Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

LE GRAIN DE SEL DE RENAUD chronique - Page 2

  • L'INSULTE FAITE AU TALENT

    rglogo1 (2) - Copie-001.jpg

     
     
    Dans un trés long article publié récemment dans le TIMES LITERARY SUPPLEMENT,le journaliste GRAHAM DASELER nous propose sa critique du livre de Marc ELIOT sur CHARLTON HESTON...
     
     
     
    IL se montre tout à fait compétent et bien documenté dans son analyse de l'homme HESTON et
     de son histoire familiale qu'il définit comme le point central de son existence, à juste titre d'ailleurs, et particulièrement critique sur les approximations et erreurs accumulées par ELIOT, qu'il soupçonne d'être davantage romancier que biographe....Là où il devient plus difficile de le suivre, c'est quand toute sa documentation et sa sa science ne lui servent finalement qu'à rejoindre le troupeau de la bien-pensance artistique, qui a depuis longtemps choisi de prendre HESTON pour cible, pour des raisons souvent plus politiques que cinématographiques ! RIEN de nouveau sous le soleil : déja, dans les années 70, des gens comme BORY, LENNE, PREDAL, le comparaient à un sous-John WAYNE, ce qui revenait en restant poli à faire de HESTON un personnage monolithique et sans beaucoup d'aspérités...

    0d8cc2727f9ced247369f8a7b6dac4f1--charlton-heston-american-actors.jpg

     
    A sa manière, DASELER tombe à son tour dans le panneau de l'image populaire renvoyée au public par HESTON depuis 50 ans, celle d'un HEROS aux capacités surhumaines, destiné par une force suprême à sauver un peuple entier ( MOISE) ou à mener un juste combat contre la tyrannie ( BEN-HUR, EL CID)... Or, si HESTON a su profiter de cette aura (ce que n'importe quel acteur dans sa situation aurait fait) il ne s'est ABSOLUMENT pas contenté de recueillir les dividendes d'une manne tombée du ciel, et c'est pourquoi il est incomplet, et pour tout dire intellectuellement malhonnête, d'écrire : " voir une performance d'HESTON, c'est plus ou moins les voir toutes"... C'est une façon de résumer sa carrière comme choquante et insultante, car HESTON a refusé de suivre la voie royale de la facilité, sans tomber, contrairement à ce que dit l'auteur, dans la facilité d'être aimé par le public, et donc d'en devenir esclave ; il a au contraire choisi d'aborder une grande variété de rôles, des personnages habités par la frustration et le manque d'amour ( WAR LORD, WILL PENNY) des êtres tourmentés par les démons du racisme et de la violence  (ARROWHEAD, MAJOR DUNDEE) créateurs en proie au doute ( THE AGONY AND THE ECSTASY) mystiques courageux mais dérangés ( KHARTUM) inadaptés sociaux ( NUMBER ONE) ou cyniques philosophes à l'humeur très sombre ( PLANET OF THE APES, OMEGA MAN).

    71MRYpKteAL._RI_ (1) - Copie.jpg

     
    PAS moins et pas plus que BRANDO ou NEWMAN (que DASELER prend à tort pour contre-exemple, car ils ont l'un comme l'autre choisi très souvent le rôle sexy du bad boy asocial)... HESTON ne s'est limité à un rôle ou une formule ! Dans ce sens, il est impossible de le comparer, sous peine de ridicule, à un WAYNE ou un COOPER, qui eux, ont vraiment choisi la sécurité de jouer plus ou moins le même rôle toute leur vie.  En quoi un acteur qui passe de Marc-Antoine à Robert NEVILLE puis Thomas MORE peut-il être accusé de " facilité" ?

    1-vlcsnap-2015-04-10-18h12m41s36 - Copie - Copie.jpg

     
    IL reste, concernant l'article de ce Mr DASELER, à évoquer le point crucial, qui est pour moi, l'insulte faite au talent... LE JOURNALISTE soutient, sans vraiment approfondir du reste, que ce qui a manqué à HESTON, finalement, pour devenir le plus grand acteur de son époque, c'est tout simplement le TALENT...avec une certaine naïveté, il énumére ses diverses qualités ( la voix, la stature, la beauté, l'intelligence, la créativité) comme si, au passage, ces diverses qualités ne faisaient pas, osons le dire, partie des éléments nécessaires au " talent " en question ! Or, si on prend en compte la définition du mot "talent" on lit par exemple : "aptitude particulière à faire quelque chose" ou bien "capacité, habileté naturelle ou acquise à réussir dans une activité donnée".  Concernant HESTON, il est difficile d'évaluer quelle était la part de "talent" naturel vu le travail gigantesque qu'il fournissait pour l'essentiel de ses rôles, mais une chose est certaine, c'est qu'on ne peut pas faire à HESTON et à sa mémoire l'insulte de "l'absence de talent", j'avoue avoir pour ma part une admiration ancienne et je pense, documentée, sur un comédien que je crois être du calibre d'un OLIVIER ou d'un BURTON. Je me bornerai donc à dire ceci : UN homme qui, en 50 ans de carrière, a réussi à donner vie à autant de personnages variés et complexes, au théâtre comme au cinéma, de SHAKESPEARE à BOLT en passant par O'NEIL, à leur insuffler autant d'humanité, d'ambiguité et d'humour parfois, à provoquer autant d'émotion durable à des générations d'amoureux du cinéma, à éveiller le sens artistique, la passion de l'Histoire et du Beau chez autant de personnes dans un monde qui en est de plus en plus dépourvu, cet HOMME-là, avec ses qualités et ses défauts, ne peut, n'en déplaise à tous les journalistes en mal de copie, qu'être un ARTISTE de très grand TALENT.
     
    A Cécile ....
     
    CECILE ET MOI DEPUIS LE 26 MAI 2016 - Copie.JPG

     

    signature_2 rv.gif

     
     
  • KHARTOUM : HISTOIRE D'UN HOMME HORS DU COMMUN

     

    karthoum 1.jpg

    L’affiche française du film, telle que les spectateurs la découvrirent en 1966 !

    Dans le cœur de nombreux admirateurs de l’acteur-artiste qu’est Charlton HESTON, un film comme Khartoum semble occuper une place particulière car il est le premier rôle de britannique dans sa pourtant déjà longue carrière, et c’est également son premier film à disposer d’un casting totalement anglais : on y trouve en effet Laurence OLIVIER, Ralph RICHARDSONNigel GREEN, Richard JOHNSON (rien que ça !), pour encadrer CHUCK dans le rôle de Charles GORDON, dit " le chinois ", figure historique légendaire pour les Anglais, au même titre que Laurence d’Arabie plus tard. Ce Charles GORDON, qui avait servi en Crimée, bataillé pour l’empereur de Chine, réussi à supprimer l’esclavage au Soudan et, en général obéi pendant toute sa carrière à ses propres règles plutôt qu’à celles de l’establishment militaire britannique, ne pouvait qu’intéresser l’homme HESTON, lui-même admirateur de ces fortes individualités qu’il appelle « the extraordinary men ».

    khartoum 4.jpg

    L’excellent Richard JOHNSON dans le rôle du colonel STEWART, adjoint de GORDON. Ce fut le début d’une grande amitié avec CHUCK, et ils tournèrent encore quatre fois ensemble.

    Quand il reçoit le script de Khartoum, il pense d’abord refuser ce nouveau projet épique car il sort d’une longue période en costumes et ne veut pas replonger dans un énième film spectaculaire. C’est le scénario extrêmement précis et documenté de Robert ARDREY qui va le décider à changer d’avis. Il découvre peu à peu derrière la façade de l’officier rigide et loyal, un personnage plein de profondeur et d’humanité, un chrétien mystique pour qui la solution militaire ne suffit pas, et que n’effraie aucunement la peur de la mort, mais celle de l’échec. Mieux informé sur l’homme GORDON et fasciné par le courage d’un homme capable de se sacrifier pour une cause qu’il trouve juste, CHUCK va, avec le professionnalisme qu’on lui connaît, totalement s’approprier l’allure, le visage et la voix d’un officier anglais de la fin du XIXème siècle, s’astreignant à un coaching vocal très pointu pour que son accent anglais, et non celui d’un américain, se rapproche de la perfection. Ce souci d’authenticité sera d’ailleurs très apprécié en Angleterre, où le film fera plus tard un très gros succès.

    Cependant, si GORDON est la figure principale de son scénario, Robert ARDREY a eu l’excellente idée de lui opposer un protagoniste à sa mesure, choix dicté par le simple respect de la vérité historique, puisque GORDON ne fut envoyé à Khartoum que pour contrer la révolte locale menée par un « fou de Dieu » très en avance sur ceux de notre époque, un homme du désert qui se faisait appeler le « Mahdi » (celui qu’on attendait), et qui projetait de porter la parole du prophète dans toutes les mosquées d’Orient. Pour jouer ce personnage tout aussi habité par sa foi que l’était GORDON, le plus grand acteur anglais de l’époque, Laurence OLIVIER, s’imposait comme un choix évident. Barbu, grimé, et s’étant pourvu d’une diction arabisante totalement différente de son phrasé habituel, OLIVIER sera un adversaire et un concurrent de premier choix pour CHUCK, qui dira avoir beaucoup appris de leur rencontre.

    khartoum 3.jpg

    « Le jour où l’empereur de Chine cessera d’être un infidèle, j’accepterai ce cadeau somptueux. » Voilà ce que dit le « Mahdi » (Laurence OLIVIER) à GORDON (Charlton HESTON), lors de leur première entrevue. Dans la réalité, les deux hommes ne se rencontrèrent jamais.

    Un autre aspect important du scénario est le refus absolu de ARDREY de tomber dans le piège du film de prestige à la gloire de l’empire britannique. Il dénonce au contraire l’hypocrisie d’un système prêt à tout pour défendre ses intérêts dans le canal de Suez, mais surtout pas à secourir une population en danger, quitte à sacrifier GORDON sur l’Autel de leurs bonnes intentions. Vision clairvoyante et très avant-gardiste, surtout pour un film destiné à un grand public. Ralph RICHARDSON, parfait dans le rôle de GLADSTONE, incarne avec brio les contradictions de l’homme politique tiraillé entre ses sentiments personnels et la raison d’Etat.

    khartoum 2.jpg

    Arrivée de GORDON à Khartoum, accueilli comme un sauveur. Cette scène émut grandement CHUCK et lui rappela l’entrée dans Valence lors du tournage de « EL CID ».

    Tous les ingrédients sont donc réunis pour faire de KHARTOUM un grand film : le sujet, le scénario, les interprètes et, pourtant, une légère frustration demeure quant au résultat final. La cohérence et la rigueur ne fait jamais défaut à ce film, la reconstitution est de qualité, la musique de Franck CORDELL est envoutante… On peut juste regretter qu’avec un tel projet, un metteur en scène comme Anthony MANN ou David LEAN n’ait pas été aux commandes plutôt que le trop sage Basil DEARDEN. Ce cinéaste de la qualité anglaise (1911-1971), n’était peut-être pas l’homme qu’il fallait pour donner à Khartoum le souffle épique nécessaire. Très à l’aise dans les scènes d’intérieur et la direction d’acteurs, il l’est moins quand il s’agit d’animer l’écran par du mouvement et du rythme, même si la seconde équipe menée par Yakima CANUTT fait plus que le job. D’ailleurs, CHUCK dira lui-même de son travail : « je crois pouvoir dire que c’est le seul film que je considère comme très bon, dont je pense que la réalisation n’est pas la qualité principale ». On ne peut qu’approuver cette lucidité, surtout quand on connaît le degré d’exigence du personnage.

    khartoum 5.jpg

    Dénouement tragique du film : fidèle à ses convictions, GORDON refuse de se défendre et fait face aux fanatiques, armé de sa badine et de son seul courage.

     

    Tourné de manière logistiquement complexe mais sans réelles difficultés, en partie en Egypte, puis en Angleterre, KHARTOUM sera un très grand succès en Grande-Bretagne (ce qui suffira d’ailleurs à couvrir les frais de production), mais fera un score moyen aux USA, où le public habituel de CHUCK sera désemparé par ce personnage. Déçu par le résultat commercial global, CHUCK n’en conservera pas moins une affection sincère à ce film tout sa vie. On peut le comprendre, car c’est un de ses plus beaux rôles, où il fait preuve d’une finesse de jeu exemplaire pour camper cet être complexe à la fois orgueilleux, généreux, et habité par une foi inébranlable.

    Auteur : Renaud
    Script-girl : Cécile

     

  • WILL PENNY : CE BEAU WESTERN ATYPIQUE

    1.JPG

    Charlton Heston dans le rôle de Will Penny, une de ses interprétations préférées

    Dans les premiers mois de l’année 1967, Charlton Heston se trouve à un moment relativement délicat de sa carrière. Après avoir connu les plus grands succès avec Ben Hur, El Cid et récemment Peking, il s’est dirigé plus ou moins consciemment vers des sujets plus difficiles et personnels et qui n’ont pas forcément connu le succès escompté : Diamond Head, Dundee, The Ecstasy and the Agony et The war Lord. Même Khartum, énorme production, a plus ou moins déçu aux USA, à son grand désarroi car le sujet lui était cher. Son ami et producteur, Walter Seltzer, le soutient dans toutes ses entreprises plus ou moins hardies, mais souhaite quand même le voir renouer avec la réussite…

    C’est dans ce contexte tendu que Chuck trouve un jour, sur son bureau, le scénario d’un western intimiste écrit par un inconnu : Tom Gries. Il trouve le script tellement beau et émouvant qu’une fois de plus, voyant là la base d’un très beau western, il renonce à jouer la sécurité et s’aventure dans un projet que tout le monde estime périlleux. Il faut dire qu’au début des années 60, le western n’est plus le genre « bankable » qu’il a été jusqu’aux années 50, malgré l’apparition de la télévision : le western italien, avec, notamment, la trilogie de Sergio Leone, est en train d’envahir le marché, et les productions plus traditionnelles, comme John Wayne en fait encore, ne suffisent plus à assurer sa rentabilité commerciale. Bref, l’Ouest n’est plus ce qu’il était, et, en regard des changements géopolitiques de l’époque, notamment la guerre du Vietnam, qui renvoie les américains à leur culpabilité au sujet des indiens, beaucoup de cinéastes comme Penn, Peckinpah et Altman optent pour un western plus moderne, visant à remettre en cause la mythologie classique du genre.

    3.jpg

    Cath et Will, un amour hélas voué à l’échec

    Le scénario de Will Penny s’inscrit plus ou moins dans cette démarche, mais avec plus d’humanisme et un souci de documentation supérieur. C’est l’histoire d’un vieux cow-boy sans le sou, et surtout sans avenir, qui voit sa vie bouleversée par la rencontre d’une femme et de son enfant en voyage dans l’Ouest, et qui croit un moment pouvoir saisir la chance d’une nouvelle vie, avant de se raviser et de repartir vers sa solitude. Sans « happy end », ni même une lueur d’espoir, le scenario de Gries aborde cet anti-héros, du moins ce « héros ordinaire » comme un symbole des laissés pour compte, des « beautiful losers » que l’Ouest américain a pu générer, et lui rend un hommage sincère et sans fausses notes. On comprend donc l’emballement de Chuck, qui n’a que faire, à l’époque, de jouer les super-héros infaillibles et qui ne se soucie pas plus de son image qu’il ne l’a fait pour The war lord, puisqu’il va choisir de jouer un homme plus âgé que lui, mal rasé, moustachu, illettré et maladroit en amour, mais ô combien attachant, et plus proche de nous que les cow-boys et justiciers implacables dont le western a souvent fait ses choux gras. Le génie de l’acteur va, dans ce film, totalement s’exprimer, car libéré des conventions du genre et de quelconques obligations envers son public.

    Mais revenons à la réalisation de Will Penny. Si tôt le scenario lu et approuvé, Chuck se met à la recherche d’un metteur en scène pour porter cette histoire admirable. Il pense à ses amis William Wyler, George Stevens, et même à John Huston, mais son ami Seltzer va lui administrer une bonne douche froide en lui apprenant que le scénariste ne vendra pas les droits s’il n’est pas choisi comme « director ». Stupéfaction de Chuck, qui s’enquiert de son CV, et apprend que Tom Gries n’a, jusqu’ici, fait que de la télé… C’est là qu’on mesure toute l’audace et la détermination du comédien, puisque, sans réfléchir plus avant, il va immédiatement accepter le « deal » et prendre le risque d’engager, lui, la superstar, un metteur en scène totalement inconnu et sans références sérieuses ! Du jamais vu à cette époque, même de la part de vedettes progressistes comme Brando ou Newman.

    2.jpg

    Joan Hackett dans le rôle de Catherine et Jon Gries, fils du metteur en scène, dans le rôle de Horace

     

    Et ce choix, Heston ne le regrettera pas car Tom Gries, disparu trop tôt, en 1977, se révèlera un metteur en scène compétent et plein d’idées, à tel point que Chuck fera encore deux films avec lui : Number One et The Hawaians, le premier étant d’ailleurs tout aussi remarquable que Will Penny. Le choix crucial de la vedette féminine s’avèrera également très difficile ; bien que le personnage de Catherine, cette femme mal mariée en route vers l’inconnu, méritante et courageuse, est certainement un des plus beaux personnages féminins que le western des années 60 nous ait donné à voir. Beaucoup de stars de l’époque, dont Lee Remick, seront rebutées par la rudesse du sujet, et le rôle reviendra à l’inconnue Joan Hackett, dont la composition sera magnifique. Les personnages de cow-boys qui donnent au film son cachet et sa vérité, seront joués par des comédiens jeunes, comme Lee Majors et Anthony Zerbe, dont la performance plaira tellement à Chuck qu’il l’imposera plus tard pour The Omega man. Le formidable Donald Pleasence, excentrique comédien britannique, jouera le pasteur Quint, véritable démon du film. Il regrettera plus tard que plusieurs de ses scènes aient été coupées pour assurer au film un rythme plus vif et plus accrocheur pour le public.

    5.jpg

    Donald Pleasence dans le rôle de Preacher Quint, un chef de bande particulièrement illuminé…

    Mais le public, hélas, ne se déplacera pas plus pour ce film que pour les précédentes sorties de Chuck. Il se déplacera même moins, car le film va être très mal distribué par Paramount, qui, dès les « previews », le considère comme invendable. Un cadre de la société dira même, sans honte, à Chuck, pour expliquer l’échec du film : « si tu étais parti avec la fille à la fin, on aurait pu avoir un succès ». Eh oui, on en était là en 1967 et les impératifs du commerce l’emportaient également à cette époque. Très marqué par cet échec, Chuck s’en consolera grâce aux critiques très élogieuses que la presse fera du film, notamment en Europe. Mais comme il le dit lui-même dans son journal : « un beau film qui ne marche pas, malheureusement, ne compte pas. » Devant l’inquiétude de ses proches quant à l’évolution de sa carrière, notamment son agent Citron, il se mettra en quête de sujets plus accrocheurs et renouera enfin avec le succès grâce au projet de Arthur Jacobs : « Planet of the apes ».

    4.jpg

    Anthony Zerbe, futur Mathias dans The Omega Man, joue Dutchy, cow-boy ami de Will

     

    Que reste-t-il de Will Penny, ce film maudit de plus, dans sa filmographie ô combien riche et brillante ? L’incroyable modernité du ton, la beauté tragique de l’histoire, la finesse de l’analyse des rapports entre de vrais êtres humains et non des archétypes, et cette volonté, quasi documentaire, de montrer l’Ouest tel qu’il était vraiment. Une scène résume admirablement ce souci de réalisme et d’exactitude qui font le prix du film de Tom Gries : quand, provoqué par un imbécile, en raison de son âge avancé, Will décide de le corriger, il le fait avec son chapeau, et non pas à mains nues. Pourquoi ? Parce que ses mains sont son outil de travail et qu’il ne peut pas se permettre de les abîmer. C’est juste, c’est vrai, une démonstration simple et lumineuse.

    C’est ça, Will Penny.

     

     

    Auteur : Renaud
    Script-girl : Cécile

     

     

  • THE WAR LORD " UN GRAND FILM MAUDIT "

     

    4.jpg

    Réalisé en 1965 par Franklin SCHAFFNER, « The war lord » (« Le seigneur de la guerre » en français) occupe une place à part dans la filmographie prestigieuse de Charlton HESTON. Il ne possède pas la notoriété des grands classiques qui ont fait la renommée de l’acteur (« Ben Hur », « El Cid », « Les dix commandements »), il n’a pas connu le succès de ces films cultes que sont « La planète des singes » et « Soleil vert », et, pourtant, grâce à l’émotion et la force lyrique qui se dégagent de cette improbable histoire d’amour entre un chevalier et une paysanne au cœur du moyen âge le plus sombre, il continue à fasciner les vrais admirateurs de l’artiste. En tout cas, ceux qui connaissent la « part d’ombre » chez ce comédien complexe s’y retrouvent parfaitement.

    Car, si un film illustre bien le travail de Chuck en tant qu’aventurier du cinéma, c’est bien celui-ci ! Considérons les faits : en 1962, quand Heston prend connaissance de la pièce « The lovers » qui va inspirer le film, il est alors au sommet de sa gloire grâce aux films épiques précités et au triomphe des « 55 jours de Pékin ». Rien ne l’oblige donc à s’engager dans des choix risqués ou peu commerciaux, rien ne l’oblige à faire confiance à des scénaristes inconnus, rien, sinon un insatiable souci de perfection et son refus de la répétition d’une formule même gagnante. Lassé de cette image de héros mythique dont il pressent les limites, il va donc se lancer dans des projets différents sans jamais écouter son agent, Herman CITRON. « The war lord » ne sera que le premier d’une belle série qui fait des années 60, à notre avis, la période la plus riche de sa longue carrière.

    1.JPG

    « The war lord » fait partie des films de HESTON dont la conception et la réalisation ont été les plus difficiles. Fasciné par la pièce qu’il avait failli jouer à Broadway, il décide, dans un premier temps, d’en acheter les droits pour monter le projet et surtout obtenir un scénario qui soit filmable. Après avoir vainement tenté d’intéresser le producteur Sam BRONSTON à l’affaire, après le succès de « Pékin », il finit par obtenir l’accord d’Universal après près d’un an de démarches. John COLLIER, un écrivain peu connu, très peu familier des magouilles hollywoodiennes, finit par obtenir un scénario correct avec l’obligation, par le studio, de ne pas dépasser une durée de deux heures, ce qui s’avèrera crucial par la suite… L’excellent SCHAFFNER, bien connu de CHUCK pour l’avoir fait travailler au théâtre dans les années 45-50, n’est choisi qu’en été 1964 pour assurer la mise en scène. Quant au casting, il se met en place difficilement et CHUCK s’étonne que tant de bons comédiens passent à côté d’un sujet aussi original. Stanley BAKER est pressenti pour jouer Draco, le frère torturé de Chrysagon, Julie CHRISTIE pour jouer Bronwyn : tous deux se désistent ! HESTON et SCHAFFNER vont se rabattre sur l’excellent Richard BOONE pour jouer l’écuyer Bors et l’inconnue Rose-Mary FORSYTH, qui éclairera le film de sa beauté.

    3.jpg

    Pour des raisons budgétaires, Universal refuse de laisser la troupe filer en Angleterre, ce qui obligera l’équipe à choisir des marécages californiens qui feront parfaitement illusion. Mais c’est la coupe au bol, typiquement médiévale, choisie par CHUCK, qui fera grincer les dents des patrons d’Universal, soucieux de préserver le fameux sex-appeal du comédien, mais rien ne l’empêchera de rechercher à tout prix authenticité et réalisme, et le choix de cette coiffure peu glamour en fait partie. Les vrais problèmes commencent en fait après le tournage, en février 1965, quand Universal, qui souhaitait au départ un film d’aventures historique traditionnel, s’aperçoit qu’elle a laissé le champ libre à des trublions qui n’en ont fait qu’à leur tête, c’est-à-dire conter une histoire d’amour, de bruit et de fureur quasi shakespearienne, dans laquelle le côté épique est tout à fait secondaire. Furieux de voir leur projet initial détourné, les gens d’Universal vont donc insister sur les scènes de bataille pour en augmenter la durée à l’écran, au grand dam de HESTON qui souhaitait l’inverse. Ils vont couper dans les scènes intimistes et poétiques, malgré la fureur de SCHAFFNER, qui voulait préserver la magie de cette histoire située au cœur des ténèbres. HESTON, persuadé qu’il tient un de ses meilleurs rôles dans un de ses meilleurs films, va se battre contre toutes les décisions du studio, et surtout celle, cruciale, d’enlever le montage à SCHAFFNER, sous prétexte qu’il n’a pas livré, comme prévu, un négatif de deux heures ! Hélas, comme CHUCK le soulignera plus tard : « the one who pays the piper calls the tune ». En gros, ce sont les gens qui ont l’argent qui décident à la fin, point barre !

    « The war lord », bien que charcuté au montage et amputé de plus de trente minutes, va néanmoins s’imposer au fil des ans comme un des plus beaux films de l’artiste. Succès très mitigé au box-office, il reste, malgré ce semi-échec commercial, un magnifique poème lyrique sur l’amour impossible qui unit un chevalier aigri par une vie de batailles et une jeune fille qui ne connaît du monde que son village et ses mœurs païennes : une vision pertinente de ce moyen-âge souvent édulcoré par Hollywood et qui apparaît enfin dans toute sa noirceur et ses angoisses religieuses. Illuminé par la photographie splendide de Russel METTY et le jeu shakespearien de CHUCK et d’une troupe formidable, il continue à nous hanter et nous émouvoir, même si on peut regretter de ne jamais connaître la version idéale que souhaitaient ses auteurs.

    Auteur : Renaud
    Script-girl : Cécile

    2.jpg

  • LA SOIF DU MAL : LA RENCONTRE DE DEUX GRANDS

     

    Comme beaucoup de chefs-d’œuvre du cinéma, Touch of Evil d’Orson Welles est le fruit de rencontres inattendues, de circonstances plus ou moins favorables, de compromis et d’affrontements divers qui, par miracle, et par l’accumulation de coups de chances, permettent à tel ou tel film de justifier cette appellation. Un chef-d’œuvre ne se planifie pas à l’avance, la méthode et la raison n’y sont pas pour l’essentiel.

    Quand, en 1956, Charlton Heston reçoit le script de Touch of Evil, parmi bien d’autres scenarii (car il est devenu, grâce à The Ten Comandments un acteur très demandé), il ne voit d’abord, dans cette histoire, qu’un thriller un peu banal et routinier, mais se dit, à l’instinct, qu’il y a là la matière d’une bonne série B. Sa première initiative est donc d’appeler Universal pour s’enquérir de son futur metteur en scène. On lui répond qu’il n’y en a pas encore, mais qu’Orson Welles, en pleine panade financière à l’époque, et prêt à jouer n’importe quoi, y tiendra le rôle d’un flic pourri. C’est là que Chuck propose, innocemment, de confier la mise en scène à Welles car, dit-il : « c’est aussi un sacré bon director ». S’ensuit, d’après les écrits de Heston, un long silence téléphonique, après lequel, les producteurs acceptent, avec des réserves, de confier le travail à Welles. Heston dira plus tard, toujours étonné : « c’était un peu comme si j’avais proposé que ma grand-mère mette en scène le film ».

    Il faut dire qu’à l’époque, Welles a la réputation d’être un metteur en scène instable et capricieux (vrai) et dépensier (faux). D’ailleurs, Heston, qui restera son ami jusqu’à sa mort, malgré quelques divergences politiques et autres, l’a toujours défendu sur ce point : « Welles était très rapide sur le tournage, faisant beaucoup répéter les acteurs avant les prises, mais pouvant filmer douze pages de dialogues en avance sur le plan de travail, là où d’autres metteurs auraient pris deux jours de plus. ».

    D’une banale histoire policière, Welles, de par son habileté de scénariste, va tirer un mélodrame noir sur la corruption, la déchéance d’un fonctionnaire au départ intègre (joué par Welles) et le combat d’un policier mexicain (Heston), mal vu par ses collègues américains, et pourtant déterminé à faire toute la vérité sur le meurtre d’un citoyen américain et de sa maîtresse. Grâce à sa drôlerie et ses inventions sur le plateau, ainsi que sa faculté à faire venir, par amitié, quelques-uns de ses meilleurs copains, dont certains aux trognes fabuleuses (Dietrich, Cotten, Calleia, Tamiroff), il va transformer ce polar classique en parabole sur la frontière très fine qui sépare le bien du mal, et ça ne va pas plaire du tout à l’Universal.

    Quid de Chuck Heston dans le rôle du mexicain Vargas ? Il semblerait qu’au début, pour captiver l’acteur, Welles lui ait fait croire qu’il avait le premier rôle, et que le flic corrompu Quinlan n’était qu’un faire-valoir… On peut douter de cette supposition, car le personnage de Vargas n’est absolument pas éclipsé par Welles, et la rencontre des deux comédiens donne lieu à des échanges explosifs qui feront date dans l’histoire du cinéma. Comment oublier la fameuse scène où Vargas découvre que Quinlan a planqué de la dynamite pour accuser un jeune mexicain, ou cette réplique fabuleuse de Heston à Welles : « le rôle de policier n’est facile que dans un état policier. »

    Contrairement à certains critiques qui prétendent que Heston n’est pas à sa place dans ce rôle, on ne peut qu’admirer la retenue et l’intelligence de jeu de Chuck, qui sait se mettre en retrait et subir le déluge verbal de Welles, sans jamais imposer son personnage, mais en sachant écouter et regarder, pour mieux donner du poids à toutes ses répliques. On connaît la suite : bien que réalisé dans les délais, La Soif du Mal deviendra un film maudit, car charcuté par ses producteurs, qui profiteront du laisser-aller coupable de Welles, parti faire des repérages pour son Don Quichotte, pour remonter le film et même tourner des séquences additionnelles ! Chuck Heston, fidèle en amitié, fera tout pour éviter le désastre, mais tenu par son contrat, devra s’exécuter, ce qui n’entachera pas son amitié avec Welles. Les deux hommes feront même de nombreux projets ensemble, et Welles se souviendra de Chuck comme : « avec Gielgud, l’acteur le plus gentil et travailleur que j’ai pu rencontrer. »

    Même si Welles n’a pu monter et finir le film comme il le souhaitait, Touch of Evil n’est pas seulement un grand film de série B : c’est un diamant noir dans la production hollywoodienne de cette époque, illuminé par l’incroyable photo de Russel Metty, inclassable et riche de sens… Un chef d’œuvre ? Mais oui, bien sûr !

    Auteur : Renaud
    Script-girl : Cécile

     

    LSDM 2.jpg

    LSDM 3.jpg