Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

10 - "Charlton Heston une biographie " de Michael Munn - (traduction par Adrien P.)

Deuxième Partie

51Db8nugfnL._SX350_BO1,204,203,200_.jpg

Meilleur acteur

s-l1600.png

2185661638.jpg

Depuis 1927, les stars du cinéma, les techniciens, les scénaristes, les réalisateurs, les compositeurs, les directeurs artistiques, les acteurs pour un second rôle, les producteurs et autres employés et artistes du monde du cinéma s'offraient l'expérience annuel d'entendre si leur nom allait être dit pendant la cérémonie des Oscars. Pour les nominés, cela peut être difficile, parfois humiliant, mais souvent bon pour l'ego. Par contre, pour tous ceux qui gagnent, à quelques rares exceptions, c'est un moment de gloire suprême que celui où ils reçoivent la statuette en or plaqué de 35 centimètres1. Cette dernière est la récompense ultime en cinéma, offerte aux artistes par leurs pairs et généralement convoitée par tous ceux qui n'ont jamais travaillé dans l'industrie du cinéma.

s-l1600 (2).jpg

Le simple fait d'être nominé est une inestimable distinction, mais en recevoir un est un triomphe incomparable. Chaque nominé a rêvé de ce triomphe ; c'est pourquoi ils viennent toujours avec un discours... juste au cas où.

C'est en se préparant de la sorte, avec de telles idées, de telles attentes et de telles espoirs que Charlton Heston s'est retrouvé, en 1960, assis au milieu de ce somptueux public, écoutant la liste interminable de nominés dans chaque catégorie, suivie par le paroxystique nom du gagnant. Il a essayé de ne pas s'emporter, mais cela avait été six semaines pleines de suspense depuis que son agent publicitaire Bill Blowitz l'avait appelé pour lui annoncer qu'il était nominé comme Meilleur Acteur pour Ben-Hur. C'était déjà une grande émotion de savoir qu'il était nominé et il savait qu'il avait donné le meilleur de lui-même dans ce long film de trois heures et demi. Il s'était cependant forcé à ne pas croire qu'il pourrait réellement gagner l'Oscar. Il essaya de ne pas le désirer ardemment2.

Le voilà assis, sa main moite serrée dans celle de Lydia. La nuit avait été glorieuse pour Ben-Hur, nominé dans 12 catégories. Il se sentit quelque peu agité par la fierté à chaque fois que ceux impliqués dans le tournage de ce film se retrouvèrent à se frayer un chemin jusqu'à la scène pour recevoir le petit bonhomme doré. Ben-Hur domina la cérémonie des Oscars de 1960, et Chuck vit un sourire rayonnant de joie aux lèvres du réalisateur William Wyler en entendant le titre de sa super-production être le nom dans l'enveloppe du vainqueur presque à chaque fois.

Oscar des meilleurs effets visuels : A. Arnold Gillespie et Robert McDonald ; effets sonores, Milo Lory – Ben-Hur.

Oscar du meilleur mixage de son : Franklin E. Milton – Ben-Hur.

Oscar du meilleur montage : Ralph E. Winters and John D. Dunning – Ben-Hur.

Oscar de la meilleure création de costumes d'un film en couleur : Elizabeth Haffenden – Ben-Hur.

Oscar de la meilleure photographie (couleur) : Robert L. Surtees – Ben-Hur.

Oscar de la meilleure direction artistique : William A. Horning et Edward Carfagno ; Fabrication des décors par Hugh Hunt – Ben-Hur.

Oscar de la meilleure musique de film dramatique ou comique : Miklós Rózsa3Ben-Hur.

Oscar du meilleur acteur dans un second rôle : Hugh Griffith – Ben-Hur.

Ce fut une déception que Ben-Hur n'ait pas reçu l'Oscar du meilleur scénario adapté pour lequel il avait été nominé4, et aucune actrice ne fut nominé pour Ben-Hur. L'Oscar de la meilleure actrice dans un rôle secondaire revint à Shelley Winters pour Le Journal d'Anne Frank5 et celui de la meilleure actrice à Simone Signoret pour Les Chemins de la haute ville6.

c8e7a007ee0c6db18ed011fb6aaadc46.gif

 

Susan Hayward, avec qui Heston avait travaillé quelques années plus tôt dans un film appelé Le Général invisible7 et qui était une de ses amies, monta sur scène, serrant l'enveloppe où se trouvait la carte avec le nom d'un acteur dessus. En ouvrant l'enveloppe, elle retira la carte, peut-être y eut-il quelque chose sur son visage qui trahit le secret avant qu'elle ne lise le nom, mais soudain, Heston eut le sentiment que le nom qu'elle allait lire serait le sien.

Elle annonça le vainqueur.

« Le meilleur acteur est Charlton Heston pour Ben-Hur. »

 

A SUIVRE...

1 13 pouces et demi dans le texte original

2 Le texte dit « He tried not to hunger for it », signifiant littéralement « il essaya de ne pas en être affamé ».

« Miklos Rozsa » dans le texte original.

Le texte original dit simplement « Best Screenplay » (meilleur scénario), sans préciser si c'est le scénario original ou adapté. Nous rétablissons donc la distinction pour la traduction.

5 The Diary of Anne Frank

6 Room at the Top

The President's Lady

Commentaires

  • Très bon travail pour traduire l'émotion de cet enfant des bois honoré par ses pairs pour un rôle monumental; certains ont trouvé la récompense injuste pour james Stewart qui était également nominé, mais l'histoire du cinéma a retenu Ben-hur pour toujours, contrairement au poussif film de Preminger, qui n'est pas son meilleur! Bravo encore pour ce bon rendu de ce qui est aussi, un beau travail de Michael Munn...

Écrire un commentaire

Optionnel