Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

23 - JEUDI 6 OCTOBRE - 16ème jour de répétition

img12122019_323.jpg

 

17h : Ambassade des Etats-Unis, réunion avec le staff : séance de dédicaces, etc. Interviews télévisées, dîner

Mes inquiétudes concernant la performance et le timing ont été apaisées par la répétition des deux actes aujourd'hui, qui n'ont duré que sept ou huit minutes de plus que lorsque nous les avons joués en Angleterre. Je pense que je peux l'accepter, étant donné la complexité tonale de la langue chinoise. Challee et Maryk étaient tous deux meilleurs aujourd'hui, en particulier Challee. J'ai encore beaucoup de chemin à parcourir avec Queeg et Greenwald, mais les deux rôles sont  difficiles et les deux acteurs ont beaucoup plus de talents. 

Nous avons eu une curieuse petite crise aujourd'hui. Je l'ai résolue assez facilement, mais j'ai appris un peu sur les Chinois et beaucoup sur la bureaucratie communiste au cours du processus. Une centaine d'acteurs sont employés en permanence dans cette Compagnie, avec un salaire annuel dérisoire, et certains d'entre eux sont également logés dans l'enceinte. Lorsqu'ils jouent dans une pièce, ils reçoivent une rémunération supplémentaire, dont le montant dépend uniquement de l'ancienneté de l'acteur dans la Compagnie. Lorsque Caine Mutiny débutera, certains des acteurs les plus âgés de la troupe, qui ne parlent jamais, seront mieux payés que les acteurs jouant les rôles principaux. 

 

La semaine dernière, j'ai appris qu'une allocation supplémentaire est versée aux acteurs qui répètent... un montant fixe de cinquante cents par jour. Cela m'a semblé être une somme révoltante et dérisoire à laquelle je me suis senti obligé de remédier. J'ai appelé Bette Bao Lord à l'ambassade et lui ai fait comprendre à quel point je me sentais concerné. Je peux travailler gratuitement : Je peux me le permettre, et ils ne peuvent pas me payer. Mais répéter huit heures par jour pour cinquante cents ? J'ai dit à Bette que j'aimerais contribuer à hauteur de quelques centaines de dollars pour compléter l'indemnité de répétition de notre Compagnie. Elle a dit qu'elle aimerait se joindre à moi, mais a souligné que les acteurs seraient obligés de reverser l'argent dans un pot commun, pour le partager avec tous les autres membres du People's Art Theatre.  

"Je ne ferai pas ça, Bette", ai-je dit. "Je n'y crois pas. Je veux mettre l'argent dans la poche des gens qui font le travail : les acteurs, les assistants, les interprètes qui nous aident à monter Caine". Bette a accepté et s'est engagée à aller voir Ying Ruocheng au Ministère de la culture.  Il a également accepté, ce qui a eu un peu plus de poids, et nous avons donné l'argent, partagé uniquement entre la Compagnie du Caine. L'affaire est conclue. 

Pas tout à fait. Ce matin, comme toujours, j'étais dans la salle de répétition bien avant neuf heures. Compte tenu de la barrière de la langue, je ne peux pas faire partie des habituels bavardages matinaux des acteurs. Nous nous saluons en mandarin (je peux le faire, mais je ne veux pas faire travailler Mme Xie avant moi). J'ai lu le Herald Tribune pendant dix minutes, puis j'ai discuté des scènes que je voulais travailler avec Ren Ming, mon assistant. À dix heures, j'ai attiré l'attention des acteurs et j'ai annoncé le programme de travail de la journée, puis je me suis assis pour finir mon thé avant la fin du temps imparti. J'ai soudain remarqué un étrange petit homme en costume croisé et un tam(¹) bleu debout au centre de la pièce qui s'adressait à la Compagnie... en Mandarin, bien sûr. Je me suis penché vers Mme Xie et je lui ai demandé ce qu'il disait. 

Elle m'a écouté un moment. "Plus ou moins ce que vous venez de dire aux acteurs", a-t-elle répondu.

J'ai eu le pitch. Je me suis dirigé vers le centre de la salle et j'ai dit : "Je ne sais pas quelle est la coutume en Chine, mais en Amérique, personne ne donne d'instructions aux acteurs, sauf le réalisateur. Quand cet homme aura quitté notre répétition, nous commencerons. Je ne veux pas le revoir dans ce théâtre".

Il s'avère qu'il avait été cadre ici pendant le chaos de la Révolution culturelle, lorsque l'actuel et l'ancien directeur du théâtre avaient été bannis pour aller pelleter du charbon. Le petit homme au tam s'était accroché à un petit poste de bureau, et avait pensé à rejoindre la Compagnie et ainsi gagner la prime de répétition, lui aussi. 

Je ne me fais pas d'illusions, bien sûr. Il ne remettra pas les pieds dans l'enceinte pendant que nous travaillons ici, mais une fois que le gros oeil rond et laid sera parti, il reviendra, pour effectuer ce qu'il a à faire. Le plein emploi... parmi les joies de l'État socialiste.

(¹)TAM : intraduisible ... peut-être une sorte de tambour ?????

L’image contient peut-être : 1 personne, assis et intérieur

A SUIVRE...

 

 

 

 

Commentaires

  • Merci cher Christophe pour votre commentaire. Oui, je dois dire que la lecture de ce livre est intéressante et nous découvrons un Chuck passionné par son métier, par le théâtre et aussi son côté "social" , ayant le souci de la juste rémunération pour ses comédiens chinois.
    Cordialement.

  • merci France....
    toujours tellement enrichissant..
    tu nous apporte tellement...
    on le vit....
    cest passionnant.....

Écrire un commentaire

Optionnel