Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

TOUCH OF EVIL - Extrait de THE ACTOR'S LIFE de Charlton Heston -1957 (partie 5)

Cet extrait m'a donné un peu plus de fil à retordre pour traduire correctement, heureusement, j'ai mon Dr. ès langue anglo-américaine qui me prête main forte... Merci Renaud pour votre aide.

Chuck arrive à la fin du tournage de TOUCH OF EVIL. Nous sommes en 1957. Le film "LES DIX COMMANDEMENTS" couronné de succès, d'Oscars etc... a fait de Chuck une star. Les offres de scénarios affluent. Chuck toujours prudent, joue la valse hésitation ... Lequel choisira t'il ? 

Je vous souhaite bonne lecture de ces extraits qui nous apprennent beaucoup de choses sur Charlton Heston et sa relation au métier d'acteur.

 

signature_4.gif

 .../... SUITE

1897857_974136599294137_4048369331371215332_n.jpg

5 juin. Une autre journée étouffante, bonne pour le tennis et me faire suer à la muscu, c'est tout ce que j'ai fait. Les producteurs italiens demandent toujours une réponse sur les droits de propriété intellectuelle de De Sica, mais nous sommes toujours prudents. J'ai reçu de CBS un script intéressant d'Andersonville Court-Martial. Je l'aime beaucoup.

 

6 juin. J'ai décidé de faire Andersonville Court-Martial ; des scripts comme celui-ci sont assez rares pour ne pas être ignorés. Orson part à New York pour faire le Steve Allen Show, donc il ne peut presque rien commencer avant que j'en aie fini avec ça. Je suis de retour au travail, ou le serai bientôt.

11758787_431702503683407_1758879193_n.jpg

17 juin. La journée a commencé par conduire ma Mère à l'aéroport. Elle semble avoir passé un bon moment ici. J'ai presque terminé mon doublage de TOUCH OF EVIL avec une longue session aujourd'hui. Orson continue à me surprendre avec l'idée qu'il a. Il a créé un dénouement pour moi dans la scène du bar qui n'était pas dans les séquences tournées, me faisant simplement doubler un speech en quatre petits morceaux. Quoi qu'il arrive, je lui suis redevable. 

19 juin. Une longue journée épuisante à répéter et à se battre avec McCann-Erickson. Ils veulent faire quelques coupures dans le script par déférence pour la Confédération, et je ne suis pas disposé à le faire, à la fois pour le script et par principe.

25 juin. Nous avons commencé à travailler les petits rôles aujourd'hui, mais le niveau de l'émission n'a pas autant baissé que je l'imaginais. Je pense que nous sommes près du niveau de la performance ; on aura souffert, mais ce sera un très bon show". On pourrait faire une pièce avec cela. En tout cas, c'est l'un des meilleurs moments que j'ai eus depuis longtemps. 

still-of-charlton-heston-in-en-dj-vulsk-lla-240245741.jpg

27 juin. Eh bien, ça s'est merveilleusement passé, à l'exception d'une légère mésaventure à propos de la moustache qui j'espère sera indétectable durant mon discours de clôture. ⌊Celle-ci était collée ... posant certains risques.⌋ Je pense que c'est peut-être mon meilleur travail télévisuel depuis quelques années. A la réception, les gens semblaient enclins à être d'accord. Ralph Nelson m'a dit qu'il avait une option pour la scène et qu'il voulait que je le fasse. A ce sujet je ne sais pas, mais c'est bien d'avoir l'offre.

La télévision en direct a été une ère glorieuse, mais très courte. À ce moment-là, ils commençaient déjà à filmer les séries, et un an après, le théâtre télévisé en direct était mort. Dans une vingtaine d'années, personne ne se souviendra comment nous l'avons fait. En direct d'abord.  Au début, on commençait sitôt la lumière rouge allumée, vous vous trompiez dans votre texte, ou le metteur en scène dans un plan,  quarante millions de personnes l'avaient vu. Nous débutions en direct  à 17h30 pour l'Est et le Midwest. La côte Ouest voyait ce que l'on appelait  un " différé " du spectacle enregistré en direct, deux heures plus tard.

 

28 juin. Mon travail à Universal consistait simplement en quelques lignes hors écran au profit de Joe Cotten, mais c'était agréable d'être dans le coup. Au déjeuner Orson a avancé encore une autre idée ... un télé-film de DON-QUICHOTTE , avec moi,  l'excentrique Don. Le cas échéant, il en sortira quelque chose. Je n'imagine pas. L'argument d'Orson est original et révélateur cependant. "Tous les grands acteurs", dit-il, "sont des vrais acteurs de composition". Aussi, Will Wyler veut que je fasse le méchant dans THE BIG COUNTRY avec Gregory Peck.

 

29 juin. Une journée de détente générale, évitant de faire les bagages, lecture de scénarios. Mon principal problème maintenant est de décider quel travail choisir. Le film de Wyler, le projet italien, ou la version scénique d'ANDERSONVILLE,  le dernier d'Orson  m'a plus ou moins convaincu,  ce serait une erreur.

$_57 (26).JPG

30 juin. J'ai passé une demi-heure peu concluante et pas trop efficace à expliquer à Wyler et Peck pourquoi je ne pensais pas que le rôle dans THE BIG COUNTRY était assez bon. Cependant, c'est une opportunité à ne pas laisser passer. J'ai finalement dû partir pour attraper mon avion.

 

4 juillet, Sainte-Hélène. Un 4 nuageux, une pluie menaçante comme l'année dernière, mais cette fois je n'ai pas de discours à faire et pas de voyage à l'Est pour commencer ... au moins jusqu'à demain. J'ai passé la journée dans une végétation agréable, en m'inquiétant d'accepter ou non l'une ou l'autre des deux propositions qui m'attendent encore. Celles de Wyler et De Sica offrent beaucoup, mais ni l'une ni l'autre ne sont une partie que j'aime, et les deux exigent de laisser tomber les blessures d'amour-propre.

Mon ego est trop susceptible. Tous les acteurs sont préoccupés par l'ordre dans le générique, mais j'ai appris que ce n'est pas grave tant que votre nom est de la même taille. Personne ne se souvient ou ne se soucie du nom venant en premier. (D'autre part, j'aime toujours ce qu'Olivier a dit quand il a résisté à l'insistance de Larry Harvey à lui faire jouer le choeur dans le film ROMEO ET JULIET alors en préparation. "Mais pourquoi pas ?" Dit Harvey. "Parce que," lui répond Olivier, " Je suis foutrement trop grand."  Aucun autre acteur n'aurait pu faire cette déclaration.)

vlcsnap-00288.jpg

 

 A SUIVRE...
 
 
 
 

Commentaires

  • passionnant comme d'habitude; il cite sa mère, c'est très court, mais je conclus qu'il est en bon terme avec elle. je ne sais pourquoi, mais ça me fait plaisir.
    Merci pour votre travail

  • Merci Astride. Effectivement, il cite sa mère, mais je ressens cela comme une anecdote dite au passage, mais sans plus. Cela bien sûr fait plaisir, mais l'enfance de Chuck ayant été cahotique, je ne pense pas qu'il y ait eu une véritable affection entre eux,. Leur relation relevait certainement plus du "devoir" que de la véritable tendresse entre mère et fils. C'est simplement ce que j'éprouve. Merci pour vos commentaires. Bonne soirée.

  • je pense que vous avez raison. J'essaye un peu de reconstituer le puzzle de ses jeunes années mais je perds parfois les pédales : il est né en 23, a dix ans quand ses parents divorcent, a une sœur née en 28 (très jolie d'après la photo publiée) et un frère né en 33. Les trois enfants s'appellent Heston qui est le nom du beau-père. Les trois enfants sont-ils frères et sœurs à part entière ou demi frère et sœur? Peut-être aussi qu'on ne le sait pas, ces histoires sont très personnelles et Chuck ne s'étale jamais sur sa famille biologique. Par contre il évoque souvent ses origines modestes, origines que je ne pense pas si modestes que ça car si je me réfère à ce qui se passait en France à cette époque, du moins chez moi en Alsace, les familles modestes et même les classes moyennes n'envoyaient pas leurs enfants à l'université (je parle bien d'enfants nés dans les années 20) Ce monde leur était inconnu, je pense donc que Chuck a grandi dans un environnement assez intello et somme toute, pas si modeste que ça. Merci pour vos réponses et bonne après-midi

  • merci France pour votre réponse. C'est vrai qu'en fouillant bien sur votre site, je trouve pratiquement tout ce que j'ai toujours voulu savoir. Le travail que vous avez accompli est passionnant, truffé de documents, d'interviews et de belles photos. Merci encore pour tout ce que vous mettez si gentiment à notre disposition.
    Amitiés aussi

  • Merci Astride. C'est un plaisir de vous répondre. Le véritable nom de Charlton Heston est bien John Carter. C'est sa mère qui a imposé à Chuck, lorsqu'il a eu 13 ans, de porter le nom de son deuxième mari Heston qu'il a gardé lorsqu'il est devenu acteur (Charlton étant le nom de jeune fille de sa mère). Si vous possédez le film DVD "LE SEIGNEUR DE LA GUERRE", à la suite du film, il y a un excellent documentaire sous-titré en français "PORTRAIT DE CHARLTON HESTON" dont le titre original est "CHARLTON HESTON A MAN FOR ALL SEASONS". Charlton s'y raconte très bien. Par ailleurs, lisez sur le blog la publication que j'ai faite des 5 numéros de CINEMONDE qui raconte la biographie de Chuck jusqu'en 1965. Dans la colonne de gauche du blog, dans "RUBRIQUES", vous cliquez sur CHARLTON HESTON STORY (Cinémonde 1965) et vous pourrez suivre le récit de sa vie assez bien fait. Quant à ses études universitaires, il a toujours dit que c'était grâce à une bourse qu'il l'avait obtenue, qu'il avait pu s'instruire, s'éduquer socialement. Je pense que dès l'enfance il avait compris beaucoup de choses et que son intelligence a fait le reste. Un jeune garçon doué, brillant déjà et animé d'une volonté de fer. En résumé, un grand homme. J'ai la certitude que s'il était né dans'une famille nantie, il n'aurait pas été celui qu'il est devenu, les choses auraient été trop faciles... C'est le milieu modeste dans lequel il a vécu, qui a forgé son caractère. Amitiés

  • Merci Astride. C'est un plaisir de vous répondre. Le véritable nom de Charlton Heston est bien John Carter. C'est sa mère qui a imposé à Chuck, lorsqu'il a eu 13 ans, de porter le nom de son deuxième mari Heston qu'il a gardé lorsqu'il est devenu acteur (Charlton étant le nom de jeune fille de sa mère). Rétrospectivement, on a du mal à imaginer qu'il aurait pu s'appeler John Carter en tant qu'acteur, Charlton Heston sonne "haut" et lui va parfaitement bien. Si vous possédez le film DVD "LE SEIGNEUR DE LA GUERRE", à la suite du film, il y a un excellent documentaire sous-titré en français "PORTRAIT DE CHARLTON HESTON" dont le titre original est "CHARLTON HESTON A MAN FOR ALL SEASONS". Charlton s'y raconte très bien. Par ailleurs, lisez sur le blog la publication que j'ai faite des 5 numéros de CINEMONDE qui raconte la biographie de Chuck jusqu'en 1965. Dans la colonne de gauche du blog, dans "RUBRIQUES", vous cliquez sur CHARLTON HESTON STORY (Cinémonde 1965) et vous pourrez suivre le récit de sa vie assez bien fait. Quant à ses études universitaires, il a toujours dit que c'était grâce à une bourse qu'il avait obtenue, qu'il avait pu s'instruire, s'éduquer socialement. Je pense que dès l'enfance il avait compris beaucoup de choses et que son intelligence a fait le reste. Un jeune garçon doué, brillant déjà et animé d'une volonté de fer. En résumé, un grand homme. J'ai la certitude que s'il était né dans'une famille nantie, il n'aurait pas été celui qu'il est devenu, les choses auraient été trop faciles... C'est le milieu modeste dans lequel il a vécu, qui a forgé son caractère. Amitiés

Écrire un commentaire

Optionnel