Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

11 - JEUDI 22 SEPTEMBRE, JOUR DE REPOS

img12122019_323.jpg

Avec un film, si les choses se passent bien et que vous gagnez du temps sur le calendrier, c'est clair et sans risque... vous  êtes prémuni contre un jour de pluie, une actrice récalcitrante ou une scène qui a mal tourné.  La scène pour laquelle vous avez pris de l'avance,  attend patiemment dans ces petites bobines de film sur les étagères de la salle de montage, mais vous finissez quand même le tournage et vous assemblez le tout. 

Une pièce ne fonctionne pas comme ça. Les performances ne sont pas sur une étagère en attente de montage, elles grouillent à l'intérieur des acteurs, tendant vers la forme et la cohérence, poussant vers ce dernier élan de certitude orgasmique. Cela peut être comme ça, croyez-moi. Le jeu d'acteur peut être meilleur que le sexe.  

Idéalement, cela se produit juste avant la Première, après une répétition générale finale imparfaite, lorsque vous ne pouvez plus attendre, parce que vous savez que vous y êtes enfin. Le Directeur doit aider à ce que cela se produise. Il doit également veiller à ce que cela n'arrive pas trop tôt. 

C'est comme un coach qui entraîne un coureur jusqu'à ce qu'il soit au mieux de sa forme le jour de la compétition... ou un quart-arrière, ou un boxeur. Je sais, le métier d'acteur n'est pas une compétition, mais dans un sens ça l'est. L'acteur est en compétition avec lui-même... avec ce qu'il y a en lui et dans le rôle. S'il trouve cela trop tôt, il peut se relâcher. C'est pourquoi il ne faut jamais aller voir une pièce le deuxième soir de sa représentation. Vous aurez très souvent une représentation relâchée, bien en-dessous du niveau de la Première. 

C'est pourquoi j'ai donné un jour de congé à la Compagnie. Ils sont en bonne voie pour obtenir le contrôle technique de leur pièce. Je veux m'assurer qu'ils n'atteignent pas le sommet trop tôt. Le scénario a besoin d'être retravaillé... le scénario Chinois. C'est encore trop long, surtout dans les grands discours. 

J'ai profité de mon jour de congé (après avoir travaillé sur le scénario le matin) pour rejoindre Lydia et Maggie pour un voyage à la Grande Muraille.  Comme cela doit être le cas, je suppose que c'est la seule chose absolument obligatoire à voir dans toute la Chine,  où elle s'étend sur des milliers de kilomètres à travers ce pays immense, empêchant les peuples étrangers d'y pénétrer depuis des centaines d'années. A côté, le Mur d'Hadrien pâlit. Vous vous tenez sur la ligne sinueuse des remparts, en regardant vers le Nord, et vous vous imaginez derrière les yeux d'un soldat qui, il y a des siècles, se tenait debout dans la neige en hiver et la pluie en été, attendant que la vague d'hommes hurlants se précipite sur la pente avec des épées contre lui. Finalement, les Mongols ont pris le dessus et ont régné sur la Chine pendant deux siècles. Qu'a dit le vieux G. Washington ? "La vigilance éternelle est le prix de la liberté." Difficile à faire. Difficile à faire. 

img18052020_405.jpg

Charmante  " Rainbow ", l'assistante interprète-guide, qui a rendu les jours de Maggie et moi-même, bien plus excitants qu'ils ne l'auraient été si nous nous étions promenés seuls à Pékin.

 

A SUIVRE...

Traduit avec www.DeepL.com/Translator (version gratuite)

 

 

 

Commentaires

  • Chuck avait un réel talent d'écrivain, d'observateur, de narrateur. Le récit est très agréable à lire, le talent de la traductrice y est certainement pour quelque chose.
    sacré bonhomme quand même que notre Chuck : comparer le sexe au jeu d'acteur ! Bon c'est bien de sexe dont il parle, pas d'amour ! Il aimait son métier par dessus tout, il aimait jouer, surtout au théâtre, mais au cinéma aussi. Dans ses mémoires, il apparaît, qu'il n'a jamais le trac, étonnant pour un homme timide. Pour son premier rôle au théâtre il se compare à un jeune lion qui n'attend que le moment où on lui ouvre sa cage.
    Plus tard, quand il dirige lui-même au théâtre, il ne comprends pas les jeunes acteurs qui ont le trac. "Comment peut-on vouloir faire ce métier et avoir le trac" dira t-il. On comprend donc, un peu, que pour lui, le jeu d'acteur puisse être meilleur que le sexe, pour lui, jouer la comédie, était au-dessus de tout !
    Je me demande parfois si nous ne l'aurions pas aimé un peu plus "humain", un peu plus comme tout le monde, voire un peu plus ordinaire !

Écrire un commentaire

Optionnel