Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

6 - BEIJING DIARY : Samedi 17 septembre deuxième jour de répétition

 

img12122019_323.jpg

Nous avons commencé ce matin par retravailler la mise en place des personnages que mon assistant, Ren Ming, a prévue. Il est affable, intense, plus grand que la plupart des Chinois, et plus mince que la plupart des hommes. Ce qu'il a fait jusqu'à présent avec la distribution et la pièce, est bon. Le simple fait de pouvoir commencer à travailler sur une scène et de voir les acteurs bouger et parler de manière plus ou moins appropriée, vous donne une bonne base sur laquelle vous pouvez vous appuyer.

Le principal problème pour moi, comme je le savais depuis le début, c'est la langue. J'ai deux interprètes, dont une jolie jeune femme au sourire éblouissant qui s'occupe  des messages et des appels téléphoniques... une gofer(¹) bilingue, je suppose. Son nom est très difficile à prononcer, alors nous avons opté pour une approximation de l'anglais qui semblait l'amuser : Miss Rainbow, et,  il y a Mme Xie (non, ce n'est pas si difficile à prononcer : il suffit de commencer à dire "X" et de passer à "Zhee"), une dame extraordinaire au regard sage,  avec une facilité fulgurante à passer de l'anglais au mandarin et inversement. Son sang-froid suggère la façon dont elle a enduré ce qu'elle a vécu pendant la révolution culturelle (avec des millions de ses compatriotes, bien sûr). Depuis lors, la plus grande partie de son travail consiste à traduire des pièces américaines. J'ai été impressionné par son aisance lors d'une conférence de presse à l'hôtel ce matin avant la répétition, en la regardant passer du mandarin au français et à l'anglais. C'est une femme remarquable. Je ne pourrais guère avoir une meilleure interprète pour atteindre mes acteurs.

Comme Arthur Miller me l'a dit [le premier Américain à mettre en scène une pièce en Chine d'après son excellent livre ; il a eu la gentillesse de me décrire longuement au téléphone, son expérience  que j'ai pu concrétiser par la suite], lorsqu'il a mis en scène ici Death of a Salesman(²), il a constaté qu'on n'a pas vraiment de mal à savoir où se trouvent les acteurs dans une scène. Si vous êtes un acteur, vous n'avez aucun problème. A mon avis, l'ordre des répliques, qui parle,  la façon dont il parle - même en chinois - indique clairement où nous en sommes et ce que je veux faire à ce sujet.

Mais je ne peux pas prendre de notes et attendre la fin de la scène. La plupart du temps, en réalisant, il y a des morceaux dont vous êtes plus ou moins satisfait dès le début ... vous pouvez tourner votre esprit vers d'autres choses en cours. (Je dois parler à Maryk de ses cheveux ... dois-je vraiment faire pipi maintenant? Non, attendez le déjeuner.) Ici, je dois observer les acteurs et le texte anglais devant moi à chaque seconde, pour être sûr que je sais où j'en suis. C'est un formidable exercice de concentration.

Cela signifie également que je dois m'arrêter et commenter chaque fois que je vois quelque chose de douteux ou que je veux changer quelque chose. Je n'ose pas attendre la fin de la scène. Les acteurs sont merveilleusement patients et étonnamment faciles à diriger. En vingt minutes de travail, j'ai pu faire rire le reste de la compagnie—qui peut servir à Urban, de public de substitution en répétition—. [Urban est un aiguilleur de vingt ans... un garçon de la campagne qui est appelé à témoigner de ce qui s'est passé sur le pont du Caine pendant le typhon lorsque le lieutenant Maryk a relevé Queeg de son commandement. La dernière chose au monde qu'il veut faire est de mettre quiconque en danger... surtout lui-même. C'est une scène hilarante. Dans la production londonienne, j'avais choisi un très bon jeune acteur anglais pour incarner Urban, j'avais teint ses cheveux blonds en roux et je lui avais appris un accent géorgien précis. (Pendant la Seconde Guerre mondiale, il y avait beaucoup de Sudistes dans la marine.) Pour la production américaine, j'ai trouvé un acteur du Sud qui était roux, en fait. En Chine, bien sûr, ni roux ni géorgien n'était une option possible. Urban était joué par Li Guangfu, un jeune homme au visage frais qui était très bon, ⌈une fois qu'il avait compris le rôle]. Aujourd'hui, il essayait d'être drôle dans la scène, ce qui n'est pas la bonne façon de faire. Urban est un garçon de ferme sorti de son milieu et effrayé ; son but dans la scène est de rester en dehors des problèmes... donc il est drôle. Noel Coward, qui était sûr que Lord le savait, l'a dit : "Toutes les scènes comiques doivent être jouées très sérieusement."

img04022020_359.jpg

[Li Guangfu dans le rôle de l'aiguilleur Urban. Après une première tentative d'incarner le jeune marin terrifié comme un péquenaud de la campagne, Li a trouvé son personnage en jouant sérieusement, et donc d'une manière beaucoup plus humaine et touchante.]

 

Nous avons bien fait, ayant travaillé la moitié du premier acte (de loin le plus long des deux) à la fin de la journée. [Certains réalisateurs aiment commencer par faire asseoir les acteurs autour d'une table et lire la pièce. Bien que ce soit une tradition raisonnable, je ne l'ai jamais trouvée terriblement utile. Cela ne m'aidera certainement pas à entendre le texte lu en chinois à ce stade. J'ai besoin de garder les acteurs debout, pour se déplacer dans les scènes. C'est à ce moment-là que je peux en savoir plus sur eux et les personnages qu'ils interprètent. C'est ce que nous avons commencé aujourd'hui.]

J'étais fatigué quand je suis rentré à l'hôtel, mais comme je dors dans les avions (ma pureté de cœur innée³), je n'ai pas vraiment souffert du décalage horaire, même avec le changement d'heure de quinze heures. Lydia a amené de l'aéroport,  Maggie Field (une amie aimée et de longue date qui nous a rendu visite depuis Paris), et nous sommes allés dîner à la résidence de l'ambassade américaine. Bien sûr, le taxi nous a d'abord conduits à l'ambassade du Nord-Vietnam, que j'ai en quelque sorte reconnue instantanément, grâce aux gardes à la porte, bien que je ne sois pas allé au Vietnam depuis quand... ‘71’? Si j’étais sorti du taxi, je serais peut-être encore à l’intérieur, ce qui serait très agaçant pour Lydia, sans parler du Théâtre d’Art Populaire.

Bien sûr, cela ne fait pas si longtemps que George Bush a repris l'ancienne ambassade du Pakistan, notre premier représentant  ici depuis 1949. Le chauffeur de taxi l'a finalement trouvée, et les Lord nous ont offert une belle soirée. Ils me semblent très bien équipés pour nous représenter ici.

img04022020_360.jpg

[Maintenir les membres de la cour vivants et impliqués a été l'une des difficultés majeures (voir les personnages  à droite !)]

(les photos sont extraites du livre "Beijing Diary")

 

(¹)gofer : personne à tout faire

(²)Death of a Salesman : Mort d'un commis-voyageur.

(³)"Ma pureté de coeur innée": je suppose que nous pourrions remplacer cette phrase par "je dors du sommeil du juste" ou "je dors comme un enfant".

 

A SUIVRE....

Commentaires

  • Tres intéressant cette partie consacrée aux vrais débuts de la mise eb en scène du premier acte, Heston apparaît comme un metteur en scène passionné et bienveillant pour son équipe notamment le jeune comédien dont il va rectifier le jeu.. il n'est visiblement pas communiste, mais montre de la compréhension pour une société qu'il n'approuve pas, preuve d'une grande ouverture d'esprit qu'il a longtemps conservée..
    Votre traduction est très juste, et il ny a pas de malaise ou de contresens, ça donne envie de connaitre la suite..
    Bises France !

Écrire un commentaire

Optionnel