateur, Chuck consultait constamment Fray en tant qu'auteur et producteur. Il y avait eu des querelles entre les réalisateurs et les producteurs ou les studios dans des films antécédents comme La Soif du mal et Major Dundee. Avec Heston senior à la fois tête d'affiche et réalisateur, et Heston junior comme auteur et producteur, il semblait qu'un conflit pouvait éclater n'importe quand, que ce soit entre le producteur et le réalisateur, ou le réalisateur et l'auteur, mais comme Fray aime à le signaler, ce ne fut pas le cas.

    « D'après mon expérience, le conflit était entre le producteur et l'auteur, ce qui était intéressant pour moi parce que je devais régler tout cela par moi-même. C'est presque plus difficile que d'en résoudre un entre le producteur et le réalisateur, et dans mon cas, c'était mon père avec qui il est facile de s'entendre. J'ai beaucoup appris de lui en faisant ce film, et je pense que nous en avons appris beaucoup l'un sur l'autre. Nous avions rarement des disputes de nature violente. Bien sûr, nous avons eu des désaccords. À cet égard, on s'est plus amusé parce que nous devions les résoudre pour le bien du film et non de notre propre ego. Il faut prendre son ego et le jeter à la poubelle, et par chance, je crois pouvoir prendre exemple sur mon père qui est très bon pour mettre ses propres intérêts de côté et se concentrer sur ce qui est important dans une scène ou même dans une simple séquence. Il sait pourquoi chaque séquence est là. Si ça n'a aucune raison d'apparaître dans le film, il ne le montrera pas.»

    Ils finirent le tournage au printemps 1982, quand toute la famille Heston alla à Londres où La Fièvre de l'or allait être monté. Une conférence de presse avait été programmée à leur arrivée où je pus tous les rencontrer et me rendre compte combien Heston agit différemment devant un seul journaliste que devant une foule d'entre eux. Il semblait vraiment bien s'amuser, allant d'un groupe d'intervieweurs à un autre. Tandis que le temps s'écoulait lentement, Fray alla vers lui tandis qu'il énonçait les qualités et les défauts de Vanessa Redgrave.

    « Allez papa, il faut qu'on parte, » lui dit Fray.

    « Pas maintenant, » lança Heston, « je suis en train de raconter une de mes meilleures anecdotes sur Vanessa Redgrave. »

    Mais Fray voyait bien que son père était fatigué, tout comme je l'avais moi aussi remarqué. Il avait l'air vraiment plus vieux que cinquante-huit ans et semblait avoir perdu sa démarche princière. Je pense cependant qu'il était plus fatigué que vieux.

    « Ok papa, mais pas trop longtemps, » dit Fray.

    Heston continua donc son petit spectacle, la voix plus haute, plus enjouée et bien plus désinvolte que dans les interviews privées que j'avais faites avec lui. Le groupe de journalistes, y compris moi, répondit chaleureusement à son histoire, ce qui l'encouragea à continuer. Il joua magnifiquement rien que pour nous.

    La réalité est que sa famille, exceptée Holly, était là plus pour le travail que pour prendre des vacances en famille. Hormis le fait que le père et le fils faisaient leur film ensemble, Lydia venait en tant que photographe et la femme de Fray, Marilyn, qu'il avait épousée il y avait deux ans de cela, était assistante de producteur ainsi que chargée de communication.

    Elle avait ce commentaire à propos de son beau-père : « en tant que réalisateur, il est créatif, d'humeur tempérée, prévenant, quelque peu impatient face aux retards inutiles et connaît parfaitement chaque mot du script. Il a rarement levé la voix. » C'est plus ou moins ce qu'elle pense également de lui en dehors du plateau de tournage.

    Quand on lui demande de parler de sa famille, Charlton dit :

    «Vous savez, les gens me demandent souvent si je m'inquiète de ne pas suffisamment voir mes enfants, mais je réponds : « bien au contraire, je les vois plutôt plus que la plupart des pères. » C'est sûrement vrai maintenant que je peux contrôler ce que je fais et quand est-ce que je le fais. Nous étions tous ensemble dans les montagnes rocheuses canadiennes pour La Fièvre de l'or. Donc non, je ne m'inquiète jamais de ne pas suffisamment voir mes enfants.»

    Problèmes politiques

    Si il a quelque chose à dire, Heston le dit, généralement avec beaucoup d'éloquence et de tact, mais il se montre très clair. Il ne s'attend pas à ce que tout le monde soit d'accord avec lui, surtout quand on parle de politique. Il est pourtant difficile d'envisager qu'il puisse se faire des ennemis par ce biais. C'est vrai que ses propres exigences sur un plateau de tournage n'avaient pas toujours l'approbation de tout le monde ; ceux qui ne sont pas d'accord sont souvent ceux qui mettent la barre bien moins haut. Richard Harris, par exemple, a fait le serment de ne plus jamais travailler avec Heston.

    Quand il est sur un plateau de tournage, il est indubitable qu'il montre clairement qu'il s'attend à ce que tout le monde soit à l'heure et connaisse ses répliques. Il exerce l'autorité qu'il a gagné sur les plateaux de tournage, et la plupart des gens la respectent, mais la simple idée qu'Heston puisse se faire des ennemis en dehors du plateau semble en contradiction avec son image d'homme gentil. Ces dernières années, cependant, du fait de ses convictions politiques, il s'est attiré l'inimitié d'un ou deux noms célèbres.

    Le premier est Paul Newman. Tout commença quand ils apparurent tous les deux dans une émission de télé américaine pour débattre sur les armes nucléaires. Heston dit clairement qu'il avait le sentiment qu'il ne fallait pas de gel du développement des armes. Newman n'était pas d'accord, inflexible sur le fait qu'il en fallait un. Durant le débat, Heston donna des arguments plus solides et mieux articulés et s'en sortit mieux dans les échanges houleux. En ce qui le concernait, c'était fini et il en avait marre, mais Newman était virulent, et leur dispute publique fut embarrassante, mais pour le moment, l'affaire est abandonnée et plus ou moins oubliée de tout le monde.

    pixiz-27-07-2019-08-52-21.jpg

    Pendant ce temps, Charlton était mis sous pression pour accepter de jouer le rôle principal d'une mini-série télévisée, Once upon a murder. Il n'était pas sûr de pouvoir le faire, ni même de le vouloir. « j'avais visité le tournage d'une mini-série il y a quelques années, » dit-il, « et j'ai découvert qu'ils voulaient tourner quinze pages de script par jour. À ce rythme, qui peut donner le meilleur de lui-même ? Du cameraman au maquilleur, c'est un contre-la-montre pour tout le monde et ça donne rarement un travail parfait. »

    C'est alors qu'il entendit de Gregory Peck et Richard Chamberlain que l'on se dépêchait moins de nos jours pour produire ces séries télévisées à succès. Heston vérifia, et quand on lui dit qu'ils ne tourneraient que cinq pages par jour, il accepta. Cela se situait dans le Sud profond, il jouait un banquier et Père fondateur d'une ville américaine fictive. L'histoire se déroulait entre les années 1920 et 1960, ce qui était tentant pour le caractère d'Heston .

    « J'adorais l'étape de la création du maquillage, » dit-il. « Je vieillis de quarante ans et finis avec une perruque blanche sur un visage plein de rides. »

    Durant cette même année, en 1983, il abandonna généreusement tous ses souvenirs de tournage pour les donner à la Theater Arts library de l'UCLA. La vaste collection comprenait des scripts, des scrapbooks, des lettres et des discours. Il y en avait tellement qu'il fallut les mettre dans une pièce séparée qui fut appelée la salle Charlton Heston.

    Il fut également choisi comme président honoraire des premiers jeux des Highlands de New-York. Comme les parents de sa mère étaient membres du clan Fraser, il était fier et honoré d'être invité, et porta même le kilt des Fraser. Il participa également volontairement à une démonstration de force de lancer de tronc d'arbre, mais le projectile lui retomba presque sur le pied. « Comparé à ça, séparer la mer Rouge en deux était incroyablement simple !  » s'exclama-t-il.

    image www-bonhams-com - Copie.jpg

    Mais la vie n'était pas faite que d'amusement et de jeux. Les vieilles blessures infligées à Paul Newman n'avaient pas guéri, et il n'a jamais pardonné à Heston. Toute cette malheureuse affaire ressortit quand Charlton fut invité à participer à un événement de charité pour réunir des fonds pour aider les toxicomanes. C'était la fondation Scott Newman, nommée de la sorte en l'honneur du fils de Paul toxicomane, mort tragiquement. Bien sûr, cela ne faisait aucune différence pour Heston, qui était heureux de pouvoir aider à soutenir une cause honorable. Or, quand Newman apprit qu'Heston était invité, il protesta fortement et demanda l'annulation de l'invitation. Ce fut dûment fait et Donald Sutherland fut invité à la dernière minute à la place d'Heston. Charlton était furieux, et le fossé entre les deux acteurs se creusa encore.

    L'année suivante, les convictions politiques d'Heston, qu'il avait formulées clairement, lui attirèrent encore plus d'inimitié, cette fois d'Ed Asner, mieux connu comme la vedette télévisée de la série Lou Grant, et cette fois la situation devint potentiellement dangereuse. Asner était président de la SAG et essayait de la fusionner avec la Screen Extra Guild, une décision à laquelle Charlton s'opposa activement, à tel point qu'il cofonda l'AWAG : l'Actors Working for Actors Guild.

    Durant un meeting présidé par Asner, celui-ci accusa Heston et ses sympathisants d'encourager « une mentalité de race supérieure parmi les acteurs. » Heston était fou de rage, ripostant que le terme de « race supérieure » les marquait lui et le reste de l'AWAG comme des nazis. Asner refusa de s'excuser. Peu de temps après, Heston commença à recevoir des menaces de mort anonymes le poussant à écrire publiquement : « l'allégeance radicale de M. Asner et les enthousiasmes des rebelles Salvadoriens provoquent des poussées d'adrénaline chez ses sympathisants. » La police de Los Angeles, prenant au sérieux les menaces de mort, montèrent une garde plus scrupuleuse que d'habitude autour de la maison d'Heston à Coldwater.

    Ne se laissant pas décourager par ces problèmes politiques, Charlton et Fray préparèrent une nouvelle épopée spectaculaire, The Overlord, se passant pendant la guerre de Troie. Fray en avait écrit le script et voulait le diriger. L'écriture fait encore partie des étapes de préparation, et il faut espérer qu'il ne connaîtra pas le même sort qu'une autre épopée historique que voulait faire Charlton il y avait de cela quelques années, 1066. C'était un sujet qu'il voulait depuis longtemps aborder mais pour lequel il n'avait jamais trouvé de script satisfaisant pour parler de l'époque capitale où l'Angleterre était conquise par les Normands.

    En 1980, Peter Snell me révéla qu'il avait trouvé un script et qu'Heston voulait y jouer Guillaume le Conquérant.. Snell avait alors aussi parlé à George C. Scott pour jouer le roi Harold. « Le seul problème, » m'a dit Snell, « est de trouver l'argent. L'industrie du cinéma n'aime pas les costumes dans les épopées. Le public les aime, mais pas l'industrie. » Heston me confirma son intérêt pour ce film, mais dit : « J'adorerais le faire, si seulement il trouvait les fonds nécessaires. » Snell ne trouva jamais les financements pour produire 1066. Heston espère que The Overlord ne sera pas un autre beau projet qui tombe à l'eau, et il avait déjà pris Joe Canutt pour s'occuper de l'équipe secondaire.

    Pourtant, ce genre de problèmes est devenu complètement insignifiant vers la fin de 1984, lorsque l’attention du monde entier a été attirée par l’horrible sort de milliers d’hommes, de femmes et d’enfants qui mouraient littéralement de faim en Éthiopie. Heston, dans un effort désespéré pour encourager les gens à les aider, se rendit en personne dans ce pays dévasté par la sécheresse avec la Croix Rouge américaine pour voir de ses propres yeux l'atroce souffrance de tout un peuple. Il visita l'un des camps où les gens mouraient par centaine, et il remarqua combien les ressources médicales étaient pitoyablement inadaptées.

    « Il y avait deux médecins, » raconte-t-il, « six infirmières et trente-quatre fossoyeurs. »

    C'est une expérience qui lui a fait prendre conscience combien il avait été (et est encore) privilégié. Il essaya de ne jamais prendre pour acquis le luxe dont il profitait et qui n'est rien de plus qu'un rêve pour ceux ayant moins de ressources dans les pays civilisés.

    Mais il a essayé d'utiliser la renommée internationale qu'il a acquise au nom de causes qu'il trouvait justes, même si ça paraît insignifiant comparé à ce qu'il se passe dans le monde. La célébrité a son influence, parfois simplement par l'usage de la publicité qui, bien utilisée, peut donner des résultats. Heston n'est pas un homme qui a peur de dire ce qu'il pense ou de faire ce qui lui semble juste. Il est bien loin, l'adolescent mort de peur à Chicago et le solitaire dont la vie dans de simples sous-bois lui offrait un sentiment de sécurité dans la solitude.

    Mais malgré tout ce qu'il avait maintenant, il n'avait pas encore fait ça. Il était cependant sur le point de le faire.

    Il Le Fait Enfin !

    C'est en février 1985 que Charlton Heston alla au Queen's Theatre en plein cœur de Londres pour rencontrer la presse et leur parler de sa nouvelle pièce, The Caine Mutiny Court Martial. Il dit :

    « Le West End de Londres a plus d'allure pour un acteur Américain que Broadway n'en a pour un acteur anglais. Je ne peux pas imaginer des acteurs anglais avoir le même sentiment de... revenir à la maison, retourner aux racines, quand ils viennent jouer à Broadway. C'est pourtant le sentiment qu'a ressenti l'équipe américaine que j'ai ramenée pour The Caine Mutiny et que nous avons marché sur la scène du Queen's Theatre

    Il faisait la mise en scène en plus de jouer le capitaine Queeg.

    3456405246.jpg

    « J'ai dirigé à la fois pour la scène et pour le cinéma plusieurs fois, et Caine Mutiny semblait être un choix idéal pour être à la fois acteur et metteur en scène. Le rôle de Queeg est partagé entre deux très longues scènes d'environ vingt minutes chacune, mais il n'est pas sur scène le reste du temps, donc quand il est sur scène, il est celui qui parle le plus. Le reste du temps, je pouvais me concentrer sur la direction

     

    À cause de règles qui interdisent qu'une équipe d'acteurs ne soit constituée que d'acteurs américains pour une pièce ou un spectacle, il y a eu des problèmes par le passé où des personnages américains devaient être joués par des Anglais. La réciproque est également vraie aux Etats-Unis, mais un accord spécial avait été passé pour cette fois. Charlton explique : « Robert Fryer et Duncan Weldon négocièrent un accord d'échange entre la British Equity et l'American Equity pour autoriser Alan Bates à amener une compagnie entièrement britannique à Ahmanson l'année dernière, et nous amenons maintenant Caine Mutiny avec presque uniquement des acteurs américains à Londres. »

    Heston est lui-même critique envers les règles strictes de l'union. Il déclare que «les syndicats ont imposé des restrictions à l'importation d'artistes étrangers. Mais je n'ai jamais parlé à un acteur qui travaille dans l'un ou l'autre pays qui n'ait dit : "Oh, nous ne voulons pas garder cette règle ; travaillons dans l'un ou l'autre pays.»

    Curieusement, Heston ne choisit pas une pièce shekaspearienne pour faire ses débuts sur la scène britannique, mais il justifie son choix pour The Caine Mutiny Court-Martial :

    3742534707062330543.jpg

    « Je voulais faire une pièce américaine. Je voulais aussi, pour des raisons personnelles, jouer une pièce que je n'avais jamais faite, et The Caine Mutiny Court-Martial, comme la suite le montrera, est une pièce extraordinairement impérissable. L'indéniable charme d'une pièce mettant en scène un procès est difficile à expliquer parce que, par définition, les personnages parlent d'événements qui se sont déjà passés avant le début de la pièce, et qui se sont passés ailleurs, et qu'on ne verra jamais nous-même. Cependant, quand ces pièces fonctionnent, elles sont irrésistibles, et l'accueil du public à Caine Mutiny est très gratifiante

     

    Il restait cependant un peu de temps avant que le public londonien ne réagisse à The Caine Mutiny Court-Martial. L'ouverture n'était pas prévu avant avril au Queen's Theatre, et ils allaient jouer en province avant cela.

    Malheureusement, ils arrivèrent pendant le pire hiver de ces dernières années, et l'équipe américaine en a ressenti les effets à glacer le sang. Même Charlton, qui avait bravé les contrées gelées de Norvège pour L'Appel de la forêt et tremblé dans la neige de St-Helen avait bien du mal à se tenir au chaud, surtout quand ils jouèrent à Brighton. Se glissant hors de l'hôtel glacé où ils séjournaient, Charlton trouva un pharmacien sur le bord de mer. Les femmes de l'autre côté du comptoir eurent du mal à en croire leurs yeux quand elles virent Charlton Heston sous un épais anorak entrer pour demander une bouteille d'eau chaude. La bouteille ne fut cependant pas très utile. Quand la troupe arriva à Birmingham pour battre tous les records d'audience de la pièce, Charlton souffrait d'un terrible rhume contre lequel il lutta à chaque représentation.

    Ils arrivèrent enfin à Londres, où le printemps est humide et frais. C'était un instant plein d'émotion pour Chuck Heston quand il posa le pied sur la scène du Queen's Thetre pour jouer. Il l'avait enfin fait.

    Les critiques se levèrent même pour l'occasion, offrant à la pièce et à Heston des critiques dithyrambiques. Le Daily express dit d'Heston : « … une performance centrale imposante d'une immense stature héroïque, » et le Sunday Mirror décrivit la pièce comme étant « puissamment divertissante et donnant à réfléchir. »

    Pendant trois mois Heston, Ben Cross et le reste de la troupe se rendirent sur cette scène et rencontrèrent un raz-de-marée nocturne d'adulation. C'était le point culminant de la carrière d'Heston qui durait alors depuis presque quarante ans.

    Enivré par le succès et l'accueil qu'il reçut de la part du public britannique, il accepta volontiers une invitation à poser ses mains sur le ciment du Leicester Square où un « pavé de star » était créé pour imiter les fameuses traces de pieds et de mains du Chinese Theater d'Hollywood où les pieds d'Heston avaient été imprimés il y a quelques années de cela. Ses mains à Londres furent rejointes par celles de Sir John Mills, Dame Anna Neagle, Omar Sharif et Alan Bates.

    Mai 1985 Leicester square Chuck imprime ses mains dans le ciment à Londres.JPGImage associée

    ( https://www.alamyimages.fr/photos-images/charlton-heston-actor.html )

    Juin arriva et passa bien trop vite. The Caine Mutiny Court-Martial profita d'une tournée pleine et longue, et maintenant c'était terminé. À la dernière nuit, Heston, comme toujours, se tenait dans les allées pour respirer dans les derniers moments d'une tournée pleine de succès, essayant de profiter de chaque précieux moment. C'était le pays de l'acteur, et comme à chaque dernier tombé de rideau d'une pièce gagnante, il sentit l'exaltation et une pointe de regret que ce soit fini. Il rentra chez lui.

    Il y avait encore beaucoup à faire. Il y avait un tournoi de tennis à jouer, un nouveau long-métrage à essayer de mettre en chantier, d'autres rôles à chercher, d'autres limites à repousser, essayer d'être l'acteur qu'il rêvait encore de devenir.

    Il s'était même enfin laissé séduire pour jouer dans une série télévisée. Aaron Spelling êtait prêt à payer Heston 80 000 dollars par épisode pour jouer dans la série dérivée de Dynastie : Les Colby. Le but de Spelling avec ce nouveau feuilleton était d'écraser tous les autres, et signer avec Heston était son premier tour de force. En soutien, il signa également avec Barbara Stanwyck pour la matriarche de la famille, Constance Colby, dont les machinations avec l'oncle Jason Colby, joué par Heston, mènent à la séparation des Carrington et des Colby. Par conséquent, Heston, Stanwyck et leur famille, comprenant Emma Samms en tant que nouvelle Fallon, se rendirent en Californie, pour annoncer la nouvelle série. Et contrairement aux Carrington qui semblent ne jamais aller nulle part, la vie de jet-set des Colby les mènent dans des lieux exotiques comme Monte Carlo et Rome, assurant que le budget pour Les Colby dépasse même celui de l'onéreuse Dynastie.

    PDVD_021.pngPDVD_028.png

    Accepter de jouer pour la télévision était sans précédent pour Heston, mais ça ne peut que renforcer son statut de superstar en l'exposant à une toute nouvelle génération de fans qui ne l'ont probablement jamais vu dans Ben-Hur ou Les Dix Commandements sur un vrai grand écran argenté. Ça ne peut également que le rendre plus riche que jamais, mais ce qui compte le plus à ses yeux en acceptant ce contrat est de jouer des rôles qui repoussent ses limites et qui le laissent fermement ancré dans les yeux du public. Après tant d'années, il a admis que la télévision était le médium qui pouvait le mieux remplir toutes ces fonctions, mais il n'est probablement toujours pas satisfait.

    Il reste son critique le plus acerbe. Il m'a dit :

    «Je ne suis vraiment satisfait de mon travail dans aucun des films et aucune des pièces que j'ai faits. Je pense que c'est sain. J'ai certainement fait des films et des pièces que j'ai aimés et en règle général, je suis content de l'ensemble, mais je n'ai jamais vu une seule de mes performances dont je sois satisfait, et j'imagine que c'est sain.

    Je pense que si j'étais pleinement satisfait, il serait temps de raccrocher et m'entraîner à être un vieil homme méchant, assis près du feu et frapper avec un bâton des gens à genoux !»

     

    FIN

     

    1Le texte original dit simplement Cimarron, mais cela peut renvoyer à différentes séries et films aux titres semblables. Aux vues de la date, la plus probable est Cimarron City, sortie en 1958 avec George Montgomery.

    2Mother Lode

     

  • "JULES CESAR " - point de vue de Maria sur le film

    Notre amie Maria à qui j'ai envoyé la version restaurée du film "JULES CESAR", l'a apprécié et m'a fait part de ses ressentis que j'ai souhaité partager avec vous toutes et tous. 
     
    Chère Maria, j'ai pensé que nos amis apprécieraient comme j'ai apprécié ce que tu écris sur ce film. Je t'en remercie. 
     

    il tuo splendido regalo è arrivato martedì e non posso che ringraziarti con tutto il cuore.

    Lo abbiamo visto ieri sera. Il film è bellissimo. Molto, molto meglio della vecchia copia che avevo. Finalmente la scena dei Lupercali, completa di quel piccolo scambia di battute in cui Cesare, massima autorità religiosa romana, chiede ad Antonio che partecipa alla corsa rituale di toccare sua moglie Calpurnia per darle il dono della fertilità, suggerendo Shakespeare il futuro di Antonio, possibile successore di Cesare. Splendida l’evocazione del sogno di Calpurnia. Eccezionale il succedersi dei due monologhi di Antonio, il primo breve sul corpo di Cesare e poi il secondo e più famoso “Friends, Romans, Countrymen” con tanti improvvisi e significativi cambi di tono e di espressione.

    Infine la scena delle terme della cui incompletezza mi ero tanto lamentata. Steso sul lettino e poi alzatosi a sovrastare Ottaviano, Antonio traccia il futuro impero di Roma e l’immediata punizione dei cospiratori.

    Bellissimo anche il commento di Sara Hatchuel. L’ho seguito parola per parola: capisco abbastanza bene il francese parlato e soprattutto su un argomento che mi è tanto familiare come la storia del teatro. Perfettamente d’accordo. Il primo protagonista del dramma era probabilmente Bruto.

    Ma Shakespeare era sensibile al successo economico dei suoi spettacoli e nel corso delle repliche deve essersi accorto quanto affascinava il pubblico l’orazione di Antonio, sino a cambiare completamente l’indole della folla.

    La Hatchuel sottolinea giustamente la teatralità dell’opera, il fatto che si fondi su 4 personaggi: Cesare, Bruto, Antonio e Cassio e come a partire dalla fine del XIX secolo il personaggio di Antonio si pone al centro. Incomincia in quella fine di secolo l’epoca del grande attore e della recitazione che avvince il pubblico.

    A considerare l’architettura del Globe questo deve essere già avvenuto vivente Shakespeare. La scena elisabettiana consta di tre parti di cui una , l’apron , è una pedana spinta nel cuore della platea e sovrastata a ferro di cavallo dai palchi per tre ordini verticali.

    L’attore che si trovasse a recitare il monologo di Antonio affascinava sia gli attori che impersonavano i cittadini di Roma, sia gli spettatori inglesi che sono costretti a limitare il rumore (erano in genere spettatori rumorosi) se vogliono capire come e perché la vicenda si sta evolvendo sotto i loro occhi.

    Vedere un’opera d’arte e seguire un commento intelligente e ben documentato è un grande piacere dell’anima.

    E ieri è stato un grande piacere per me e per mio marito, a cui ho tradotto la parte francese.

    La mente si è alleggerita dei pensieri e abbiamo goduto di 2 ore di autentico piacere.

    54278149_1088885471298437_806034648424513536_n.png

     
     
    Votre beau cadeau est arrivé mardi et je ne peux que vous remercier de tout mon coeur.
     
    Nous l'avons vu hier soir. Le film est magnifique. Beaucoup, beaucoup mieux que l'ancienne copie que j'avais. Enfin la scène des Lupercales¹, complétée par ce petit échange de blagues dans lequel César, la plus haute autorité religieuse romaine, demande à Antoine qui participe à la course rituelle de toucher sa femme Calpurnia pour lui donner le cadeau de la fertilité, suggérant à Shakespeare l'avenir d'Antoine, possible successeur de César. L'évocation du rêve de Calpurnia est splendide. Exceptionnelle, la succession des deux monologues d’Antoine, le premier exposé sur le corps de César, puis le deuxième et plus célèbre «Amis, Romains, Paysans» avec de nombreux changements de ton et d’expression soudains et significatifs.
     
     
    Enfin la scène des Thermes  dont j'avais tant regretté l'incomplétude. Allongé sur le canapé et se levant ensuite pour dominer Octave, Antoine retrace le futur empire de Rome et le châtiment immédiat des conspirateurs.

    PDVD_370.png

     
    Beau aussi le commentaire de Sarah Hatchuel. Je l'ai suivi mot à mot : je comprends assez bien le français et surtout sur un sujet qui m'est aussi familier que l'histoire du théâtre. Parfaitement d'accord. Le premier protagoniste du drame était probablement Brutus.
     
    Mais Shakespeare était sensible au succès économique de ses spectacles et au cours des répliques, il avait sûrement remarqué à quel point le public était fasciné par la prière d'Antoine jusqu'à ce qu'il change complètement la nature de la foule.
     
    Hatchuel souligne à juste titre la théâtralité de l'œuvre, le fait qu'elle se base sur 4 personnages : César, Brutus, Antoine et Cassius et qu'à partir de la fin du XIXe siècle, le personnage d'Antoine est au centre. L'ère du grand acteur et du jeu d'acteur qui captive le public commence à partir de ce siècle.
     
    Pour considérer l'architecture du Globe, cela s'est passé du vivant de Shakespeare. La scène élisabéthaine comprend trois parties, dont l'une, le tablier, est une plate-forme enfoncée au cœur des étals et dominée par les fers à cheval des caisses pour trois ordres verticaux.
     
    THEATRE ELISABETHAIN DU GLOBE A LONDRES
     
    Amphitheater3.JPGglobe_theatre_london.jpg

    Imaginary_view_of_an_Elizabethan_stage.jpg

     

     
    L'acteur qui récitait le monologue d'Antoine fascinait à la fois les acteurs qui interprètent les citoyens de Rome et les spectateurs anglais qui sont obligés de limiter le bruit (spectateurs généralement bruyants) s'ils veulent comprendre comment et pourquoi l'histoire évolue sous leurs yeux.
     
    Voir une œuvre d'art et suivre un commentaire intelligent et bien documenté est un grand plaisir pour l'âme.
     
    Et hier, cela a été un grand plaisir pour moi et mon mari, à qui j'ai traduit la partie française.
     
    L'esprit s'est libéré de ses pensées et nous avons apprécié 2 heures de réel plaisir.

    PDVD_006.png

    PDVD_238.png

    PDVD_312.png

    PDVD_378.png

     
     
     
    ¹ - Les Lupercales sont, dans la Rome antique, des fêtes annuelles célébrées par les luperques du 13 au 15 février, près d'une grotte nommée le Lupercal (située au pied du mont Palatin et probablement découverte en novembre 2007) WIKIPEDIA
  • " CHARLTON HESTON REVEALED " une video YT analysée par Maria le 21 janvier 2019

     Dernièrement, ayant découvert une video intitulée " Charlton Heston revealed " sur YOU TUBE concernant Charlton Heston et son action politique vers la fin des années 60, j'ai demandé à Maria d'en faire une traduction et d'expliquer ce dont il s'agissait exactement, car j'avais le sentiment que certains commentaires accompagnant la video n'étaient pas favorables à Chuck ce qui pour moi était injuste. Maria a eu la gentillesse de faire plus que je lui demandais et cela me permet de publier la traduction de ce qu'elle explique fort bien sur les positions politiques de Chuck à cette époque. Merci ma Chère Maria, je t'embrasse. 

    Capture9.JPG

     

    Cara France, le cose stanno effettivamente come dici tu. Il pezzo è del 1968 quando dopo la rinuncia ad essere candidato per i Democratici di Lyndon Johnson si affacciò la candidatura di Regan per i Repubblicani. Contemporaneamente Chuck stava affrontando una polemica con Eb Asner, suo successore alla carica di presidente del SAG (Screen Actors Guild) i due si trovavano su opposte fazioni circa l’ipotesi di sostenere economicamente , con i soldi degli iscritti al sindacato, ciascuno uno dei due candidati. In più rinasceva una vecchia controversia sulla possibilità di far entrare nel sindacato anche le comparse dei film (extras). Contrariamente ai sindacati europei quello americano (e quello inglese) garantivano agli iscritti una serie di benefici tipici dello stato sociale: pensione, sostegno alla disoccupazione, associazione sanitaria.  L’ingresso degli extras nel godimento di questi benefici aumentava le spese del sindacato rispetto alle entrate apportati dagli extras, superiori di numero ma inferiori per percentuale di contributi alla cassa comune.

    Per quanto riguardava il sostegno economico ai partiti politici Chuck riteneva che questo infrangesse l’imparzialità del sindacato rispetto alle idee politiche di ciascun membro, i democratici finivano col sostenere i repubblicani e viceversa i repubblicani arricchivano i candidati democratici. (come se la CeGT francese si trovasse a finanziare i Gollisti)

    Come al solito Chuck non nascondeva le sue idee e le sue posizioni e il giornalista fa scivolare il sospetto che Chuck aspirasse ad una carica pubblica. In realtà l’offerta più consistente per la carica di senatore gli era venuta da Jack Valenti, produttore e sostenitore del nascente America Film Institute. La risposta di Chuck è sempre la stessa, meglio fare un bel film che diventare Presidente degli USA. Il giornalista appare neutrale e la breve allusione alla legge sulle armi da fuoco è dovuta alla campagna di alcune (poche) personalità di Hollywood contro le armi dopo la morte di Robert Kennedy. All’inizio Chuck sembrò condividere questa posizione ma con qualche limite. Siamo in un momento di incertezze politiche e ideologiche e la particolarità annunciata è il fatto che un attore partecipasse di nuovo al dibattito politico. Il giornalista si limita a dire che più volte la faccia di Chuck era comparsa in televisione per discutere di cose non riguardanti il suo lavoro. In quel momento gli americani erano abituati alla sua presenza in trasmissioni politiche e il commento del giornalista non suscitò nessuna problematica.

    La politica americana dal 1968 al 1972 è molto complessa e più avanti negli anni Regan e Chuck si trovarono su versanti opposti per altri argomenti. Ricorda inoltre che lo sconosciuto candidato democratico è solo un sostituto trovato in fretta dopo l’assassinio di Bob Kennedy. Momento difficile e poco comprensibile per un europeo.

    Coraggio. Tutto questo periodo dal 1963 al 1996 è spiegato in “Stars for Freedom” e “From my cold dead hands” di Emily Raimond, ma purtroppo in inglese.

    Forza France sei tutti noi hestoniennes e non perderti un tributo a Chuck con belle foto e la voce di Mahalia Jackson “What is America to me”

     

    https://youtu.be/ui857BHo4pY

     


    Chère France, les choses sont comme tu le dis. La pièce date de 1968 lorsque, après avoir renoncé à être candidat au parti démocrate de Lyndon Johnson, la candidature de Regan a été retenue par les républicains. Au même moment, Chuck faisait face à une controverse avec Eb Asner, son successeur au poste de président de la SAG (Screen Actors Guild). Les deux hommes étaient opposés quant à l’hypothèse de soutenir économiquement, avec l’argent des membres du syndicat, chacun des deux candidats. En outre, il y avait une vieille controverse sur la possibilité de faire entrer dans le syndicat les figurants des films. Contrairement aux syndicats européens, les Américains (et les Anglais) ont garanti aux membres une série d'avantages typiques de l'État providence : pension de retraite, aide au chômage, mutuelle de santé. L'entrée des extras dans la jouissance de ces avantages augmentait les dépenses de l'union par rapport aux revenus générés par les extras, plus nombreux mais moins importants en pourcentage des contributions au fonds commun.

    En ce qui concerne le soutien économique des partis politiques, Chuck pensait que cela violait l'impartialité du syndicat à l'égard des idées politiques de chaque membre. Les démocrates finirent par soutenir les républicains et vice-versa, les républicains enrichissaient les candidats démocrates. (comme si la CGT française devait financer les Gaullistes).

    Comme d'habitude, Chuck n'a pas caché ses idées et ses positions et le journaliste a laissé échapper le soupçon que Chuck aspirait à une fonction publique. En fait, l'offre la plus cohérente pour le poste de sénateur a été présentée par Jack Valenti, producteur et partisan du naissant America Film Institute. La réponse de Chuck est toujours la même : mieux vaut faire un bon film que de devenir président des États-Unis. Le journaliste semble neutre et la brève allusion à la loi sur les armes à feu est due à la campagne de quelques personnalités hollywoodiennes contre les armes après la mort de Robert Kennedy. Au début, Chuck semblait partager cette position, mais avec quelques limites. Nous sommes dans une période d'incertitudes politiques et idéologiques et la particularité annoncée est le fait qu'un acteur participe à nouveau au débat politique. Le journaliste dit simplement que le visage de Chuck était apparu à la télévision à plusieurs reprises pour discuter de sujets sans rapport avec son travail. A ce moment, les Américains étaient habitués à sa présence dans les transmissions politiques et le commentaire du journaliste ne posait aucun problème.

    La politique américaine de 1968 à 1972 est très complexe et quelques années plus tard, Regan et Chuck se sont trouvés sur des versants opposés sur d’autres sujets. Il rappelle également que le candidat démocrate inconnu n'est qu'un substitut trouvé rapidement après l'assassinat de Bob Kennedy. Moment difficile et peu compréhensible pour un européen.

    Courage. Toute cette période de 1963 à 1996 est expliquée dans "Stars for Freedom" et "De mes mains froides et mortes" par Emily Raimond, mais malheureusement en anglais.

     

    Forza France ! nous sommes tous des hestoniens et ne manquez pas un hommage à Chuck avec de belles images et la voix de Mahalia Jackson“ What is America to me ”.

    signature_2.gif

     

     

     

    https://youtu.be/l2U1J3oXA88

  • MON COMMENTAIRE EST POUR ADRIEN par Maria Russo.

    Chère Maria, je ne pense pas que tu m'en veuilles si je publie ton commentaire ici, bien que tu l'aies adressé spécialement à Adrien. 

    Adrien ne m'en voudra pas non plus, j'en suis certaine.

    Je vous remercie tous les deux pour votre compréhension, car je pense que ce commentaire mérite d'être lu par tous les hestoniens. 

    6098535_ben-hur-chariot-race_1000x625.jpg

     

    Il mio commento è rivolto a Adrien e alla sua ottima traduzione.

    Bravo, davvero bravo e.. commovente almeno in questa prima parte. Ho spesso scritto sul blog che la personalità, le scelte, le contraddizioni e quel fondo di tristezza che si percepiva nelle sue interpretazioni sono una conseguenza reale dei suoi primi vent'anni di vita.

    Era forse questa tristezza di fondo che Wyler ha cercato con grande abilità di portare alla luce in Ben Hur. Che non è un condottiero, nè un grande artista o una figura epica. Juda Ben Hur , nella versione che anche oggi possiamo percepire guardando il film, è un uomo comune che si trova a vivere eventi eccezionali in un momento storico eccezionale. non trascina dietro di sè la nazione ebraica, come Mosè, nè da la sua vita per l'indipendenza del suo paese, come Il Cid.

    E', a guardare con attenzione il film di Wyler , un giovane ebreo che soffre del peso dei Romani sulla sua vita e sulla sua terra. Che prova, come è umano che sia, a vendicarsi di chi ha distrutto la sua vita, ma poichè , come dice a Messala, odia la violenza non si vendicherà armi alla mano, ma attraverso l'umiliazione dei suoi oppressori guidando una quadriga nel Circo di Antiochia.

    Per ritornare poi ad essere uno come tanti, con le sue pene e la sua infelicità cercando di ricostruire una famiglia che gli era stata tolta. Juda Ben Hur non è un eroe epico. E' un uomo che resiste alle offese che la vita gli impone, agli alti e bassi e per questo lo sentiamo tanto vicino a noi. Si dice che alla fine dell'ultima ripresa Chuck non riuscì a frenare le lacrime. I motivi forse andavano aldilà del film, aldilà della tragedia del Cristo sulla via dolorosa, nel cui viso riconosce quello dell'unico uomo che gli venne incontro lungo la sua "Via dolorosa".

    In questo blog si è parlato di molti dei film di Charlton Heston , ma sembra che "Ben Hur" non ha ancora avuto l'attenzione che merita da tutti noi. Eppure mezzo secolo dopo ancora gli spettatori frenano le lagrime guardando le ultime immagini di una famiglia che miracolosamente si ricompone. In fondo era il sogno di Chuck, non creare una famiglia qualsiasi, ma miracolosamente ricreare la sua "vera" famiglia

    signature_2.gif

     

    PDVD_186.png

    Mon commentaire s'adresse à Adrien et son excellente traduction.

    Bravo, vraiment bien et ... émouvant au moins dans cette première partie. J'ai souvent écrit sur le blog que la personnalité, les choix, les contradictions et le fond de tristesse que nous percevions dans ses interprétations sont une conséquence réelle de ses vingt premières années de vie.

    C'était peut-être cette tristesse sous-jacente que Wyler cherchait avec beaucoup d'habileté à découvrir dans Ben Hur, qui n'est pas un leader, ni un grand artiste ou une figure épique. Judah Ben Hur, dans la version que nous pouvons encore voir aujourd'hui, est un homme ordinaire qui se trouve vivre des événements exceptionnels dans un moment historique exceptionnel. Il n'entraîne pas la nation juive derrière lui,  comme Moïse, ni  dans sa lutte pour l'indépendance de son pays, comme Le Cid.

    En regardant attentivement le film de Wyler, il s'agit d'un jeune Juif qui souffre du poids des Romains sur sa vie et sur sa terre. Quelle épreuve, en tant qu'être humain, de se venger de ceux qui ont détruit sa vie, mais parce que, comme il le dit à Messala, il déteste la violence,  il ne prendra pas les armes de la vengeance, mais il agira par l'humiliation de ses oppresseurs en conduisant un quadrige dans le cirque d'Antioche.

    img853.jpg

    Puis revenir alors et vivre comme beaucoup, avec sa douleur et son malheur essayant de reconstruire une famille qui lui avait été enlevée. Judah Ben Hur n'est pas un héros épique. C'est un homme qui résiste aux offenses que la vie lui impose, les hauts et les bas, c'est pour cela que nous le sentons si près de nous. Il est dit qu'à la fin de la dernière prise, Chuck ne pouvait pas arrêter ses larmes. Les raisons sont peut-être allées au-delà du film, au-delà de la tragédie du Christ sur le douloureux chemin, dans le visage duquel il reconnaît le seul homme qui est venu à sa rencontre sur sa "Via Dolorosa".

    Dans ce blog, nous avons parlé de nombreux films de Charlton Heston, mais il semble que "Ben Hur" n’ait pas encore reçu toute l’attention qu’il mérite de notre part. Pourtant, un demi-siècle plus tard, les spectateurs retiennent leurs larmes en regardant les dernières images d’une famille qui se recompose miraculeusement. Après tout, c'était le rêve de Chuck, non pas de créer une famille, mais de recréer miraculeusement sa "vraie" famille.

    PDVD_251.png

     

  • VOYAGES EN AFRIQUE, MOYEN-ORIENT... Maria s'interroge

     Enfin ! Un nouveau billet de Maria. Cette fois, quelques révélations et réflexions sur les voyages de Chuck en Afrique et le Moyen-Orient... Je vous laisse découvrir. 

    8c7d80edb03720c6894494ced6e33d77.jpg

    Le notizie da Munn sono straordinarie e mi fa molto piacere che il tuo lavoro e quello di tuo nipote sia finalmente riconosciuto.

    Non mi pare grave il fraintendimento con Eliot. Però la sua biografia rimane superficiale e priva di una ricerca approfondita. Lo so che è difficile fare una biografia di un personaggio non più in vita, ma in tutte le università e dipartimenti di dottorato si fanno ricerche storiche su persone defunte da un po’ di tempo. E se Eliot decidesse di scrivere un libro su Napoleone, cosa farebbe? Consultare la bibliografia di chi ha scritto sull’Imperatore prima di lui e versare sudore sulle carte conservate negli archivi e nelle biblioteche, come ho fatto io ai miei tempi di studente anche nella Biblioteca Nazionale di Francia.

    Sono contenta quindi che non ci siano impedimenti alla trasposizione sul Blog della traduzione francese del libro di Munn, come ho già detto, la migliore delle biografie del nostro Chuck.

    Come dicevo ai miei allievi, i libri non solo bisogna leggerli, ma anche leggerli con cura. E spesso si trovano delle perle di cui nulla si sapeva. Così leggendo lentamente e con cura “In the Arena” ho trovato un periodo veramente misterioso della vita del Nostro.

    Alla fine degli anni ’60, fine anche dell’amministrazione Johnson, con cui Heston aveva strettamente collaborato, oltre ai viaggi in Vietnam Chuck scrive di una serie di viaggi in paesi dell’Africa centrale, come la Nigeria, appena usciti dal colonialismo. In quegli anni il continente africano sembrava pieno di promesse. Heston premette che non sono viaggi per elargire fondi o fare beneficienza. Sono evidentemente viaggi che hanno un fine politico, visto che viaggia con passaporto diplomatico. Né si tratta di pubblicizzare prodotti cinematografici, perché spesso tra le tappe dei viaggi ci sono località ben lontane dalle capitali di questi giovani stati africani , sicuramente prive di sale di proiezione o attrezzature cinematografiche. Bisogna dire che nei primi anni di indipendenza questi stati erano governati da un’elite di intellettuali e politici che si erano formati nelle università europee. Un buon esempio fu il poeta Leopold Sengor che divenne primo presidente del Senegal. Tra le tante mete anche Beirut, nel pieno della guerra.

    Nel 1968 Johnson dichiara di rinunciare alla seconda candidatura per il partito democratiche alle presidenziali che insedieranno infatti Nixon  il 20 gennaio del 1969. Chuck la definisce come una sventura per gli USA  ed aveva ragione. In occasione delle elezioni dei rappresentanti al Senato il partito Democratico e precisamente Jack Valenti un personaggio ben noto in ambito cinematografico, ex consigliere di John Kennedy, invita Chuck a presentarsi come candidato per la California, dove avrebbe sicuramente vinto. La risposta è nota “Ho già interpretato 3 presidenti etc….”. Ma non è la risposta vera. Chuck medita a lungo sulla proposta, parla con Lydia che non dà neanche lei un parere fondato (“Charlie fai quello che ti senti di fare”). Chuck però ha paura del futuro. Le incertezze che hanno segnato la sua infanzia si trasformano in paura dell’ignoto e dei cambiamenti. Rinuncia perché la sua vita rimanga quella che è stata fino ad allora. E poi sa che non è più sostenuto da Lyndon Johnson.

    Ecco, se avessi qui davanti Charlton Heston vivo potrei chiedergli i motivi di quei viaggi nel continente africano e quale incarico gli era stato affidato. La storia ci dice che il cambio di amministrazione negli USA fece perdere fiducia ai giovani stati africani che si buttarono più o meno nelle braccia della Unione Sovietica  tramite Cuba e più tardi della Cina. I tragici effetti di quelle scelte li vediamo oggi, quando dopo guerre e sfruttamento delle risorse naturali africane a centinaia di migliaia i giovani africani attraversano il Mediterraneo. E qui c’è da riflettere su quell’allusione nella intervista censurata del 1972. al fatto che l’aumento della popolazione diventa anche un problema di migrazioni di regioni intere.

    Non potendo chiedere a Chuck lo chiederei certamente a Mr. Munn che forse ha buona memoria di quel periodo. Magari Madame France potrebbe chiederlo lei personalmente e nell’occasione chiedere anche di quella che è la mia idea fissa. Che fine ha fatto “My Father”. Sembra anche per la famiglia un desaparecito come gli intellettuali cileni negli anni di Pinochet.

    Caro signor Munn, quante domande le farei!

     

    signature_2.gif

    Les nouvelles de Munn sont extraordinaires et je suis très heureuse que votre travail et celui de votre petit-fils soient enfin reconnus.

    Je ne pense pas que le malentendu (1 NDT) avec Eliot soit sérieux. Cependant, sa biographie reste superficielle et manque de recherches approfondies. Je sais qu'il est difficile de faire une biographie d'un personnage qui n'est plus en vie, mais dans toutes les universités et les départements de doctorat, la recherche historique est faite sur des personnes qui sont mortes depuis un certain temps. Et si Eliot décidait d'écrire un livre sur Napoléon, que ferait-il ? Consulter la bibliographie de ceux qui ont écrit sur l'Empereur avant lui et transpirer sur les papiers conservés dans les archives et les bibliothèques, comme je l'ai fait dans mes années d'étudiante aussi à la Bibliothèque nationale de France.

    (1) NDT : J'avais fait une erreur d'interprétation d'un message que m'avait envoyé Marc.

     

     
    Je suis donc heureuse qu'il n'y ait pas d'obstacles à la transposition sur le blog de la traduction française du livre de Munn, comme je l'ai dit, la meilleure de nos biographies.

    Comme je l'ai dit à mes étudiants, les livres ne doivent pas seulement être lus, mais aussi lus attentivement. Et souvent il y a des pépites dont on ne savait rien. Alors, en lisant lentement et avec soin "In the Arena" j'ai trouvé une période vraiment mystérieuse de la vie de Notre acteur .
     
    À la fin des années 1960, la fin de l'administration Johnson, avec laquelle Heston avait étroitement collaboré, en plus de voyager au Vietnam, Chuck a écrit une série de voyages dans des pays d'Afrique centrale, comme le Nigeria, juste à la sortie du colonialisme. Dans ces années, le continent africain semblait plein de promesses. Heston souligne qu'ils ne sont pas des voyages pour donner de l'argent ou pour leur offrir la charité. Ce sont évidemment des voyages qui ont un but politique, puisqu'il voyage avec un passeport diplomatique. Il ne s'agit pas non plus de faire de la publicité pour les films, car souvent, entre les étapes du voyage, il y a des endroits éloignés des capitales de ces jeunes États africains, certainement sans salles de projection ni équipement cinématographique. Il faut dire que dans les premières années de l'indépendance, ces États étaient gouvernés par une élite d'intellectuels et de politiciens formés dans les universités européennes. Un bon exemple était le poète Léopold Sengor qui devint le premier président du Sénégal. Parmi les nombreuses destinations il y a eu aussi Beyrouth, au plus fort de la guerre.

    En 1968, Johnson déclare qu'il renoncera à sa deuxième candidature pour le parti présidentiel démocrate, qui mettra en fait Nixon au pouvoir le 20 janvier 1969. Chuck l'appelle un malheur pour les Etats-Unis et il avait raison. À l'occasion de l'élection des représentants au Sénat, le parti démocrate, à savoir Jack Valenti, un cinéaste connu, ancien conseiller de John Kennedy, a invité Chuck à se présenter comme candidat pour la Californie, où il aurait sûrement gagné. La réponse est connue : "j'ai déjà interprété 3 présidents etc ....". Mais ce n'est pas la vraie réponse. Chuck réfléchit longuement à la proposition, s'entretient avec Lydia qui ne lui donne même pas une opinion ferme ("Charlie fais ce que tu as envie de faire"). Mais Chuck a peur du futur. Les incertitudes qui ont marqué son enfance se transforment en peur de l'inconnu et des changements. Pourquoi renoncerait-il à la vie qu'il avait jusque là. Et puis il sait qu'il n'est plus soutenu par Lyndon Johnson.

    Aujourd'hui, si Charlton Heston était encore vivant, je pourrais lui demander les raisons de ses voyages sur le continent africain et la tâche qui lui avait été confiée. L'histoire nous apprend que le changement d'administration aux États-Unis a causé la perte de confiance dans les jeunes États africains qui se sont jetés plus ou moins dans les bras de l'Union soviétique à travers Cuba et plus tard la Chine. Nous voyons aujourd'hui les effets tragiques de ces choix lorsque, après les guerres et l'exploitation des ressources naturelles africaines, des centaines de milliers de jeunes Africains traversent la Méditerranée. Et nous devons aujourd'hui réfléchir à cette allusion dans l'interview censurée de 1972, que l'augmentation de la population devient aussi un problème de migrations de régions entières.

     

    N'ayant pas la capacité de demander à Chuck, je demanderais certainement à M. Munn, qui a peut-être un bon souvenir de cette période. Peut-être que Madame France pourrait lui demander personnellement et à l'occasion lui faire part de mon idée fixe  :  qu'est-il arrivé à "My Father" ?. Il semble aussi avoir été pour la famille un desaparecido (2) comme les intellectuels chiliens dans les années de Pinochet.

    Cher Monsieur Munn, combien de questions puis-je vous poser ?

    (2) disparu en français.