Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

2 - LA MARCHE SUR WASHINGTON (1963)_Chapitre 22 (P. 236 à 242) 2ème Partie

1963 : Les stars de cinéma, planifient "LA MARCHE SUR WASHINGTON" dans la maison de Charlton Heston.

EXTRAIT DU LIVRE DE MARC ELIOT :

" Charlton Heston : Hollywood's Last Icon "

81WPoyZqA-L.jpg

.../...

(suite des propos de Harry Belafonte)

Coprésider une délégation de Hollywood avec Marlon était exactement la bénédiction dont il avait besoin. Et il aiderait notre cause. Charlton Heston marchant avec nous serait une image puissante pour l'Amérique traditionnelle. " D'accord ! Assez ! Tu m'as eu ", dit Marlon en riant.

Je suis donc retourné à la maison d'Heston et j'ai proposé que lui et Marlon coprésident la délégation de Hollywood [la Marche]. Heston m'a donné un coup d'oeil — ce regard incroyable et profond de Charlton Heston  et répondit :  "Coprésider avec Marlon ? Je serai ravi".

Et pourrions-nous amener la délégation de Hollywood à la maison d'Heston pour une conférence de presse lorsque nous aurons à l'annoncer ? Pas de problème. J'ai appelé Martin dès que je suis rentré dans mon hôtel. "Nous aurons Heston !" Avec cela, l'esprit de Martin s'est emballé. Maintenant, lui aussi savait que la marche réussirait et nous conduirait là où nous devions aller. Comment pourrait-il ne pas le faire ? Nous avions Moïse !

De retour à Hollywood, Heston a convoqué une réunion du Arts Group pour voir qui participerait à la marche. " Nous avons un bon groupe, Burt, Jim, Marlon, Paul et plusieurs autres. Sidney Poitier et Harry Belafonte [qui étaient prêts] ont signé, Mais nous n'avons pas d'autres interprètes noirs ... De toute façon, Marlon a apporté une passion suffisante pour nous tous ".

 

Brando a annoncé lors de la réunion que, à un moment de la marche, il pensait qu'ils devraient s'accrocher au Mémorial Thomas Jefferson ou se coucher devant la Maison Blanche pour bloquer son entrée. Non, dit Heston, ce n'était pas ce qu'ils étaient invités à faire. Ils respecteraient l'esprit de l'idée du Dr King et marcheraient paisiblement, obéissant à la loi ; c'était tout le but." " Je ne suis pas profondément impliqué dans le mouvement des droits civils mais de temps en temps nous devons nous lever et être présents. C'est important pour les citoyens moyens - pour les citoyens désintéressés, mais je ne le ferai  pas,  je ne crois pas à la résistance passive. La désobéissance civile concerne les dictatures " a t'il déclaré à Brando.  Il a prié Brando de ne pas brouiller le message de King en faisant quelque chose qui pourrait l'en détourner. Le Dr King voulait une représentation modérée pour montrer à la culture populaire que le mouvement des droits civils n'était pas composé d'un groupe de radicaux marginaux.

20108385_10211390981263592_4437999239651662186_n.jpg

Dès que la nouvelle  est sortie à Hollywood, qu'Heston organisait un groupe d'acteurs pour marcher avec le Dr King, il a été contraint par certains des plus grands acteurs de l'industrie à ne pas le faire.

Fraser : "Il lui a été vigoureusement déconseillé de se joindre à la marche par des cadres des studios où il a travaillé et [par] d'autres collègues. Ils ont dit quelque chose comme," Chuck, ne perdons pas notre sang-froid ici. Prenons les choses une étape à la fois. Les droits civils se produiront, mais ne poussons pas trop ". " Tout cela ne l'a pas affecté du tout. Il était déterminé à le faire. Je pense que Moïse avait convaincu mon père que tout le monde méritait une chance égale dans la vie - Juifs, immigrants, noirs, tous. Tout au long de sa vie, chaque fois que mon père croyait que quelque chose était juste, il n'a pas reculé à cause de la pression. Il croyait que c'était son droit constitutionnel d'exprimer son soutien au Dr King ". 

Impossible de le dissuader, et il n'a pas eu peur des conséquences qu'il pourrait subir à Hollywood, Heston a poursuivi son plan de prendre le Arts Group engagé et toute autre personne qui voulait les rejoindre à D.C.

 La Marche sur Washington pour les Emplois et la Liberté, populairement connue sous le nom de Marche sur Washington, a rassemblé environ 250 000 personnes et est devenue l'un des plus grands rassemblements de l'histoire du pays. Elle commençait au Washington Monument et continuait jusqu'au Lincoln Memorial. Brando et Heston marchaient ensemble, directement derrière le Dr King, et se sont retrouvés debout sur les marches du Lincoln Memorial lors de son célèbre discours "I have a dream", pouvant observer le vaste rassemblement. Lydia était là aussi, mais l'équipe de sécurité du Dr King n'a pas permis qu'elle marche  à côté de son mari, même si elle s'approchait pour prendre des photos du Arts Group et du Dr King parlant.

22046178_934798913327848_554667699170531507_n.jpg

 

 

Heston se souviendra de cette journée comme l'une de ses réalisations les plus significatives. Il était rempli de fierté, étant au centre de l'histoire de la vie réelle alors qu'elle  se déployait devant ses yeux, plus dramatique que tout ce qu'il n'aurait jamais réitéré au cinéma.

Alors que 1963 tire à sa fin, Heston se voit offrir  par la NBC Hallmark Hall of Fame, d'être à la tête de la pièce écrite en 1943 par Sidney Kingsley, The Patriots, sur la bataille politique entre le  jeune Thomas Jefferson qui tentait de conduire le pays vers une plus grande démocratie, et Alexander Hamilton, qui envisageait un ordre plus aristocratique.

Le spécial de quatre-vingt dix  minutes devait être tiré en couleur sur la nouvelle invention de la bande-vidéo. Bien qu'Heston ne voulût pas apparaître trop souvent à la télévision à ce moment-là, il a pris le travail parce qu'il était immédiat et il avait envie de revenir à l'action. Après cela, Citron (Herman) lui a envoyé trois propositions à considérer. L'une était un script partiellement terminé pour un film d'action et d'aventure durant la Guerre Civile appelé Major Dundee, Citron pensait qu'Heston serait bon. La deuxième était un accord que Walter Seltzer avait conçu dans le cadre d'un nouvel accord de production entre eux deux, sous la bannière de Court Productions, mais Heston n'était pas sûr que c'était la bonne façon d'y aller. Il avait dissous Russel Lake Corporation, dont il était l'un des membres, quand il est devenu vice-président de SAG, pour éviter tout ce qui, même à distance, ressemblait à un conflit d'intérêts, même si Russel Lake n'était vraiment qu'une société de portefeuille, et il ne voulait pas renoncer à sa vice-présidence dans le but de coproduire un film. Citron l'a assuré qu'il resterait un investisseur «aveugle» dans Court Productions, sans responsabilités, et que le nom de Heston aurait une véritable valeur réelle. Cela influencerait-il le box-office auquel aucune image n'était attachée, s'il ne pouvait pas bénéficier de la valeur de son propre nom ? Citron lui a assuré que dans la façon dont la société était structurée, Seltzer serait responsable de toute la conduite des affaires, et Heston serait un partenaire silencieux de Court Productions mais pas un membre de la société. Par conséquent, Citron a conclu qu'il n'y avait pas de conflit d'intérêts - le seul conflit qu'aurait Heston serait de dépenser l'argent supplémentaire.

Il a signé.

Le projet de Seltzer était The War Lord, une adaptation à l'écran par John Collier, d'après "The Lovers" de Leslie Stevens,  situé dans la France du XIIe siècle,  sur le droit du Seigneur, quand le Seigneur du château a droit, au cours de la nuit de noces de prendre une mariée paysanne avant le marié. Ce n'était pas une comédie. Heston a aimé le scénario, et Seltzer a proposé un budget modeste de 1,5 million de dollars, visant à faire tourner le film en France.

Le 22 novembre, Heston est arrivé au bureau de Seltzer à Universal pour un rendez-vous avec lui, Citron et Franck Schaffner, le réalisateur qui avait signé pour The War Lord (avec lequel Heston avait travaillé pour la première fois lors d'une présentation en LIVE de Macbeth sur Studio One) pour discuter les changements de scenario voulu par Heston.

Il était arrivé tôt après le petit-déjeuner avec Seltzer avant que les autres n'arrivent. Il s'était installé dans son siège, attendant que sa tasse de café soit servie par la secrétaire de Seltzer, quand elle est arrivée en courant,  les mains vides, en panique et en colère, en disant à Seltzer qu'il allume la télé. Heston et Seltzer se figèrent alors qu'ils regardaient l'image scintillante en noir et blanc et écoutaient la voix tremblante de Walter Cronkite.

JFK venait d'être tué à Dallas.

 

†††††

 

 

 

 

 

Commentaires

  • Enfin, un texte qui montre aux ignorants ou aux gens de mauvaise foi que Charlton Heston est l homme juste et engagé dans la lutte des droits des Noirs ( et autres minorités défavorisées) que ses admirateurs ne cessent de proclamer !!!
    Pour soutenir une telle cause , refuser un si grand et douloureux racisme, lui, blanc aisé qui aurait pu être égoiste comme tant d autres , ce ne peut être qu un grand monsieur, à l image des héros qu il a superbement incarnés au cinéma .
    Homme de coeur, j imagine sans peine , la surprise horrifiée qu il a dû éprouver en entendant la nouvelle de l assassinat du plus illustre des défenseurs des Noirs: J F Kennedy ....
    J espère que ce texte convaincra les esprits chagrins qui doutent encore de la grandeur d âme de ce plus qu acteur :un citoyen à part entière .....
    Christiane

Écrire un commentaire

Optionnel