Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

FILMS présentation - Page 3

  • LE CID (1963)

    LE CID (1963)

     (Photo appartenant à BIENVENIDO Mr HESTON)

     

    XIème siècle. L'Espagne est un pays ravagé par des guerres fraticides. Un homme, Don Rodrigue Diaz de Vivar, dit le "CID" (Charlton Heston) va se lever et appeler tous les Espagnols "chrétiens, juifs, musulmans" à s'unir et combattre l'ennemi commun : le terrible et sanguinaire Emir Youssouf. (synopsis figurant sur la jaquette du DVD).

    CE QUE J'EN PENSE

     

    Quel film inoubliable !!!!  avec Charlton Heston qui était né et destiné à interpréter des personnages exceptionnels, car il était exceptionnel.

     

    Il ne s'agit pas seulement, d'une flamboyante fresque historique, c'est beaucoup plus que cela. Le sujet n'a rien perdu de son sens et n'a jamais été autant d'actualité qu'en ce moment.

     

    C'est le récit de la vraie vie de Rodrigue. Les faits sont avérés même si, pour les besoins du film ou du scénario, le metteur en scène a un peu triché avec la vérité pour la fin du film qui n'est pas très réaliste. 

     

    Rodrigo Diaz de Vivar est né en 1043 et est décédé en 1099.

     

    Le film n'a rien à voir avec la pièce de Corneille. La tragédie omniprésente tout au long du film, nous emporte dans un grand souffle de violence, d'amour, de haine, d'amitié et, surtout dHONNEUR et de TOLERANCE.

     

    C'est à travers le mot "TOLERANCE" que j'ai regardé ce film qui nous en dit beaucoup plus sur la nature humaine et jusqu'où un être humain peut aller par amour, par haine, fidélité à ses idéaux et pour laver son honneur.

     

    UN GRAND FILM A VOIR ET A REVOIR ...

     

    LE CID (1963)

     

    LE CID (1963)

     

    LE CID (1963)

     

    LE CID (1963)

     

    LE CID (1963)

     

    LE CID (1963)

     

    LE CID (1963)

     

    LE CID (1963)

     

    LE CID (1963)

     

    LE CID (1963)

     

    LE CID (1963)

     

    LE CID (1963)

     

    LE CID (1963)

     

    LE CID (1963)

  • THE OMEGA MAN (1971)

     

     

    VOIR L'ALBUM PHOTOS :

    http://eternelcharltonheston.blogspirit.com/album/the-omega-man-1971-n-1/

    MV5BNDVhNzk4OGEtNTJiZC00MjVkLWE5YTYtZGRmNGZkOTQwNWNjXkEyXkFqcGdeQXVyNTIzOTk5ODM@._V1_SY1000_CR0,0,666,1000_AL_.jpg

     

    SYNOPSIS

    À Los Angeles en 1977, Robert Neville, un ex-médecin militaire, est l'un des rares survivants d'une guerre biologique entre l'Union soviétique et la Chine ayant tué la plupart de la population humaine en raison d'une épidémie mondiale qui a suivi, mais contre laquelle il était immunisé grâce à un vaccin expérimental, le 93-B71, qu'il avait fabriqué et s'était lui-même injecté.

    Subsistent cependant d'étranges êtres déformés qui se nomment eux-mêmes "La Famille" et dont les séquelles de la guerre ont fait des mutants albinos nocturnes et très sensibles à la lumière. Menés par un chef psychotique, Jonathan Matthias, ils pensent que la science et la technologie sont la source de tous leurs malheurs et doivent être détruites. Vêtus de robes noires, ils n'utilisent que des objets primitifs (torches, arcs, flèches, catapultes...) et tentent d'effacer toute trace de progrès technique. C'est ainsi qu'ils considèrent Neville comme un vestige de cette société honnie et cherchent à le tuer.

      Synopsis provenant du site WIKIPEDIA :    

    https://fr.wikipedia.org/wiki/Le_Survivant

     

     

    MES REFLEXIONS

     

    Après les grands films exceptionnels qu'avaient tournés Charlton Heston, dont les histoires se déroulaient dans le passé,  voilà que vers la fin des années 60 début 70, il allait se tourner vers le futur et nous offrir quelques grands rôles dans le domaine de la Science-Fiction en commençant par "PLANET OF THE APES" (1968) dans le rôle de George Taylor, puis vint "THE OMEGA MAN" (1971) - Robert Neville - et surtout "SOYLENT GREEN" (1973) dans lequel il incarne l'inoubliable Détective Thorn aux côtés de Edward G. Robinson dont c'était le dernier film.

     

    Aujourd'hui je vous présente "THE OMEGA MAN". Moi qui ne suis pas du tout preneuse quand il s'agit de science-fiction, j'avoue avoir aimé ce film, comme j'avais aimé " La Planète des singes " et comme j'aimerai par la suite " Soleil Vert " .

     

    Pourquoi aimer ces films, moi  qui n'ai pas le goût des films sur un futur pessimiste pour ne pas dire plus. Je crois pouvoir dire que cela tient essentiellement à la personnalité de Charlton Heston qui a l'art unique de s'identifier à ses personnages. Il mettait tout de lui-même avec tant de générosité dans ces gens qu'il incarnait, sa présence crevait l'écran et dans chacun des êtres qu'il a incarnés, demeurait toujours un semblant d'humanité même chez celui qui pouvait être antipathique au demeurant.

    Je n'analyserai pas le film. Notre ami Renaud le fera mieux que moi puisqu'il prépare deux " Grain de sel " sur le sujet qui seront très étayés n'en doutons pas.

    Je veux cependant souligner la musique de Ron Grainer pour laquelle j'ai eu un vrai coup de cœur lors de la sortie du film. Nous l'entendions très souvent à la radio. Son rythme lancinant reste en mémoire. J'avoue qu'en ce moment, après avoir regardé THE OMEGA MAN pour la énième fois,  je me prends à la fredonner tant elle s'imprime dans mon esprit, un peu comme un morceau de Miles Davis que j'aime tant.

     

    Ci-dessous un complément d'information par Renaud, sur la musique de Ron Grainer.

     Et bien chère France,  il faut savoir que les 66 minutes de musique de Ron Grainer (ce qui est énorme pour un film de cette époque) ont été enregistrées en 3 séances de 3 demi-journées.  ce qui est fort peu, croyez-moi, pour un boulot pareil,mais c'est ça les pros...

    Grainer a joué des claviers, fait jouer une rythmique basse-guitare-batterie en même temps que section de cordes et cuivres (pas facile) et utilisé le fameux percussionniste  Emil Richards, qui tape sur tout ce qui bouge et est l'auteur de tous ces effets sonores délirants qui font tant pour l'ambiance du film..

    la mélodie principale en mineur du début donne lieu à pas mal de variations(17!) et le thème "Omega man" entendu pour la 1ere fois quand Neville va "acheter" sa voiture est de toute beauté...je l'ai entendu joué par un jazzman en piano-bar il y a un an quand j'étais en concert, il ne savait pas la provenance et je lui ai expliqué, en corrigeant au passage un accord qu'il n'avait pas bien placé! 

     

    Les photos ci-dessous proviennent du site WIKIPEDIA

    https://fr.wikipedia.org/wiki/Le_Survivant 

    MV5BMDg1ZjcxMzAtZjA4YS00ZDNlLWEwNWItZmIzZmU4MmRlNzRjXkEyXkFqcGdeQXVyMzI5NDcxNzI@._V1_.jpg

    MV5BMGE3ZTJlNmMtOTRiNy00Nzk5LWJjNTItNzhjODg4ZjQwOTkxXkEyXkFqcGdeQXVyNTIzOTk5ODM@._V1_.jpg

    MV5BMThlOWRmYTMtOTVlMS00MjkyLWI5M2ItMjgxNTdmNWIzMTI1XkEyXkFqcGdeQXVyNTIzOTk5ODM@._V1_.jpg

    MV5BNzA1MzY5NGUtYjhmZS00NDg0LWE0M2QtM2ZhNDg2YWFiYWMxXkEyXkFqcGdeQXVyNTIzOTk5ODM@._V1_.jpg

    MV5BOGZkM2NhN2ItODM3OS00ZjI5LWJlZjItOTQyNmY1YWU0Nzc0XkEyXkFqcGdeQXVyMzI5NDcxNzI@._V1_.jpg

    MV5BYjJkMDI5OGQtZTY5Ni00NzI0LWEwMDItOTE0ZWM3OTJlYmVjXkEyXkFqcGdeQXVyNTIzOTk5ODM@._V1_.jpg

    MV5BYmE1ZGY1N2QtNmQyYS00ZWNiLWI1YjUtMGVjNjRlZGZjOGIwXkEyXkFqcGdeQXVyNTIzOTk5ODM@._V1_.jpg

    MV5BYTJmZThmYjktMjg5MC00YzRjLWEwMGYtM2ZkNzAzNGZkODY1XkEyXkFqcGdeQXVyNTIzOTk5ODM@._V1_.jpg

     

  • MY FATHER Rua Alguem 5555 (2002)

    Je découvre ce film dans lequel Charlton Heston a interprété un rôle loin des héros qu'il a été et a interprétés tout au long de sa carrière.

    Je rends hommage à Charlton Heston, qui, étant déjà malade a accepté d'interpréter ce rôle du Dr Mengele, qui retrouve son fils sur la fin de sa vie.

    Je suis dans l'impossibilité de donner mon avis sur ce film qui a été primé au Festival de Berlin.

     

    Il semble qu'il n'ait jamais été diffusé en France ni aux Etats-Unis. 

     

    Je n'ai pas trouvé de version doublée ou sous-titrée en langue française, je ne peux donc pas donner mon avis.

    J'ai enfin pu me procurer le DVD mais malheureusement, sans sous-titrage, donc difficile pour la compréhension

    Ce que je peux en dire, c'est que pour moi, c'est un des plus grands rôles de Chuck, son dernier et probablement son testament.

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

  • LA SYMPHONIE DES HEROS (1967)

     

     

    TITRE ORIGINAL " COUNTERPOINT "

    UNE VISION DIFFERENTE DE LA DEUXIEME GUERRE MONDIALE ORCHESTREE AVEC EMOTION PAR CHARLTON HESTON

     

    Charlton Heston, Maximilien Schell et Leslie Nielsen se retrouvent dans "LA SYMPHONIE DES HEROS", drame passionnant alliant la splendeur de la musique classique et la brutalité de la deuxième guerre mondiale. 

     

    En 1944, un célèbre orchestre symphonique part en tournée dans toute l'Europe. Au milieu d'un spectacle, les soldats d'Hitler attaquent la ville, capturant les musiciens et leur directeur Lionel Evans (Charlton Heston).

     

    Emprisonné dans le château, le groupe échappe à l'exécution grâce au général Schiller (Maximilien Schell) passionné de musique, qui leur ordonne alors de préparer un récital pour ses camarades nazis. Mais Evans redoute ce qui arrivera une fois le concert terminé. (synopsis figurant sur la jaquette du DVD)

     

    CE QUE J'EN PENSE

     J'adore ce film. Comment résister au talent de Charlton Heston ? Il pouvait presque tout interpréter, sa carrière l'a prouvé. Pourtant, la première fois que j'ai vu ce film, il y a quelques années, j'étais loin de l'imaginer dans le rôle d'un chef d'orchestre classique. On y croit !

     Pour tenir ce rôle, c'est le chef d'orchestre Leo Damiani qui l'a coaché. A croire que Charlton Heston avait tous les dons. Il est réellement entré dans la peau de son personnage, peut-être a t'il été musicien dans une autre vie. 

     Dans ce film, il incarne un Chef, quelque peu imbu de sa personne, autoritaire. Il pense que la Convention de Genève les protège et que les Allemands vont les laisser poursuivre leur tournée. 

     Maximilien Schell, dans le rôle du général Schiller, est odieux et manipulateur à souhait, mais il est mélomane !!! Voilà encore un grand acteur...

     Ces deux personnalités s'affrontent dans ce film, sorte de jeu du chat et de la souris. Qui au final l'emportera ? 

     Pour moi, qui suis passionnée de musique classique, j'ai eu des moments de plaisir auditif, et d'émotion intense.  

     Petite curiosité dans le film. Le véhicule qui transporte les musiciens est composé de l'avant d'un vieux bus parisien auquel est greffé une partie d'un bus à deux étages anglais (c'est ce que je pense sans certitude).

     

    LA SYMPHONIE DES HEROS (1967)

     

    Je ne sais pas si cet épisode de la deuxième guerre mondiale qui se déroule en Belgique a réellement existé, cela est possible, mais je n'y ai pas cru une seconde. Peut-être y a t'il eu d'autres faits similaires dont Alan Sillitoe s'est inspiré pour écrire son livre "Le Général" d'où le scenario du film est tiré. 

     

    Ma petite interrogation personnelle : " Pourquoi un tel brushing sur la tête de Chuck ? " est-ce à dire que les musiciens ont forcément les cheveux "gonflés" d'où l'expression "avoir la grosse tête".

    signature_3.gif