Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Charlton Heston : TRADUCTION de BEIJING DIARY - Page 5

  • 21 - MARDI 4 OCTOBRE - 14ème jour de répétition...

    img12122019_323.jpg

    ... (mon anniversaire aussi)

     

    9h30 Répétition du PAT - Acte I

    12h00 Déjeuner d'anniversaire... seulement à la moitié de la scène de Keith

    13h00 à 15h00 Réunion des acteurs - fin de la journée à 15h00

    19h30 En taxi pour chez Maxim's avec Lydia, Maggie : son cadeau de la journée (aussi avec les LORD)

    Mon anniversaire célébré en plusieurs fois aujourd'hui. Tout a commencé à la Réception de l'hôtel à 6h30,  avec un gâteau de la part de nos employés à Coldwater, en même temps que mon petit-déjeuner. Je l'ai apporté au théâtre pour le partager avec les acteurs. 

    ⌊Avec le recul, je ne suis pas sûr que les Chinois fassent des gâteaux d'anniversaire. Les fêtes d'anniversaire, certes, mais un gâteau avec des bougies est peut-être nouveau dans ma Compagnie. Quoi qu'il en soit, ils ont été très bruyants pour me faire entrer dans une nouvelle année. Les acteurs et les athlètes font très bien la fête.⌋

    Le gâteau consommé, nous sommes entrés durant quelques heures, en véritable répétition de l'acte I. La troupe avait organisé un déjeuner d'anniversaire, avec un gâteau encore plus grand ⌊pas de bougies...qui pourrait être un détail occidental⌋. Ying Ruocheng est apparu, avec plusieurs autres personnalités du théâtre chinois. Puis celui qui joue le lieutenant Bird, le jeune psychiatre condescendant, au moins aussi bon dans son rôle que l'un des deux autres acteurs que j'ai dirigés) a donné une merveilleuse représentation en prenant une voix de fausset et interprétant une servante française dans une parodie de farce française. Tout s'est déroulé jusqu'au déjeuner, lorsque Lydia et Maggie nous ont rejoints, suivies d'un groupe d'acteurs de la troupe, me parlant de ce que j'avais fait avant. (Je devais faire attention à ne pas oublier le travail dont  ils avaient au moins entendu parler. C'est surprenant qu'ils me fassent confiance, quand on y pensej. Aucun de mes films n'a jamais été diffusé commercialement en Chine, seulement lors de projections privées dans les ambassades).

    unnamed.jpg

    Maxim's Pékin. Photo Google https://www.google.com/url?sa=i&url=http%3A%2F%2Ffrench.china.org.cn%2Ftravel%2Ftxt%2F2014-09%2F03%2Fcontent_33421254.htm&psig=AOvVaw05nyS-kY3nzAbQlyov6KC7&ust=1594282064708000&source=images&cd=vfe&ved=0CAMQjB1qFwoTCNjf0tSZveoCFQAAAAAdAAAAABAD

    À la fin de la répétition, il ne restait plus qu'à donner congé à la Compagnie, pour le reste de la journée. Ce soir, Maggie, en guise de cadeau, nous a tous emmenés chez Maxim's, maintenant décoré dans un style fin de siècle très élaboré. L'Ambassadeur Lord et Bette se sont joints à nous. Dans l'ensemble, ce fut l'un des anniversaires les plus fêtés dont je me souvienne. J'avoue que j'ai été touché (et nous avions quand-même répété pendant deux heures).

    Le jour de l'anniversaire de Chuck (4 octobre), Bette Bao Lord et des membres de la troupe et du personnel du théâtre ont organisé une grande et délicieuse fête en son honneur, une surprise qui l'a stupéfait de plaisir. Mon souvenir le plus marquant : une chanson de la Longue Marche de 49. Même mon mari anticommuniste a senti ses cheveux se dresser sur sa tête.

    img08072020_432.png

    A SUIVRE...

    Traduit avec www.DeepL.com/Translator (version gratuite)

     

     

  • 22 - MERCREDI 5 OCTOBRE - 15ème jour de répétition

    img12122019_323.jpg

     

    7h30 Tournage d'une interview télévisée autour de l'hôtel

    9h Téléphoner au PAT (People's Art Theatre)

    9h30 2ème partie de la scène de Keith

    11h40 Fin de l'acte I, tournage d'une scène de Queeg

    12h Synthèse de l'acte II, déjeuner

    13h15 Entretien télévisé

    Nous avons terminé l'acte I, nous avons fait tout l'acte II, aujourd'hui... un peu plus que ce que nous avons fait en une journée jusqu'à présent. Certaines des interprétations se présentent bien : Ren Baoxian en lieutenant Greenwald certainement (et surtout). Southard et Birdare très bien, Lundeen et Urban le seront bientôt. A ce stade, Gu Wei est bien en tant que capitaine Blakely, le juge qui préside. Xiu Zongdi est peut-être meilleur en tant que lieutenant Keefer, le manipulateur à l'âme faible qui a vraiment précipité la mutinerie. Tout comme Cong Lin en tant que lieutenant Keith, le jeune officier de réserve, pris au milieu. Je m'inquiète pour Wu Guiling en tant que commandant Challee, le procureur compétent et honnête que Greenwald fait échouer pour gagner l'affaire, et pour Xiao Peng en tant que lieutenant Maryk, l'accusé. Aucun des deux acteurs n'a le physique idéal, ni ne se dirige très vite vers la compréhension de son rôle... ou vers la réussite de celui-ci, en tout cas. Pour l'instant. C'est bon... on a le temps.

    Zhu Xu trouvera son chemin, je pense, mais il a encore beaucoup à faire... c'est une partie très difficile. Je ne sais vraiment pas encore comment le diriger dans la scène de dépression... c'est un tel panier de serpents. Je dois l'aider à trouver son Queeg sans imposer le mien. Je le ferai. Il y arrivera. 

    ⌊Un acteur, réalisateur, a un problème particulier. Vous avez tendance à orienter l'acteur vers ce que vous feriez vous-même... surtout si vous avez déjà joué le rôle. Vous devez communiquer ce que vous voulez en tant que réalisateur sans faire intervenir l'acteur. Une entreprise périlleuse.⌋

     

    A SUIVRE

    Traduit avec www.DeepL.com/Translator (version gratuite)

     

     

  • 23 - JEUDI 6 OCTOBRE - 16ème jour de répétition

    img12122019_323.jpg

     

    17h : Ambassade des Etats-Unis, réunion avec le staff : séance de dédicaces, etc. Interviews télévisées, dîner

    Mes inquiétudes concernant la performance et le timing ont été apaisées par la répétition des deux actes aujourd'hui, qui n'ont duré que sept ou huit minutes de plus que lorsque nous les avons joués en Angleterre. Je pense que je peux l'accepter, étant donné la complexité tonale de la langue chinoise. Challee et Maryk étaient tous deux meilleurs aujourd'hui, en particulier Challee. J'ai encore beaucoup de chemin à parcourir avec Queeg et Greenwald, mais les deux rôles sont  difficiles et les deux acteurs ont beaucoup plus de talents. 

    Nous avons eu une curieuse petite crise aujourd'hui. Je l'ai résolue assez facilement, mais j'ai appris un peu sur les Chinois et beaucoup sur la bureaucratie communiste au cours du processus. Une centaine d'acteurs sont employés en permanence dans cette Compagnie, avec un salaire annuel dérisoire, et certains d'entre eux sont également logés dans l'enceinte. Lorsqu'ils jouent dans une pièce, ils reçoivent une rémunération supplémentaire, dont le montant dépend uniquement de l'ancienneté de l'acteur dans la Compagnie. Lorsque Caine Mutiny débutera, certains des acteurs les plus âgés de la troupe, qui ne parlent jamais, seront mieux payés que les acteurs jouant les rôles principaux. 

     

    La semaine dernière, j'ai appris qu'une allocation supplémentaire est versée aux acteurs qui répètent... un montant fixe de cinquante cents par jour. Cela m'a semblé être une somme révoltante et dérisoire à laquelle je me suis senti obligé de remédier. J'ai appelé Bette Bao Lord à l'ambassade et lui ai fait comprendre à quel point je me sentais concerné. Je peux travailler gratuitement : Je peux me le permettre, et ils ne peuvent pas me payer. Mais répéter huit heures par jour pour cinquante cents ? J'ai dit à Bette que j'aimerais contribuer à hauteur de quelques centaines de dollars pour compléter l'indemnité de répétition de notre Compagnie. Elle a dit qu'elle aimerait se joindre à moi, mais a souligné que les acteurs seraient obligés de reverser l'argent dans un pot commun, pour le partager avec tous les autres membres du People's Art Theatre.  

    "Je ne ferai pas ça, Bette", ai-je dit. "Je n'y crois pas. Je veux mettre l'argent dans la poche des gens qui font le travail : les acteurs, les assistants, les interprètes qui nous aident à monter Caine". Bette a accepté et s'est engagée à aller voir Ying Ruocheng au Ministère de la culture.  Il a également accepté, ce qui a eu un peu plus de poids, et nous avons donné l'argent, partagé uniquement entre la Compagnie du Caine. L'affaire est conclue. 

    Pas tout à fait. Ce matin, comme toujours, j'étais dans la salle de répétition bien avant neuf heures. Compte tenu de la barrière de la langue, je ne peux pas faire partie des habituels bavardages matinaux des acteurs. Nous nous saluons en mandarin (je peux le faire, mais je ne veux pas faire travailler Mme Xie avant moi). J'ai lu le Herald Tribune pendant dix minutes, puis j'ai discuté des scènes que je voulais travailler avec Ren Ming, mon assistant. À dix heures, j'ai attiré l'attention des acteurs et j'ai annoncé le programme de travail de la journée, puis je me suis assis pour finir mon thé avant la fin du temps imparti. J'ai soudain remarqué un étrange petit homme en costume croisé et un tam(¹) bleu debout au centre de la pièce qui s'adressait à la Compagnie... en Mandarin, bien sûr. Je me suis penché vers Mme Xie et je lui ai demandé ce qu'il disait. 

    Elle m'a écouté un moment. "Plus ou moins ce que vous venez de dire aux acteurs", a-t-elle répondu.

    J'ai eu le pitch. Je me suis dirigé vers le centre de la salle et j'ai dit : "Je ne sais pas quelle est la coutume en Chine, mais en Amérique, personne ne donne d'instructions aux acteurs, sauf le réalisateur. Quand cet homme aura quitté notre répétition, nous commencerons. Je ne veux pas le revoir dans ce théâtre".

    Il s'avère qu'il avait été cadre ici pendant le chaos de la Révolution culturelle, lorsque l'actuel et l'ancien directeur du théâtre avaient été bannis pour aller pelleter du charbon. Le petit homme au tam s'était accroché à un petit poste de bureau, et avait pensé à rejoindre la Compagnie et ainsi gagner la prime de répétition, lui aussi. 

    Je ne me fais pas d'illusions, bien sûr. Il ne remettra pas les pieds dans l'enceinte pendant que nous travaillons ici, mais une fois que le gros oeil rond et laid sera parti, il reviendra, pour effectuer ce qu'il a à faire. Le plein emploi... parmi les joies de l'État socialiste.

    (¹)TAM : intraduisible ... peut-être une sorte de tambour ?????

    img08072020_433.jpg

    A SUIVRE...

     

     

     

     

  • 24 - VENDREDI 7 OCTOBRE - 17ème jour de répétition

    img12122019_323.jpg

    9:30 PAT  exécuter l'Act I 

    11:00 Notes pour le casting 

    12:00 Déjeuner

    13 h 30 Présentation de la pièce à l'équipe

    19 h 00 Dîner avec Maggie, Zamoras, Justine.

     

     

    De nouveau Igor pense à moi, le  sournois qu'il est. Mais j'ai besoin de lui, et Mark McIntire avait envoyé une autre disquette avec le programme que j'utilise. Kevin King, l'homologue néo-zélandais de Mark, l'a jointe pour moi, et nous sommes de nouveau opérationnels. Je me sens comme un idiot d'être aussi incompétent dans ce rôle crucial ("technopaysan", comme le nomme mon fils), mais comme l'a fait remarquer Will Rogers de façon mémorable, "Nous sommes tous ignorants... juste sur des sujets différents."

    Nous avons travaillé sur le premier acte ce matin, par petits bouts, puis après le déjeuner, nous avons fait une répétition de toute la pièce avec un public d'une vingtaine de personnes venant du personnel technique. J'ai été soulagé de découvrir que les quelques passages comiques - ainsi que certaines des autres scènes - fonctionnent pour un public chinois. Bien sûr, ils ont applaudi à la fin. Bien sûr.

    Je suis rentré chez moi en pensant au déroulement de la pièce et en regardant fasciné une fois de plus,le trafic de Pékin. Il y a très peu de voitures, presque aucune n'est privée. Les rues sont pleines de piétons et de cyclistes qui donnent le rythme et, franchement, me terrifient. Mon chauffeur, M. Li, semble parfaitement serein, se faufilant tranquillement dans un torrent de vies humaines, inconscient ou insouciant de sa propre vulnérabilité fragilisée. Un chauffeur de taxi new-yorkais deviendrait fou ici. Dans les grandes rues à six voies, il y a des gens à vélo sur chaque séparateur de voies, qui se faufilent d'un côté à l'autre. 

    Même lorsque vous vous trouvez sur une avenue latérale sans aucune circulation en vue et avec des feux verts devant vous, vous n'osez pas accélérer ; à tout moment, une fragile dame âgée peut surgir au milieu d'un quartier obscurci. Un cycliste avec un enfant de quatre ans sur le guidon pédalera fermement devant vous. On disait autrefois que les Orientaux n'accordaient pas tant de valeur à la vie humaine. Je n'y crois pas. Chaque homme accorde de l'importance à sa propre vie et à celle de son enfant. Je pense que beaucoup de gens dans les rues ici ne réalisent tout simplement pas à quel point les véhicules à moteur sont mortels, même à vingt miles à l'heure.

    Nous avons eu un dîner agréable avec les Zamora (les gens du Sheraton ont vraiment joué un rôle crucial dans cette entreprise, et c'était la dernière soirée de Maggie Field avec nous). De retour à l'hôtel, j'ai parlé à Lydia de la façon de faire comprendre à Zhu Xu (mon Queeg) ma conception des complexités de son échec. Comme d'habitude, ses conseils étaient judicieux, mais je ne suis toujours pas à l'aise avec l'état d'avancement de cette partie de la pièce. Je me suis endormi sur ma chaise, en lisant la scène. 

    img08072020_433.jpg

    A SUIVRE...

     

     

    Traduit avec www.DeepL.com/Translator (version gratuite)

     

     

  • 25 - SAMEDI 8 OCTOBRE - 18ème jour de répétition (1ère partie)

    Ce chapître est particulier à traduire, car il intègre une bonne partie des dialogues de l'acte II. 

    J'ai préféré le scinder en deux parties, car les dialogues sont longs et seraient fastidieux à lire, il me semble.

     

    img12122019_323.jpg

    9:30 Travail du PAT sur des extraits de l'acte II

    10:30 Notes etc...

    13:30 Répétition première moitié de la scène de Queeg, acte II

    16h15  Pause, pas de notes

    18:00 Maggie à l'aéroport avec Lydia. Nous avons une soirée tranquille dans notre suite.

    Cet après-midi, j'avais prévu de jouer toute la pièce depuis le début (avec comme public, un autre petit groupe de personnel du théâtre). Je l'ai interrompue juste avant la dépression de Queeg. Certains des acteurs avaient une représentation ce soir, mais je ne voulais pas vraiment que Zhu Xu fasse cette scène aujourd'hui de toute façon.

    Je ferais mieux de vous donner quelques détails sur cette scène. Le capitaine Queeg apparaît dans l'acte I, comme premier témoin. Il rencontre le commandant de Marine, modèle qu'il veut tant être. Un public peu familier avec le roman de Wouk devrait être persuadé que Queeg a raison, que le lieutenant Maryk est coupable de mutinerie, bien que le témoignage à travers le reste de l'acte I, remette cela en doute. 

    Dans le deuxième acte, Queeg est de nouveau appelé pour être contre-interrogé par le lieutenant Greenwald, qui défend Maryk. Au début, le témoignage de Queeg est encore calme, détendu et éminemment plausible. Mais sous l'interrogatoire habile et de plus en plus acharné de Greenwald, il perd son sang-froid, puis craque. Enfin, en réponse à la question de Greenwald sur le registre que Maryk avait tenu sur le comportement irrationnel de Queeg, ce dernier se lance dans un monologue passionné qui l'éloigne de plus en plus de la réalité. Finalement, il n'est plus dans la salle d'audience, ni ne parle à personne, mais, mettant à nu sa psyché, il s'adresse à un groupe d'hommes du Caine dont il se souvient, qui étaient à son service lorsqu'il était jeune enseigne vingt ans auparavant. Maryk est indéniablement innocent. Queeg sort de la Cour avec sa carrière en ruines.

    Je ne vois aucun autre discours dans une pièce que je connaisse qui modifie aussi efficacement ce que le public ressent ou qui résout aussi radicalement la pièce elle-même. Le voici :

    GREENWALD

    – Commandant Queeg, avez-vous lu le carnet de santé du lieutenant Maryk ? 

    QUEEG

    – Oui, j'ai lu un document intéressant, oui, monsieur, en effet. C'est le plus grand conglomérat de mensonges, de distorsions et de demi-vérités que j'ai jamais vu. Mais je suis extrêmement heureux que vous m'ayez interrogé à ce sujet, car je veux que la vérité soit consignée dans le dossier. Toute la vérité.

    GREENWALD

    – Veuillez indiquer votre version, ou tout commentaire factuel sur les épisodes dans le journal de bord. 

    QUEEG

    – 'Kay. Bon, on commence bien avec cette histoire de fraises ? La vérité, c'est que j'ai été trahi, rejeté et trahi par mon officier supérieur et ce précieux monsieur, M. Keith. À eux deux, ils ont corrompu mon carré d'officiers, si bien que je n'étais qu'un seul homme contre le navire tout entier, sans aucun soutien de mes officiers.

    – 'Kay. Maintenant, vous prenez cette affaire de fraises. Pourquoi, si ce n'était pas un cas évident de complot pour préserver de la Justice, un malfaiteur ... Maryk omet soigneusement le petit fait que j'avais prouvé de façon concluante,  par un processus d'élimination que quelqu'un avait la clé de la glacière. Il a dit que ce sont les copains de l'intendant qui ont mangé les fraises?! ⌊Il rit⌋ Si je voulais en prendre la peine, je pourrais prouver à ce tribunal GEOMETRIQUEMENT qu'ils n'auraient pas réussi.

    ⌊Brusquement, il se tourne vers le juge, qui a l'air un peu déconcerté.⌋

    C'est le retour du business de l'eau !Quand l'équipe prenait des douches sept fois par jour!!

    ⌊à Maryk, maintenant⌋

    Nos évaporateurs étaient définitivement en panne, hein ?

    ⌊Maryk hoche la tête⌋

    –'Kay ! La moitié du temps !

     ⌊Triomphant, maintenant⌋

    J'essayais de leur inculquer les PRINCIPES les plus simples de la conservation de l'eau, mais non... M. Maryk, le héros de l'équipage, a voulu continuer à les dorloter ! Vous prenez ce café...

    ⌊une petite pause maintenant, il sort les billes d'acier de ses poches.⌋

    – Non...Non... l'affaire des fraises d'abord.

    ⌊Il se tourne à nouveau vers la cour.⌋

    – Tout reposait sur une recherche approfondie de la CLEF, et c'est là que M. Maryk, comme d'habitude avec l'aide de M. Keith, a complètement bidouillé la situation ! 

    ⌊A Maryk encore

    – Vous venez de passer par tout un tas de faux-fuyants qui n'ont rien prouvé ! Comme les incessantes disparitions des cafetières ... qui étaient la propriété du gouvernement !

    ⌊A la Cour ⌋

    Ils l'ont pris comme une blague... chacun d'entre eux, à commencer par Maryk. Pas de SENS des responsabilités, bien que j'aie insisté à maintes reprises : La guerre ne durera pas éternellement. Deux ans de plus ? ... cinq ans ? ... tôt ou tard, il faudra rendre compte de tout cela.

    ⌊A Challee maintenant⌋

    – C'était une bataille constante... toujours la même chose : Maryk et Keith... sapant mon autorité, toujours un argument... bien que personnellement... j'aimais beaucoup Keith... J'essayais de l'entraîner... pour me faire poignarder dans le dos... qu... ⌊Sa voix se casse.⌋'Kay. Je crois que ça concerne le...euh...truc de la fraise.

     

     

     A SUIVRE ⇒

     

     

     

     

     

     

     

     

    Traduit avec www.DeepL.com/Translator (version gratuite),

     

    'Kay,