Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

- Page 3

  • CHARLTON HESTON : sa dernière interview expliquée par Maria - Billet N° 5

    1.JPG

    Capture2.JPG

    Cette fois, Maria nous explique et traduit l'essentiel de la dernière interview de Chuck et Lydia. 

    Maria a déposé ce texte dans les commentaires de l'article "SOUVENIR D'UNE INTERVIEW".

    Moments pathétiques dont je désirais connaître la teneur en français.

    Merci à toi Chère Maria. Tu apportes un éclairage nouveau pour ma compréhension. Je dois te dire que cela ajoute à ma tristesse de constater comment un être humain, quel qu'il soit, célèbre ou anonyme, grand ou petit, peut voir son destin basculer dans le "néant" à cause d'une horrible maladie.

    Maria s'exprimant en italien, j'ai donc fait la traduction moi-même, en espérant chère Maria, que j'ai été fidèle à ce que tu exprimes dans ta merveilleuse langue qu'est l'italien.

    Anche per me vedere quella ultima intervista è un'autentica sofferenza, non solo perché è come la estrema comunicazione di un condannato a morte, un morto che cammina e come può parla, ma anche perché ho purtroppo conosciuto da vicino l'Alzheimer, malattia di cui è morta mia madre. Torniamo all'intervista.
    Inizia con un commento un po' crudele di Jennings che accompagna Heston in una incerta passeggiata, forse fuori della sua casa o forse già nel giardino di una clinica. Jennings nota i segni della malattia già evidenti : il passo incerto, la ripetizione di cose già dette. "Si vedono già i primi segni della malattia"
    All'interno la camera si fissa sul volto di Charlton per il momento da solo e Jennings ricorda a tutti l'annuncio pubblico della malattia fatta dall'attore nel 2002. "Posso separare le acque del Mar Rosso, ma non posso separarmi da voi" . Il giornalista fa un breve riassunto della vita di Heston e sottolinea l'importanza di Lydia nella sua esistenza. La donna che lo ha in qualche modo fatto uomo, come Heston stesso ammette. Lydia entra nel salotto dove i due hanno scambiato le prime parole. E' evidentemente commossa e imbarazzata e Chuck si alza per abbracciarla ma sente una certa rigidità in lei quindi chiede di abbracciarlo meglio, con più calore. Lydia si stringe a lui e Chuck ammette di riconoscere in quell'abbraccio la ragazza che era. "That's my girl". Da qui la scena è dominata da Lydia. Con poca immaginazione Jennings le chiede quale è stata la sua reazione dopo la diagnosi medica. Lydia dice di essersi sentita annientata "I was appalled" Jennings torna a Charlton con una domanda piuttosto dura. "Sa che questa malattia più che sull'ammalato pesa sui familiari?" . Charlton assente. Jennings insiste" La cosa più difficile è non poter più condividere i ricordi" L'amico di anni prima , Ronald Reaan, afflitto dallo stesso male, è in uno stadio terminale e il giornalista chiede a Lydia se Nancy Reagan si è fatta sentire. Lydia dice che più volte si sono sentite e Nancy ha offerto la sua comprensione e partecipazione. Lydia dice di aver chiesto a Nancy se in quel momento Ronald Reagan era in grado di riconoscere sua moglie. La risposta è un secco e doloroso "No". In cui si sente tutto il dolore del mondo. La camera ritorna su Chuck , forse sperando di cogliere un barlume di partecipazione a quello che è discusso in quel momento. Ma purtroppo Heston appare perso nei suoi pensieri o come ha scritto un giornalista " nei demoni della sua mente". Jennings gli rivolge un'ultima cruciale domanda su come pensa di affrontare il futuro. Heston risponde che sino a che si troverà in uno stato mentale simile a quello di quel momento, cercherà di continuare la vita come sempre. " E dopo?" Chiede Jennings. Non c'è una risposta diretta ma
    Chuck conclude l'intervista con una frase coraggiosa e patetica al tempo stesso "What can't be cured must be endured. " Quello che non si può curare deve essere sopportato. Ma "endure" non è la sopportazione cristiana, è la fermezza e la resistenza dell'uomo di fronte alla sofferenza che la morte si porta con sè.
    Nell'offrirvi questa traduzione, purtroppo, non ho avuto bisogno di rivedere l'originale. L'ho stampato nella mente e la prima volta che l'ho visto ne sono stata sconvolta. "Appalled", come dice Lydia.
    C'è anche una domanda veramente stupida di Jennings, il quale chiede a Lydia come è venuta a sapere del coinvolgimento di suo marito nella direzione dell'NRA (National Rifle Association) . Rispetto alla situazione la risposta non può essere che altrettanto banale: " Ero in cucina con la radio accesa e ho sentito il suo nome. Ho capito, ma d'altra parte è tipico di mio marito imbarcarsi in una crociata ( sottinteso " giusta o sbagliata che sia")."

     

    Pour moi aussi, voir cette dernière interview est une souffrance authentique, non seulement parce qu'elle est comme l'extrême communication d'un condamné à la peine capitale, un mort qui marche et qui parle comme il peut, mais aussi parce que j'ai connu de près malheureusement l'Alzheimer, maladie dont ma mère est morte.

    Nous revenons à l'interview.


     
    Elle commence par un examen un peu cruel par Jennings accompagnant Heston dans une marche incertaine, peut-être hors de sa maison ou peut-être déjà dans le jardin d'une clinique.

    Jennings remarque les signes déjà évidents de la maladie :  le pas incertain, la répétition des choses dites. " On peut déjà voir les premiers signes de la maladie ". A l'intérieur, la caméra est fixée sur le visage de Charlton tout seul pour le moment et Jennings rappelle à tous, l'annonce publique de la maladie qu'a faite l'acteur en 2002 : " Je peux séparer les eaux de la Mer Rouge, mais je ne peux pas me séparer de vous ". Le journaliste fait un bref résumé de la vie d'Heston et il souligne l'importance de Lydia dans son existence, la femme qui l'a fait d'une façon ou d'une autre, comme Heston l'admet lui-même. Lydia entre dans le salon où tous les deux échangent les premiers mots. Elle est évidemment embarrassée et Chuck se lève pour l'enlacer mais il ressent une certaine rigidité en elle donc,  il lui demande de l'enlacer mieux, avec plus de chaleur. Lydia se serre contre lui et Chuck admet  reconnaître dans cette étreinte,  la jeune fille qu'elle avait été : "That's my girl ".

    A partir de là, la scène est dominée par Lydia. Avec peu d'imagination,  Jennings lui demande quelle était sa réaction après le diagnostic médical. Lydia dit qu'elle s'est sentie écrasée " J'étais  consternée ",  Jennings revient à Charlton avec une question assez difficile :  " Sait-il  que cette maladie pèse plus sur la famille que sur le malade lui-même ? ", Charlton acquiesce. Jennings insiste : " La chose la plus difficile est de ne pas pouvoir partager les souvenirs ".  L'ami de tant d'années, Ronald Reagan, affligé par la même maladie, est à un stade terminal et le journaliste demande à Lydia si elle a été contactée par Nancy Reagan.

    Lydia dit qu'elles se sont vues plusieurs fois et Nancy a offert sa compréhension et son aide. Lydia dit avoir demandé à Nancy si Ronald Reagan était apte à reconnaître sa femme à ce moment-là. La réponse est sèche et douloureuse "Non !" dans laquelle se sent toute le douleur du monde. La caméra revient sur Chuck, peut-être en espérant recueillir une lueur de participation à ce qui est discuté à ce moment-là, Mais Heston apparaît perdu malheureusement dans ses pensées ou comme l'a écrit un journaliste, " dans les démons de son esprit. " Jennings lui pose une dernière question cruciale sur comment il pense affronter l'avenir. Heston répond que même s'il se trouve dans un état mental semblable à celui de ce moment, il tâchera de continuer la vie comme toujours. " Et après?" lui demande  Jennings. Il y n'a pas une réponse directe mais Chuck conclut l'entrevue avec une phrase courageuse et pathétique à la fois : "What can't be cured must be endured " : " Ce qui ne peut être guéri doit être enduré ", mais "endurer" n'est pas la patience chrétienne, c'est la fermeté et la résistance humaine face à la  la souffrance qui apporte la mort.


      En offrant cette traduction, malheureusement, je n'avais pas besoin de revoir l'original.
    Je l'ai imprimé dans l'esprit, et la première fois que je l'ai vu, j'ai été choquée, "Consternée" comme le dit Lydia.


      Il y a aussi une question vraiment stupide de Jennings, qui a demandé à Lydia comment  elle avait  appris l'implication de son mari dans la direction de la NRA (National Rifle Association). Par rapport à la situation, la réponse ne peut pas être autrement que banale : «J'étais dans la cuisine avec la radio et j'ai entendu son nom, j'ai compris, mais d'autre part c'est typique de mon mari,  se lancer dans une croisade (implicitement : " qu'elle soit bonne ou mauvaise ").

    Maria Russo Dixon

  • SOUVENIR D'UNE INTERVIEW DE CHARLTON HESTON

    Publié le 23 janvier 2015

    Mise à Jour le 8 décembre 2016

     

    SOUVENIR D'UNE INTERVIEW DE CHARLTON HESTON...

    (Par Barbara Cloud)

     

    J'ai voulu traduire ce souvenir de Barbara Cloud, car je le trouve vraiment beau et émouvant.

     

    http://old.post-gazette.com/columnists/20030216cloud0216fnp1.asp

     

     

    ...LE SUJET ETAIT NOS NEZ

     

    Dimanche 16 février 2003

     

    Je regardais l'interview "20/20" de Peter Jennings avec Charlton Heston, et cela a remué des souvenirs de ma rencontre avec l'acteur il y a de nombreuses années.

     

    Même si Heston n'avait malheureusement pas souffert de la maladie d'Alzheimer, il ne s'en serait pas souvenu, mais je ne l'oublierai jamais.

     

    Si vous avez vu l'interview le 20 décembre 2002, vous connaissez les ravages de la maladie d'Alzheimer, ce n'est guère le truc que nous voulons observer chez n'importe qui, encore moins chez un homme connu pour sa forte présence à l'écran.

     

    Là, sur le petit écran, dans mon salonse trouvait l'acteur qui était toujours le beau héros de ses films.


    S'il vous plaît, pas de dérives sur NRA. Ce n'est pas le sujet.

     

    Ce que nous avons vu, dans ce qu'a dit Jennings pouvait être la dernière interview d'Heston parce que la maladie semble progresser, c'est la façon dont la maladie d'Alzheimer nous amène à un autre endroit. Et c'est un endroit très solitaire. Personne ne peut y aller avec vous.

     

    Ma réflexion était sur nos réunions antérieures quand Heston n'était pas perdu, pas inhibé, pas chancelant et certainement pas contestant.

     

    Il était tout ce que j'avais imaginé de ce que j'avais vu dans les films -- cette forte mâchoire, cette foulée, la posture sans pareil.

     

    J'ai eu le privilège de l'interviewer à deux reprises, ici à Pittsburgh.

     

    Après la première interview, où un photographe de la Presse de Pittsburgh a pris une photo de Heston et moi, je suis allée dans la maison d'une femme qui faisait pousser des orchidées (les journées des journalistes sont ainsi souvent variées).

     

    Alors que je m'asseyais avec elle, elle m'a regardée et m'a dit - et cela semble remarquable - "Vous savez, vous pourriez être la sœur de Charlton Heston."

     

    J'ai eu le souffle coupé, parce qu'elle n'avait aucune idée que je venais juste d'être avec lui. Je n'avais pas vu la ressemblance, mais j'étais impatiente de voir la photo que notre photographe avait prise.

     

    La photo, un profil, m'a fait haleter encore. "Oh mon Dieu, nous nous ressemblons." Et bien, en quelque sorte.


    Ce sont les pommettes et le nez. Et peut-être notre couleur de cheveux et le teint. Surtout, c'est le nez. Il convient mieux à la structure osseuse plus forte d'un homme, mais le mien est le nez dont j'ai été dotée, et semblable à celui de mon père, donc je le porte avec fierté.

     

    Il n'est pas mignon. Il est, donc, proéminent et, oui, comme celui d'Heston.

     

    En 1962, je l'ai rencontré à nouveau quand il est venu à Pittsburgh pour promouvoir "El Cid", un film dans lequel sa partenaire était Sophia Loren. Je n'ai jamais oublié notre interview.

     

    Il avait déjà joué Moïse dans "Les Dix Commandements" en 1956, un rôle auquel il serait identifié pour toujours, et j'éprouvais toujours une sorte de respect pour lui, aussi idiot que cela puisse paraître, alors que j'approchais de sa suite à l'Hôtel William Penn.

     

    Il est devenu plus réel pour moi ce jour-là parce qu'il était si facile de lui parler et il se souvenait de notre première rencontre. Quand j'ai mentionné le fait qu'il m'avait été dit que nous pouvions passer pour frère et sœur, il m'emmena vers le miroir et nous nous sommes tournés de profil.


    Il a ri et a dit, "Je pense que c'est le nez."

     

    Une série de photographies ce jour-là ont également capté un côté humain de l'acteur. Même s'il était habillé de façon appropriée (chemise, cravate, etc.) pour l'occasion d'une interview à la presse (à la différence des acteurs d'aujourd'hui qui portent des T-shirts et des jeans), il ne portait pas de chaussures.

     

    J'ai essayé de ne pas m'en apercevoir, mais au cours de notre discussion, il a joué avec ses orteils !


    J'ai pensé que nous devions en effet avoir des gènes similaires. Déchaussée est ma façon préférée de marcher.


    Et quand j'ai demandé ce que c'était de travailler avec Sophia Loren, il sourit et dit respectueusement, "Eh bien, je vais vous dire une chose. Elle est une double portion de femme."

     

    Je n'ai jamais oublié cette citation. Ce n'était pas un instant Moïse.


    Heston était déjà marié à Lydia. Ils se sont mariés très jeunes, quand ils commençaient tout juste des carrières en tant qu'acteurs.


    Et là, après toutes ces années, était sa belle Lydia assise à côté de lui pour cette interview avec Jennings. Elle avait envie de pleurer. Moi aussi.


    Ce n'était pas facile à regarder. Cela m'a rappelé le temps qui passe et nos avenirs incertains.

     

    Quand j'étais récemment à Phoenix, faisant des achats dans les Galeries d'Art de Neiman Marcus au Biltmore Fashion Park, j'ai entendu une voix familière derrière moi demandant de l'aide à la vendeuse qui me parlait.

     

    Elle s'excusa, ce qui ne me dérangeait pas parce que je regardais seulement.

     

    Puis quelqu'un m'a tapé sur l'épaule et j'ai entendu une voix bien modulée s'excusant d'emmener la vendeuse. Il espérait que cela m'était égal.

     

    Je me suis retournée pour dire qu'il n'y avait pas de souci et plongeais fixement dans les yeux de Peter Jennings. Je pensais que c'était très chic de sa part de prendre le temps de me dire ça.

     

    Donc, je me suis aussi rappelée cette rencontre quand j'ai suivi son interview avec Heston une semaine ou deux plus tard.

     

    Les yeux de l'acteur nous en ont plus dit que des mots de ce que la maladie d'Alzheimer peut vous enlever dans sa manière insidieuse.

     

    Les yeux de Jennings ont également envoyé un message d'empathie à son sujet. Cela n'a pas dû être facile.

     

    Je ne suis pas sûre que j'aurais voulu voir l'acteur tel qu'il est aujourd'hui, frêle et marchant d'un pas court glissant, certainement loin de l'homme robuste que nous connaissions dans les films, l'homme qui se sentait à l'aise de ne pas porter ses chaussures lors d'une interview, l'homme qui cligna de l'œil pour décrire les lignes généreuses de Loren.

     

    Mon lien, bien que distant, est très personnel.
    Chaque fois que je regarde dans le miroir, je me souviens de ce jour où Charlton Heston m'a dit "Je pense que c'est le nez."

     

    SOUVENIR D'UNE INTERVIEW DE CHARLTON HESTON...

     

     

    Vous pouvez voir la video de la dernière interview de Charlton et Lydia par Peter Jennings le 20 décembre 2002, dans l'article suivant "

     

    http://charltonheston.blogspirit.com/archive/2016/12/10/charlton-heston-sa-derniere-interview-expliquee-par-maria-3084452.html

     

     

    Je n'ai jamais voulu publier cette video qui m'est difficile de regarder, mais pour

    la compréhension de l'article de Barbara Cloud, il m'a paru essentiel de la télécharger

    malgré tout.

    Une telle tristesse m'envahit que je ne peux pas supporter de voir notre grand Charlton

    Heston, diminué, ravagé par cette horrible maladie.

    Et le désarroi de Lydia est palpable.

    COMBIEN J'AIMERAIS POUVOIR AVOIR LA TRADUCTION DE CETTE

    INTERVIEW .

     


     

     

     

     

  • BONNE ANNEE HESTONIENNE 2017

     

    preview.jpg

    eae50d98fb89d83201124f8869836714.jpg

     

    011.jpg

    2016 se termine pour faire place bientôt, à une année 2017 qui verra la parution du livre de Marc Eliot consacré à la biographie définitive de Charlton Heston. J'espère que nous pourrons en avoir une version française dans les mois à venir, rien n'est moins sûr hélas !

     

    Au cours de cette année 2016, nous avons eu le plaisir de voir que ce blog s'enrichissait de deux nouvelles rubriques :

     

    LE GRAIN DE SEL DE RENAUD et LES BILLETS DE MARIA RUSSO DIXON, deux brillants chroniqueurs qui apportent un éclairage nouveau sur la vie du grand homme, sa carrière et ses films.

     

    Si j'avais quelques vœux  à formuler chers Amis hestoniens,  ce serait en tout premier lieu, que nous ayons enfin la possibilité de lire en français,  les livres que Charlton Heston a écrits, car personnellement, j'éprouve une grande frustration de ne pouvoir tout connaître de Chuck, si tant est que nous puissions tout découvrir de lui un jour.

     

    Le deuxième souhait serait que non seulement, les films de Chuck les moins connus, mais aussi ses prestations sur CBS dans les années 50,  sortent  en DVD. La route artistique de Chuck est si riche que j'aimerais voir les débuts de cet acteur exceptionnel.

     

    Charlton a une telle carrière et de grands films à son actif : Will Penny le Solitaire, Le Seigneur de la Guerre, l'Extase et l'Agonie, Counterpoint, A Man for all Seasons, Big Country, Soleil vert, Le survivant,   pour ne citer que ceux-là, il est regrettable que le grand public ne les connaisse pas, aussi, une large diffusion télévisuelle serait la bienvenue.

     

    J'émets encore un vœu, celui que justice lui soit rendue, il a tant été sali et ridiculisé à la fin de sa vie, par les médias d'une façon indigne qu'il serait normal que chacun de ces prétendus "intellectuels" fasse son mea culpa mais là, j'en demande un peu trop !

     

     Mon dernier vœu serait que vous laissiez  plus de commentaires qui seront toujours bien accueillis car enrichissants et encourageants.

     

    Je vous souhaite de belles fêtes de fin d'année et une magnifique année 2017, hestonienne plus que jamais.

    Merci à toutes et tous pour cette belle amitié chuckienne.