Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

3 - BEIJING DIARY : PROLOGUE

 

img12122019_323.jpg

CAINE/CHINA PROLOGUE 7 juillet 1989

Comment ai-je atterri en Chine, quelques mois avant les sanglantes convulsions de la place Tiananmen, dirigeant un casting chinois dans une pièce américaine, explorant l’architecture de la démocratie ? La réponse classique est la suivante : Cela semblait être une bonne idée à l’époque. Maintenant, cela semble être une idée encore meilleure.

Au début, c’était seulement un projet. Dans mon travail, on ne sait presque jamais ce qu’on fera dans quatre mois. Il y a plusieurs choses que vous pourriez faire... s’ils ont la bonne actrice, si le scénario fonctionne, si ça semble toujours une bonne idée quand vous y arrivez. Les acteurs sont habitués à cela... vous prenez le meilleur travail qui vient.

J’ai fait une série télévisée très chère il y a quelques années, que la chaîne a soudainement annulée après deux saisons. Beaucoup de consternation dans la presse : « Pourquoi ? Qu’est-ce que vous allez faire maintenant ? Comment vous sentez-vous en perdant votre emploi ? »  J'ai répondu : « Ne critiquez pas cela. C’est le plus long travail que j’ai eu depuis la 11ème Force Aérienne durant la Seconde Guerre Mondiale".

Dix-neuf cent quatre-vingt-sept et '88' ont été chargés : J’ai passé six mois sur la scène Londonienne, jouant Sir Thomas More dans la pièce remarquable de Robert Bolt, A Man for all Seasons. Lorsque nous avons clôturé après avoir battu une série-record de représentations au printemps, j’ai saisi l’occasion d'en faire un film, dirigeant la plus grande partie de la même distribution, en ajoutant Vanessa Redgrave, John Gielgud et Richard Johnson.

Mettre en scène et jouer dans une pièce comme A Man n'est pas « très amusant», bien que les journalistes insistent pour que ça le soit. Samuel Johnson l'a mieux décrit quand il a dit d'une scène de pendaison: "Cela concentre l'esprit merveilleusement." (Remarquez, Orson Welles a dit : " La réalisation d'un film est le meilleur ensemble de trains électriques qu'un petit garçon ait jamais eu pour jouer.) C'est vrai aussi, et si vous ne comprenez pas pourquoi, je ne peux pas vous l'expliquer.

Au milieu de tout cela, Jimmy Doolittle (un producteur californien qui a fait beaucoup, en fait) m'a appelé à Londres pour me demander si je voulais diriger une pièce en Chine.
"Ce serait différent," dis-je. "Quelle pièce?"
"
The Caine Mutiny Court-Martial",  "En Chinois" a déclaré Jimmy. 

"Jimmy," dis-je, "Tu as mon attention. Mais pourquoi moi ? Pourquoi cette pièce ?"

Jimmy a déclaré : "Le ministère de la Culture connaît ton travail", "Ils savent que tu as fait Caine Mutiny. Ils veulent donner à leur théâtre une expérience du réalisme dramatique américain. C'est la pièce qu'ils veulent faire, et ils veulent que tu la mettes en scène."

J’y ai pensé toute la nuit, puis je l’ai rappelé. Je lui ai dit : "Tu es un fils de pute, mon pote. Tu savais très bien que je ne pouvais pas laisser passer ça. C’est trop difficile et trop intéressant. Cependant, j’ai un film à faire maintenant.  Attendront-ils ?»

 

Résultat de recherche d'images pour "bette bao lord"

(Bette Bao Lord)

"Ils attendront", a-t-il dit. Je suis retourné à A Man for All Seasons. Deux semaines plus tard, je suis rentré à Los Angeles pour quelques affaires et j’ai profité de l’occasion pour déjeuner avec Bette Bao Lord, une écrivaine à succès et l’épouse de Winston Lord, notre ambassadeur en Chine. C’est une dame remarquable, positive et énergique. En tant que Sino-Américaine, elle est également une femme à la personnalité très affirmée, profondément informée sur la Chine et son peuple. Elle s’est révélée précieuse au-delà de toute mesure pour Caine / Chine.

 

"Les Chinois veulent que cela se réalise", a-t-elle dit. "En particulier Ying Ruocheng. C'est l'acteur principal de la Chine et le vice-ministre de la Culture. Il est derrière nous, jusqu'au bout." Rassuré, je retournais à l'Angleterre des Tudor et de Sir Thomas More. 


⌊Bette avait parfaitement raison. Ying Ruocheng a mis tout le poids de son autorité personnelle et de sa capacité créative dans notre entreprise. Sans lui, Caine n'aurait jamais pu se faire.⌋ 

 

Nous avons terminé le tournage de A Man for All Seasons à la fin du mois de juin et nous étions prêts à rentrer à la maison, n'attendant que la finale masculine de Wimbledon, que j'ai passée à regarder tomber la pluie depuis le Members' Enclosure, et à boire du vin blanc. Finalement une éclaircie a suffi pour quinze minutes de tennis dans le crépuscule dégoulinant. Pour la petite histoire, alors que je rentrais chez moi le lendemain, Edberg s'est débarrassé de Becker.

Dieu sait que j'étais content d'être rentré. Je gagne ma vie partout dans le monde, en dormant dans des lits bizarres. L'un des avantages du montage d'un film, c'est qu'on peut le faire à quinze minutes de chez soi. Je l'ai même fait dans ma propre maison. Enfin, dans la salle de projection. J'aime ça. A la fin du tournage de Man, j'en avais besoin. 

Le montage est la partie la plus personnelle de la réalisation d'un film, bien que le monteur ne soit pas le seul artiste à travailler dans une tour d'ivoire. Le film, inévitablement, est de l'art par équipe. (C'est l'une des nombreuses raisons pour lesquelles il est si difficile d'en faire un bon.) Quand vous faites un montage, cependant, l'équipe devient plus petite : monteur, producteur et réalisateur. Pour Man, il y avait Eric Boyd-Perkins, qui a monté tous les films que j'ai réalisés et quelques-uns dans lesquels j'ai joué, et mon fils, Fraser, qui a produit et écrit plusieurs d'entre eux. Avec Peter Snell, avec qui j'ai également fait plusieurs films en tant que producteur exécutif, je me suis senti entre de bonnes mains. Nous sommes une équipe expérimentée et confiante. Vous avez besoin de cela, de façon cruciale : savoir que l'autre gars est non seulement talentueux et intelligent, mais qu'il vous dira la vérité. 

Le montage est également un travail peu coûteux. Quand vous tournez, chaque jour coûte au moins cent mille dollars. Si vous vous arrêtez pendant la journée de travail pour réexaminer un choix que vous avez fait sur votre temps libre à cinq heures ce matin-là autour d'un café, votre réflexion coûte plusieurs milliers de dollars...si le ciel se couvre pendant que vous le faites, doublez cela. Mais pendant que vous montez, vous avez le droit de dire, "Écoutez, je ne suis pas sûr de vouloir aller au gros plan dès qu’il entre. Mettons cela de côté pour l’instant et regardons la bobine 3."

Cela m'a donné le temps de réfléchir sérieusement à  Caine Mutiny Court-Martial. J'avais joué la pièce d'Herman Wook deux ans auparavant, dirigeant un casting américain et jouant le tristement célèbre capitaine Queeg à mes débuts à Londres. (Intéressant pour un début.) C'est une pièce merveilleuse; après avoir clôturé une saison fracassante au West End, nous l'avons rapportée à la maison pour des représentations à Los Angeles et à Washington, D.C

Résultat de recherche d'images pour "ying ruocheng et charlton heston"

(Ying Ruocheng, Ethan Marten et Charlton Heston)

Mais l'emmener en Chine, c'était autre chose. La pièce se déroule durant la Seconde Guerre mondiale, définissant les dimensions de la démocratie en termes de cour martiale militaire, en mettant l'accent sur les droits de l'accusé. Les gouvernements communistes considèrent les droits de l'homme avec beaucoup de légèreté. Le public chinois pourrait-il comprendre, ou se soucier, de ce dont Wouk parlait ? De plus, je suis un anticommuniste reconnu. Voulaient-ils vraiment que j'amène Caine à Pékin ?

Il semble qu'ils l'aient fait. Le vice-ministre de la Culture, Ying Ruocheng, avait approuvé le projet, la pièce et moi comme metteur en scène. C'est vrai que les gouvernements communistes ne vous paieront rien, mais je l'avais senti dès le début. Je travaille souvent pour rien, bien que mes ancêtres écossais et mon éducation pendant la Dépression m'ont tracé le chemin pour aller jusqu'au bout d'un projet. Heureusement, l'USIA (U.S. Information Agency) et certaines entreprises américaines ont accepté de couvrir nos dépenses.

Herman Wouk avait accordé avec enthousiasme le droit de faire sa pièce en Chine. (Je ne crois pas qu'il ait été payé non plus.) En juillet, il est venu de Palm Springs avec sa femme Sarah, pour participer à une conférence de presse tumultueuse sur le toit de mon pavillon de tennis, annonçant notre production de Caine Mutiny Court-Martial . Les médias, toujours capricieux, ont décidé que nous étions d'actualité. (Je pense que c'était une semaine tranquille côté informations. En plus, c'était une idée assez inhabituelle.) A partir de ce jour-là, nous avons été suivis de près par la presse. Pas au niveau des apparitions d'Elvis Presley, bien sûr, mais nous avons eu notre part d'attention.

Avant d'emmener le montage final de Man à Londres pour la musique, le doublage et le mixage final du film, j'avais espéré, prendre le long chemin de Pékin pour que je puisse faire le casting de Caine et discuter de la production... des décors, de l'éclairage et des costumes. Ce n'était pas faisable. Le coût du voyage l'a exclu, vu les quelques jours que je devais passer en Chine. J'ai donc envoyé quinze pages de notes sur les personnages et les décors. J'ai reçu des rapports très encourageants. De l'autre côté, les gens savaient ce qu'ils faisaient. C'était clairement une offre que je ne pouvais pas refuser. J'ai remis le mixage de Man à Fraser, et j'ai fait mes valises pour la Chine.

 

(Traduction par FRANCE DARNELL avec l'aide du logiciel DEEPL)

 

 

Écrire un commentaire

Optionnel